Navigation :: Chimea
FAQ :: Rechercher :: Liste des Membres :: Groupes d'utilisateurs :: S'enregistrer :: Profil :: Se connecter pour vérifier ses messages privés :: Connexion

[CJ]Un retour peu glorieux...
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Chimea Index du Forum -> Rp: Enezis -> Quartier résidentiel
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Ven Mar 09, 2007 6:15 pm 
Sujet du message: Un retour peu glorieux...
Répondre en citant

Une ou deux heures après le début de "Charmante balade au clair de lune..."

Quelques minutes passèrent... Eden commença à se trainer, fatiguant naturellement certes, mais aussi faute à sa blessure, qui ne lui faisant mal qu'occasionnellement jusque là avait décidé depuis peu de s'éveiller à chaque nouveau choc, soit chaque nouveau pas. Bientôt il arriva à la porte du ghetto où lse sûl vivaient... Et s'arrêta un instant avant de la passer, haletant, commençant à sentir sa tête tourner un peu trop fort à son goût. Une très désagréable impression de froid et d'humidité baignait sa douloureuse plaie... Les bandages empêchaient au sang de trop tâcher sa chemise, mais il était quasiment certain que celle-ci avait du se réouvrir... Bon. Ca commençait à aller très moyen. Toujours portant Adam, et après avoir succintement vérifié que personne ne les suivait, il s'engouffra dans le ghetto, et commença à se trainer, à passer un croisement... deux croisements... son rythme se ralentit. Trois croisements... il s'arrêta, prêt à tomber et de douleur et d'épuisement. Si il n'avait pas été blessé, il aurait pu tenir, même si il aurait sans doute du prendre une petite pause quand même... Là il lui fallait s'arrêter un moment. De toutes les manières ils étaient presques arrivés, et étaient quoi qu'il en soit dans le territoire des sûls. Ils ne risquaient donc rien. Aussi délicatement qu'il en était à l'instant capable, Eden posa Adam à terre, assis contre le mur d'un petit immeuble délabré, puis il s'assit de même, posant au passage sa main sur son côté blessé en retenant un gémissement... Humide. Sa chemise s'était mise à coller aux bandages et s'était imbibée de sang au moment où il avait touché la blessure. Bieeen... au moins il avait vu juste. Sa convalescence allait durer plus longtemps que prévu. Eden échappa un juron, puis appuya sa tête contre le mur, reprenant son souffle peu à peu... Il allait lui falloir supporter ça pendant quelques mètres encore, ce jusqu'à ce qu'il atteigne le QG... Quelques minutes passèrent. Presque reposé, Eden rouvrit les yeux, pour se redresser... Son flanc continuait de le faire souffrir à chaque mouvement, mais il ne pouvaient pas rester dehors éternellement... Il se pencha sur Adam pour de nouveau l'attrapper sous l'aisselle, puis le souleva dans un cri sourd, avant de continuer à avancer, ses jambes se faisant peu à peu flageolantes... Un croisement... Deux croisements... Encore deux rues à droite... A gauche... Quelques va et vient ici et là où les rues tordues du ghetto l'amenaient.. Et tout droit maintenant, jusqu'à cet immeuble gris, qu'ils avaient investi... Difficilement il atteint ce dernier, et y appuya son épaule, extenué... La tête lui tournait vraiment cette fois, il ne pourrait plus beaucoup avancer... Un pas difficile, deux... Il arriva devant la fenêtre. Un regard à l'intérieur, sombre... normal. Ne pas cacher que l'immeuble était habité en allumant les lumières et habitant les pièces directement liées à l'extérieur par une fenêtre quelconque revenait au même que d'ajouter une grosse enseigne rouge au dessus de la porte, avec motif flèche et énorme typographie indiquant "C'est ici!", les sûls n'étaient pas assez idiot pour se mettre en danger de la sorte, tout de même... Pourtant il devait y avoir deux gardes à l'intérieur, sauf si ces abrutis qui étaient collés à la surveillance de l'entrée avaient profité de l'absence du chef pour manquer à leur devoir bien sûr... Mais non... Deux ombres là-bas, qui le voyant à la fenêtre eurent un sursaut réflexe... Il s'arrêta d'avancer, les observa... Il devait vraiment avoir une sale tronche à ce moment là, car les deux autres n'hésitèrent pas une seconde. Eden lui n'arrivait même pas à voir de qu il s'agissait... Ils accoururent, sortirent, puis s'approchèrent d'Eden et de son compagnon évanoui... Eden leva la tête dans leur direction, soulagé... Et de sourire pâlement tandis qu'il constatait:

"Je crois qu'on a tous les deux besoin de repos... Vous voulez bien vous occuper du reste des détails techniques à ma place? Je vous expliquerai plus tard, je crois qu..."

Il ne put en dire plus... La tension retombant, l'obligation de tenir s'étant évaporée, son corps le lachait... Il vit trouble un instant, puis se sentit tomber dans les bras d'un des deux gardes, l'autre devant sans doute s'être occupé d'Adam... Puis plus rien. Les deux sûls, bien que contrariés sas doute de devoir faire ce que leur demandait Eden sans savoir de quoi il en retournait, ramenèrent ce dernier ainsi qu'Adam à l'intérieur, pour ouvrir une porte menant sans aucun doute dans les caves de l'immeuble... Ils descendirent, jusqu'à arriver dans un couloir où baignait une lumière artificielle agréable, couloir spécialement long donnant sur un bon nombre de pièces... Eden et Adam furent amené dans l'une de celles-ci, quasiment au bout à gauche du corridor... c'était là en réalité la chambre où Eden dormait généralement, seul... Disons qu'en règle générale les sûls dormaient à raison de 4 à 5 par pièce, mais bon, personne n'avait vraiment envie de se faire réveiller à raison d'un cri d'horreur par nuit, ce qui était compréhensible... On déposa Adam dans un premier lit, et Eden dans un second... Sa blessure réouverte fut bien vite remarquée. Rien de grave, les dégats n'étaient que plus ou moins superficiels, cela dit il fallait changer les bandages, ce qui fut fait, après qu'on lui eut enlevé son manteau et sa chemise tâchée... Chemise qui fut posée négligemment sur une chaise et laissée là au spectacle de tout oeil plus ou moins averti d'ailleurs. La chambre était plutôt austère en son genre... Trois lits en bois confortables certes, dont deux étaient actuellement occupés, une ampoule dénudée au plafond, actuellement éteinte, et trois veilleuses indépendantes du circuit électrique de l'immeuble collées sur les murs, répendant une lumière douce dans la pièce... Leur design était relativement simple, juste ovale, mais bon vu la simplicité des lieux en eux même, dont les murs n'avaient même pas été recouverts... Sur tout un pan de mur, une planche de bois fixée semblait comme servir de bureau et de table, et par ci par là, quelques chaises... et c'était tout. On était loin du luxe dans lequel devait vivre le deuxième type de pourriture vivant en Enezis, soit les commerciaux, mais au moins le nécéssaire y était.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Ven Mar 09, 2007 7:16 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Jour. Nuit. Jour. Nuit. L'ampoule au-dessus de sa tête était éteinte, et pourtant, il y avait de la lumière. Artificielle. Adam se dit qu'il avait dû prendre un très serieux coup. Il eut quelques inspirations difficiles, avant qu'il parviennent à trouver un souffle correct, et non douloureux. Et il avait un putain de mal de crâne. Mal qui venait sans nul doute du premier poing dans sa figure, puis de la crosse du flingue. Encore heureux qu'il n'ait pas fait une hémorragie interne, hein...Mais il devait avoir un foutu bleu.

L'esprit toujours très embrumé, Adam leva son bras, et une main, qu'il regarda dans la pâle lumière. Couverte de sang. En partie à lui, sans nul doute, mais pour le reste...il ramena ses doigts contre son visage, et tâta sa peau. Pas de bosse. Il en introduisit deux dans sa bouche, et fit le tour de ses dents. Constatant qu'elles repondaient toutes à l'appel, il s'estima satisfait. Il était en vie, apparemment entier.
Puis là, le déclic. Mais où?! Les murs étaient gris, sobres, comme s'il était dans un sous-sol, un endroit plutôt mal famé, et...

"Aleksiz!!!"

Il s'était redressé d'un bond, et avait tiré deux dagues dans le même mouvement. Ce stupide geste ne fit qu'amplifier sa migraine, bien entendu. Regardant autour de lui, il fut soulagé d'apercevoir son ami dans un lit adjacent au sien. Qui dormait. Ou peut-être évanoui, vu la dose de sang sur la chemise, sur la chaise. Adam pâlit. Est ce qu'il avait pris une balle à cause de lui? Est ce que c'était grave? A le voir, sa vie n'était pas immédiatement en danger...il tenta de se rassurer, et détailla l'espace autour de lui. Une petite chambre. Et la lumière artificielle venait de veilleuses, et non pas du néant...

Il ne rengaina toutefois pas. Il ne savait pas où il était, et cela le faisait considérablement flipper. Ses derniers souvenirs remontaient à la ruelle, et à la tentative d'enlevement. Entre temps, il avait pu se passer des dizaines de chose. Et combien de temps avait-il dormi? Se tournant, il posa ses deux pieds au sol...et se releva, lentement. Il eut une nouvelle grimaçe, et la tête lui tourna un instant. Mais il tenait debout, seul. Il put ainsi se rendre compte que sa chemise était inbhibée de sang, et que la dite pièce possédait une porte. Comme toutes les pièces normales, en fait...

En tout cas, il ne voulait pas moisir ici, sans être sûr, absolument sûr, que lui et Aleksiz étaient en sécurité. Et s'ils ne l'étaient pas, il les ferait sortir de suite d'ici. Deux dagues toujours à la main, il alla ouvrir la porte...pour découvrir un couloir éclairé. Où se trouvaient trois personnes, qui se tournèrent toutes les trois vers lui a l'ouverture de la porte. Il eut un déglutissement difficile, parce qu'il n'en connaissait aucun. Sur ses gardes, mais sans paraitre menaçant, il s'avança, un peu.

"Où sommes-nous?"
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Ven Mar 09, 2007 7:54 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Les trois individus se regardèrent un instant, comme méfiants, puis après un long moment de silence inquiétant, le plus jeune de tous, qui ne devait pas avoir plus de 17 ans, s'exprima, peut-être un peu sec dans sa façon de parler... Son regard n'était pas bien rassurant lui non plus. Froid, pouvant très vite devenir impitoyable si les choses en arrivaient à mal tourner... Bref. Très accueillant quoi.

"T'es même pas au courant de ça? Tu es chez les libhe sûl mon pote, le chef est rentré avec toi sur le dos, et ça ne lui a pas arrangé sa blessure... Il a plus ou moins demandé à ce qu'on s'occupe de toi avant de s'effondrer..."

Nouveau regard sombre passant entre les trois gangsters, puis un second prit la parole... Celui-ci avait l'air plus posé, plus réfléchi. En même temps il devait bien avoir la trentaine; n'était donc nettement plus un gamin contrairement au premier.

"Tu as eu réponse à ta question. Ce n'est pas qu'on ne fasse pas confiance à Eden, mais il a parfois des lubies relativement dangereuses pour lui et pour les autres, alors je vais pas passer par quatre chemins, surtout vu la manière dont il nous a viré pour parler avec toi: Tu es qui pour lui exactement?"

Et tous de se taire... De son côté, Eden avait fini par passer d'évanouissement à sommeil, puis à sommeil léger... avant d'entrer dans le sommeil paradoxal, celui du rêve, et celui qu'il craignait, puisqu'il ne pouvait en franchir la porte sans y trouver encore et toujours les même choses... Et cela ne manqua pas. Le feu, l'odeur de chair brûlée, les cris, les gerbes de sang, les corps en morceaux répandus sur le sol, dans de grandes flaques rouges, scintillant violemment à la lumière des éclairs dont l'image torturée passait par les fenêtres, témoins de l'évenement... Les hurlements du ciel, et lui qui pleurant, paniquant, désesperé, courait, cherchait ou se cacher, cherchait désespérément son frère, après avoir vu ses parents déceder sous les lames cruelles...

Eden commença à s'agiter. Son visage était contracté, et il se tourna sur le flanc.. heureusement le bon, celui qui n'était pas blessé. Dans son sommeil il émit un gémissement, puis se serra fort contre l'oreiller, crispé... Chose dangereuse pour sa couverture, et l'une de celle pour lesquelles il appréciait que personne ne souhaite dormir avec lui, il commença à se mettre à parler, à balbutier...

"Riv... Riv... Où... Où es-tu? Riven... Ma... P..."

Et d'émettre un sanglot bouleversé, tandis qu'il se crispait plus fort... Le réveil allait encore être violent. Déjà, il était imminent.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Sam Mar 10, 2007 1:43 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Whouah. Adam se surprit à penser amèrement qu'il adorait vraiment ce genre d'ambiance...tendue. Le mot était faible. Les trois hommes le regardaient comme s'il était...un intru. Et c'était assurément le cas. Il faut dire qu'il avait démarré du mauvais pied avec les Sûl, parce qu'il s'était trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. Il avait donc soi-disant entendu quelque chose qu'il n'était pas sensé entendre...ce qui était complètement faux. Mais ça, bien entendu, ils n'étaient pas au courant. De plus, pour parler seul à seul avec lui, Aleksiz avait renvoyé tous ses gens comme on...jette quelqu'un qu'on ne veut pas voir, qui nous fait vraiment chier. Et ce pour un grand dadet inconnu. Bref, Adam comprenait très bien que chacun ici ne lui porte pas un amour fou. Mais il n'était pas obligé d'apprecier ça non plus...

Son attention se fixa sur le plus jeune des trois. Regard dur. Froid. Adam sentit un frisson parcourir son échine. Il avait toujours plus de mal avec les adolescents, les victimes les plus marquées de cet halo de violence...Il se surprit à penser que si Rivendäl était en vie, il aurait à peu près son âge. Et sûrement la même expression. Quand on voyait déjà la manière dont laquelle avait tourné Aleksiz...cela lui faisait presque mal au coeur, mais il ne pouvait rien y changer.
Bah, pour l'instant, ce n'était pas le plus important. Tous les sentiments positifs que purent avoir Adam à l'égard du jeune garçon disparurent au moment où il ouvrit la bouche, pour s'adresser à lui d'une manière qui lui déplût totalement. Le jeune homme se disait que ces reminiscences d'amour-propre devait lui venir de son père...en tout cas, se faire traiter de la sorte avait une grande tendance à le mettre en boule.

Du coup, Adam était partagé entre irritation et culpabilité. Il s'en voulait d'avoir infligé son fardeau à Aleksiz, qui était déjà en convalescence. Mais d'un autre côté, il n'avait eu aucun moyen de connaitre son état. Il ne pouvait pas savoir. Et ce n'était vraiment pas par choix qu'il avait été attaqué, et avait perdu connaissance...il ne fallait pas pousser, tout de même. Il allait ouvrir la bouche pour repondre, lorsqu'un autre prit la parole. Et l'humeur d'Adam ne s'arrangeait pas. Il en avait par dessus la tête des problemes, alors en plus, il devait se justifier? Il ne pouvait pas leur dire la vérité, parce que sans aucun doute, Aleksiz n'avait pas devoilé sa veritable identité. Cela aurait été du suicide pur et simple. Il ne pouvait pas non plus donner la sienne, pour la même raison. Il ne savait pas ce que son ami avait prévu de raconter à ses hommes...maintenant il savait juste que c'était à lui de donner des raisons.

"Eden et moi avons été amis, autrefois. Il y a très longtemps."

Sa voix était plus sèche, mais il s'en moquait. Ils ne lui faisaient pas peur, bien que tous trois soient sûrement armés. Puis, il y avait peu de chance pour qu'ils en viennent aux mains. N'empêche qu'il ne rengaina pas.

"Nous nous sommes perdus de vue. Satisfaits?"

Voilà, c'était un mensonge par omission, donc un faux mensonge. Personne ne pourrait lui reprocher d'avoir raconter un bobard monstrueux, et avec un peu de chance, la version d'Aleksiz correspondrait à ce schéma evasif de leur soi-disant relation. En parlant d'Aleksiz, Adam avait un écho étrange dans ses oreilles, qui venaient de derrière lui. Tourner la tête suffit pour lui confirmer que le jeune homme s'était retourné dans son lit, et semblait parler dans son sommeil. Sûrement de choses qu'Adam n'avait aucune envie d'entendre...Il poussa la porte, pour ne pas le reveiller à cause de leur ...discussion.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Sam Mar 10, 2007 5:16 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Les trois hommes observaient Adam, partagés entre doute et perplexité... Enfin du moins pour deux d'entre eux. Le plus jeune des hommes, lui, si il restait suspicieux, n'avait pas l'air de trouver les explications d'Adam plus étranges que cela. Les deux restants étaient plus vieux, et avaient sans aucun doute du suivre l'évolution d'Eden depuis ses débuts chez les sûls jusqu'à maintenant... En d'autres termes ils connaissaient les détails de son arrivée, et en savaient assez sur lui pour deviner qu'Adam et lui se connaissaient depuis... très longtemps oui. Sans aucun doute depuis l'enfance, car jamais ils n'avaient entendu parler du jeune homme depuis, et Eden ne gardait de secret que les détails de sa vie avant sa conversion à la vie hors-la-loi. Cela semblait plutôt logique. Tous trois faisaient partie du groupe qu'Eden avait viré après sa rencontre avec Adam... Ils avaient pu l'entendre parler de Lyann, dont ils savaient qu'il venait. Celui qui était resté muet jusqu'à présent, devant avoir la trentaine à l'instar de son collègue, parla pour les autres, qui devaient avoir à peu près le même avis que lui sur la question:

"Eden a parlé de Lyann tout à l'heure quand on t'a rencontré... C'est de la que vous vous connaissez hm? Si depuis le temps vous ne vous êtes pas revus, on a aucun moyen de savoir si tu es digne de confiance, autant dire qu'il a intérêt à avoir de bonnes raisons de le croire, qu'il ait été choisi comme chef ou non..."

Pour l'instant, il n'avaient plus de raisons de questionner Adam... Le réveil d'Eden était nécessaire pour continuer de mettre les choses au point, ils commencèrent donc à s'agiter, signe qu'ils allaient partir, laissant Adam seul dans son coin... Il changèrent d'avis avant même d'esquisser un pas.

Eden était en plein milieu du rêve, plutôt du cauchemar qu'il revivait chaque nuit, fantôme récurrent d'un instant d'horreur totale. Il continuait de courir, cherchant son frère, paniquant de ne pas le trouver, de ne voir que des cadavres partout où ses pas le menaient... Des cris encore. Il n'était pas le seul survivant... Mais il était certain que survivant, il ne le serait pas longtemps... Il sanglotait abondamment, et hors du rêve, dans la réalité, un nouvel hoquet entre détresse et effroi lui échappa. Se cacher... Oui mais pour combien de temps? Si il restait à l'intérieur, il brûlerait avec la demeure. Si il sortait, on le trouverait, et on le tuerait... Et Rivëndal, il ne l'avait pas vu, il ne le trouvait pas, mort ou vif... Où était-il??? Cela devenait une véritable obsession, pis encore que celle d'arriver à sauver sa peau, qu'il n'était pas sûr de vouloir préserver, vu que de toutes les manières, son monde, son espace vital, avait été détruit... Pourrait-il vraiment continuer à respirer alors que tous ceux qu'il aimait s'étaient fait violemment tuer, devant ses yeux, sans qu'il ne puisse rien y faire? Les mots continuaient de sortir de sa bouche, de plus en plus forts, de plus en plus poignants, et le rêve prenait progressivement en réalisme et en puissance... Lorsqu'apparu l'homme, sortant de l'un des salons, s'engouffrant dans le corridor en l'empêchant de passer, il ne put retenir un gémissement de peur, et voulut faire demi-tour... Seulement ses jambes ne répondaient plus à l'appel. Il restait là, figé, désemparé... Il ne voyait même pas son visage. Il faisait trop sombre, seule la sinistre masse de son corps se détachait des ténèbres, plus noire que le noir en lui même... et dans sa main une lame. Tout se passa comme si le temps avait été ralenti... L'homme qui se retournait vers lui, impitoyable, la lame qui s'élevait, visant inéluctablement son corps... Il hurla de peur... Et hurla vraiment, un hurlement déchirant, desesperé, que d'aucun connaissait chez les sûl, pour être réguilèrement réveillé par ce dernier, même si à force ils s'y étaient habitués. Le rêve s'acheva donc et criant comme dit, d'un bond il se redressa, la main posée sur son côté, à l'endroit d'une cicatrice qu'il ne serait pas prêt d'oublier...

Il était en sueur, mais bien vivant. Et réveillé. Bien sûr le rêve l'enveloppait encore.. Il tremblait, avait la gorge noué, encore glacé d'effroi... De cet effroi même qu'il avait ressenti la fameuse nuit. Yeux écarquillés il reprit son souffle un moment, puis appuya son épaule contre le mur à côté de lui, avant de fermer les yeux un instant, tentant de se remettre de ses émotions... Irrité il commenta dans un filet de voix:

"Foutu rêve..."

Puis rouvrit les yeux, reprenant peu à peu conscience de son environnement, et de sa réalité, de là où cette dernière en était au moment où il l'avait quittée pour s'effondrer dans les bras de l'inconscience... La chambre... Ah oui. Et...

"Ad..."

Il s'arrêta avant d'avoir fini de s'exclamer... Il avait voulu quitter les draps du lit, mais semblait y être allé un peu fort... Une douleur vive lui rappella l'existence de sa blessure actuelle, et le début de nom qu'il avait prononcé s'acheva dans un gargouillement souffrant... Il posa une main contre les bandages, qu'on lui avait refait, et pu constater qu'à l'exception de ces derniers il était torse nu... Charmant il s'en était même pas rendu compte... Heureusement que les facteurs "orage" et "compagnon de chambre" n'avaient pas été réunis... Nouveau juron, puis il entreprit de se relever précautionneusement, avant d'aller chercher son manteau, de l'enfiler bien que le laissant ouvert - oui parce que tant qu'il y avait un synthétiseur d'orage dans la baraque on ne savait jamais - et de se diriger vers la porte de la chambre pour la passer...

Les sûls quant à eux, entendant Eden hurler, s'étaient mis à sourire, comme si c'était drôle d'entendre pareille chose... Bah ils avaient l'habitude quoi, normal que ça ne leur fasse plus grand effet. Ils se réintéressèrent subitement à Adam, tandis que l'adolescent commentait:

"Le chef est réveillé, au moins on aura pas à attendre..."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Sam Mar 10, 2007 6:48 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Bon, et bien, ca n'allait pas en s'ameliorant. Il ne fallait pas être pour comprendre qu'ils remettaient complètement sa parole en doute. En même temps, ils n'avaient aucun moyen de savoir s'il disait ou non la vérité. Et aucune raison de le croire sur parole. Adam eut envie de soupirer. Qu'on se situe dans les ghetto, ou bien dans les plus hautes sphères, personne ne faisait confiance à personne. C'était déprimant...mais le monde était ainsi fait. Bah, tant pis. Il n'y pouvait rien. Lui au moins avait le mérite d'accorder le bénéfice du doute à la parole des autres. On est vertueux, ou on ne l'est pas...
Ce qui était plus inquiétant, c'était qu'il ne savait pas ce qu'Aleksiz avait pu dire à ses hommes. Et s'il contredisait sans le vouloir la version qu'il avait donné de son passé? Son autorité risquait sûrement d'être mise à mal...par sa faute. Or ce n'était pas du tout ce qu'il souhaitait.

C'est donc avec une certaine apprehension qu'il vit le dernier voyou s'adresser à lui...Apprehension très vite remplacée par une légère et nouvelle couche d'irritation. Mais c'est qu'ils étaient curieux...et là, Adam ne savait plus quoi dire. Admettre qu'ils s'étaient connus à Lyann? Bon dieu, un individu normalement constitué et un peu plus intelligent que la moyenne n'aurait aucune difficulté à percer à jour l'identité d'Aleksiz!
Et puis, toute cette méfiance le mettait mal à l'aise. Parce qu'elle était justifiée. Mais il ne pouvait en aucun cas leur dire qui il était, car l'idée même de lui faire confiance ne les effleurerait plus...Parce que eux, étaient dignes de confiance, peut-être? Sûrement pas. Passer pour un individu suspect, face à trois gangsters, c'était un peu l'hopital qui se foutait de la charité.

"On peut dire ça comme ça...Vous verrez ça avec lui, de toute façon."

Puis le hurlement. Genre de chose qu'il haissait, et qui lui donnait l'impression que quelque chose de particulierement visqueux et glacial rampait sur sa peau. Le tout saupoudré d'une chair de poule éffroyable, d'un sursaut ressemblant plus à un bond qu'à autre chose...et un dégainage aussi massif que quasi instantané, pour la deuxième fois de la soirée. Adam commençait vraiment à croire que l'instinct prenait le dessus sur la raison...parce qu'il ne se rappelait en aucune manière que son cerveau ait pu donner l'ordre de passer en mode défense...Bah, ce n'était pas un mal. Au moins avait-il des reflexes.

L'expression qu'affichèrent les Sûls le laissa à la fois perplexe et soulagé. Quelqu'un criait et ils...souriaient? Ce quelqu'un était sans nul doute Aleksiz, certes...mais leur non-réaction devait signifier qu'il n'y avait aucun danger. Voire que le fait était habituel. Est ce qu'Aleksiz faisait...des cauchemards? Avec un passé pareil, il y avait certainement de quoi...un peu rassuré, Adam entreprit de rengainer chacune de ses dagues dans son fourreau d'origine, sans répondre à l'adolescent. Il n'ouvrit pas non plus la porte pour voir si Aleksiz allait bien, car il ne tenait pas à le surprendre, ni à le déranger. Il se contenta donc de s'adosser au mur, près de l'entrée, en priant une quelconque divinité que sa version concorderait avec celle d'Aleksiz...
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Sam Mar 10, 2007 9:32 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Eden ouvrit la porte, quelque peu violemment certes... Il ne se sentait pas excessivement bien, alors on allait pas lui demander de savoir contrôler ses gestes hein... Un peu inquiet il regarda à l'extérieur... pour tomber sur Adam. Ha. Voilà qui était rassurant. L'angoisse quitta un peu ses traits tandis que durant une seconde seulement il l'observait, puis ses yeux ses posèrent sur les autres personnes en présence... trois des siens. Bien évidemment puisqu'ils étaient au QG, tiens... Il avait encore du mal à respirer calmement, et à moins d'être complètement aveugle, on pouvait le voir trembler... violemment. Il lui faudrait un bon moment pour calmer ses nerfs, mais autant dire qu'il n'avait pas le temps pour s'inquièter de ça... Il allait devoir s'expliquer, et vu le regard inquisiteur qui lui était adressé, pas plus tard que tout de suite, qu'ils ne soient que trois ou pas. Il soupira, puis adressa la parole aux autres, posant une main distraite sur les bandages recouvrant sa plaie:

"Je vois qu'on s'amuse ici... Quelqu'un pourrait me dire combien de temps j'ai pioncé?"

L'air relativement blasé, peut-être même exasperé, il ne semblait pas plus affecté que cela par le cauchemar qu'il venait de faire, dommage que son corps lui ne mente pas... Il appuya son épaule contre le chambranle de la porte, avant de jeter un bref regard, le moins anxieux possible, sur Adam... Puis sur les trois sûls, qui semblaient avoir leur mot à dire. Un certain nommé Geik, homme qu'Eden connaissait et appréciait depuis son arrivée dans le gang, prit la parole... celui la même qui avait été le second à s'adresser à Adam.

"Je dirais deux heures... Peut-être deux heures trente, quelque chose comme ça..."

Eden soupira. Son sommeil n'avait pas été très long... Et il ne se sentait pas de se recoucher de si tôt. Enfin... l'on verrait plus tard, déjà Geik reprenait... agaçant.

"Tu peux nous expliquer pourquoi tu l'as ramené? Et qui est-il exactement?"

Bien sûr, il ne lui dit pas qu'Adam avait déjà répondu à cette question, pas folle la guêpe... En même temps Eden connaissait bien ses hommes, et il se doutait bien que cela avait du se passer ainsi, il n'était pas stupide lui non plus... L'air ennuyé, une moue irritée s'affichant sur ses traits, il passa une main dans ses cheveux, les ramenant en arrière, puis répondit avec une lassitude impatiente, justifiant relativement habilement le côté très succint de ses explications...

"Bon écoutez... C'est un ami. Ca fait super longtemps que je l'ai pas vu, je ne savais même pas si il était ou non vivant, on a eu des problèmes, et j'allais pas le laisser crever par terre dans la rue... Voilà tout. Ca vous pose problème?"

Les trois de se regarder une nouvelle fois, hésitants... Et le plus jeune, Ioan, de demander, beaucoup moins sûr de lui que précédemment:

"Comment peux-tu être sûr qu'il ne nous posera pas de problèmes? Si ça fait longtemps que tu l'as vu tu..."

Eden le coupa, relativement énervé. Il venait de cauchemarder, et déjà que son tempérament était de genre enflammé, là il commençait déjà à en avoir ras le bol... Surtout vu la soirée qu'il avait eu...

"Ok... Si tu me fais pas confiance, t'as rien à faire ici. Je comprend que vous puissiez vous demander quoi, mais là ça concerne MA vie privée. Je vous jure sur ma vie propre qu'il ne nous trahira pas, si il le fait je meurs avec la confiance que je lui porte, c'est pigé?"

Et d'aucun de se taire, avant d'aquièscer, l'air plus que jamais perplexe... Les mots qu'il venait de prononcer là étaient on ne peut plus sérieux, signe qu'il était sûr de ce qu'il racontait. Et soudain... brom. QUOI? Quels étaient ces sourires et... nom de dieu mais les gens n'étaitent-ils pas grands soudainement? Et là Eden se rendit compte qu'il y avait un problème... Il du tirer une tronche pas possible, ce avant de ramener ses mains sur les pans de son manteau, vivement, et de les refermer... sur sa poitrine. Arrrrg non pas ça! L'orage! Lui qui n'était pas habitué aux changements de couleur intempestifs, en la présence d'Adam, il rougit... Disons que personne n'avait pu voir grand chose mais tout de même, le décolleté qu'il venait de présenter n'était pas des moins notables... hem. Heeem... HEM.

Bon sang. Soudainement ses soucis semblèrent comme disparaître au profit des nouveaux, puis à moitié à côté de la plaque, il tenta de réfléchir, bafouillant...

"Heu... Mais le temps n'était pas du tout..."

Et de comprendre... Les synthétiseurs d'orages n'étaient franchement pas souvent utilisés vu leur rareté... Et étant donné le coup qu'il venait de faire aux siens, qui venaient juste d'en acquérir un... arg. Quel con de le leur avoir confié! Prenant conscience qu'il s'agissait là d'une taquinerie, un éclair de génie sembla comme lui passer par la tête... Puis il ferma les yeux, se raidit, avant de sentir la moutarde lui monter au nez... oh les salauds. Et de gueuler comme un bourrin, ou en, l'occurence comme une bourrine, à 300 km à la ronde:

"QUEL EST L'ENFOIRÉ D'ABRUTI QUI A APPUYÉ SUR CE PUTAIN DE BOUTON ROUGE QUE JE LUI FASSE SA FETE?????"

Que de politesse... Dans tous les cas, plusieurs rires retentirent dans tout le sous sol, rendant l'ambiance plus légère et bonne enfant certe mais... Roh non mais pas drôle! Pas devant Adam! Pas aujourd'hui, ce jour précis, merde!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Dim Mar 11, 2007 11:37 am 
Sujet du message:
Répondre en citant

La sortie d'Aleksiz s'était effectuée sans attendre, et un petit peu violemment. Ce qui pouvait être assez révélateur de son état de santé, ou bien, de son humeur, au choix. Adam lui sourit, lorsque leurs regards se croisèrent. Ce n'était toutefois pas un sourire heureux. C'était quelque chose entre de la gêne, de la reconnaissance, et une certaine tension. Parce que c'était maintenant le moment de vérité. Nul doute que les Sûls allaient vouloir leur complément d'informations...
Chose plus inquiétante encore, c'étaient les tremblements presque convulsifs d'Aleksiz. Adam ne bougea pas, se contentant de serrer les poings. Il ne savait pas comment il le prendrait, s'il voulait lui venir en aide, peut-être lui dire de retourner se coucher. Et comment le prendraient ses hommes. Toute cette affaire devenait...terriblement compliquée.

Le jeune homme se contenta de se taire, et profita de la question que posait son ami, car il n'avait lui non plus aucune idée du temps qu'il avait pu rester évanoui...il ne savait donc pas quelle heure il était, quoique cela ne soit pas capitale. Il faudrait juste qu'il quitte les Sûls au levé du jour, et qu'il rentre chez son père. Maso? Non. Mais s'il n'y allait pas de lui-même, le marchand n'enverrait pas que deux hommes. Et Adam le sentirait passer. Mieux valait aller au-devant des problèmes, plutôt qu'ils ne nous rattrapent. Mais pour l'instant, inutile d'y penser.

Au moins deux heures. Les corps avaient été sûrement déjà découverts. Et s'il n'avait pas de chance, son père était déjà au courant. Beaucoup d'amusement, en perspective. Surtout qu'ils avaient été tués par balle...et qu'il était notoire qu'Adam n'avait jamais d'arme à feu sur lui. Adam retint un coup d'oeil inquiet vers Aleksiz. Ils auraient bien le temps de discuter de tout cela...mais plus tard.
Parce que le problème actuel, c'était l'insistance des Sûls. Qui tenaient absolument à leurs explications. Adam sentit sa gorge se nouer, et adressa une prière dans le vide, pour qu'Aleksiz ait la même version que lui. Si ce n'était pas le cas...il n'osait même pas imaginer l'ampleur de la boulette que ce serait.

Mais le temps de la chance était revenue. Adam se força violemment à ne pas pousser un soupir de soulagement, en entendant que leurs versions concordaient parfaitement. Rien dans son expression ne pouvait temoigner de ce sentiment...il se contenta d'afficher un sourire satisfait, du style "je vous l'avais bien dit". Ce qui était vrai. Sourire satisfait qui s'allongea un chouilla lorsqu'Aleksiz rembarra l'adolescent, ce qui lui faisait on ne peut plus plaisir. Se laisser marcher sur les pieds par un môme n'était pas des plus agréables. Mais le remettre à sa place, ça, c'était assez jouissif.

N'empêche qu'il lui accordait une sacré confiance qu'Adam n'était pas sûr de totalement meriter, du coup, et...et brom aussi. De l'orage? Le temps était pourtant clair, cela avait été loin d'être annoncé...Du coin de l'oeil, il vit Aleksiz refermer férocement son manteau, et en comprit la raison: il s'était transformé. C'est vrai, il avait oublié qu'il était de ce phénotype...Adam serra violemment les lèvres pour ne pas sourire. Et d'autant plus lorsqu'il se mit à hurler au sujet d'un bouton et d'un enfoiré d'abruti...cette déclaration le laissa perplexe un instant. Bouton? Orage? Puis la lumière se fit à son esprit. Ils avaient un synthé; et l'une des personnes ici l'avait activé...juste pour l'ennuyer, apparemment.
Cette fois, il ne put retenir son bref éclat de rire, qui alla se mêler à ceux des autres.

"Vous avez un synthétiseur d'orage? Au moins...vous êtes sûrs qu'il fonctionne!"

Il adressa un clin d'oeil à Aleksiz, pour lui montrer que ses moqueries étaient on ne peut plus gentilles. Même si lui aussi aurait été horriblement gêné dans ce genre de situation.

"Et puis, l'ambiance s'en voit éclairée d'une si jolie présence féminine."

Il rit encore, mais se mit hors de portée d'un quelconque retour de bâton en reculant un peu dans le couloir. Sa main alla effleurer ses cheveux, tandis qu'il souriait. Il était en train de passer un de ses meilleurs moments depuis fort, fort longtemps...
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Mar 11, 2007 1:55 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

C'est horripilé qu'Eden entendit le rire d'Adam se marier à ceux des autres... Ah non il n'allait pas s'y mettre lui aussi! Pas lui! Il resserra ses bras contre son corps, bien que ne pouvant que difficilement masquer les formes courbes généreuses qui sous cette apparence le heu... caractérisaient? Et de jeter un regard noir sur Adam, pendant qu'il parlait du synthétiseur... Ah oui! Ce foutu synthétiseur... Il allait virer de là encore plus rapidement que prévu tiens, le plus tôt serait le mieux... Eden détourna la tête, ce avant de bougonner avec humeur, malgré le clin d'oeil d'Adam... Moqueries gentilles ou pas, pour lui c'était du pareil au même... Il détestait vraiment se retrouver dans ce genre de situations, et passait un moment nettement moins bon que les autres de ce fait...

"Ouais on en a un, mais pas pour longtemps tu peux me croire..."

Ses yeux virèrent une nouvelle fois sur Adam, involontairement... Pour le voir, souriant, lui adresser quelques paroles des plus embarassantes, étant donné qu'Eden ne se considérait pas femme pour un iota quoi. Arrg non pas ça, vade retro satanas, c'était un véritable cauchemar, même Adam se fichait de sa gueule! Bouh... Franchement si ce n'était pas cruel. Mais il fallait bien avouer... Au fond, même si il ne le montrait pas ne serait-ce qu'un peu, il était un chouilla amusé... rassuré? Irrité certes, mais bon, mieux valait que cela se passe ainsi plutôt que lui et son ami ne se disputent comme ils l'avaient fait précédemment... c'était tout de même plus agréable pour tout le monde, et ma foi, peut-être y avait-il un restant d'espoir quant à leurs chances de s'entendre à peu près bien par la suite. N'empêche qu'il eut un mouvement de recul, entre étonnement, horreur et incrédulité. Il serra les dents, et rougit un peu plus fort, à en croire qu'il allait finir par avoir la peau de la même couleur que ses cheveux...

Adam l'avait déjà vu sous forme féminine, mais bon la dernière fois que ça avait été le cas, il n'avait que 8 ans, et nettement moins d'atouts physiques... En bref hem. C'était affreusement gênant. Sans compter que c'était très chiant car ses bandages s'étaient soudainement desserrés... Bah oui, sa taille n'avait plus la même largeur quoi. Se reprenant il se retourne d'une traite, sourcil froncés par la mauvaise humeur... Plutôt sèchement, car énervé, il répondit aux autres, en particulier à Adam, qui n'arrêtaient plus de s'esclaffer:

"C'est ça vas-y, fous toi de ma gueule, je voudrais bien t'y voir... Au moins vous avez un terrain d'entente, tous."

Et de passer la porte, les dents toujours serrées... par le douleur cette fois. Crier avec sa blessure qui s'était réouverte, ça n'avait pas été spécialement malin... Bah génial! En plus d'être forcé de rester sous cette forme un moment, il n'allait pas pouvoir faire entendre son mécontentement! Chouette alors... Au moins, l'évenement avait réussi à faire évacuer l'angoisse du cauchemar plus rapidement que prévu, même si restait la tension. Il posa une main rageuse sur le chambranle que son épaule avait quitté depuis un petit moment, puis tapota cette dernière des ongles, avant d'achever, toujours sur un ton très heu... bah sec et violent quoi.

"Je reviens."

Il n'eut pas le temps de fermer la porte... Déjà l'un des trois gars, Geik, encore en train de rire suite à sa transformation inopinée et le spectacle qu'elle leur avait donné de voir, portait sa main sur l'épaule d'Adam, dans une acolade peut-être innattendue pour ce dernier... Les sûls étaient assez spéciaux. Bon amis, et pire ennemis qui soient tout à la fois... Ils pouvaient aussi passer de l'un à l'autre très rapidement, c'était presque devenu culturel pour ces derniers. Geik tapota l'épaule du jeune homme, tout en commentant le visage fendu en deux:

"Bien, j'imagine qu'on n'a plus qu'à te considérer plus ou moins comme l'un des notres, vu que cette demoiselle a si généreusement su faire baisser la tension... Autant te montrer la salle commune, en attendant qu'elle ait fini de se rhabiller."

La moutarde commençait à monter si haut qu'Eden allait finir par l'avoir jusqu'aux yeux... Il rentra sa tête dans ses épaules, se crispant de rage, puis il se retourna, tenant son manteau d'une main, pointant Geik du doigt de l'autre.

"Toi, tu te la fermes! Et je ne pensais pas t'avoir permis d'utiliser le féminin!"

Et de claquer la porte, de la fermer à clé, bouillonnant de colère, commençant à sentir la subtile vague d'amusement dont il avait pu être l'objet s'évaporer... Non mais franchement ils abusaient. L'évenement permettrait sans doute à Adam de s'intégrer plus vite, mais bon... Pfiouu... Mais c'était pas possible ça! Il s'approcha à pas vif du placard à côté de son lit, histoire d'y trouver des vêtements de rechange... Et pâlit soudainement en en ouvrant les portes. Les salauds... Ils avaient tout prévu pour l'occasion. Tous ses vêtements avaient disparu, à l'occasion d'une tenue qu'il n'était pas sûr d'avoir envie de porter. Voire pas sûr du tout vu ce à quoi elle ressemblait... Il tremblait encore, mais cette fois-ci de rage. Et il ne put s'empêcher de recommencer à gueuler, quand bien même ce faisant il se ferait forcément mal:

"ET QUEL EST L'ABRUTI QUI A - ENCORE - CHANGÉ MES VETEMENTS CONTRE CETTE POURRITURE???"

Nouveaux éclats de rires. Bah tiens... Franchement c'était sa soirée.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Dim Mar 11, 2007 6:54 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Adam comprenait sans problème le malaise que pouvait ressentir Aleksiz. Mais il se disait qu'il valait mieux en rire, plutôt que de le prendre serieusement. Tous les gens ici se moquaient de lui gentiment, ou tout du moins le croyait-il. Rien de méchant, tout simplement bon enfant. C'était sûr que cela ne l'aidait pas à surmonter son complexe...mais il dédramatiserait peut-être, à force. Un jour. Enfin, Adam était très mal placé pour avoir son mot à dire dans cette histoire. Lui-même avait une honte phénoménale de sa forme féminine. Il la trouvait...trop petite, trop fragile. Trop vulnérable. Se balader ainsi, c'était un peu tendre la perche aux mateurs, et aux violeurs. Et il avait assez de problèmes comme cela sans en remettre une couche.

"Ne le prend pas mal, tu es très...séduisante."

Il se mordilla les lèvres, et parvint à s'empecher de sourire trop stupidement. Il était vexé, c'était compréhensible...mais ce n'était pas la mort. Il ne lui en voudrait pas. Se brouiller pour des inepties pareilles, c'était plutôt stupide. Encore une fois, mieux valait en rire...
Adam le regarda retourner vers la porte sans bouger, sans même se douter qu'en réalité, sa blessure le faisait de nouveau souffrir. Comment l'aurait-il pu? Qu'il veuille de la tranquillité le temps de redevenir...maître de lui-même, était normal.

Une main posée inopinément sur son épaule le tira de ses pensées. Il se crispa un instant, sur le qui-vive...avant de vite comprendre que ce contact était des plus amical. Souriant à l'homme, il se detendit. Tout allait bien. Tout était normal. Et Adam se sentait soudainement soulagé de ne plus être suspecté. Les paroles du gangster lui firent chaud au coeur. Il esperait toutefois qu'il n'y aurait aucun malentendu futur: il n'avait absolument aucune intention d'integrer les Sûl, et ce, pour de nombreuses raisons...s'ils se faisaient ce genre d'idées, lorsqu'ils connaitraient son refus, définitif, ils pourraient recommencer à avoir des soupçons...Aleksiz claqua soudainement la porte, et il sentit son sourire s'attenuer un peu. Voire poindre un chouilla d'inquietude. Est ce qu'il le prenait...vraiment mal? Il tenta de ne pas le montrer, avec réussite.

"Pourquoi pas...ça m'occupera. Il me faudra une chemise, à moi aussi. La mienne est irrécupérable je pense."

Il allait donc s'appreter à lui emboiter le pas, lorsque...nouveau cri. Nouveaux éclats de rire. Lui-même rejoignit le mouvement, en n'osant même pas imaginer le genre de tenue qu'Aleksiz avait en face de lui...Et il ne voulait pas imaginer. Ne surtout pas être à sa place dans cette galère. En fait, être chef de gang ne devait pas être facile tous les jours...

"Vous êtes vaches avec lui, il a eut une dure journée..."

Il s'esclaffa encore, et se penchant vers l'homme, pour être sûr que sa voix ne filtrerait pas jusqu'à la chambre.

"Faites moi signe lorsque vous vous serez debarassé de celui-ci, je sais où m'en procurer un autre..."

Chez lui. Son père en gardait un, dans un de ses coffres. Il en avait sûrement encore d'autres, mais Adam ignorait leurs positions. Et il savait aussi que sa famille ne s'en servait jamais, le vol ne serait donc par remarqué avant fort, fort longtemps...puis si cela pouvait faire plaisir, il était prêt à le faire.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Mar 11, 2007 10:27 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Les trois gangsters continuaient de sourire, voire même de rire, et ils n'étaient pas les seuls, une pièce un peu plus loin semblait comme être remplie de bouches aux lèvres positivement contractées... Le plus jeune répondit à Adam au propos de l'histoire de la chemise, soudain devenu plus agréable lui aussi...

"Y a de quoi faire ici... Je pourrais même aller chercher ça dans les affaires du boss, sur l'instant il sera loin d'en avoir besoin..."

L'ironie de ses propos ne fut mise à jour que lorsqu'Eden cria, peu après, alors qu'il s'était déjà un peu éloigné... Geik reprit, expliquant ce pourquoi les sûls ce soir là s'étaient décidés à jouer ce vil petit tour à leur chef...

"Je veux bien le croire, ça n'empêche qu'on a pas trop apprecié de se faire aboyer dessus de la sorte, et vu qu'on vient d'acquérir ce machin on allait pas se gêner pour en profiter..."

Puis Adam se penchant vers lui, curieux il fit de même... Ce avant qu'un large sourire, bien épanoui, aparaisse sur ses traits.

"T'es un gars intéressant... Tu peux compter sur moi pour te prévenir, Eden risque de rapidement pêter un boulon mais on évitera de lui dire que ça vient de toi, il risquerait de t'en vouloir vraiment ce coup-ci."

Et de lâcher un nouvel éclat de rire, tandis qu'il se dirigeait environ jusqu'au milieu du couloir... Là, devant les escaliers qu'il avait fallu descendre pour entrer dans les sous-sols, une porte que le gangster ouvrit... sur un lieu plutôt éclairé, et relativement rempli. Une sorte de petit couloir s'étendait sur quelques mètres, donnant finalement sur une pièce plutôt grande, pour ce qui avait été une cave... à croire que dans les ghettos, les caves AUSSI avaient servi d'appartement. C'était d'ailleurs fort probable... Les lieux faisaient le double d'un salon "habituel". Murs nus, au plus simple et... Ah non là tout de même mobilier! Des fauteuils étaient entreposés contre les murs... Cuir noir, semblant très confortables, cela avait l'air d'être de la bonne qualité, comme il était relativement rare d'en trouver... Plus loin deux canapés, inutilisés. Il devait bien y avoir 10 à 15 personnes dans la pièce, qui tous braquèrent un instant leur regard sur les nouveaux arrivants, avant de fixer Adam intensément, lorsque celui-ci fut entré. Plusieurs gangsters semblaient comme se reposer dans leur fauteuil, dans une attitude nonchalante, relativement peu élégante, fumant pour un certain nombre une clope, venant gentiment enfumer la pièce déjà peu aérée... D'autres étaient assis à terre, passant le temps en jouant pour certains, semblant pour d'autres méditer... Entre les deux canapés, une table basse, en verre, et avec un pied d'acier noir... Jolie décoration pour une pièce en elle même brute comme cette salle commune était. Plusieurs armoires trônaient ici et là, et tout au bout, devant laquelle deux personnes réfléchissaient, une télé... Ah oui et pas n'importe quoi. Un écran de haute résolution, grande taille, du genre que l'on payait un prix exorbitant, ou que l'on gagnait par - énorme - chance au jeu, dans le grand casino foireux d'Emin'ra... Sâchant que les sûls comme tous les gangs changeaient de planque assez régulièrement, on ne pouvait dire qu'une chose... Pour les sûls, les affaires semblaient bien rouler! Sauf que là l'ambiance détendue semblait comme redevenir un peu plus lourde... Hem. Il fallut que le troisième gangster ouvre sa bouche pour que les regards se détournent, plus ou moins rassurés, et que les choses reprennent leur cours normal:

"C'est bon, pas de problème à son sujet, c'est un ami d'Eden qu'il avait perdu de vue depuis un moment."

Dit par un sûl en lui même, l'information avait plus d'impact sur les esprits... les détails avaient déjà du être abordés, tout allait bien alleluia... Geik se contenta d'avancer, invitant Adam à rentrer:

"C'est un peu tendu mais bon... C'est la première fois qu'on laisse un gars extérieur au gang venir chez nous autrement qu'en tant que prisonnier si tu vois ce que je veux dire... Bah fait comme chez toi."

Il passa une main contre son crâne, un peu perplexe, s'apprétant à vaquer à ses propres occupations.

Et Eden pendant ce temps là... Eh bien Eden ne savait plus trop que faire. Ces enfoirés avaient vraiment tout prévu... Pendant qu'il discutait avec Adam et les trois autres, un d'eux était venu récupérer la seule chemise qu'il aurait pu mettre à la place de cette... cette... cette CHOSE qu'ils lui avaient filé. C'était pas bien dur hein... Toutes les pièces étaient reliées entre elles par une porte supplémentaire. Il ne l'avait juste pas entendu passer... Heureusement, il avait gardé son manteau sur lui... Sans ça il aurait vraiment été mal. Et les membres de son gangs étaient à l'évidence de véritable gamins... c'était franchement déplorable. Bon... Il allait donc devoir s'habiller avec ce... truc. Il allait pas rester nu en dessous de son manteau... Le problème, c'est que le dit truc était une robe... Et moulante... Eurg. Bon allez... Il fallait relativiser... Sous l'étoffe de cuir qu'il avait actuellement sur le dos, personne ne verrait rien, et au moins il ne s'évertuerait pas à nager dans des vêtements qu'il serait obligé de relever toutes les dix secondes pour éviter que ça tombe ou que ses mouvements soient gênés. Il passa une main sur sa nuque, soupira, résigné, puis partit fermer le reste des portes... Pas question qu'en plus de ça quiconque tente le voyeurisme non mais! Il retira son manteau puis prit parti en premier lieu de fixer ses bandages serrés comme il faut. Un fois fait il commença - où finit vu qu'il était déjà peu vêtu- de se déhabiller, rageusement... Il faillit jeter son pantalon par terre n'importe comment d'énervement, ce avant de se reprendre... Si quelqu'un venait le lui piquer celui là, et à moins de vouloir faire un costume d'exhibitionniste version "bal masqué au cabaret", il n'allait pas pouvoir se retransformer, même après l'orage, du moins pas avant qu'on ne lui rende des vêtements décents, ou qu'il aille lui même en trouver, dans cette tenue... Il le remit dans le placard, en sortit ses futurs vêtements, puis ferma ce dernier, mais alors le ferma à CLÉ. Bien sûr pas mal de ses gars savaient forcer une serrure, et pouvaient le faire quand il voulaient si l'envie les prenait mais... Bon. Il ne pouvait pas franchement faire mieux que ça. A moins de trimballer le pantalon sous son bras voire sous son manteau mais... Rah non quoi. Fallait bien prendre des risques dans la vie... Bon ok c'était sa spécialité.

Et il se rhabilla... Encore heureux on avait eu la bonté de lui laisser des sous-vêtements, ce qui en soit était déjà merveilleux quand on voyait jusqu'où on le poussait, il enfila donc ce qu'il fallait, avant de prendrela robe entre quatre doigts... et de l'observer, entre incrédulité et dégout... Sur une vraie femme, sans aucun doute aurait-elle été très heu... très bien quoi, il aurait même été très heureux de pouvoir la voir portée par quelques unes de ses connaissances féminines qu'il appréciait bien, mais lui... Non franchement on aurait tout vu. Ils lui avaient fait des crasses à ce niveau jusqu'ici, mais là ça dépassait les bornes... La robe était rouge, rouge foncée. La couleur de ses cheveux quoi, ils avaient pas choisi au hasard bien entendu... Et que dire sinon que... de tous les points de vue elle était courte, et... vraiment très moulante. Elle lui arriverait à mi cuisse, et il se sentait déjà saucissonné rien que de l'observer, avant de l'enfiler... Et puis le décolleté partait bas tout de même quoi. Les bretelles de la robe, le continuant, se croisaient, pour passer dans un dos dénudé en partie... Un peu trop pour lui aussi. Sa main vint taper contre son front, alors qu'il levait les yeux au ciel. Que c'était exaspérant... Puis il enfila le machin... Oups là, pour se dire qu'on était vraiment à l'etroit là dedans, à se demander si il n'allait pas finir par préférer arriver en sous-vêtement sous le manteau... Oui non peut-être pas si un imbécile le forçait à l'enlever par la suite il mourrait de honte sur place cette fois. Il posa ses mains sur ses hanches, indécis, tandis que ce faisant il avait la très désagréable impression de ne plus se trouver en lui... Bon les chaussures maintenant. Bien sûr tout avait disparu, au profit d'une paire de bottes noire, moulantes, brillantes, qu'il n'avait jamais vu auparavant... Il ne pouvait décemment pas marcher sur le sol irrégulier du QG pied nu. Pas le choix... Nouveau soupir, affligé, puis il se baissa, avec l'impression très prégnante que ce qu'on l'avait forcé à mettre allait ce faisant craquer... heureusement non. Il enfila les bottes, puis regretta de ne pas posséder de miroir dans cette chambre... Il risquait de finir en public ainsi, et était quasiment sûr de ressembler à une péripapéticienne... Il aurait peut-être mieux fait de rester enfermé jusqu'à ce que l'orage se calme.

Il remit son manteau, le ferma, et c'est presque si il n'avait pas l'impression d'être nu en dessous de ce dernier... Dans un grognement il remarqua qu'une partie de ses gambettes dépassaient, les bottes avec... Bien. ll allait au moins falloir supporter ça. Renfrogné, l'air sombre, le regard jetant des éclairs, il se décida à sortir rejoindre les autres... surtout Adam. Parce qu'il n'allait pas le laisser au milieu des fauves, aussi sympathiques ceux-ci pouvaient-ils sembler lorsqu'ils n'avaient trouvé aucune raison de vous vouloir du mal. Il ouvrit la porte de droite, à la volée, si bien qu'elle claqua violemment contre le pauvre mur, qui n'avait rien demandé... Pas la porte qui donnait sur le couloir non, celle qui donnait sur la pièce d'à côté... Si bien que les portes se suivirent, ouvertes toutes aussi délicatement les unes que les autres. En gros, on l'entendit venir. Lorsqu'il ouvrit la dernière porte, donnant sur la salle commune, les sourires étaient de nouveau sur toutes les lèvres... Hagard, hors de lui, en entrant il se mit à crier son mécontentement... Parce qu'il était vraiment énervé, déjà que sous cette forme il avait tendance à être particulièrement irrascible:

"Je vous préviens que vous allez me le PAYER! Celui qui a eu cette idée STUPIDE peut être sûr que d'ici peu il sera en train de laver les chiottes cm² par cm² avec une BROSSE A DENT!"

Encore les rires... Grr, ils continuaient de se foutre de sa gueule, et ça commençait à véritablement lui taper sur le système. En plus il s'était encore fait mal à gueuler comme il l'avait fait, et dut serrer les dents, portant une main à son côté. Il en vit un s'approcher... Il se retourna vers lui vivement... C'était Joz. HA! Alors là si il s'avisait de le toucher... Mais oui! Cet abruti approchait allait lui mettre la main sur la taille là! Il ne lui en laissa pas le temps, il ne lui laissa même pas le temps de parler. Il le prit par le col, et Joz de surprise se laissa se baisser à son niveau... Eden eut un sourire acide, satisfait, puis lança son genou... Oui bang, là où il faut pas. Bon pas très violemment mais assez pour lui faire bien mal quand même. Seul problème, dans le mouvement, il avait dégagé sa jambe du manteau, pour le plaisir de ces messieurs... Sur le coup il ne s'en rendit même pas compte, et heureusement sinon il n'aurait pas aimé.

"Toi ferme là, j'étais vraiment pas d'humeur pour ça ce soir, autant vous dire que c'est très loin de m'amuser!"

Et cette fois il est vrai que ça ne l'amusait plus du tout... Voire même sérieusement plus du tout. Il sortait d'un cauchemar pour en vivre un autre, génial quoi! Sans un regard pour son très cher sbire, qui devait quand même avoir bobo, il s'approcha d'un des canapés, pour s'y laisser tomber, en soupirant. Il releva la tête pour chercher Adam des yeux, puis une fois trouvé, l'air toujours aussi aimable, il lui grogna quelques mots, et lui montra la place sur le canapé devant lui... Ils avaient encore à s'expliquer sur quelques points, quitte à devoir virer tous les autres de la salle, ou à aller ailleurs pour discuter.

"Toi tu viens là..."

Un peu injonctif, pas très sympa, mais Eden ne se sentait plus là, ce qui se voyait d'ailleurs...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Lun Mar 12, 2007 5:08 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

L'idée d'aller chercher une chemise dans les affaires d'Eden aurait pu être agréable dans d'autres circonstances, mais pour l'instant, vu son état de nerf, cela aurait juste servi à jeter de l'huile sur le feu...et ce n'était pas ce que souhaitait Adam. Taquiner Aleksiz, et le mettre hors de lui étaient des choses très différentes.
Dans de meilleures dispositions à l'égard de l'adolescent, Adam se tourna vers lui avec un sourire simple.

"Bah comme tu veux, mais il sera inutile de le provoquer davantage encore, je pense...

Adam comprenait la réaction des Sûls pour Aleksiz, sachant la manière dont il les avait viré auparavant, mais...il ne devait pas lui-même prendre parti. Pour sûr, il aurait detesté qu'on l'envoie bouler de la sorte, mais il aurait également detesté être victime de la blague qu'on adressait ici à son ami. Le jeune homme nota donc soigneusement dans un coin de son esprit, que s'il devait devenir plus proche encore des Sûls, il devait se mefier de leur...humour douteux. Très douteux. Bah, ce n'était rien. Après tout, chacun s'amuse comme il le peut...sinon la vie serait très, très morne, non?

Sur ses considérations, Adam entreprit de suivre ses compagnons de fortunes, en reperant les escaliers par lesquels il était assûrement arrivé, inconscient. La pièce dans laquelle on le conduisit le stupéfia assez considérablement, bien que cela passa plutôt inaperçu, étant donné qu'il eut assez de bon sens pour garder la bouche fermée. Le mobilier, le dispositif...tout cela avait carrément la classe, et avait dû coûter un bon paquet! Le jeune homme se rendit compte qu'il avait gravement sous-estimé le gang d'Aleksiz...il marchait apparemment plus que bien, et rapportait tout autant...Adam avait l'habitude de frequenter les gangs, de temps à autre, et avait aperçu deux ou trois QG...mais rien n'avait l'ampleur de ce qu'il avait devant les yeux, qui tenait à la limite du miraculeux, tant tout cela avait dû coûter cher...Quoique, pensa-t-il avec un soupir très interne, la maison de son père, sa demeure, était encore bien mieux que cela. Une fortune faite dans le sang, et par l'ôme. Joie.

Un autre détail frappa Adam, peut-être un peu tardivement...Bah...tout le monde le regardait. Fixement. Inutile de dire qu'il commença derechef à se sentir gêné, et à sentir ses oreilles rougir, premier signe de son malaise, bien que cela soit peut visible, derrière ses cheveux.
Mais la recommandation qu'on fit pour lui le soulagea grandement. Il n'était plus un intru. Ou tout du moins, presque plus. La parole d'un des leurs pour sa défense valait apparemment nettement plus que sa sienne propre...bah, il n'allait pas faire d'histoire. Du moment qu'on ne lui jettait pas des regards soupçonneux toutes les secondes et demi, il s'en sortirait bien. Il approuva d'un signe de tête les paroles de l'homme, avec une légère grimaçe.

"Je comprend ça...il n'y a pas de problème. Merci."

A son tour Adam passa une main dans ses cheveux, et pour ne pas rester planter en plein milieu, alla s'adosser contre un mur. Chacun vaquait à son occupation sans plus trop s'interesser à lui...les bras croisés, il chercha d'un oeil distrait le garçon ayant dit s'occuper hypothétiquement de sa chemise, mais ne le trouva point. Bah, cela attendrait. Meditatif, il porta un doigt à sa lèvre, et en explora le contour. Il sentit la plaie, presque déjà refermée, et peu douloureuse. Elle ne mettrait pas bien longtemps à guérir, et c'était bien sa seule séquelle de leurs petites...batailles. Si on excluait un petit mal de tête lancinant.

L'attention de tout un chacun fut bientôt attirée par un bruit de multiples portes ouvertes apparemment un peu violemment. Comme Adam ignorait tout de la structure des lieux, il ne pouvait en aucun cas deviner comme ça, par magie, que c'était Aleksiz, qui approchait. Lui ne l'attendait que par la porte où il était lui-même entré...Si bien qu'il n'affichait pas le sourire ambiant, lorsqu'il entra, mais leva plutôt un sourcil interloqué, sans toutefois se poser trop de questions. L'important n'était pas par où il était arrivé...mais dans quel état.
Là, Adam se disait qu'il n'était plus trop temps de se moquer. Aleksiz avait vraiment perdu tout contrôle sur son humeur, et prenait la plaisanterie...de plus en plus mal. Il se garda donc bien d'intervenir, de dire quoi que ce soit, ou même de sourire. Bien que cela fut un instant assez...tentant.

L'envie lui passa très rapidement lorsqu'un des gangsters décida de faire le mariole avec Aleksiz...et manqua de le...bref, inutile de faire un dessin. Adam eut une grimace pleine de compassion, mais il savait que son ami avait très bien fait de ne pas se laisser faire. Il n'aurait plus manquer que ça...Les Sûls avaient certes le sens de la blague, mais ils poussaient cette tendance un peu trop loin tout de même.
Le jeune homme le, ou plutôt "la" regarda aller s'asseoir...et le chercher des yeux. Adam se crispa devant les paroles qui lui étaient adressés, et un instant, resta complètement immobile, laissant son expression devenir soudain...glacée. Il avait été très clair avec Aleksiz. Il n'était en aucun cas de ses hommes, et ne recevait donc aucun ordre de sa part, qu'il soit de mauvaise humeur, ou non. On rompt difficilement avec l'orgueil et la fierté que nous transmet son propre sang...Enfin, après quelques longues secondes, il consentit à aller s'asseoir, d'un pas lent, et mesuré, et lui non plus n'ayant plus du tout envie de rire.

"Je ne suis pas un de tes sujets, rappelle-toi."

Sa voix était peut-être un peu plus sèche que nécéssaire, et peut-être était-il déconseillé d'enerver encore plus Aleksiz, mais Adam preferait eclaircir dès maintenant les choses, histoire que cela ne devienne pas une très, très mauvaise habitude.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Lun Mar 12, 2007 7:06 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Eden crut qu'il allait dépasser toutes les bornes de l'énervement lorsqu'Adam, en rajoutant alors qu'il n'y avait pas besoin, faisait sa forte tête... Un courant glacé sembla comme passer entre eux, et son regard, figé dans celui de son ami, n'était à vrai dire pas plus engageant que le sien... Bah quoi? Qu'est-ce qu'il y avait? En quoi ça le dérangerait de bouger ses fesses deux secondes histoire de s'asseoir face à lui hein? Bon ok... Même hors de lui Eden était conscient de l'irrespect transparaissant dans ses propos... C'était bien dommage mais il ne parvenait plus à se contrôler. Finalement Adam finit par approcher, puis s'asseoir, ce avant de lui répondre quelque chose qui plus que de titiller ses nerfs déjà à vifs parvint à lui glacer les sangs... Parce qu'Eden venait de cauchemarder, et que les images du massacre étaient encore trop impregnées en lui pour que quiconque puisse se permettre de lui rappeller Lyann ou quelque chose en rapport plus ou moins proche avec Lyann sans provoquer chez lui une violente réaction. Il tenta de n'en rien montrer mais un frisson le prit, tandis que l'ambiance virait véritablement à la catastrophe... Ses yeux semblaient soudain n'être plus que haine, et si elle n'était pas du tout tournée envers Adam en réalité, c'était bien lui qu'il regardait... Il ui en voulait surtout pour son manque de tact, même si il était très mal placé pour reprocher à quiconque ce genre de choses. Doucement, avec une lenteur vicieuse, un rictus cynique, presque méchant, vint s'étendre sur ses lèvres... Puis un éclat de rire froid, ce avant qu'il ne réponde, violent, cassant:

"Sans blague, on se demande bien pourquoi..."

Non ce n'était pas là de la rancoeur... Juste de la colère pure, qui lui donnait envie de blesser son interlocuteur comme ce dernier l'avait fait précédemment... Sans attendre il tilta, puis jeta un regard vif sur ses hommes... Qui soient n'avaient rien entendu, soient n'avaient pas trouvé ses propos étranges, ou hors contexte... Ouf. Il n'avait pas besoin de perdre leur confiance, en plus d'être maltraité par ces derniers régulièrement... Même chef, il était dur d'être le seul irazyn au sein d'un groupe strictement abyn. Si seulement ils arrivaient à recruter quelqu'un d'autre du même phénotype que lui, peut-être arrêteraient-ils un peu de le faire suer avec ça... Mouais. On pouvait toujours espérer. Enfin la n'était pas le problème. La brève pointe de peur qu'il venait de ressentir avait réussi à faire passer une partie de son énervement, si bien que lorsqu'il tourna de nouveau les yeux sur Adam, ses traits s'étaient un peu radoucis, et ses yeux avaient perdu toute trace d'animosité, quoi qu'une lueur hargneuse continua de les illuminer. Bon... Il prit une grande inspiration, puis expirant posa une main contre son front, avant de s'adosser au fond du canapé, posant son bras libre sur le dessus de ce dernier. Il avait exageré... ok. Il n'aurait pas du se comporter ainsi avec Adam et il le regrettait... C'était bien une des premières fois où il regrettait un acte de colère d'ailleurs, et jamais auparavant il n'avait réussi à se calmer si vite... A croire que son ami avait un effet positif sur son caractère irrascible à souhait... Dans un soupir il reprit, étonnant deux ou trois sûls au passage, sûls qui avaient à peu près aussi peu l'habitude que lui de le voir reprendre son sang-froid à cette vitesse:

"Excuse moi... C'était pas contre toi. Sous cette forme j'ai un peu de mal à me gérer..."

Euphémisme pour dire qu'en temps d'orage, il se transformait en véritable furie... Bref. Il rouvrit les yeux qu'il avait fermé le temps de faire baisser la tension, puis il posa ses avant-bras sur ses genoux, fixant Adam, redevenu assez maître de lui même pour arriver à discuter calmement... Si le jeune homme voulait bien lui pardonner son instant de faiblesse en tout cas.

"Bon... Je sais pas ce que tu en penses, mais personnellement j'aimerais bien faire le point sur ce qu'il s'est passé tout à l'heure... Tu préfères peut-être en parler à l'extérieur?"

Le jeune sûl étant parti à la recherche de vêtements était apparu sur le seuil de la porte, une chemise en main, et s'était approché d'Adam. Il lui tendit l'objet tandis qu'Eden finissait sa phrase, ne laissant à Adam le temps de répondr... Geste bien ironique pour Eden, qui reconnaissant l'une de ses affaires en la chemise offerte grimaça légèrement, ne prenant pas le gag trop mal cette fois-ci... Comparé à ce qu'il y avait eu avant, ce n'était plus grand chose.

"Tiens. Je pense que celle-ci devrait à peu près t'aller..."

Eden passa une main sur son visage... S'empêchant de sourire difficilement. La colère ne l'aveuglant plus, il était de nouveau apte à s'amuser de pareilles bêtises... Mais pas prêt de l'avouer! Les autres auraient cru qu'il commençait à accepter de se présenter sous cette forme, ce qui était loin d'être le cas... Il ajouta juste, dans un grognement qui n'avait plus rien d'agressif:

"Bah voyons... On va se mettre à distribuer mes fringues pour la kermesse maintenant, à croire que ça vous tiens vraiment à coeur que je me balade à moitié à poil..."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Mar Mar 13, 2007 2:14 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Bon ok, cela avait été stupide. C'était de la provocation pure et dure, sans aucun interet, et sans utilité. Juste peut-être satisfaire son ego de bourgeois...N'empêche qu'Adam sentait ses cheveux se dresser sur sa nuque, au regard que lui adressait Aleksiz. Il en aurait presque eu peur. En fait, il avait peur, mais cela n'était pas vraiment visible. Il s'était contenter de blémir, mais sans que rien d'autres puisse trahir ses sentiments. Il l'avait blessé. Touché là où cela faisait particulièrement mal...et Adam s'en voulait de cette cruauté déplacée. En fait, il s'en serait voulu, si la réplique qu'il lui adressa. Un partout, double blessure...comme s'ils avait besoin de ça. Le jeune homme sentit ses muscles se crisper, et serra dents et poings. Mais bien vite, il se reprit, en prenant une profonde inspiration. Il l'avait cherché, il ne pouvait pas lui en vouloir.

Il avait tendances à être injuste avec Aleksiz, et c'était justement de très mauvaises tendances. Disons que son ami ne faisait rien pour le menager non plus...Il détourna les yeux, pour les fixer sur la salle, le menton appuyé dans sa main, et le bras posé sur l'accoudoir. Il y avait sûrement autant de bons, que de mauvais côtés à avoir revu Aleksiz. Il avait du mal à se comporter avec lui comme il se comportait avec les autres gangsters: avec prudence, et souvent sans prendre garde à leurs paroles blessantes. Cela venait sans aucun doute du fait que pour lui, à la base, son ami n'en était pas un...

Cette petite bouderie aurait pu durer longtemps, si Aleksiz n'avait pas fait quelque chose d'impropable: s'excuser. Cela l'etonnait mais pas pour les mêmes raisons que tous les autres ici. Il avait juste cru le sentir trop fier pour ce genre de chose...Et il decouvrait maintenant qu'il tenait peut-être, un peu, à son amitié. Adam aussi y tenait. Mais il savait que pour certaines choses, il y renoncerait, comme il avait déjà failli y renoncer. Mais ces raisons...il n'était pas encore sûr de toutes les connaitre.
Mais en ce moment, il était prêt à enterrer la hache de guerre. Il retourna ses yeux noirs vers lui, calme, bien que peu détendu.

"Pas de problème."

Voilà, fin du problème. Autre sujet. Ah oui, la discussion. Quelques questions auxquelles Adam n'était pas sûr de vouloir répondre. Mais il n'avait pas vraiment le choix, ce serait peu juste envers Aleksiz. Il devait connaitre la verité. Ou au moins en partie.

"A l'exterieur plutôt, si tu veux bien."

Sans attendre, Adam se leva. Plus vite cela serait fait, plus vite il serait débarassé des sujets qu'il n'avait pas spécialement envie d'évoquer. Ainsi debout, il vit avec plaisir l'adolescent revenir vers lui avec une chemise propre. Bien entendu, il ne pouvais deviner qu'elle appartenait à Eden...Il ne pouvait pas la mettre ici de toute manière, autant sortir. Comment expliquerait-il autant de cicatrices à des gens de leur trempe? Sûrement pas avec un petit mensonge. Il remercia le Sûl d'un signe de la tête, et prit l'objet dans sa main. Qui se crispa légèrement aux paroles d'Aleksiz. Parce que c'était bien la sienne. Heureusement, plus de tension dans sa voix. Plus de mechanceté. Adam se sentit soudainement soulagé.

"Ce n'est qu'un emprunt, je te la rapporterais, ne t'inquiète pas. Nous y allons?"

Avec un menu sourire, qui n'avait rien de spécialement joyeux, il se dirigea vers la porte de la pièce par laquelle il était lui-même entré.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mar Mar 13, 2007 5:18 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Eden porta une main à ses cheveux, avant de se frotter le crâne, yeux fermés, dans un soupir las... Il en avait vu un peu trop d'un coup là, en réalité son cerveau commençait à fatiguer à force de rebondissements. Il se leva, emboitant le pas à Adam, et sans un geste pour le reste de sa clique.

"Allons-y oui. Pour la chemise t'en fais pas, tu peux la garder en fait, ce n'est pas comme si je n'avais que celle là... en temps normal."

Il faillit en rire, mais il s'en garda bien. Et puis quoi encore! Pourtant si l'on y avait bien regardé, le coin de sa lèvre avait eut un soubresaut léger, avant de revenir à sa position initale... Enfin bon. Il passa la porte du couloir suite à Adam, puis la referma... avant de lui indiquer le bout du couloir, soit sa chambre, du doigt. Ainsi ils feraient d'une pierre deux coups: Adam pourrait dire tout ce qu'il avait sur le coeur sans risquer de se faire capter, car ils étaient trop loin, trop isolés pour que quiconque puisse les entendre, et dans le cas improbable où un de ses hommes s'approcherait de l'armoire pour lui piquer le restant de ses affaires, il pourrait sans mal l'en empêcher...

"Là-bas normalement personne ne pourra entendre quoi que ce soit."

Il se mit en marche, ce avant de grimacer de nouveau, dérangé par l'actuel écho de ses pas lui rappellant et sa condition, et la magnifique tenue qu'il arborait. Nouveau grognement qui lui échappa, un peu bourru peut-être:

"Ce coup-ci ça va vraiment trop loin..."

Mais que pouvait-il y faire? Au départ ce n'étaient là que plaisanteries, au sein de la grande famille que constituait le gang... Il n'avait pas envie de prendre de mesures disciplinaires vraiment drastiques à ce sujet, cela dit si ils réitéraient la plaisanterie, la faisant aller aussi loin ou plus loin, il y serait forcé... Après tout même si la façon dont il leur avait parlé ne leur avait pas plue, ils n'avaient aucun droit de le sanctionner pour cela, officieusement parlant! Ca va bien qu'ils étaient bons amis... Bref. La chambre approchait, il entra, attendant qu'Adam fasse de même pour rabattre le battant contre la monture. Eden se retourna, ce avant de s'adosser au mur, et de laisser son ami s'installer comme il le souhaitait. Une fois fait, il tenta de paraître plus avenant... Loin de lui l'idée de faire fuir Adam à force d'antipathie, que son humeur forçait! Il croisa les bras, puis eut un pâle sourire, léger certes mais assez présent pour faire baisser la potentielle tension pouvant encore règner entre eux deux, interférence malencontreuse des ondes de colère étant passées entre lui et le gang...

"Bien. Si tu veux bien je t'écoute."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Chimea Index du Forum -> Rp: Enezis -> Quartier résidentiel Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Page 1 sur 7

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


MSTrenches war Theme © Matt Sims 2004

Title Images © Medal of Honour - EA Games
Powered by phpBB © 2001, 2004 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com