Navigation :: Chimea
FAQ :: Rechercher :: Liste des Membres :: Groupes d'utilisateurs :: S'enregistrer :: Profil :: Se connecter pour vérifier ses messages privés :: Connexion

[CJ]Coffre A Souhaits
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Chimea Index du Forum -> Rp: Enezis -> Parc d'attractions côtier
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Mer Fév 28, 2007 9:23 am 
Sujet du message: Coffre A Souhaits
Répondre en citant

6 jours après "Take A Break"

Crépuscule. L'endroit commençait à devenir serieusement glaucque. En pleine journée déjà, le parc ne regorgeait pas de monde. Enfin, pas du monde auquel on pourrait s'attendre dans un parc d'attraction: enfants avec leurs parents, bandes d'adolescents...Bah, normal. Personne n'avait envie de connaître une mort prématurée en tombant du Grand Huit, ou bien empoisonné par une stupide canne à sucre. Si la plupart d'Enezis était déglinguée, il y avait encore assez de gens sensés pour eviter les places...suspectes. Dans ce genre là. Même si toute l'île en tenait une sacré couche...

Du coup, en journée, des adultes trainaient là. Des desoeuvrés, des suicidaires, ou bien des gens tout simplement inconscients. D'autres qui avaient des choses à se prouver, certains venus organiser des magouilles...Et le soir, tout ce petit monde s'en allait. Sauf Adam, bien sûr. C'était le hasard qui l'avait ammené ici, et il ne voyait pas dans l'immediat pourquoi s'en aller. Pour rentrer où? Oh, sans nul doute qu'il pourrait obtenir sans probleme une chambre en ville, où qu'il aille. Il avait l'argent, et il savait où aller. Mais il ne passait pas son temps hors de chez lui pour aller s'enfermer dans une piaule malsaine en esperant que rien ne lui arriverait jusqu'au lendemain.

Puis il y avait certaines choses qu'il ne raterait pour rien au monde. Genre un coucher de soleil sur le parc ès bizarrerie de l'île, avec vue sur la mer. Donc il s'était planté là, assis sur une balançoire, dos au reste du parc, face à la mer, et mordillant une brintille, il observait. Il méditait. Les chaines de la balançoire grinçaient doucement à mesure qu'il se balancait lentement, d'avant, en arrière...
Plus serieusement, il aurait fallu admettre qu'Adam s'ennuyait. La vie commençait à devenir monotone, et il detestait ça, plus que tout au monde. La repetition, l'habitude...c'était la même chose qu'une cage dorée. Il fallait de l'action dans le petit monde d'Adam Liadon, sinon s'en était fini de lui. Il ne voulait pas rentrer, il ne voulait pas rencontrer des gens qu'il connaissait, il ne voulait pas se sentir suivi par les sbires de son pere, il ne voulait pas quitter le parc, tout simplement.

"Si..tu...m'avouais...que je suis...juste un...jouet..."

Voila qu'il se mettait à fredonner. Décidement, l'ambiance n'allait pas s'ameliorer avec ça. Il ricana, se rendant compte qu'il broyait tout simplement du noir, et que c'était loin d'être dans ses habitudes. Où était passé le Adam souriant, heureux de vivre, gentil? Sûrement quelque part ailleurs, en ville...
Continuant à fredonner, il ferma les yeux, la tête appuyée contre la chaine de la balancoire. Il pensait, il esperait que tout irait mieux demain, et n'empirerait pas. Ce serait un nouveau jour, avec qui sait, son lot de surprises...agréables, ou non. Mais il n'était pas encore prêt à s'en aller, toutefois. Sans bouger, les paupieres mi-closes, il resta là à observer ce qu'il était soi-disant venu voir, et attendant que la nuit tombe.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mer Fév 28, 2007 11:04 am 
Sujet du message:
Répondre en citant

1 mois et trois jours après "Impatience et Imprévu"

Attendre... Il semblait bien que ce soit devenu sa spécialité du moment! Attendre, attendre, attendre, et encore attendre que les choses se goupillent! Quoi que non... C'était habituel en fait. C'était juste lui qui en ce moment accumulait un stress considérable, et n'avait plus sa patience d'antan... Accoudé, limite affalé contre la barrière surplombant la digue, il releva la tête, et observa un instant les lieux, exasperé. C'était un endroit qui, étrangement, le calmait, le rassurait. Cela faisait longtemps qu'il le connaissait, et il ne lui rappellait que des bons souvenirs... Comment se sentir en sécurité dans le parc d'attraction côtier me direz-vous? Eh bien en s'appellant Eden peut-être, et en ayant passé son enfance à parcourir les lieux, à apprendre à les connaître, à détecter ses pièges effectifs ou éventuels... Bref. Eden connaissait le parc, no problem, il s'y sentait comme chez lui. Il se trouvait à ce moment même à l'un des points de rencontre habituels des sûl, soit un endroit assez bizarre dans sa conception, puisqu'il s'agissait d'une impasse aussi étroite qu'une ruelle, s'achevant abruptement sur la protection d'acier contre laquelle il "trônait" gentiment. Isolation, vue sur la mer, parfait, que demander de mieux! Ah quelques magasins un peu plus fréquentables que la confiserie poussièreuse à sa droite peut-être, confiserie qui en sous-sol se transformait en véritable usine de confection de poisons - il le savait puisqu'il était client - et que le sex shop à sa gauche, en réalité lieu de travail d'un chirurgien ayant raté ses diplômes, quelque peu malade le gars, et qu'il valait mieux éviter de croiser dans la rue...

Bon. Ils foutaient quoi les autres exactement? Oui le frou frou des vagues c'était sympa, ouiii le vent doux qui courait contre sa peau, faisant voleter ses cheveux au passage, c'était loin d'être désagréable, ouii mais... merde. Ras le bol! Ca faisait bien 30 minutes qu'il était là, et avait envoyé ses sbires rameuter toute la troupe. Il sortit briquet et cigarette... C'était la combientième celle là... Bwarf. La beaucouptième, mais c'était habituel, surtout en ce moment. Comme quoi parfois la lampe magique qu'il faut frotter trois fois se transforme en briquet, juste au moment où la flamme illuminait son visage pour venir allumer la clope qu'il avait en bouche, quelques ombres au tournant de la ruelle apparurent, direction... bah direction sa direction quoi. Il se redressa, reconnaissant là quelques uns des siens, suivis de toute la clique au grand complet, à l'exception des grands absents...

"Ah, bah c'est pas trop tôt! Un peu plus et Umën et ses gars allaient se pointer avant vous, ça l'aurait pas trop fait..."

Petit ricanement général. Et ce foutu Joz, toujours premier à se foutre - gentiment - de sa gueule celui-là, n'hésita pas à commenter:

"Tu aurais participé plutôt que d'attendre qu'on fasse le boulot à ta place, ça l'aurait tout de suite mieux fait tu crois pas?"

Eden baissa la tête dans un rire bref et sec, tandis qu'un sourire amusé apparaissait sur son visage, et qu'il portait une main à son flanc... douloureux.

"T'es vache, vieux..."

En effet, avec une blessure par balle qui avait failli lui faire passer l'arme à gauche, et si récente en plus, il se voyait bien s'amuser à courir partout gaiement, pour rameuter les gens... Bref. Là n'était plus la question, puisque déjà apparaissaient de nouveaux protagonistes... La ruelle était bien remplie. Umën et le gang des Troz, plus ou moins alliés aux Sûl, du moins quand ça les arrangeait... Il y a peu, les sûl les avaient aidés à se sortir d'une bien mauvaise passe, en échange de quoi ils les remerciaient maintenant, avec leur spécialité maison... Eden laissa le sourire sur son visage s'élargir, puis il s'approcha d'Umën, tout en aspirant une gorgée de fumée...

"Pas d'arnaque j'espère?"

Sourire de la part de l'autre chef, qui relativement moqueur lui proposa:

"Si t'as peur que ce soit un faux, tu peux toujours le tester..."

Et Eden légèrement grimaça avant de poser une main sur sa hanche, et de répondre relativement amusé:

"J'vais éviter je crois, mais si par la suite j'ai des retours, concernant son mauvais fonctionnement, tu peux être sûr que toi et tes copains allez déguster..."

Et en effet. Les sûl étaient bien plus puissants que les troz, c'était connu et reconnu. Sans aucun doute Umën ne se serait-il pas risqué à l'arnaquer ou le piéger, d'autant qu'il lui avait toujours été d'une aide précieuse. Il souleva la valise qu'il portait, l'ouvrit... A l'intérieur un petit objet, orné d'un joli bouton tout rouge, genre la bonne gueule d'objet niaiseux pour gamin... Ô le salaud. Ô l'hypocrite. Ô le saligaud de synthétiseur d'orages. Un de ces objets détestés, et qui pourtant étaient si demandés, si rares et si... pécuniairement intéressants. Eden allait le revendre, ça ferait du fric aux libhe sûl... Mais pas question de laisser ce truc se balader sur Enezis. Il virerait sur une autre île avant même qu'aucun n'ait le temps de dire ouf. Quoi que... Celui qui dit ouf, à l'instant, ce fut Eden. La raison en était simple, puisque Joz - encore lui! - venait de le prendre méchamment par la taille, et foutait son gros nez approximativement à quelques deux centimètres du sien, un sourire vicieux sur les lèvres... D'abord surpris et yeux écarquillés, il ne fallut pas beaucoup de temps à Eden pour se mettre à faire la gueule.

"Hey Eden, tu veux pas me le donner? Pour mes bons et loyaux services... Je te promet que j'en ferai bon usage..."

Et cet imbécile de le serrer un peu trop contre lui, et de mettre sa main un peu trop bas dans son dos à son goût. Eden lui mit violemment sa main en travers de la figure, histoire de faire se détacher cette espèce d'huitre perverse qui ne demandait qu'à profiter de sa forme "canonique", et qui était bien frustrée de n'y être pas encore arrivé. Il répondit sèchement, avant de prendre la valise qu'entre temps Umën avait fermée.

"Joz, va te faire foutre, t'es lourd. Si ça continue je t'attache au nettoyage des chiottes de nos locaux pour une période indeterminée..."

Rire léger.

"C'est déjà fait."

Eden se laissa aller à un nouveau sourire, tandis qu'il se tournait vers les troz, prêt à les congédier.

"Disons que j'y rajouterai la plonge et les poubelles dans ce cas... Bien. Umën, je pense que pour le synthétiseur c'est bon. Passons à quelque chose de plus confidentiel maintenant: je risque d'avoir besoin de ton aide d'ici peu. Mes informateurs les plus renseignés ont disparu dans la nature, et le problème c'est qu'ils ne sont pas les seuls... Va falloir que tu me prêtes quelques uns de tes hommes histoire de trouver qui peut bien nous vouloir des crasses, car actuellement nous sommes incapables de nous en occuper."

Il regarda à droite à gauche, fébrilement. Cette information ne devait pas être révelée à quiconque d'autre que les troz, déjà qu'il lui avait fallu se résigner mille et unes fois pour leur demander leur aide...

"Bien sûr personne d'autre ne doit savoir a propos de cette affaire. L'ignorance ou la mort, pigé?"

Ils acquièscèrent. Quelques mots échangés, puis ils partirent, au grand complet... Voilà. Tout c'était bien passé, et dans la plus grande discrétion... Lorsque soudain il l'entendit. Le grincement d'une balançoire, non loin. Le sang d'Eden se glaça, tandis que son cerveau faisait un très rapide tour des éventualités à envisager... La plupart des gangs était équipé de mouchards-microphones basiques, dont le récepteur devait se trouver à moins de 50 mètres de l'émetteur. Vu l'ampleur de cette réunion, il était très possible qu'ils aient été suivis et espionnés. Il se tourna, direction les sûl, et silencieusement créa des groupes, leur pointant des directions du doigt, et faisant signe à l'un de chercher si un quelconque engin de surveillance avait été caché dans le coin. Il fit signe aux autres de le suivre, et en leur compagnie tourna à gauche direction la balançoire qui derrière le mur de bâtiments avait revelé une présence, ennemie ou pas. Il était encore là. Un idiot, ou bien un innocent, c'était à voir... Mais aussi. Qu'est-ce qu'un innocent fouterait ici, dans ce parc, à cette heure, sauf si il était suicidaire? Eden s'arrêta face à lui, accompagné d'une dizaine de ses hommes. Espion ou pas, il regretterait très vite de s'être trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Il croisa les bras, après avoir une nouvelle fois tiré sur sa clope. On ne peut plus sûr de lui, et déjà menaçant quoi que relativement neutre, il adressa la parole au jeune homme imprudent:

"Drôle d'endroit pour se promener seul dis-moi... Tu viens souvent dans le coin?"

Et de lui adresser un sourire froid, pas franchement rassurant... D'un côté il devait avoir une drôle de gueule, comme un peu troublée, car très étrangement la tête de son vis-à-vis lui rappellait quelque chose... Il l'avait déjà vu, c'était certain... Mais où? Il avait la réponse sur le bout de la conscience, et sur le bout de la langue, il n'en faudrait certainement pas beaucoup pour qu'il se souvienne.


Dernière édition par Aleksiz le Sam Mar 03, 2007 2:15 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Mer Fév 28, 2007 1:04 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Bon bah, ce n'était vraiment pas son jour. Adam en était encore à se demander ce qu'il allait faire. Il n'avait pas trente-six solutions: il pouvait planter sa tente, prendre racine ici, et donc courir le risque d'être agresser, voire tuer, ou bien rentrer en ville, prendre une chambre d'hotel et y passer la nuit, ou encore retourner chez lui...et assurément subir de longues heures de douleur. Le choix était en réalité plutôt vite fait. Le garçon n'avait absolument aucune envie de connaître une mort prematurée, et surtout douloureuse. Et puis, il estimait meriter un enterrement décent, et pas qu'on jette son corps à la flotte pour finir dans le ventre des petits poissons. Il n'avait pas non plus terriblement envie d'aller se jeter dans les griffes d'un père ivre, et en possession de dizaines de moyens plus inventifs les uns que les autres de lui faire mal. Il restait donc la retraite en ville. Bah, il avait le temps. Il ne faisait pas encore nuit.

Le vent ammena à lui des éclats de voix, et lui ébourriffa les cheveux, faisant resonner entre elles ses nombreuses boucles d'oreille. Les sourcils fronçés, Adam se tortilla sur la balancoire, ne faisant qu'accentuer le grinçement, et regarda derrière lui. Personne. S'il se mettait à entendre des voix, c'était le bouquet. Quoique mieux valait ça, plutôt que de tomber nez à nez avec des gens peu recommandables. Il se remit en position normale, et observa encore un instant le soleil se coucher sur la mer. Pouah. Bon, ce n'était peut-être plus le moment de moisir ici.

A peine cette brillante idée lui eut-elle effleurer l'esprit qu'Adam eut la certitude qu'il n'entendait pas du tout des voix mais que tout ceci était bien réel. Que les nombreux pas derrière lui existaient vraiment. Il sentit ses cheveux se hérisser sur sa nuque, et lorsqu'il se retourna de nouveau, son coeur manqua un battement. Oho. Des individus peu recommandables. Pile ce qu'il ne voulait pas voir. Finalement, peut-être que la solution imposée allait etre les poissons. Mourir aussi jeune, et aussi mal, pour s'être attardé dans un parc d'attraction, c'était vraiment stupide. Son paternel rigolerait bien.

Le jeune homme déploya son mètre quatre vingt cinq, pour avoir la bête satisfaction de se dire qu'il était plus grand que celui qui était apparemment le chef, qui n'était peut-être pas le chef, mais que tout indiquait comme tel: clopeur, sûr de lui, presque menaçant. Et qu'il prenne la parole confirmait cette idée. Adam en revanche mis quelques temps à repondre, parce qu'il était sûr de l'avoir déjà vu auparavant. Les sourcils fronçés, il inspecta sa trombine...et fut bien completement incapable d'associer un nom et un souvenir avec le visage. Bah, vu qu'il trainait en ville, ils s'étaient peut-être tout simplement croisés. Son visage se détendit, et Adam eut la présence d'esprit de laisser bras et mains en evidence, histoire qu'il ne se fasse pas buter parce qu'il avait eu l'air...menacant. Comme il n'était pas tout à fait stupide, ni arrogant, ni suicidaire, ni même contrariant, l'idée ne lui venait pas du tout d'essayer de faire la forte tête face à une dizaine d'hommes, sûrement armés.

"Assez souvent...j'aime bien la vue qu'on a d'ici, elle me rappelle des temps meilleurs...mais je suppose que ca ne vous interesse pas trop, n'est ce pas?"

Son regard se tourna vers le petit comité amassé autour de lui. Et là, surprise: il en connaissait quelques uns. Il se garda bien de l'afficher, mais il se rappelait les avoir déjà rencontré, lors d'affaires plus ou moins douteuses dans lesquelles il avait investi des moyens...et si Adam avait bonne mémoire, ils faisaient partis d'un gang. Les Sûl. Dont il avait un aperçu devant lui, avec sûrement le chef.

A cet unique instant, Adam envisagea qu'il allait peut-être VRAIMENT y laisser sa peau. Il lui aurait fallu que l'une de ces connaissances l'identifient comme un "ami" ce qui était tout à fait impropable, ou bien un miracle. Malheureusement, Adam ne croyait plus à grand chose, désormais. La question était: pourquoi ce petit groupe d'individus lui tombait-il dessus, à l'improviste? Pourquoi plus de dix hommes juste pour voler quelqu'un? L'idée l'effleura qu'il était peut-être au mauvais endroit, au mauvais moment.

"Je n'ai pas beaucoup d'argent, si c'est ce que vous voulez. Je ne cherche pas les ennuis."

Non sans blague, personne ne s'en serait douté...Il faudrait vraiment être malade pour les chercher face à un gang entier! Décidement la journée allait se finir en apothéose, lui qui s'était plaint de s'ennuyer, il regrettait carrément la tranquillité de sa petite balançoire, seul...
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mer Fév 28, 2007 1:59 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Deux solutions. Soit il n'avait véritablement aucun rapport avec Eden et sa clique, soit il se foutait gravement de leur gueule. Eden laissa un air dubitatif envahir ses traits, puis sur un ton entre incrédulité et neutralité, il commenta:

"C'est en effet pas vraiment pour ça qu'on est venus, on va devoir avoir une discussion un peu plus "poussée" que ça..."

Eden inspecta une nouvelle fois l'individu qu'il avait devant lui... Et l'impression se confirma. Il le connaissait, c'était certain. L'impression de déjà-vu était puissante, très puissante, il se sentait presque happé dans des souvenirs lointains, mais à moitié seulement, puisque ceux-ci ne lui revenaient pas... ce qui était rageant. Son regard du se faire involontairement vague, et il posa une main sur son menton, fortement pris de doutes et de nombres de questions... Bon. Pas le moment de perdre la face, déjà le grand bonhomme plaidait non coupable, jouant de l'argument de ses mains parfaitement vides, actuellement innocentées... Pas d'argent? Ne cherche pas les ennuis? Bien au moins si il était espion, on l'avait bien choisi, il jouait bien la comédie... Et si ce n'était pas le cas... eh bien ça revenait au même, les sûl ne pouvant se permettre de laisser en vie un gars qui éventuellement aurait pu entendre quelque chose sur eux de secret comme ce qui venait d'être revelé à l'autre gang. Eden eut un rire sec, puis un sourire un peu plat - caractéristique conséquente à son état pensif - apparut sur son visage, sans pour autant illuminer ses traits: Il était froid.

"Pas de bol pour toi mon gars, sur le coup, on s'en tape de ton fric..."

Quelques secondes passèrent, et avant même qu'Eden ne puisse continuer, quelques uns parmi les siens quittèrent leur mutisme, pour l'informer de quelque chose de... ma foi. Plutôt intéressant.

"Eden... Je le connais. Il s'appelle Yuu, et il interagit avec les gangs, même si je crois qu'il ne fait partie d'aucun. Ca m'étonnerait pas que sa présence ici ne soit pas un hasard si tu vois ce que je veux dire."

Eden se retourna, fronçant les sourcils... Quelques uns acquièscaient, signe qu'il étaient plusieurs à le connaître, et à penser pareil... Yuu. Eden ne connaissait aucun Yuu, et son trouble, ainsi que sa curiosité, commençaient à passer au delà des problèmes du gang. Il se retourna vivement vers le dénommé Yuu, avant de le regarder... profondément. Avec ce genre d'air qui veux tout dire, du genre "on se connait bien toi et moi." C'était pas ce qu'Eden avait voulu faire passer non, c'était encore une fois parfaitement involontaire, et traduisait surtout le sentiment pregnant qui l'envahissait, mais bon. Yuu... Non quelque chose n'allait pas. Il ne savait pas quoi, mais forcément ce n'était pas ça. Ce visage, ces cheveux, cette expression... Non mais c'était pas possible qu'il ne se rappelle pas de ça! Dans tous les cas, et à la surprise générale, ce qui sortit de ses lèvres ne fut pas une menace cinglante comme dans un autre cas, cela aurait du être, mais une interrogation calme, quoi que pleine de méfiance, presque hésitante... Eden voulait voir comme ce "Yuu" réagirait, lorsqu'il lui annoncerait cette vérité qu'il n'était pas censé connapitre, et qu'il ne comprenait pas lui même.

"Yuu... C'est pas ton véritable nom n'est-ce pas?"

Pas très professionnel tout ça, et non, mais Eden était quelqu'un de passionnel, alors le professionnalisme dans ce genre de cas, il ne connaissait plus...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Mer Fév 28, 2007 2:34 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

N'importe quel individu normalement constitué commençerait à mourir de trouille. Hors Adam était quasi normalement constitué, ce qui faisait qu'il sentait poindre une once - voire plus qu'une once - de peur. Il commençait à s'en foutre royalement de savoir où il avait pu rencontrer le chef des Sûl, et il se moquait aussi completement de ce qu'ils pouvaient ficher là! Il ne tenait absolument pas à avoir cette discussion plus poussée, parce qu'il la sentait très mal. Mieux: il sentait qu'il allait AVOIR mal. Mais comme Adam n'était pas tout à fait stupide, il se gardait bien de faire des reclamations, et de paniquer. Une victime qui panique est une victime morte, alors autant rester maître de soi...jusqu'à la fin. La fin. Cette idée était tout simplement déprimante.

L'autre truc nettement plus déprimant, mais dont le jeune homme s'était douté, c'était qu'ils n'en voulaient pas à son argent. Si cela avait été le cas, Adam en aurait été limite content, parce qu'il aurait sauvé sa peau. Là, il n'était pas sorti de l'auberge...Il déglutit plutôt difficilement. L'autre lui fichait un peu les jetons aussi. Il avait l'air...froid, très content de son assurance et de sa puissance. Et rien n'est pire, plus dangereux, que quelqu'un qui sait exactement de quoi il est capable.
Un bref instant, un espoir fou illumina l'avenir d'Adam, lorsque l'un des individus qu'il connaissait pris la parole...eh oui, il l'avait reconnu, super! Il allait pouvoir leur dire qu'il n'avait rien à voir avec...Adam ecouta la suite, mortifié. C'était vraiment, vraiment pas son jour. Pas un hasard, sa présence?!...il se sentit avoir de graves pulsions de meurtre devant la débilité suprême de ce stupide energumène, et son espoir eclata en morceaux.

"C'est un malentendu, je pense. Je connais quelques uns de vos hommes, mais je n'ai rien à faire avec quelque histoire que vous pourriez mener ici, je vous assure."

Bon, au moins, quand il irait au paradis, il pourrait se vanter d'avoir dit la stricte verité. Mais il était conscient que cette sublime verité n'allait pas le moins du monde le sauver, maintenant que l'autre tâche avait omis l'idée qu'il était là pour les espionner, ce qui n'était bien sûr pas le cas. Si le denommé Eden - dont le nom ne lui disait rien, d'ailleurs - ne lui avait pas jeté un regard etrange, Adam aurait sûrement continuer à pester contre sa malchance. Sauf qu'il le regarda d'un air...scrutatif. Le même que le jeune homme se connaissait lorsqu'on est à deux doigts de se rappeler de quelque chose qu'on oublie. Un doute le reprit. Peut-être qu'ils se connaissaient vraiment en fait. Et c'était peut-être son unique chance de survie.

Deuxieme surprise monumentale: l'autre devina immediatement que ce n'était pas son vrai nom. Adam prit un air tout à fait surpris, l'espace d'une seconde...puis se reprit, et sourit.

"Ce n'est qu'un surnom, c'est vrai, vous êtes perspicace...mais je ne peux pas vous dire mon véritable nom, j'en suis désolé."

A moins qu'il veuille mourir, bien sûr. Il aurait suffit d'enoncer "Je suis Adam Liadon, le fils du pdg de la societé Liadon Corp." et hop, un aller simple pour les poissons, sans sommation, et tout le gang aurait eu l'impression de faire une bonne action. Et s'en aurait été assurément une, vu que son père se moquerait bien d'apprendre son décès. Il prefererait à tout hasard le savoir mort plutot qu'en otage, et devoir debourser de sa precieuse fortune pour recuperer son mal-aimé de rejeton.

Bon là, il fallait trouver un truc intelligent à dire, sinon s'en était fini. Son cerveau turbinait déjà à essayer de trouver l'identité de son interlocuteur, mais sans aucun succès. Niet. Nada. Echec total, et ce pour une raison qu'il ne s'expliquait pas. D'habitude, il avait meilleure mémoire...Alors, il dit la seule chose qu'il tenait vraiment à dire, bien qu'elle n'ameliorât pas le moins du monde ses chances de survie.

"Est ce qu'on se connait?"
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mer Fév 28, 2007 3:17 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

L'autre eut l'air surpris, et Eden sut plus que jamais qu'il avait vu juste, quand bien même il était déjà persuadé de ne pas se tromper... Mais qui était-il? Pourquoi n'arrivait-il pas à faire le rapprochement? Pourquoi sa mémoire lui jouait-elle un tour aussi vicieux, franchement??? Distraitement il analysa les données contenues par les paroles de "Yuu". Juste un surnom... Son véritable nom, il ne pouvait le donner... exactement comme lui, Eden, ou plutôt Aleksyz, qu'importe Ô combien ce souvenir fut douloureux, et Ô combien par pur soucis de préservation, il reniait son véritable nom... Mais pourquoi ce souvenir de ce passé lointain, d'avant la révolution, la, tout de suite, maintenant... Serait-ce parce que... Les souvenirs qu'il tentait de repêcher dataient de là? Il eut l'air encore plus paumé que précédemment, et ce ne fut qu'à travers un vague brouillard qu'il entendit ce que lui disait celui qu'il était en train de fixer sans regarder... "Est-ce qu'on se connait?". Phrase concrétisant ses interrogations, et qui lui fit l'effet d'un électrochoc. Il accusa le coup en sursautant légèrement, puis jeta un bref regard hagard aux sûl qui derrière lui le fixaient, l'air aussi étonné qu'interrogatif. Eden porta par réflexe nerveux une main à sa bouche, puis la passa contre tandis qu'en silence ses yeux se portaient à nouveau sur... "Yuu". Il ne savait même pas que répondre... Si sa rencontre avec ce dernier datait de Lyann, peut-être était-ce une très mauvaise idée que de lui avouer que oui, ils se connaissaient... En même temps c'était un peu tard pour faire chemin arrière. Alors il eut l'idée la plus stupide, et la plus inconsciente, qu'il avait jamais eu. Idée stupide non pas parce que "Yuu" allait en apprendre un peu trop sur lui, mais parce que les sûl allaient entendre des choses qui risquaient de leur faire se poser des questions sur lui... Impossible pourtant de ne pas succomber à cette tentation terrible, tant il voulait connaître la réponse à la question qui commençait à l'obséder. Il prit une ample respiration, puis retira la main qui masquait sa bouche, avant de demander d'une traite, sèchement, comme regrettant déjà sa question:

"Tu viens de Lyann?"

Lyann... Lyann... Qui connaissait-il sur Lyann? Le jeune homme semblait avoir un âge proche du sien, il devait donc à l'époque être petit garçon, tout comme... Et l'illumination. Pourquoi n'y avait-il pas pensé avant? Son souffle se fit soudan court, faute à la surprise, et ses yeux s'écarquillèrent... Son meilleur ami de l'époque, Adam Liadon. Ici, sur Enezis... fils d'une personnalité rdéjà riche à l'époque, il n'y avait rien d'étonnant à cela. Et pourtant il était extrèmement surpris, comme il était extrèmement choqué. D'ailleurs, il faillit prnoncer son nom, tant le choc pour lui était grand, et dur à encaisser:

"Ad..."

Il s'arrêta, avant de froncer les sourcils, et de se râcler la gorge... Et de s'insulter mentalement. Non mais quel idiot! En deux secondes et demi, il lui avait donné un nombre incalculable d'éléments de compréhension, avait du intriguer ses propres sbires et amis et... Et voilà quoi. Stupide, stupide, stupide. Personne ne devait savoir qui il était. Son passé était loin derrière lui, rien ne devait l'y raccrocher... Pourtant Adam... C'était dur, mais c'était ainsi. Mouais... du moins selon sa volonté chancelante. Sur les nerfs, le commentaire énervé d'un sûl fut suffisant pour lui faire pêter un câble.

"Bon, qu'est-ce que tu fous exactement? Quand est-ce qu'on le bute! Qu'il soit innocent ou pas il y a de grandes chances pour qu'il soit un espion et qu'il ait tout entendu!"

Eden leva un bras rageur, comme pour jeter la proposition aux égouts.

"OH LA FERME HEIN!"

... aie. Geste un peu trop brusque pour son flanc percé, il venait de tirailler sur sa blessure et ne devait pas être loin de l'avoir réouverte. Il grimaça, avant de porter la main à ses côtes, de retenir au possible un gémissement, et d'ajouter sur un pur coup de tête, comme tout ce qu'il serait encore à peu près apte de décider:

"Je crois qu'on va se tirer..."

Mouvement général d'incompréhension et de surprise... Décidément en ce moment, c'était pas la joie pour lui.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Mer Fév 28, 2007 3:52 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Vu la tête qu'ils affichaient tous les deux, pour sûr qu'ils se connaissaient, la question avait de quoi être stupide. Et il l'avait posé, bien sûr...N'empêche que la réaction d'Eden confirma gravement ses soupçons. En général, Adam était plutôt patient. Là, le jeu des devinettes commençait à lui courir sur le haricot. Avoir quelque chose sur le bout de la langue sans pouvoir l'attraper est toujours des plus frustrants. Mais qu'on sache son identité ça, c'était carrément inquiétant. Si le chef des Sül avait immediatement su que "Yuu" n'était qu'un surnom, ce n'était sûrement pas pour une raison mystique, et personne n'avait autant de flair lors d'une premiere rencontre, non. Il avait juste dû associer son visage à un autre nom, qu'il ne se rappelait plus. Hors le jeune homme ne se connaissait pas trente six identités. C'était soit "Yuu", soit "Adam Liadon". Et il allait avoir de sacrés ennuis si son petit secret était découvert. L'autre pouvait l'avoir aperçu lors d'une conférence, un salon, une reunion, durant ces dernières années, mais...qu'est ce qu'un chef de gang aurait pu foutre là?

Puis Adam sut qu'il se trompait sur toute la ligne. Lyann. L'autre parlait de Lyann. Le jeune homme sentit un frisson soudain. Bon, il fallait y aller méthodiquement. Lyann. Qui frequentait-il sur Lyann, à cette epoque, avant son déménagement? Qui avait les cheveux rouges et les yeux verts, et un peu près son âge? Et là, LE doute. Il savait qui correspondait à ce profil. Il savait aussi que c'était tout à fait impossible. Absolument impossible. Il avait tout vu. Adam essaya de chasser cette idée, et y était presque parvenu, lorsqu'il vit dans les yeux de son interlocuteur qu'il avait reussi à le reconnaitre. Et lui même commençait à admettre la verité.

Les yeux grands comme des soucoupes, il recula de quelques pas, ayant peine à croire la simple verité qu'il avait devant les yeux.

"Tu es..."

...mort! Il n'y avait rien d'autres à dire. Aleksyz Në'Minre avait connu un sort funeste lors de l'attaque de sa demeure, il y a treize ans de cela. Sauf qu'il se tenait à présent devant lui, en chair et en os, en bonne santé, et chef de gang. Il avait toujours peine à y croire. Comment diable était-ce possible? Mais celui qui se faisait appeler Eden avait l'air si troublé, si peu assuré sur le coup que tout indiquait qu'il ne se trompait pas...Adam eut le bon sens de se la fermer, et ne trahit ainsi donc pas son identité, cachée depuis de longues années, comme Eden n'avait pas trahi la sienne. Diable. Si cela venait à se savoir...ils courraient tous à une mort assurée. Son père ne lui pardonnerait jamais d'avoir garder un tel secret. Adam esperait ardemment se tromper. D'un autre côté, savoir Aleksyz serait la meilleure nouvelle qu'il aurait entendu depuis des années.

Un Sûl aux attentions délicates vint leur rappeler à tous son sort imminent: la mort. Et là, Adam commença à paniquer. Il avait une double raison de mourir ici désormais. Au mauvais endroit, au mauvais moment, et fils d'un puissant commercant. Il crut une seconde que s'en était fait. Même s'il s'agissait d'Aleksyz, de l'eau avait couler sous les ponts, ils ne se devaient plus rien et...non. Il n'allait pas mourir là. Se retenant d'esquisser un seul geste, toujours sous le choc de ses suppositions quasi exactes, il regarda son interlocuteur répliquer violemment et...annoncer qu'ils s'en allaient.

Deux minutes avant, Adam en aurait sauté de joie. Maintenant, c'était tout simplement hors de question. Il devait absolument savoir, quitte à se prendre une balle. Il lui suffit d'esquisser un unique pas en avant pour saisir Eden par le bras, sans violence aucune.

"Non attendez. Est ce qu'on peut discuter?"

Il lui jeta un regard insistant, presque suppliant, avec un fond d'incomprehension, d'incertitude. Il fallait juste que cette bande de ploucs s'en aille, qu'ils puissent discuter deux minutes, et tout serait clair, tout serait reglé. S'ils le desiraient, ils ne se reverraient jamais. Et s'il le voulait, Adam pourrait mourir ici, pour en avoir voulu savoir un peu trop. Tant pis, il courait le risque.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mer Fév 28, 2007 4:37 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Adam l'avait reconnu, c'était une certitude... Du moins devait-il douter considérablement. A Lyann, ils ne connaissaient pas grand monde. Avec les bourdes qu'il avait faites, normal donc que celui qui fut son ami d'enfance devine face à qui il se trouvait... Il n'aurait jamais cru que cela puisse être si douloureux, de se retrouver confronté à un passé abandonné, et pourtant si vivant. Il se sentait comme plongé dans les temps reculés de son enfance "dorée", et cela le rendait nostalgique à un point tel qu'il se sentait déchiré... Il aurait voulu rester, il aurait voulu mettre les choses au clair avec Adam, seule personne sur Enezis avec qui, éventuellement, il pourrait parler ouvertement mais... Déjà. Adam, fils d'un de ces opportunistes qui avaient profité de la révolution pour s'emparer du pouvoir, et pour se faire une fortune plus que colossale, tandis que des milliers de gens crevaient la faim, et crevaient tout court, ailleurs... Qui lui disait qu'il n'avait pas changé, ne s'était pas, lui aussi, transformé en monstre? Personne mais... Non. Pas Adam... Il s'était forcé de ne pas y penser tout ce temps, et maitnenant, il ne voulait même pas envisager cette possibilité. D'ailleurs si il était devenu l'un de ces pourris, que ferait-il à trainer en plein parc côtier de la sorte? Et... Une main se posa sur son bras, et il sursauta de nouveau, dévoilant de ce fait son état de nerf à Adam, du fait du contact physique qu'il venait de forcer.

Eden releva la tête vivement, pour plonger son regard dans celui de son ami d'antan... Il aurait voulu jouer la comédie, mais en l'occurrence, il n'y arrivait pas. Tout ce qu'il était capable de faire, c'était de se taire, de se détendre assez pour paraître impassible... et de laisser s'écouler tout ce qui ne voulait pas être contenu par les yeux, yeux arborant une expression de douleur sincère qui d'elle même voulait tout dire. L'expression des yeux d'Adam était-elle même assez particulière, si bien qu'il ne parvint à la soutenir. Il regarda bien vite le sol, avant de serrer les dents, et de tenter de se raisonner, en vain. Il ne s'était pas préparé à ça... Il avait été loin de s'y préparer, quand bien même il aurait du se douter que ce genre de chose était du genre de celles qui pouvaient très bien arriver... Discuter? Adam voulait discuter? Nop impossible... Il ne devait pas accepter. Ils devaient juste... s'oublier. Pendant que c'était encore possible... Etait-ce possible seulement? Quelques secondes passèrent, et Eden pouvait sentir l'impatience et la rage des sûl, qui allaient sans aucun doute bientôt se mettre à réclâmer des explications... Bon sang qu'allait-il bien pouvoir leur faire avaler, comme salade... Bah. Il trouverait. Là déjà il lui fallait se forcer à quitter l'étreinte d'Adam, et à faire comme si... il ne le connaissait pas. Dur dur... En d'autres cas il aurait pu le faire, mais la surprise avait fait s'effondrer toutes ses belles barrières. Sa clope n'était qu'à moitié finie, mais d'énervement, il la jeta au loin... S'en aller... S'en aller, il devait s'en aller... Mais... ce n'était que dans ces moments là qu'on se rendait compte de la solitude et des tensions intérieures accumulées à force de cacher à tout le monde qui l'on était, devant lui, il avait quelqu'un qui savait, et en qui peut-être il pourrait faire conf...

us. Complètement confus, voilà ce qu'Eden était. Il décida plutôt que de continuer à délirer de se décider, de trancher... et il trancha. Il fallait le congédier.

"Tir..."

Il détourna les yeux sur ses sbires, et continua, hésitant un instant:

"Tirez-vous."

Mouvement général encore une fois, dans sa version outrée. Des voix énervées fusèrent, lui tapant sur le système, déjà que ce dernier était bien endommagé.

"Non mais ça va pas la tête! J'exige des explications! c'est quoi ce bordel??!"

Il se crispa, ce avant gueuler sur les abrutis finis qui constituaient son gang:

"Vous aurez TOUTES les explications souhaitées quand je reviendrai, mais pour l'instant, TIREZ-VOUS! Et n'AVISEZ pas de m'espionner, le PREMIER qui tente quoi que ce soit est un homme mort!"

Ils se turent, forts surpris de la tournure des choses, sans doute déçus, aussi... Puis ils commencèrent à s'éloigner. Eden les regarda faire un instant, avant de se tourner vers Adam dans un soupir, et de lui retirer son bras de la main d'un geste sec, du à son état nerveux plus qu'à une quelconque méchanceté. Il croisa les bras, et observa la mer au loin d'un air dur et buté. Toujours aussi sec, il demanda:

"Qu'est-ce que tu veux savoir?"


Dernière édition par Aleksiz le Mer Fév 28, 2007 6:06 pm; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Mer Fév 28, 2007 5:08 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Il avait vu juste. Il avait vu tellement juste que cela lui faisait mal. Aleksiz était bien vivant, et bien devant lui, en chair et en os. C'était la chose la plus énorme, la plus innattendue de toutes ces dernières années: le sang seigneural existait encore, un Në'Minre avait survécu. Il y a une heure, Adam aurait repliqué que c'était tout bonnement impossible. Maintenant, il en avait la preuve, réelle, concrête. Il lisait dans ses yeux la douleur, et le jeune homme pouvait facilement imaginer tout ce qu'il avait dû endurer. Le meurtre de sa famille, sa vie d'après, jusqu'à devenir...ce qu'il était devenu. Un voyou. Il avait été Prince de sang, et serait devenu Seigneur de Lyann. Maintenant...juste un chef de gang. La réalité était plutôt douloureuse...

Il le regarda jeter sa clope, la gorge nouée, et n'ajouta rien. Sa main tremblait, légèrement, mais ce n'était pas visible. Son coeur battait à tout rompre alors qu'il se remettait de cette révelation. Il en concluait également que personne ne devait savoir, sinon Aleksiz était un homme mort. Combien d'autres personnes étaient au courant? Il n'en avait aucune idée, mais apparemment, les Sûl ignoraient tout de son identité...Ils devaient discuter, absolument. C'est avec un profond soulagement qu'il entendu le garçon congedier ses hommes, et tout de suite, se sentit mieux. Peut-être qu'il n'allait pas mourir finalement. Et peut-être qu'il allait retrouver un très, très vieil ami, et qu'il avait pleuré, il fut un temps.

Il ne lacha pas son bras, même quand Aleksiz se mit à crier, peut-être juste resserra-t-il sa prise...il craignait d'avoir cacher la couverture de ce dernier, et cela n'avait jamais été son voeu, pas plus que de le troubler, à ce point. Sans rien ajouter, ni même bouger, il les regarda s'eloigner. Pourtant, son coeur avait du mal à s'alleger, et sa gorge était douloureusement nouée. Le bras d'Aleksiz lui echappant sechement lui fit reprendre ses esprits. Il observa sa main vide, un instant, et serrant le poing, le ramena le long de son flanc. Tout cela...allait un peu trop vite. Il laissa ses doigts s'egarer sur la chaine de la balancoire, et se rassit lentement, comme s'il craignait que ses jambes lui fassent défaut.

"Tu es devenu un vrai dur finalement. Déjà que tu étais un petit garnement à l'epoque, je vois que tu as pas mal progressé encore..."

Il avait essayé de parler d'un ton leger, presque plaisantin, mais cela sonnait faux. Il y avait trop de douleur, de nostalgie, d'émotions...Adam se rendit compte qu'il en aurait presque pleuré, que cela lui aurait fait du bien...que cela lui faisait du bien de voir un visage connu, bien que peu amical, apparemment...

"Je suppose qu'une accolade n'est pas de mise, le temps nous a comme qui dirait separé, hein, Aleksiz..."

Il se tut brievement. La balancoire grinça...inspirant profondément, il essaya de desserrer sa gorge, et de respirer plus confortablement. Les souvenirs l'assayaient par dizaine, et certains plus douloureux que d'autres...

"Tout le monde te croit mort. Mais...je suis...enfin, je suis content de savoir que ce n'est pas le cas."

Que dire à quelqu'un dont on a pleuré la perte, et qui a si longtemps été absent? Que dire à quelqu'un qui a tout perdu, et qui a apparemment passé son temps à errer? Adam n'en savait rien. Lui aussi avait eu sa dose de malheur, et très largement, mais ce n'était sûrement rien comparé à la douleur de voir les siens se faire massacrer, et de voir son univers, son futur s'ecrouler, pour se retrouver seul...Il n'ajouta rien. Il ne savait pas quoi lui dire, ni que faire.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mer Fév 28, 2007 6:07 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Adam attaqua directement... Eden étant très fragilisé concernant tout ce qui faisait partie de son passé, Adam avec le reste, il dut tourner la tête un peu plus en direction de la mer pour cacher son trouble émotionnel, de plus en plus présent... Un vrai dur? Il eut envie de rire, tristement, ce pourquoi un sombre et pâle éclat s'échappa de sa gorge, avant qu'il ne réplique, grognant à moitié pour cacher sa voix presque brisée.

"Tu parles..."

Il l'appella par son véritable nom... Aleksiz. Cela faisait si longtemps... Un frisson parcourut son échine, tandis qu'un poids quittait ses épaules, qu'une bouffée d'air frais semblait comme s'infiltrer en lui. Il ne l'aurait alors pas avoué, mais même si cette rencontre le foutait dans un état inavouable, elle lui faisait aussi un bien fou, car Adam était encore lui même... Peut-être une des seules choses de son passé qu'il n'avait pas tout à fait perdu, comme peu à peu il le découvrait. Il sentit les larmes lui monter aux yeux, mais il les réprima... Eden Keizh, chef des libhe sûl, qui se serait mit à pleurer juste parce qu'il aurait retrouvé un ami d'enfance? Et puis quoi encore... On aurait tout vu... Sauf qu'il ne se sentait plus tout à fait lui même, sur l'instant. Il ne se sentait plus son lui-même d'Enezis, et avait comme la forte impression que tout ce qu'il avait pu vivre ici n'était qu'une grosse et méchante illusion, de laquelle il allait se sortir comme d'un rêve... Les promenades et les jeux avec Adam et Rivëndal dataient d'hier, et lui nageait dans une couche d'émotions considérable, rappellant à l'individu lambda qu'il n'était pas bon de retenir trop longtemps ses souffrances, qu'un rien par la suite risquait de les faire exploser au grand jour... Aleksiz s'approcha de la balançoire, puis contre le pied de celle-ci posa son avant bras, avant d'y appuyer sa tête. Son regard était perdu dans le vague, et peut-être résidait-il un peu trop de brillance dans celui-ci, signe d'une détresse plus importante qu'il ne le laissait voir... La voix d'Adam, apaisante l'air de rien, le sortit de ses songes tissés de fils noirs, un peu n'importe comment... L'étoffe créée n'avait ni queue ni tête, et n'était bonne qu'à lui remplir la tête jusqu'à la faire déborder. Tout le monde le croyait mort... Oui et encore heureux, sinon il serait dans de beaux draps! Mais lui, Adam, était content que ce ne soit pas le cas? Aleksiz aurait voulu rester indifférent, mais il ne le put pas. Si il n'en montra rien, il se sentit soudain... reconnaissant. D'ailleurs ses traits se radoucirent un peu. Quelques secondes de silence... gêné? Peut-être bien, oui... Il tourna les yeux sur Adam, discrètement... Puis n'en pouvant plus, il laissa un de ses derniers remparts tomber. Après toutes ces années, quel soulagement! Un sourire pâle sur les lèvres, ce fut sur un ton à peu près aussi plaisantin que celui d'Adam qu'il s'exprima:

"Tu as pris quelques centimètres, mais à part ça je vois que tu n'as pas tellement changé, Adam..."

Il se tourna dans une inspiration rendue plus facile que les précédentes par son soudain relâchement, puis se laissa choir à terre, assis dos au pied de la balançoire. Au passage, il regarda vite fait bien fait si aucun sûl n'était resté traîner dans les parages.

"Tu dois être l'une des seules choses aux mondes qui n'a pas pris la crasse de la nouvelle industrie, en 13 ans..."

Sa façon de transmettre son soulagement et sa gratitude en gros, il aurait bien été incapable de faire autrement, aussi ouvert qu'il puisse paraître en temps normal... Il releva la tête, scrutant le ciel comme attentivement. De pâle son sourire passa à aigre... presque cynique. C'est nettement plus sèchement qu'il continua:

"Je suis vraiment trop con... J'aurais du me douter que ça risquait d'arriver, j'aurais mieux fait de me la fermer, ça aurait été nettement plus simple pour tout le monde..."

... mais c'était trop tard, et lui même n'aurait pas voulu revenir en arrière en réalité, même si il ne souhaitait pas se l'avouer. Aleksiz passa une main devant son visage, comme contrarié, puis il ramena un de ses genoux à lui, avant d'y poser ses bras croisés, et sur ceux-ci, son menton. Il posa un regard noir d'aigreur et non d'antipathie sur Adam, puis quelque peu bourru, il lui demanda:

"Qu'est'ce tu fous là? Tu fugues de chez ton paternel?"

Façon de lui montrer qu'il se préoccupait encore de lui... Quand à cette éventualité, c'était la seule qu'il parvenait à s'imaginer, d'autant que cela ne l'aurait guère étonné.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Mer Fév 28, 2007 7:07 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Adam continuait de fixer ses pieds, et de faire grincer la balancoire, lentement. Pensivement. Il pensait être enfin remis du choc que la nouvelle lui avait inspiré. Doucement, sa gorge se denouait, et il respirait mieux. Son assurance, sa maitrise de soi refaisait surface progressivement, et il redevenait lui-même. Il ne pouvait toutefois pas s'empecher de trouver la situation d'une extreme bizarrerie. Il était assis là, sur une balançoire, avec Aleksiz a quelques mètres de lui. Cette situation aurait pu se produire il y a treize ans, sans aucun doute. Aujourd'hui, cela tenait du miracle, et Adam commençait à serieusement à revoir son sens des croyances...Comme quoi, il y avait un maigre espoir dans ce monde de pourris...des choses qui ne changent pas vraiment...Reprenant contact avec la réalité, il laissa echapper un rire franc et clair, aux paroles d'Aleksiz, au sujet de sa taille...c'est vrai, lui avait changé, grandi, muri...tant de choses s'étaient passées...et, hélas, plus de mauvaises que de bonnes.

"On m'a nourri à l'engrais, ça doit être pour ça. Toi par contre, il te manque encore une tête ou deux pour me faire concurrence..."

Appuyant ses coudes sur ses genoux, il releva enfin les yeux, et posa son menton sur ses mains ouvertes, pour fixer son interlocuteur. Maintenant la surprise passée, il prenait du plaisir à l'observer, à voir l'homme qu'il était devenu, et à marquer dans sa mémoire chacun de ses traits, associer cette nouvelle image à celle du petit garçon turbulent qu'il avait connu. Avec un leger sourire, il continua.

"Bah...j'ai eu une adolescence contrariée, alors ca ne m'a pas vraiment aidé à devenir ce qu'on attendait de moi."

C'était vrai...a force d'être martyrisé, il était definitivement sorti des rails. Il ne serait jamais un grand commercant, un grand industriel, pour le malheur de sa famille...après tout ce qu'il avait vécu, tout ce qu'il avait vu, c'était tout bonnement impossible. Il avait vu le sang des Në'Minre, celui de sa mère, le sien...il avait fait couler celui de sa defunte épouse. Machinalement, il fit tourner l'alliance sur son doigt. Pas un homme d'affaire. Juste un meurtrier. De distrait, son regard passa à inquiet, en voyant l'expression d'Aleksiz changer...et ses mots lui firent presque mal. N'était-il pas heureux de l'avoir retrouver? Regrettait-il d'avoir renouer contact avec le fils de bourgeois qu'il était? Peut-être...enviait-il sa reussite? Son coeur se serra. Il n'y avait aucune reussite à envier, c'était stupide de penser ca. Adam ne repondit pas, se contentant de baisser la tête, echappant ainsi au regard aigre qu'on lui adressait.

Pour recuperer une nouvelle douleur. Son père. Pourquoi n'était-il pas avec son père. C'est vrai, Aleksiz ignorait tout. Il ne savait pas. Rien du tout. Il ignorait les longues journées, les longues nuits de souffrance, d'humiliation...Il ne pouvait pas lui en vouloir de poser des questions douloureuses. Ses poings se serrerent néanmoins, sous l'effet d'une rancoeur mal controlée.

"Mon père...je te laisse deviner ce qu'il est devenu. J'ai eu assez affaire à lui ces derniers années. Je suis mieux dans la rue. Chacun porte ses propres fardeaux."

Peut-être ses mots se firent-ils finalement coupants, mais le dégout que sa famille lui inspirait, et qu'il s'inspirait lui-même était plus fort que la raison...Se redressant, il degagea les manches de son manteau, et de sa chemise, exhibant des avants-bras blancs, où les cicatrices violacées, rosatres pour certaines, ressortaient encore plus nettement. Quelques unes étaient encore douloureusement recentes, d'autres s'effacaient avec le temps, ne laissant sur sa peau que de fines lignes blancs, comme un arabesque...

"Mais je suppose que pour toi non plus, ça n'a pas été facile. Je regrette tout ce qui s'est déroulé."

Il n'y avait rien d'autre a dire. Il n'avait pas d'excuse à lui faire, car il n'avait été pour rien dans le massacre de sa famille, et la misère d'Enezis ne dependait pas de lui. Des parcours douloureusement longs les avaient séparés, pour qu'ils se retrouvent ici, tous les deux, changés, malgré ce qu'ils pretendaient. Plus rien ne serait jamais plus comme avant...
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mer Fév 28, 2007 8:10 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Adolescence contrariée, le laisser deviner ce qu'était devenu son père... Aleksyz se doutait de tout cela, mais de l'apprendre de la bouche d'Adam, tout en le voyant mâcher rancoeur et passé, tout en le voyant exhiber ses blessures, lui fit mal. Il fronça les sourcils, et ses lèvres se pincèrent, tandis qu'il détournait les yeux... Sans scrupule, lui le meurtrier d'innombrables gens, dont des innocents, et si sensible maintenant... Bah. Autant ne pas y penser à l'instant. Il resta songeur suite aux dernières paroles d'Adam, qui le firent se remettre en question. Au bout de quelques secondes il parvint à répondre, quoi qu'assez gêné d'ainsi se confier:

"J'imagine que ça aura été plus facile que pour toi... Ca a été l'horreur tout au début, mais au moins j'ai pas trop eu de problèmes dans la continuité. Avant tout, j'ai eu beaucoup de chance..."

Et son expression de se radoucir, tandis qu'il faisait le compte des coups de bol qui avaient été les siens... Il avait survécu là où il aurait du mourir - inutile de songer à la douleur de celui qui reste, il l'avait à peu près larguée - puis il avait été aidé à Lyann, on l'avait amené jusqu'à Enezis, et même si en réalité cela avait été un piège - du moins selon ce que lui croyait - il avait réussi à y échapper de justesse grâce aux sûl, et ceux si lui avaient redonné une vie à peu près décente... Comparé aux autres Në'minre, on ne pouvait pas dire qu'il était mal servi. Raison de plus pour arrêter de se lamenter. Il recouvra soudainement tout un pan de sa contenance, et la transparence de son visage, traduisant encore ses émotions, s'évapora. Les années s'écoulèrent de nouveau, jusqu'à ce que Lyann lui semble bien éloignée, et Adam juste à côté de lui... bien distant en réalité. Il avait raison, le temps les avait séparés, quoi qu'ils puissent faire tout était et serait à jamais différent. Malgré tout Aleksiz, ou Eden, se sentait fort rasserené, calmé... Le temps se serait-il mis en colère, et l'orage l'eut-il forcé à se transformer, qu'il n'en aurait peut-être même pas été énervé... Il leva les yeux au ciel. A vrai dire, plus que de se foutre complètement qu'il y ait orage ou non, il aurait presque eu envie de sentir les gouttes tomber contre lui, le recouvrir, le purifier, imprimer à jamais ce moment dans sa mémoire... A quoi pensait-il donc. Tout fonctionnait à l'envers aujourd'hui... C'était vraiment...

"C'est vraiment une journée bizarre..."

Il eut envie de rire de ses propres paroles, tombant complètement à plat selon lui, et d'ailleurs, il eut un ricanement silencieux... Il ne trouvait plus rien à dire, et l'air de rien, c'était assez frustrant, et assez significatif pour à nouveau le faire souffrir un peu... Le passé était-il véritablement définitif? Leurs vies autrefois liées, totalement séparées? Peut-être était-ce par peur que ce genre de chose là n'arrive qu'il n'avait pas voulu, tout d'abord, être reconnu... Il en allait de leur sécurité à tous deux, mais il y avait ça, aussi... Eden soupira, avant de ramener son second genou à lui, et de lover son visage entier au creux de ses bras. C'était beaucoup à encaisser, tout de même.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Ven Mar 02, 2007 6:11 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Cette rencontre était vraiment très loin de ce qu'Adam s'imaginait être une retrouvaille entre amis. Il n'avait jamais esperé revoir Aleksiz, car il le croyait bien au fond d'une tombe, ainsi que le reste de sa famille...mais dans la vie, les livres, normalement, ce genre d'instant était heureux. On s'embrassait, on se serrait, on pleurait, et enfin, on apaisait des années de souffrances...Là, on ne pouvait vraiment pas parler de soulagement. Il existait juste une gêne mutuelle, que le temps avait crée, entre eux deux. Et c'était plutôt normal. Ils s'étaient connus petits garçons, mais avaient suivis un parcours complètement différent. Peut-être aussi douloureux, mais...ils n'avaient rien en commun. Plus rien du tout.

Le jeune homme rabattit ses manches, et reboutonna les boutons de manchette d'un air distrait. Il pensait à tout ce qu'il aurait pu avoir, à ce qu'aurait pu être sa vie, s'il n'avait pas été aussi têtu, aussi sensible au sort des autres...Richesses, bonheur, faste...Le monde aurait pu être à lui, et tout ce qu'il avait désiré. Il en aurait eu la possibilité, le pouvoir...mais il avait tout abandonné pour une vie de douleur, mais...une vie de véritable liberté. Il avait eu le choix. Aleksiz lui, était très loin d'avoir eu cette chance, et en cela, Adam trouvait son sort nettement plus malheureux. Lui aussi, aurait tout eu...et sa propre famille, les Liadon, avait participé à tout lui prendre. Et malgré tout, il ne lui en tenait apparemment pas rancoeur. Il faisait preuve d'une clémence qu'Adam savait qu'il n'aurait pas éprouvé, si la situation s'était trouvée inversée.

Il regagna sa place sur la balançoire, attrapant les deux chaines entre ses mains blanches, et commença, doucement à se balancer. Ses yeux passaient de son ami, à l'horizon, où la nuit tombait doucement. Il allait être temps de rentrer en ville. La possibilité de regagner sa maison était maintenant inenvisageable. Il ne saurait cacher son inattendue découverte à son père, qui lirait en lui comme dans un livre ouvert...et trahir Aleksiz, même involontairement, était bien la dernière chose qu'il désirait. Il ne se le pardonnerait tout simplement pas. Cela aurait été trop injuste de gacher ainsi ce qu'il lui restait de vie, et de tranquillité. Il reposa finalement ses deux pieds au sol, et se leva.

"Il va se faire tard, et les rues ne sont sûrement pas aussi sûres pour moi, que pour toi"

Le jeune homme eut un sourire. Chef de gang, surtout des Libhe Sûl, c'était plutôt prestigieux. Voire carrément imposant. Aleksiz était tout simplement un des maîtres de la Rue. Il avait de toute manière toujours eu l'envergure de se faire respecter, et obeir des autres. C'était inscrit dans son sang, celui de sa famille...au moins avait-il réussi cela. Il gouvernait quelque chose, et mieux valait les rues d'Enezis, que l'île de Lyann, telle qu'elle était actuellement. Misereuse, décadente...

"Je vais loger en ville, ces temps-ci. Je pense que nous nous reverrons facilement. Actuellement, il serait suspect aux yeux de tes hommes, que je me presente soudainement comme un ami, n'est ce pas?"

Il laissa echapper un rire clair, qui alla s'evanouir rapidement dans l'air, et fit courir une main dans ses cheveux ebourriffés. Etrange journée, oui, c'était le moins qu'on puisse dire...Il n'avait au final plus à se plaindre de son ennui, et il avait retrouvé un ami. Tout cela dans la même heure, ce n'était pas si mal...Il enfouit une de ses mains dans sa poche, et s'avança vers Aleksiz, lui tendit l'autre, pour l'aider à se relever, s'il le désirait.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Ven Mar 02, 2007 7:51 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Prostré ainsi sur lui même, sans rien y voir faute à son actuelle position... Voilà qui n'était pas prudent de la part d'Eden, cela dit il ne s'inquiétait pas trop, et n'avait pas envie de bouger non plus... Le bouleversement l'avait quitté, ainsi que cet espèce de bouffée de passé qui l'avait comme changé. Restait encore la nostalgie... Une nostalgie lancinante, quoi que blindé comme il l'était, Eden n'en souffrisse pas énormément. Il en restait juste pensif, en proie à des souvenirs dont il aurait peut-être preferé se passer... A quoi pouvaient-ils bien lui servir? Ils n'avait plus aucun rapport avec sa vie actuelle, il aurait mieux fait de s'en débarasser pour de bon... Mais dans ce cas. Pourquoi accorder tant d'importance à cette rencontre avec Adam? Et pourquoi, maintenant encore, nourrir cette satisfaction secrète, le sentiment heureux malgré tout, que cela ait pu arriver... Sans doute parce qu'il n'était pas aussi fort qu'il aurait voulu l'être, et que ce passé qu'il aurait mieux fait de rejeter le poursuivrait quoi qu'il puisse y faire. Il avait été forcé à faire des croix sur énormément de choses, ce n'était pas pour autant que c'était sa spécialité... Ouais bon, aucun intérêt. Il releva la tête vivement lorsque Adam lui adressa la parole, histoire de se tirer de ses exaspérantes pensées. Coude sur le genou et front contre son poing fermé, il le fixa, tandis que ce qu'il lui racontait le ramenait à la réalité... Il se faisait tard... et il allait partir. En gros voilà à quoi se résumait les choses, et quoi qu'Eden ne comprisse pas exactement pourquoi, il n'avait pas envie de le laisser filer... N'aurait-ce pas été absurde, après toutes ces années, et après toute cette difficulté qu'ils avaient eu à se rendre à l'évidence, puis à encaisser le choc? Certes, ils s'étaient connus enfants, et n'étaient maintenant guère plus que des inconnus, mais tout de même... Eden ne souhaitait pas que cette soirée se finisse ainsi, c'était aussi simple que cela. Un sourire confiant et un tantinet roublard apparut sur ses traits, puis il accepta la main tendue d'Adam, tout en lui répondant:

"Les rues d'Enezis ne sont sûres pour personne du moment qu'on se trimballe seul tu sais..."

Et surtout pas pour lui. Même sous sa fausse identité, il avait un nombre hallucinants d'ennemis, qui se réjouiraient de pouvoir tomber en masse sur le chef des sûl, seul, histoire de lui enlever la vie. Bon c'était pas pour autant qu'il ne lui arrivait jamais de sortir en solo, mais cela voulait bien dire que même en ayant toute l'expérience du monde, pour lui, ce n'était pas très prudent. Il fit quelques pas en avant puis passa une main derrière sa nuque comme pour s'étirer, et comme las il ajouta, dans un soupir, fixant Adam par dessus son épaule:

"Vu le coup que je viens de faire aux autres que tu te ramènes ou pas, ça changera pas grand chose, puis bon, t'avais pas l'air d'avoir prévu grand chose tout à l'heure... autant passer ton temps à quelque chose qui te sera utile..."

Son sourire s'élargit un peu... Puis il se tourna vers Adam, tout en portant sa main à sa ceinture, pour en sortir son flingue favori, soit le négatif qu'il utilisait tout le temps.

"J'imagine qu'un point de chute sûr en plus d'être gratuit te fera pas de mal, quant aux gars, suffira de leur raconter quelques salades, ils iront pas chercher bien loin..."

Bon, Eden ne lui demandait pas trop son avis là certes, mais si Adam comptait refuser, il pourrait toujours le faire par la suite. Lui il avait toujours été direct, et injonctif, voilà au moins une chose qui n'avait jamais changé, même si ça en imposait nettement plus maintenant que du temps où il n'était encore pas plus haut que trois pommes, avec une voix d'oisillon... Il plongea de nouveau sa main dans sa poche, et plus précisément dans son paquet de cigarettes, histoire d'allumer une nouvelle clope, et se faisant il eut un instant d'hésitation... Il regarda Adam, puis lui demanda, interrogatif, et tout naturellement:

"T'as un flingue?"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Adam Liadon



Inscrit le: 15 Fév 2007
Messages: 100

Phénotype: Abyn
Points: 255

MessagePosté le: Sam Mar 03, 2007 1:39 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Finalement la fin de journée allait prendre un meilleur augure que rentrer seul dans une petite chambre d'hotel...Adam ne doutait pas qu'Aleksiz devait avoir son lot de problème dans les rues, mais ils étaient autres que les siens. En tant que chef de gang, ses problemes venaient de sa renommée, et provoquaient des conflits, des tentatives de meurtres, bref...des luttes plutôt normales au sein d'une guerre de gang.
Adam lui, craignait de mourir stupidement, comme cela avait failli être le cas aujourd'hui: pour rien. A tout instant, il pouvait se faire braquer, voler, tuer, sans que son agresseur ne sache vraiment à qui il avait affaire. Une mort ingrate...c'était bien la pire chose qu'il pouvait esperer, sachant que sa propre vie l'était déjà assez...Mais il ne devait pas se lamenter la-dessus. Il avait lui-même abandonné tout le pouvoir qu'il aurait pu avoir. Il serait donc injuste de s'en plaindre.

Après avoir laché la main de son ami, il remit la sienne dans au fond de sa poche, et le suivit du regard, alors qu'il s'eloignait légèrement. Et l'idée qu'il lui proposa alors était loin de lui déplaire. En fait, cela depassait toutes ses esperances: il allait pouvoir garder un contact franc avec Aleksiz, se rapprocher de lui, de son entourage...et c'était peut-être ce qu'il y avait de mieux, après leurs retrouvailles. Une pensée l'arreta néammoins un instant..Il n'ignorait pas être regulierement suivi par des hommes de son père. Etait-ce une bonne idée de prendre le risque de les conduire jusqu'au QG des Libhe Sûl? Adam hésita...et conclut que cela n'avait pas une grande importance. Aleksiz était assez grand pour défendre les siens, et lui-même s'assurerait que s'il était suivi, les espions n'aillent jamais rapporter cela à son père. Ou tout du moins, il essayerait...

"Tu sais, ce n'est pas comme si j'avais des problèmes d'argent, si l'envie m'en prenait, je pourrais bien acheter le pâté de maisons..."

Il ricana un instant, et d'un signe de tête, indiqua que la solution lui convenait, qu'il était d'accord pour le suivre, et ce, avec plaisir. Ce qui lui faisait moins plaisir, par contre, c'était l'arme à feu qu'il agitait. Pas que cela mette Adam sous tension, mais il detestait tout simplement ce genre de chose...c'était un objet qui était trop definitif à ses yeux, et tout ce qui abordait l'irremediable lui faisait assez peur...

"Non, et je n'en ai pas besoin. J'ai de quoi me défendre, rassure toi."

Le jeune homme écarta un pan de son manteau pour appuyer ses paroles, et revela une unique dague argentée, et surtout très acerée...il en possedait d'autres, mais il était inutile d'en faire étalage devant son ami. Bon, c'était un moyen de défense un peu archaique, mais Adam ne doutait pas de son habilité: il était aussi prompt à lancer que n'importe qui prenant le temps de viser, et de tirer. Et quand on sait très exactement où frapper, une dague est aussi mortelle qu'une balle...
Il referma son manteau, et sourit, passant une main dans ses cheveux.

"Bon et bien, je te suis!"
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Chimea Index du Forum -> Rp: Enezis -> Parc d'attractions côtier Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


MSTrenches war Theme © Matt Sims 2004

Title Images © Medal of Honour - EA Games
Powered by phpBB © 2001, 2004 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com