Navigation :: Chimea
FAQ :: Rechercher :: Liste des Membres :: Groupes d'utilisateurs :: S'enregistrer :: Profil :: Se connecter pour vérifier ses messages privés :: Connexion

[CJ]Impatience et Imprévu
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Chimea Index du Forum -> Rp: Enezis -> Quartier résidentiel
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Fév 04, 2007 7:15 pm 
Sujet du message: Impatience et Imprévu
Répondre en citant

[Allez hop, premier post, on y go :] topic libre tout d'abord, histoire de commencer en "douceur"]


Eden échappa un bref souffle blasé, avant de jeter le mégot de ce qui devait être sa foutue septième clope au sol... Ras le bol de ne rien faire tiens. Ce soir, les Libhe Sûl avaient décidé de se la couler douce, et à vrai dire, si Eden ne regrettait pas ce choix vu la semaine chargée qu'ils venaient d'avoir là, il n'était pas d'humeur à participer aux amusements en cours. Du bout du pied il écrasa le reste de cigarette dont il venait de se débarasser, puis fermant les yeux passa une rapide main dans ses cheveux, avant de sortir briquet et nouvelle clope, d'allumer le bâtonnet toxique, et de lâcher un nouvel et énième nuage de fumée.

Il releva la tête, la posa contre le mur auquel il était adossé, ce avant de regarder le ciel sombre qui enveloppait l'île d'Enezis en cette nuit, déjà pas mal avancée. Nuages, nuages et nuages. Comme d'hab. Si ils étaient noirs ou pas, cela Eden ne pouvait le confirmer, mais un mauvais préssentiment lui faisait penser qu'il risquait dans peu de se trouver fort embêté... Un grognement lui échappa, puis se tirant de la courte torpeur dans laquelle il avait été plongé, il aspira une nouvelle bouffée grise, avant de la rejeter avec humeur.

Il se serait bien tiré vite fait, histoire de faire un tour ailleurs, d'aller prendre un verre, ou n'importe quoi du genre... Squatter une rue et s'y poser c'était marrant certaines fois, mais là, il n'avait franchement pas envie de poireauter gaiement, ainsi qu'il le faisait actuellement. Un regard circulaire sur l'étroit passage qu'ils avaient investi... A peine visibles dans le noir dense qui recouvrait la ville, assis voire avachis contre les murs, accroupis par terre, ou bien encore seuls dans leur coin à s'emmerder eux aussi, les Libhe Sûl décompressaient. Bon ben tant mieux d'un côté, ils ne seraient que plus efficaces par la suite. Vue leur "popularité", il était important qu'ils aient la forme, sans quoi la situation risquait-elle de devenir tendue... Tandis qu'il hésitait encore à partir ou à rester, quelques paroles adressées à lui par une voix féminine bien connue lui parvinrent.

"Hey Eden, tu veux te faire une partie?"

Hm. Quand il avait envie de participer à une activité de groupe, c'était bien inutile de lui demander. Keyra, soit la personne qui venait de l'interroger, le savait pourtant pertinemment... Il n'eut tout d'abord aucune réaction, restant tout simplement impassible, puis il leva un bras, avant de l'abaisser mollement; signe de négation assez peu poli en son genre...

"Me semblait pas que j'en avais l'air..."

Pas très sympa, mais à son foutu caractère lorsqu'il était de mauvais poil, les autres étaient habitués. Ils n'y faisaient même plus gaffe... Aucune réflexion concernant la manière dont il avait recadré sa subordonnée ne fut donc fait, et comme si de rien n'était elle reprit juste:

"Ok tant pis. Par contre je voulais te prévenir... Ca fait 3 jours que Teyr a pas pointé son nez, et il est totalement injoignable... A mon avis il a eu un problème, faudrait voir à pas laisser trainer."

Eden rouvrit les yeux, quelque peu alerté. Teyr... C'était vrai qu'il n'était pas venu depuis un bout de temps, cela il l'avait remarqué, mais n'avait pas jugé nécessaire de s'inquièter. Il arrivait souvent qu'un membre du gang ne se montre pas durant un petit bout de temps, cela n'avait rien d'étrange ni de marquant... Cela dit chacun se devait de pouvoir entrer en contact avec les autres à tout moment. C'était une règle d'or, et Teyr n'était en effet pas du genre à prendre ce genre de choses à la légère. Posant un doigt sur son menton, Eden fronça les sourcils, et réfléchit un instant, avant de se redresser. Teyr était un bon élément, ça n'aurait pas été génial de le perdre. Qui plus est ça lui donnait une excuse pour ne pas rester ici plus longtemps. Il allait falloir tirer cette affaire-ci au clair, en espérant que les choses n'avaient pas mal tourné.

"Bon ok ça sent le roussi, je vais voir ce qu'il fout. J'en veux au moins trois avec moi, on sait pas trop sur quoi on peut tomber. Quitte à bouger, on se fera du fric si on voit quoi que ce soit qui peut rapporter."

Et de mettre sa main libre dans sa poche, avant d'échapper un soupir, et de faire quelques pas en direction de la sortie de l'impasse. Bientôt suivi par quatre courageux volontaires, qui le rattrapèrent rapidement, il emprunta un passage moins étroit mais tout aussi peu fréquenté que le lieu qu'ils venaient de quitter. Il dégaina son revolver, et posa le cylindre de ce dernier contre sa nuque, avant de prendre une moue entre lassitude et réflexion. Il se devait d'être prêt à tout moment. Voyons... Les endroits où Teyr aurait pu aller, proche comme il l'était des membres de son gang, bien entendu, il les connaissait... Ce qui n'allait pas être la joie, c'était de tous les faire sans même avoir la certitude de trouver ce qu'ils venaient chercher. Avançant d'un pas posé, suivi de ses hommes, au moins aussi armés que lui, Eden entreprit d'avancer en direction des parties plus huppées; plus fréquentées aussi, du quartier résidentiel... Simple passant ou ennemi potentiel, rencontré dans un coin trop isolé le prochain à se pointer risquait de le regretter...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Dim Fév 04, 2007 8:20 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

[Premier post]

Nuit noire, profonde, sombre...Et Nayahka qui ne pouvait s'empecher de rire, un peu émèchée l'alcool. Ce soir, ce n'était pas "il" mais "elle". Le temps avait été si mauvais, et le restait encore tellement à cet instant, que le petit escroc avait estimé que sa forme féminine tiendrait durant de longues heures. Il en avait donc aimablement profité...En fait, à y réfléchir, cette forme avait quelques avantages. Décompresser en tout anonymat, par exemple, s'en était un.

Comme elle n'était pas sur Enezis depuis très longtemps, elle se méfiait tout de même. Connaître mal son monde était dangereux, mieux valait ne pas prendre trop de risques. Elle avait enfilé un pantalon en cuir, lui tombant joliment sur les hanches, moulant, une paire de basket, et un haut plus évasé, lui permettant de cacher une arme à feu dans sa ceinture, sans courir le risque que cette dernière soit visible. Et puis même si cela devait être le cas, elle s'en moquait pas mal, en fait...Tirer sur la gachette était aussi jouissif que de sortir en boîte. Ou autre chose, plus intime.

Sur ces considérations très philosophiques, elle avait pris la poudre d'escampette, direction Lynra, la superbe île du plaisir. Elle avait déjà eu l'occasion de s'y rendre deux ou trois fois, en pleine journée. Maintenant, elle avait tenté une sortie de nuit. Oh, inutile de se meprendre. Pas de baise le premier soir, avec le premier venu. Ca n'avait franchement aucun interet. C'était une sortie de reperage, pour voir le genre de personne qu'elle pourrait dégoter...elle cherchait à faire connaissance, à se faire des contacts, et à trouver des victimes potentielles...et c'est ce qu'elle fit. Battant son record personnel de tempérance et de mesure, elle entra dans un établissement presque fréquentable. Comme le dit lieu se trouvait sur Lynra, "fréquentable" signifiait que ca ne tournait pas encore à la partouze, et que les gens se contentaient de danser et de beugler sur des rythmes éfrenés, de se faire draguer...et mieux valait ne pas trop s'approcher des banquettes, vers le fond. Ce n'était pas non plus la peine de se faire violer, quoi.

Au final, Nayahka avait passé une bonne soirée. Elle n'avait eu aucun probleme à l'entrée, grâce à son physique d'opératrice au téléphone rose. Elle avait dansé pendant de longues heures, s'était faite draguer une bonne quinzaine de fois par des mecs sans le sous à qui elle avait collé des vestes, avait reperé deux trois gars plus friqués, mais plus dur à pêcher...et elle s'était fait deux copines. Les deux qui marchaient actuellement derrière elle, bras dessus, bras dessous, en chantant une chanson si mal que la jeune femme avait du mal à en saisir les paroles...Il faut dire que toutes les trois avaient pas mal bu...Les deux miss étaient des filles à papa, du genre à faire une crise d'adolescence tardive. L'une avait carrément 15 ans, et les faisait tellement qu'il semblait impossible que le videur à l'entrée de la boîte ne s'en soit pas aperçu, et l'autre était une junkie confirmée. Mais elles étaient à craquer, et riches, en plus. Sous forme masculine, il pourrait à l'occasion se taper l'une, ou l'autre...et les faire tourner en bourrique ne serait pas bien compliqué. Au final, Nayahka remporterait le pactole, c'est tout ce qui comptait.

Quand les deux "copines" avaient fini par réellement dérailler, Nayahka s'était dit que mieux valait les raccompagner chez elles, histoire qu'elles ne disparaissent pas subitement en route, ou même qu'elles ne parviennent pas à quitter l'établissement...puis c'était dans son interet de paraître sympa. La rue dans laquelle elles marchaient -titubaient, pour les deux autres- était assez sombre, et surtout, déserte. La jeune femme appreciait l'air vaguement frais de la nuit, et elle regardait les nuages annonciateurs d'une pluie future. Elle tenait très bien l'alcool, et se sentait juste d'humeur un peu plus joyeuse que d'habitude, si bien qu'elle s'était laissée tenter précédemment à la démarche chaloupée, et aux chansons paillardes avec les deux miss. S'arrêtant finalement au milieu de la rue, elle se retourna, et les attendit.

"Dites moi les filles...on est bientôt arrivé? Parce que ca me ferait vraiment chier de devoir vous portez la...vous etes super lentes!"

Les deux ricanèrent bêtement, et la rejoignirent, manquant in extremis de s'étaler de tout leur long sur le bitume. Le pourcentage de chance de chute était bien évidemment doublé car chacune s'accrochait désesperemment à l'autre...

"Et en plus vous vous foutez de ma gueule? Vous devriez voir vos tête de filles bourrées ouais!"

"Alleeeer...sois pas...hum...rabat-joie...euh...comment déja?...ah! Naly! C'est bien ça? C'est euh...deux rues plus loin, j'crois..."

La junkie en herbe indiqua d'un doigt tremblant la direction dans laquelle elle allait. Le tout aurait été plus crédible si elle ne lui avait pas déjà dit la même chose il y a exactement dix minutes, si bien que Nayahka commençait à croire qu'elles tournaient en rond...Elle avait donné un faux nom aux filles histoire de ne pas avoir de problème si la situation tournait mal. Puis, si elle avait pris l'habitude de dire la vérité à tout le monde, elle n'aurait sûrement pas fait escroc.
Nayahka allait finalement repliquer, quand un bruit impromptue la mis sur le qui-vive. Des bruits de pas, encore assez éloignés, mais audibles, car elles étaient seules. A en juger, plusieurs personnes. Un petit groupe même. Et rencontrer un petit groupe de gens en pleine nuit, avec deux filles ivres mortes, c'était pas vraiment un super plan. Improvisant sur le tas, elle alla rejoindre ses deux copines de beuveries, et se mettant sur un côté, passa son bras gauche autour de leurs épaules, et glissa sa main droite sous son haut, dans sa ceinture, près de son arme.

"C'est vrai, après tout...on s'en fout! En avant toute!"

Eclatant d'un rire témoignant d'un état d'ébriété plus avançé que celui dans lequel elle se trouvait, Nayahka se synchronisa à leur démarche chaloupée, et fit mine de participer à leur conversation d'alcoolique, tout en attendant avec une certaine impatience le contact visuel avec le groupe d'en face...
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Fév 04, 2007 10:45 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Quelques minutes passèrent pendant lesquelles Eden continua simplement d'avancer, fumant au passage, restant de marbre le reste du temps... Alors qu'il avait quasiment terminé, il s'arrêta, comme surpris. Il leva vivement une main, invitant les autres à faire de même... Au loin il avait cru entendre quelque chose, comme des bruits de pas... Des bruits de pas plutôt irréguliers, accompagnés de rires éclatants plutôt révélateur de l'état d'ebrieté dans lequel devaient être celles qui les avaient poussés... Il semblait bel et bien que les Sûl aient trouvé là quelques proies faciles, qui seraient parfaites en tant que premières victimes de la soirée. Malgré son humeur qui ne changerait que difficilement de cap, Eden sentit un sourire entre amusement et sadisme gagner ses lèvres. Etre les premiers à tomber sur ce genre d'imprudence indiscrète, en Enezis, ce n'était pas tous les jours que cela arrivait...

Sans un mot il reprit sa marche, impatient d'entrer en contact visuel avec celles qu'il comptait dépouiller sans trop d'histoire... Quelques pas, un croisement... à droite. Un peu plus loin elles étaient là, pile dans la direction qu'il avait prévu de prendre. Il tourna donc, sans perdre son sourire, bien décidé à profiter de ce que le sort lui mettait sur son chemin... Avançant toujours et encore du même pas calme, pas pour le moins pressé, il jeta d'une pichenette son nouveau mégot, avant de décoller son arme de son cou, le temps d'une légère rotation de poignet, signe qu'il s'adressait à ceux qui derrière lui suivaient:

"Restez sur vos gardes mais rangez vos armes. Que ce soit "ils" ou "elles", ces... jeunes personnes sont trop bourrées pour être dangereuses."

Son sourire s'élargit un peu plus, tandis que lui et son groupe commençaient à se trouver dangereusement proches des trois jeunes "femmes" égarées... Chacun savait pertinemment ce qu'il avait à faire, et ce qu'il ne devrait PAS faire. Ils étaient bien entrainés. Dans ce genre de situations, ce n'était même plus la peine de parler. Quelques ricanements fusèrent, puis les quatre autres commencèrent à se partager l'espace de la rue de manière à ce qu'au final, une fois tout déplacement effectué, les trois demoiselles soient encerclées. Eden, quant à lui, continua d'avancer tout droit, prêt à attaquer les trois saoulardes, quoi qu'attaquer fusse un terme un peu fort pour désigner ce qu'il y aurait à faire pour parvenir à détrousser les trois jeunes femmes. Il laissa sa main armée redescendre; la posa contre son flanc, ce avant d'interpeller ses délicieuses et futures victimes en redressant la tête...

"Vos parents vous ont jamais appris que c'est dangereux de se balader dans le coin dans un tel état, et à ce genre d'heures là?"

Même si les trois chiméen(ne)s qu'Eden avait face à lui avaient voulu se sauver, vu comme elles étaient saoules, sans doute n'auraient-elles réussi qu'à s'étaler par terre... dans tous les cas, les autres auraient vite fait de leur bloquer la route, ainsi pouvait-il être sûr qu'il parviendrait sans trop de mal à les approcher sans trop se presser. Les trois êtres, sous formes féminines, étaient on ne peut plus mignonnes en tous cas, même si la nuit noire lui bouchait un peu la vue... Allez savoir pourquoi, ce fut la tignasse rousse, un peu comme la sienne d'ailleurs, sur laquelle il flasha... Un instant seulement, il cligna des yeux, et laissa son sourire se perdre dans une insondable vague de trouble. Le minois ne lui déplaisait guère il est vrai, mais plus qu'une attirance réelle, c'était limite de la fascination qu'il ressentait là, une drôle d'impression de déjà-vu, si prégnante qu'elle en devenait blessante, face à heu... ah ouais. Un(e) inonnu(e) imprudent(e) et totalement bourré(e), c'était ça? Du calme Eden, arrête de délirer, à croire qu'il y avait du shit dans ce que tu viens de fumer... La fille, tu la vois même pas bien y a pas assez de lumière... Bref. Sans même accuser le coup, Eden bourra l'étrange ersatz de sentiment qui le dérangeait tout au fond de son crâne, puis s'arrêta de marcher avant de croiser les bras, prenant garde au passage à ne pas entraver le mouvement de celui tenant le revolver, histoire de ne pas risquer de se trouver dans une mauvaise posture... Il souleva un sourcil, avant de poser un regard moqueur sur les trois malchanceuses, involontairement en particulier sur celle qui lui faisait tant... d'effet. Sur un ton s'alliant parfaitement à son expression, il acheva ses ironiques recommendations:

"C'est tout de même con qu'on ait à refaire votre éducation..."
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Lun Fév 05, 2007 5:14 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

C'était quand même vraiment pas de bol. Il devait y avoir des dizaines et des dizaines de petites rues dans ce genre là, et de très nombreuses personnes qui rentraient de leur soirée arrosée. Mais non, la rencontre entre gens peu fréquentables et saoulardes allait se dérouler PILE dans ce coin-ci. A croire qu'Enezis ne lui portait vraiment pas chance...

Soutenant, jusqu'à quasiment porter ses deux copines de beuveries, Nayahka continua à avancer. Presque anxieusement. Du coup, cela faisait remonter direct ses besoins en nicotine, et ça l'a foutait en boule. Elle avait laissé ses clopes à la maison. Elle allait avoir des emmerdes. Mais rien de tout cela ne s'exprimait sur son visage. La jeune femme souriait, ses yeux pétillants de malice, plaisir, et d'alcool, le plus sincèrement du monde. Mais si la situation s'était déroulée en pleine journée, un observateur bien aguerri aurait pu découvrir qu'au fond de son regard sommeillait une étincelle aussi dangereuse que viligante...Sa main se resserra autour de sa ceinture, à quelques menus centimètres de la crosse de son arme.

Enfin, le contact visuel. Ils étaient cinq. Et merde. C'est ce qu'elle pensa, immédiatement. Continuant sa démarche chaloupée, sans prêter attention au rire qu'elle laissait échapper presque machinalement, derrière ses cheveux en bataille, elle analysa la situation, presque immédiatement. Commes les trois filles continuaient d'avancer, elles finiraient d'un instant à l'autre encerclé. Apparemment, ils étaient tous non armés, sauf...celui qui avait une arme, justement. Même en pleine nuit, la forme allongée, ténèbreuse d'un flingue dans une main était très reconnaissable. Les autres devaient avoir tout simplement ranger les leurs. Une arme contre cinq, bah voyons!! Si Nayahka avait été seule, elle aurait continué quelques secondes son jeu de saoûlarde, puis en aurait descendu un, avant de prendre immédiatement la poudre d'escampette. Sauf que c'était tout simplement impossible actuellement, à cause des deux minettes. Elle ne pouvait tout simplement pas les planter là, pour se faire dépouiller, et pire encore.

Le point positif, c'était que les deux miss étaient tellement ivres qu'elles ne se rendaient absolument pas compte de la gravité de la situation, et du danger auxquel elles étaient exposés. Au moins, elles ne hurleraient pas, et ne se sauveraient pas en courant. Elles se contentaient juste de dévisager les inconnus en pouffant bêtement, manquant à chaque instant de s'étaler de tout leur long. Et comme de juste, elles n'avaient absolument rien capter de ce qu'un d'eux venait de dire. Le chef, apparemment, vu qu'il avait le flingue. Partant d'un éclat de rire aigu, la jeune femme en profita pour redresser la tête, secouer ses cheveux...et le regarder, l'espace d'une seconde. Pour se rendre compte que d'une, il était vraiment pas mal, et que de deux, elle avait l'étrange impression de le connaître. Sa trombine lui disait vaguement un truc...sauf que c'était impossible qu'elle l'ait rencontré avant, vu qu'elle ne s'interessait en général pas aux sans-le-sous.

"Youhouu...Dis donc, qu'est ce que j'ai peur..."

Elle poussa un autre rire bête, tout en se complimentant interieurement sur son jeu de fille saoule. Il faut dire qu'elle avait des années d'entrainement derrière elle. Titubant un peu, elle lâcha ses deux comparses, qui seraient somme toute plus en securité au milieu du cercle, qu'avec elle, au moment où elle allait tenter...ce qu'elle allait tenter. Nayahka n'avait pas vraiment peur, voire pas du tout. Elle se disait juste que mourir ici, à cause de voyous de seconde zone ca l'a foutait mal. Mais se faire detrousser par eux, c'était encore pire. Il était grandement temps de prendre la main sur la situation.

Un bref instant, elle fut tentée d'executer son super plan sur le chef lui-même, mais se retracta. Il avait le flingue, d'une, et en plus, il n'était pas spécialement costaud, ce qui signifiait qu'il devait son statut de chef à sa cervelle plutôt qu'à son non-corps de Mr body buildé.

"Bah alors...vous v'nez pas m'prendre ce que vous êtes venus chercher, M'sieurs les bandits?"

Bordel. Elle avait vraiment besoin d'une clope. En plus, elle avait une envie croissante de vanner cette bande de sans-le-sous à la manque. Sauf que ça fouterait en l'air d'une manière irréversible son manège. Il était toutefois l'heure de mettre son plan à l'action. S'assurant d'un regard que les deux filles à papa ne bougeaient pas trop, elle fit encore un pas sur le côté. Il fallait qu'elle attente le bon moment. Il fallait absolument qu'elle attente le bon moment. Et si cet andouille aux tifs rouges venait lui-même la fouiller, et ben là, elle serait vraiment dans la merde. Avec son flingue, il pourrait directement lui trouer la cervelle sans qu'elle ait le temps de dégainer. D'où le fait qu'elle se soit imperceptiblement rapproché d'un des mecs sur le côté, histoire qu'il soit tenter de le faire lui-même, à cause de la proximité. Puis faire la maligne, ca fait toujours baisser l'attention. Il ne restait qu'à prier. Ce qu'elle fit mentalement, tout en pouffant de rire.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mer Fév 07, 2007 9:18 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Les hommes d'Eden n'eurent aucun mal à encercler les trois jeunes femmes... Toujours sur leurs gardes, prêts à sortir leur arme à tout moment au cas où un gang ennemi se pointe - ce qui n'était pas si rare que cela - ils tenaient la situation bien en main, ce qui ne faisait que conforter la confiance du jeune chef, qui de ce fait, n'ayant pas à trop se concentrer, profita à leur juste valeur des propos de la rousse qui lui répondit.

C'était plutôt amusant, de voir Ô combien l'alcool pouvait désinhiber, faire oublier aux gens toute sensation de danger, de pression... Bon certes il l'avait déjà vécue, cette situation, mais c'était bien plus flagrant lorsqu'on était pas celui qui avait quelques grammes de trop dans le sang. Elle se moquait de lui, avouant avec une ironie qui aurait pu être mordante si elle n'avait pas été bourrée Ô combien elle était effrayée... Un rire sec échappa à Eden, puis il posa une main sur sa hanche, inclina la tête sur le côté, tandis que nonchalamment il faisait tourner son flingue sur son doigt. Si elle n'avait pas les jetons, elle aurait du, tiens... Sur qui donc croyait-elle être tombée? Et comment croyait-elle qu'elle pourrait s'en sortir indemne? Oui bien sûr, à cela, elle ne devait pas trop penser. Elle devait y réfléchir au moins aussi vivement qu'une limace qu'on aurait coupée en deux avançait, vu son état d'ebriété... Au moment où Eden allait répondre à la jeune femme, moqueur, ce fut-elle qui répliqua, provoquante, l'incitant à approcher...

Venir prendre ce qu'ils étaient venus chercher? Mais oui bien sûr, cela allait arriver sans nul doute, qu'elle ne s'inquiète surtout pas... Mais pourquoi se presser, lorsque rien ne l'y obligeait? Bon. Il y avait toujours le cas de Teyr qui urgeait quelque peu, mais ça faisait déjà trois jours qu'il avait disparu celui là... Si il était encore en vie, il pourrait bien attendre qu'Eden et les autres profitent un peu de leur méfait. Un rictus teinté d'une moquerie sombre envahit les lèvres d'Eden, tandis qu'il s'approchait en personne de la jeune demoiselle. Il y avait plus prêt d'elle que lui, mais une chose était sûre... Il détestait n'être que spectateur, et entre les trois, c'était bien celle là qui l'intriguait le plus. Il avait bien envie de s'amuser un peu avec elle avant d'en arriver aux faits... Rien de très grave, nop, pas envie hein, d'autant que c'était pas spécialement son trip... Juste lui foutre un peu les jetons, la déranger un peu, voir comment elle réagirait... Bref. Tout en avançant de son pas calme, posé, mais sans oublier de rester vigilant, il répondit enfin, mordant:

"T'es si pressée que ça, princesse? T'inquiètes donc pas..."

Il fut bientôt assez proche pour un contact physique, si bien que vivement, il releva sa main armée, pour venir poser le canon de son arme sous le menton de la jeune femme, le lui relevant de ce fait, d'une façon pas franchement rassurante, certes... Dominer de la sorte la situation n'était pas sans lui plaire, bien entendu, et l'appréhension qu'il imaginait déjà émaner de sa potentielle victime, était un peu la cerise sur la gâteau... De quoi lui faire voir la vie en un peu moins noir, malgré son humeur du soir. Il se baissa de telle manière à ce que son visage ne soit qu'à qulques centimètres de celui de la jeune femme. Son sourire s'élargit, puis fixant cette dernière, menaçant, il acheva dans un sifflement:

"Ton tour viendra. Très vite, même..."

Héhéhé... Jolie certitude que voilà. Sans quitter la jeune femme du regard, ni ses airs moqueurs, sombrement réjouis, il ajouta à l'adresse de ses vénérables amis, prêts à toute éventualité:

"Joz, Leomy, occupez vous des deux autres..."

Quant à ses deux autres collègues? Ils savaient ce qu'il leur restait à faire. Rester vigilant, au cas où les choses virent mal. Parce qu'en Enezis, on ne savait jamais. Toujours égal à lui même, Eden commença sans attendre à fouiller la saoularde... Enfin fouiller. Disons plutôt qu'il laissa sa main trainer sur sa hanche peut-être un peu trop lentement pour ne pas y donner une autre signification... Comme dit, flanquer une frousse ou choquer d'une quelconque manière cette fanfaronne ivre là ne serait pas du tout sans lui plaire, alors autant ne pas y aller mollo.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Jeu Fév 08, 2007 10:32 am 
Sujet du message:
Répondre en citant

Dieu que cette situation était agaçante. Effrayante? Pas un poil. Enfin, pas pour Nayahka, en tout cas. Il en fallait vraiment plus pour lui faire peur. Quelque chose de plus impressionnant qu'un gang de paumés. Comme elle venait d'arriver il y a peu, la jeune femme n'avait bien entendu aucune idée de qui elle avait à faire...et même si elle l'avait su, peut-être son comportement n'aurait-il pas changé d'un iota. Elle n'était pas vraiment du genre impressionnable. Chiante, horripilante, casse-cou et fière, oui. Le reste, non. L'unique chose qui la stressait, actuellement, était le minutage précis du plan qu'elle était en train de mettre en route. Son esprit absolument pas alteré par l'alcool, malgré les apparences, tournait à toute vitesse pour envisager le plus grand nombre de possibilités qui se présentaient à elle, et la dizaine de manières dont pouvait tourner la situation.

Nayahka jeta un oeil à ses deux comparses, qui n'avaient toujours pas bougé, accrochées l'une à l'autre. Là seule chose notable était l'étincelle de lucidité qui commençait à percer dans leurs yeux. Ca s'appelle l'instinct de survie. En situation de danger, on désaoule nettement plus vite que la normale, c'est prouvé. Et ces types...elle devait admettre qu'ils n'étaient pas trop mal organisés. Trois filles normales n'auraient eu aucune chance, ivres, ou non. Mais elle-même était loin d'appartenir à la catégorie des gens normaux. Et qui plus est, elle était armée. Et prête à faire usage de la violence pour se tirer de ce mauvais pas. Elle en avait même carrément envie. Jouer la saoûlarde, ca allait bien cinq minutes. Maintenant, il était peut-être temps que chacun fasse sa route. Se faire dépouiller, et rester à moisir là, c'était pas trop son trip.

Mais comme il avait été dit que Nayahka ne devrait pas avoir de chance cette nuit, ce fut Mr tifs rouges qui avança vers elle, un rictus très prononçé aux lèvres. Elle du baisser la tête pour cacher un instant son propre sourire, et l'intense envie de le remballer. Simuler l'état d'ébriété n'était pas difficile en soi, mais ne pas laisser passer ses propres réactions par dessus, était un peu plus compliqué. Surtout lorsque la situation est elle-même compliquée. Comme là, lorsqu'il braqua son arme sous son menton, la forçant à relever la tête. Toute trace de lucidité avait à nouveau disparue des yeux de Nayahka, pour laisser place à un regard franchement vitreux, une moue sur les lèvres. Elle sentait assez l'alcool pour être crédible, mais il était assez près pour finir par se rendre compte qu'elle jouait la comédie...

La seule chose que voulait cette andouille, c'était sûrement lui coller la frousse de sa vie. Quel plaisir à dépouiller quelqu'un, s'il n'est même pas au courant de ce qu'il lui arrive? Nayahka comprenait parfaitement. Mais le problème était qu'elle ignorait tout à fait comment imiter une fille complètement ivre, arrogante, et commençant à avoir peur. Tranchant et prenant une décision, elle décida de pousser un hoquet, sentant l'arme froide sur sa peau, et d'avoir un leger mouvement de recul, suivit d'un autre rire stupide. Elle laissa sa tête dodeliner un instant...et retint une crispation, lorsque l'autre donna ses ordres. Deux allaient fouiller les filles. Un seul coup d'oeil suffit à lui confirmer que les deux miss commençaient légèrement à paniquer. L'une alla jusqu'à la regarder franchement, plus pâle que la mort, et murmura son faux nom, presque comme une supplication.

Et merde. Si elles paniquaient, ca n'allait pas le faire. Et si ces grosses brutes posaient leurs pattes sur elles non plus. A cause de ces considérations, il lui fallut bien cinq secondes pour se rendre compte que Tifs Rouges avait commençé à la fouiller. Ou plutôt, à lui faire du rentre dedans, en laissant une main indiscrète et chatouilleuse sur sa hanche. La situation n'aurait pas été pour lui déplaire si la main en question ne se trouvait pas à une dizaine de centimètre seulement de son arme. S'il la bougeait, il saurait. Il fallait agir immédiatement.
Sur un dernier éclat de rire, cette fois beaucoup plus sincère...elle agit vivement. Son genou gauche alla se loger entre les jambes de son agresseur, avec une violence certaine certes, mais sans exagerer, histoire que le coup ne parte pas tout seul...son poing gauche alla frapper dans le bras qui tenait l'arme, pour le devier, tandis qu'elle dégainait de l'autre main, et faisait un bond leste en arrière, déjà prête à tirer, avec le chef en joue.

"Je fais un trou dans le crâne du premier qui touche les filles, ou qui essaye de me buter, aussi gros que sa cervelle, et je suis pas sûre que ce soit un compliment!"

Toute trace d'ébriété avait disparu de ses yeux, de sa posture. Elle se tenait bien droite, le flingue serré dans sa main, braqué devant elle, et son bras ne tremblait pas. Elle ne vacillait plus. On aurait presque pu dire qu'elle était grave et serieuse, si les commissures ne ses lèvres n'étaient relevés en un demi-sourire franchement moqueur, et sans aucune peur. Ce qui ne l'empecha pas de pousser un soupir faussement sincère, et d'une voix aussi théâtrale.

"Ohh...mon royaume pour une clope..."

Si son coeur se lamentait sur son manque de nicotine, son attention et sa concentration était parfaite. Ses yeux faisaient de rapides aller et retour sur chacun, pour s'assurer que personne n'allait impromptement lui trouer la tête...son dernier regard fut pour son charmant aggresseur.

"Si tu me tires dessus, je t'emmène avec moi, sois en certain."
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Sam Fév 10, 2007 3:05 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Hm... Rien à faire. Il y avait quelque chose d'étrange. Ce sentiment d'anormalité était ténu, mais tout de même... Peut-être était-ce le fait que la jeune femme ne réagisse à ses "avances" d'aucune manière... Peut-être que... Peut-être que... Non, franchement Eden ne voyait pas. Il avait juste une impression bizarre, qui le força à se mettre un peu plus sur ses gardes, mais malheureusement pas assez... Avant même qu'il n'ait le temps de décider consciemment que quelque chose clochait, le coup partit. Bien entendu il tenta d'esquiver, mais ne s'étant pas attendu à une telle vivacité de la part d'une femme ivre, il jaugea mal et le coup atteignit l'endroit visé bien comme il faut... Aie. Très aie même, il s'était fait avoir. Il ne put s'empêcher de crier, tandis que par réflexe son doigt se resserrait sur la gachette de son arme... Heureusement pour elle, son ennemie avait prévu ce genre d'alternative, si bien que la balle lancée à une vitesse digne du revolver négatif duquel elle était sortie poursuivit sa course dans le vide, au risque de blesser une tiers personne. Un pas chancelant en arrière, puis il tomba sur un genou, le visage crispé par la douleur, les dents serrées. Posant violemment une main sur sa cuisse, il jura à voix basse:

"Espèce de..."

Il s'arrêta, dans un hoquet. Par réflexe de même, les deux de ses sbires qui étaient encore libre de toute tâche, au moment où il avait crié, avaient dégainé leur arme, pour la pointer sur son agresseur... Soit cette foutue comédienne, qui s'était jouée de lui comme par permis. Il l'oublierait pas. C'était certain. Elle allait regretter.

La situation. Lui par terre, la dangereuse rousse l'ayant en joue, et elle même visée par deux de ses alliés, qui n'hésiteraient pas à la buter si elle lui faisait le moindre mal... La souffrance peu à peu s'atténua, si bien que lorsque son violent vis-à-vis se mit à jurer au sujet d'un certain manque de clope, il put se permettre un rictus moqueur, agrémenté d'un léger rire tout aussi sarcastique, même si encore mêlé à des relents de douleur. Elle s'adressa directement à lui, si bien qu'il redressa la tête, essayant de ne plus trop accuser le coup qu'il avait reçu, par strict souci d'amour propre... Avant de répondre, autant se foutre de sa gueule autant que possible; après tout elle ne s'était pas gênée pour lui porter un coup aussi traître que vicelard hein... Fermant les yeux, il inspira calmement, avant de remettre la protection de son flingue, et de le ranger dans sa ceinture, toujours aussi sereinement... Il porta la main à sa poche, histoire d'en sortir clopes et briquet, et d'en allumer une, avant de ranger tout le reste, et de reporter son attention sur son ennemie, qui ne le lâcherait pas ainsi... Ce leger temps de battement lui avait permis de réfléchir à ce qu'il pouvait dire où faire, si bien que lorsqu'il prit la parole, ce fut comme si jamais il n'avait arrêté de contrôler la situation, d'être sûr de ses actes, de ses paroles... Une bouffée de fumée, puis il retira la cigarette de sa bouche, avant de hausser les épaules et de lever les mains en signe de défaite.

"Ok, ok... J'avoue tu m'as eu. Mais c'est pas pour autant que tu t'en tireras sans dommage, tu sais. Mes tireurs sont expérimentés, et ils ne se laisseront pas déconcentrer par une langue de vipère en ton genre... Un seul faux pas, et tu crèves, même si moi avec toi."

Eden se permit un large sourire du genre horripilant, avant de se remettre à fumer calmement... Bluffait-il? Non pas franchement... Il était habitué à ce genre de situation. ILS étaient habitués à ce genre de situation d'ailleurs, et c'était pas parce que la demoiselle avait réussi à équilibrer la partie qu'elle avait vaincu, où qu'elle réussirait à lui foutre les jetons. Plutôt que de rester à genoux ainsi qu'il l'était, il préféra s'asseoir. Esprit de provocation. Il posa sa main gauche sur sa jambe tendue, et son avant-bras droit sur le genou de l'autre, qu'il avait repliée. Avec flegme il posa son front contre son poignet, histoire de soutenir sa tête, puis fixant la jeune femme avec une nonchalance royalement condescendante, il conclut avec quelques ordres, lancés sur un ton j'm'en foutiste des plus agaçants/réussis:

"Laissez partir les deux autres, celle-ci nous suffira amplement..."

Les deux interessés laissèrent donc tomber les deux demoiselles bourrées, sans pour autant arrêter de les surveiller, on ne savait jamais... Ils sortirent lentement leur propre pistolet, avant de viser la jeune rousse à l'instar des deux autres... Si il y avait une chose qui était à prévoir de cet affrontement plus mental qu'autre chose, c'était que ça risquait de valoir le coup d'oeil...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Sam Fév 10, 2007 4:49 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

C'était ce genre de situation qui la faisait se sentir bien en vie. Quoi de plus trippant qu'une bonne dose d'adrénaline, du suspens, et du danger? Elle adorait tout simplement ça. Toute sa vie avait tourné autour de ce genre d'evenements terriblement attirants...Nayahka était toutefois très lucide sur l'issue de cette rencontre. Elle était seule, armée certes, mais ils étaient cinq. Et tout aussi armés. Chacun à sa conception de la victoire. La jeune femme savait qu'à son sens, elle avait déjà gagné.

Sa main ne tremblait pas, bien que l'arme avait tendance à se faire lourde au bout de son bras tendu. Si sa forme avait été masculine, il n'y aurait eu aucun problème. Les gars ont toujours un avantage pour ce genre de prouesse physique, qui est de tenir quelqu'un en joue pendant plus de dix minutes...Ses yeux continuaient de faire des aller-retour sur chacun, pour revenir inexorablement sur la tête aux cheveux rouges, quasiment à ses pieds. Son coup avait fait mouche, sans surprise. Elle avait une très longue experience de cette technique et avait eu l'occasion de la developper à souhait. C'est avec un sourire franchement amusé qu'elle le vit sortir une clope, comme pour la provoquer, ou se moquer...ce qui ne marchait absolument pas, il faut le dire. Rien ni personne n'était capable de la faire réagir à de la provocation. Qurtout de ce type là...

"C'est trop mignon, trop puérile..."

Puis l'envie de nicotine était presque passée, parce qu'elle n'avait plus peur. Enfin...peur n'est pas un terme exact. Disons que la tension avait quitté ses épaules. C'était de se faire avoir, désarmée, sans rien essayer, qui l'avait mis hors d'elle. Maintenant, tout était reglé. Elle allait pouvoir se moquer joyeusement de cette bande de bons à rien qui se prenaient pour des caïds...des gars comme ça, elle en avait vu des centaines. Elle avait couché avec certains, fricoté et aidé d'autres...et tué beaucoup. Si cette situation s'était déroulée sur Aryaz, ils auraient tous signé leur arrêt de mort, car elle y avait eu assez d'influence pour pouvoir se permettre de faire buter quiconque la gênait. Ici...tout était différent. Pour l'instant, du moins. Sa bouche prit un pli franchement ironique, avant qu'elle laisse echapper un ricanement.

"Youhou...qu'est ce que j'ai peur...langue de vipère c'est ça? Je passe vite de la pauvre fille que tu voulais peloter, à la sorcière, dis donc...Ca doit être parce que j'ai endommagé ton cerveau entre temps, tu m'excuseras..."

Les filles enfin libres, elle pouvait se permettre de faire ce qu'elle voulait. Même avec quatre armes braquées sur sa personne, et une andouille qui se prenait pour le maître incontesté de la situation, avec ses faux airs je m'en foutiste, sensé l'exasperer/lui faire peur/lui faire faire une erreur, rayez la mention inutile. Son regard se tourna vers ses deux comparses.

"Qu'est ce que vous attendez? Barrez vous!"

Ce qu'elles s'empresserent de faire. Nayahka ressenti soudainement un grand, grand soulagement. Les gamines parties, tout allait bien se passer. Elles ne se feraient pas depouiller, ni tuer par sa faute. La jeune femme ne l'aurait pas supporter. Se foutre dans la merde c'était son probleme personnel. Y attirer les autres, elle detestait ça. Voilà où résidait sa propre victoire. Elle n'avait pas voulu qu'elles se fassent voler, assassiner. Elle n'avait pas non plus eu la présemption de vouloir s'occuper du gang à elle seule. Juste faire echapper les autres...elle les regarda s'eloigner.

"Vous vous prenez vraiment trop au serieux les mecs...Vous vous imaginer être des caïds, mais vous n'êtes que des losers juste bons à dépouiller les filles bourrées. Je suis doublement mauvais pigeon alors, parce que je suis loin de l'être, et que je n'ai rien qui vaille la peine d'être volé."

Elle souria à pleines dents, l'air vraiment ravi. En faite non, elle n'allait pas être victime d'un vol. Vu qu'il ne pourrait pas y avoir vol. Elle ne connaîtrait pas non plus l'echec, et ne serait pas non plus blessée lors d'un stupide échange de balles. Pourquoi? Parce qu'elle baissa le bras, tira la gachette de son arme, et fit tomber le chargeur au sol, ainsi que le reste du pistolet, avec deux claquements secs. Se faire trouer pour pas un rond, c'était vraiment trop con. Elle pouvait faire la forte en gueule sans être armée. Elle en avait le cran, et elle n'avait pas peur. Satisfaite, elle croisa les bras sur sa poitrine, ignorant la menaçe des armes, se contentant de planter son regard vert, terriblement moqueur, dans les yeux de son vis à vis. Stupide, stupide vis à vis, qui maintenant allait jubiler de controler parfaitement cette situation...Au moins, tout serait fini vite. Elle n'avait rien à offrir, et ces ploucs ne lui rapporteraient assurément rien. Cette rencobntre prolongée était surement nuisible pour sa santé mentale, et ses capacités intellectuelles. Alors le mieux était qu'ils viennent verifier eux-même qu'ils avaient fait chou blanc, et ainsi, l'écourter.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Sam Fév 10, 2007 6:02 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Mignon? Puéril? Eden tiqua légèrement, sans pour autant montrer sa déconvenue... certes il avait voulu la faire suer en lui foutant sous le nez ce dont elle avait envie, mais de là à trouver ce geste puéril... Hé ho lui aussi il était accro à la clope, il pouvait bien fumer quand il en avait envie non? Beuh. Ce qui était puéril, c'était de se laisser avoir par ce que disait l'autre fille... Enervante ou pas, fallait garder son calme, savoir gèrer... Bon. Les deux autres nanas, bourrées pour de vrai quant à elles, se tirèrent vite fait quand la rousse le leur ordonna. C'était ça de fait, un problème en moins, basta. Le truc, c'est que la demoiselle choisit d'en rajouter une couche, même si la dite couche était pleine soit d'une mauvaise foi ridicule, soit d'une ignorance qui pourrait lui être dangereuse... C'était complètement con ce qu'elle racontait là, n'empêche qu'Eden supportait mal qu'on se foute de la gueule même pour dire des conneries... Ca commençait à l'énerver sérieux... la preuve? Perdant son flegme des situations tendues, il serra les dents, se crispa, avant de laisser échapper une sorte de sifflement rageur tout à fait explicite.

Au moment où il allait répliquer, mordant, elle choisit cependant de déclarer forfait, jetant son pistolet à terre après l'avoir déchargé. Surpris l'espace d'un instant, Eden souleva un sourcil, avant de laisser un sourire vicieux apparaître sur son visage... le goût de la victoire avait le don de le calmer. Finalement ce n'était pas si étonnant que cela... La jeune femme, à un contre cinq, était bel et bien coincée. Elle aurait difficilement pu s'en sortir, alors il était vrai que mieux valait pour elle ne pas risquer de se prendre une balle mal placée. Il se releva avant de mettre une main dans sa poche, et de s'approcher.

"Tu as fait le bon choix, et c'est sympa à toi de nous faciliter les choses... Mais laisse moi vérifier que tu bluffes pas."

Il s'arrêta un instant, se tournant vers ses comparses l'air sérieux.

"Baissez vos flingues, contentez vous de surveiller les alentours..."

Ce qu'ils firent. Eden put se réinteresser à sa future victime, et regagner son expression amusée... Il retira son pistolet de sa ceinture une seconde fois, histoire de le lancer à l'un des membre du gang... Ce serait con de se faire avoir juste parce que la garce aurait profité de son innattention pour lui piquer le flingue, quoi. Arrivé à son niveau, il prit la jeune femme par la taille, avant de la forcer à se tourner, et de la plaquer contre le mur à sa droite, quelque peu violemment certes... Elle l'avait bien méritée. Il recommença à passer sa main sur sa hanche, cette fois pour véritablement la fouiller.

"Attend voir reprenons... Vite passer de la pauvre fille que je voulais peloter à la sorcière dis-tu? Disons qu'entre une femme saoule et une femme armée qui fait semblant d'être saoule, y a une ptite différence, tu crois pas? Mais c'est pas un problème, l'envie de te peloter m'est pas passée pour autant..."

Rien au niveau du pantalon, comme quoi ça tombait bien, il devait passer au haut... ce qu'il fit en en profitant clairement, non mais. Il porta une main à la gorge de la jeune femme, histoire de lui plaquer la tête bien contre le mur, et approcha son visage tout près du sien, histoire de lui siffler quelques nouvelles paroles:

"T'es pas d'Enezis, hm? Tu ferais mieux de te la boucler lorsque tu sais pas à qui tu t'adresses, ta grande gueule pourrais te trahir, voire te..."

Il n'eut pas le temps de finir ni de fouiller la jeune femme, ni de parler... déjà un son caractéristique s'élevait... du genre de.. de... "broooom"? Oui un truc du genre, tout à fait. Ce même son qui signifiait le début des emmerdes pour Eden, et qui ne pouvait pas être plus malvenu... Dans une inspiration si éloquente qu'on aurait presque cru entendre un "oh non pas ça", Eden leva les yeux au ciel, juste pour se prendre les premières gouttes de la saucée à venir... Et pof, changements aussi instantanés désagréables... Il se sentit s'affiner et rapetisser tandis qu'une masse chiante à souhait venait se mettre pile entre la rousse et lui... Ben il avait l'air malin tiens, coupé en plein dans son élan par l'orage. Mis hors de lui par sa malchance, il se désinteressa soudainement de son ennemie, tapa du pied à terre, tapa du poing dans le vide, tout en hurlant violemment:

"RAH PUTAIN!"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Dim Fév 11, 2007 12:17 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Ahlala, le déroulement de cette situation était tellement prévisible...le sourire vicieux de ce petit voyou était tellement prévisible...Ils n'avaient vraiment pas la même conception de la victoire. En tout cas, pour Nayahka, gagner à cause d'un forfait n'en était vraiment pas une. Elle se contentait de lui faire une fleur: elle préservait sa vie, et celle de sa petite bande, en se rendant. Simplification du denouement, c'était tout. Certes, elle preservait également sa vie, mais ça...ça n'avait pas grande importance à ses yeux. Voilà un moment qu'elle était prête à mourir à n'importe quel instant, et de n'importe quel manière. La mort des autres était toujours nettement plus ennuyeuse que la sienne...

Sans rien ajouter, elle le regarda s'avancer, avec son habituel air satisfait et maître de lui, qu'il affichait depuis le debut de la rencontre. Sauf à l'instant où elle avait écrasé son cerveau, bien sûr. La douleur aide à faire tomber les masques. Se rappelant de ce petit incident, non sans fierté, elle pinça les lèvres pour retenir un pouffement.
Il fallait toutefois admettre qu'il était intelligent, et qu'il avait de la suite dans les idées. Donner son arme à quelqu'un d'autre était très bien pensé. La jeune femme aurait très bien pu s'en saisir, le prendre en otage, et ainsi pouvoir s'en aller...elle ne l'avait pas véritablement envisagé, mais un plan aussi sournois que ça aurait tout à fait pu venir d'elle.

Nayahka alla donc sagement heurter le mur, gardant un sourire confiant aux lèvres. Heureusement qu'elle avait la tête dure, tout de même. Il n'aurait plus manqué qu'elle ne s'assomme, et le tableau aurait été complet...la nouvelle attitude violente et revencharde de Mr Tifs Rouges ne l'etonnait pas du tout. Il avait les boules de s'être fait avoir comme un bleu. Et il avait bien raison, c'était la honte. Surtout quand on se prend pour un caïd. Aussi, comme elle l'avait imaginé, il tint lui-même à la refouiller. Bah voyons, comme si elle n'y avait pas pensé. Comme si il n'allait pas amplement profiter de la situation. Quel etonnement...Elle prit l'air franchement ennuyé, laissa passer ses mains où il le voulait, sans qu'elle ne soulève aucune protestation. Il ne trouverait rien, et elle ne voyait pas d'inconvénients à se faire peloter. Ca s'appelle le principe contrariant: tant que vous êtes d'accord, on ne peut pas vous forcer. Des attouchements n'en sont pas quand vous êtes consentants. Et si c'était la peur, des filles qui se débattaient, qui le faisait tripper, c'était vraiment pas de chance. Il allait être carrément déçu.

La main sur sa gorge lui faisait un peu mal. Mais s'il avait l'intention de lui écraser la tête entre le mur et sa force "surpuissante" c'était tout aussi mal barré. Nayahka avait vraiment du mal à suivre la manoeuvre d'intimidation. Est ce qu'elle était sensée serrer les dents? Se débattre un peu? Avoir un chouilla peur? L'air toujours presque ennuyé, elle l'ecouta sagement debiter des paroles sans aucun interet, sur le fait qu'elle ferait mieux de la boucler, quand...l'orage éclata. La météo était une donnée tout à fait imprevisible, mais absolument géniale.
La pluie commença à tomber...et elle observa avec une incrédulité moqueuse, mais franche, les transformations qui s'effectuaient chez l'homme...qui était maintenant une femme drôlement gâtée par la nature. Et son cri de rage était tout à fait transparent de son état d'esprit: il n'assumait pas du tout sa part de féminité.

Désinteressée de sa soi-disante victime, Nayahka en profita pour éclater de rire, et se dégager du mur. Aussi vive que l'éclair, elle se colla contre l'autre, et aggrippant soudainement son visage entre ses deux mains...lui roula un violent patin, le genre mouillé, avec la langue, le rouge à lèvre, bref...la totale. Elle la relacha tout aussi rapidement, en la repoussant en arrière. Femme contre femme, le rapport de force n'était plus du tout le même.

"Joli goût! Ouahh...t'a le soutien-gorge bien rempli, Princesse! Dommage que je ne change pas de forme moi aussi, je t'aurais bien devoré toute crue!"

Elle éclata à nouveau de rire, et recula de quelques pas, vers le mur, pour s'y adosser. Les mâles étaient toujours tellement plus susceptibles...ils n'assumaient pas du tout leurs changements de forme. Avec une pointe de nostalgie, soudainement, et sans aucune raison, elle se rappela que son frère aussi avait ce type de phénotype. Son sourire se fâna brièvement. Pas de tristesse, non, mais devant la stupidité de ce genre de reflexion, face à cette situation. C'était vraiment pas le moment de lambiner. Réintegrant ses airs moqueurs, comme s'ils n'avaient jamais disparu, elle fixa intensément son vis à vis.

"Je ne sais pas à qui je m'adresse, hein? Mais toi...en as-tu la moindre idée? J'ai eu plus de pouvoir, de richesses et d'influence que tu n'en auras jamais. J'ai terrifié plus que tu ne sauras jamais le faire...Fais bien attention à ce que bientôt, ca ne soit pas toi la victime...et crois moi, tu detesteras ça. Il y a une raison à ma venue ici, et ce n'est pas le tourisme."

Sans rien ajouter, elle croisa les bras sur sa poitrine. Elle pensait chaque mot de ce qu'elle venait de dire. Bientôt, elle serait aussi connue sur Enezis qu'elle l'avait été sur Aryaz. Et elle aurait l'occasion d'y réaliser les mêmes coups. Et personne ne saurait l'en empecher.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Fév 11, 2007 2:25 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Non mais elle était chiante celle là! Elle ne réagissait pas du tout face à ce qu'Eden lui faisait, quand quasiment toute autre personne aurait pris peur... Bon après, on notera qu'après le sale coup qu'elle lui avait fait, l'important n'était plus tellement de lui piquer son fric ou de lui foutre les jetons, mais juste de se venger jusqu'à ce que lui soit rassasié, mais quand même, ça aurait été plus rapide si elle était rentrée dans son jeu... Bref. A ce moment donné, que son vis-à-vis soit une personne horripilante ou pas, Eden s'en foutait, déjà trop occupé à accepter le fait qu'il devrait finir les réjouissances sous sa forme détestée... Et vu qu'il s'était énervé très connement, comme à son habitude, et avait perdu de ce fait son sang-froid, ben il ne vit pas arriver ce qui arriva.

Soudainement, son coeur fit un bond, puisqu'il sentait quelque chose, ou plutôt quelqu'un, se coller à lui... Et bam, on lui roulait un patin. Dans le genre total et complet... Quelques secondes encore auparavant ça ne lui aurait pas déplu, mais là c'était nettement moins plaisant que ça aurait du être... déjà, pris au dépourvu, il ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux et de faire deux pas en arrière, ce qui n'était pas très glorieux, ensuite ben il appréciait pas tellement qu'on se colle à lui, homme ou femme, lorsqu'il se trouvait dans ce genre de situations... Sa chemise le serrait en plus, genre il allait finir par avoir du mal à respirer, non mais franchement tout allait bien! Il appuya violemment sur le corps de la jeune femme histoire de la détacher de lui, en vain, elle était bien collée et il n'avait pas de prise potable, là... De toutes façon l'étreinte ne dura pas bien longtemps

Lorsque la rousse se décida à la lâcher, il enrageait, mais alors littéralement. Elle avait osé le défier au moment où sa faiblesse reprenait le dessus, et EN PLUS, elle en rajoutait en lâchant quelques commentaires concernant son impromptue transformation... Il passa un bras rapide devant sa bouche, histoire de se l'essuyer copieusement, puis dans un sifflement tout à fait audible, il jura:

"Salope... Refait encore UN truc de ce genre et t'es morte"

Il était bien parti pour finir complètement hors de lui, si ce n'était déjà fait... C'était malheureux mais il était bien obligé de le faire: il détacha d'un geste vif, on ne peut plus sec, les trois premiers boutons de sa chemise, qu'il n'avait pas choisie assez large, histoire de se donner du leste. Oui c'était décolleté et oui il détestait ça, mais bon, fallait savoir ce qu'il voulait. Le truc, c'est que l'autre continuait de lui parler. Et c'était vexant. Et ça le faisait chier. Et ça titillait ses nerfs déjà bien à vifs... et... Houlà. Tandis qu'elle s'exprimait, Eden tentant de rester calme extérieurement remit ses cheveux en arrière, posa sa main sur son cou histoire de se faire craquer une vertèbre, puis... Puis s'approcha d'un pas vif, une fois qu'elle eut fini. Le coup partit si rapidement et de manière si impromptue qu'il aurait été difficile de l'éviter. Allez... Pas parce qu'il avait ce corps de femme qu'il était une vieille loque hein! L'air de rien si il était bien courbé, il se trouvait aussi ferme et vif, en très bonne santé physique... Bref. Violent crochet du droit, dingdingding, dans la machoire, assez pour donner envie à la rousse de la fermer au moins durant deux secondes durant. Il ne lui laissa pas le temps de réagir, et la prit donc par le cou, avant de la plaquer une seconde fois au mur, en appuyant assez pour lui couper la respiration. Elle pourrait sans aucun doute se défaire de cette étreinte par la suite, mais pour l'instant, il pouvait s'exprimer:

"Tu pourrais bien faire partie de ces pourris qui nous dirigent, et tu aurais le pouvoir d'annihiler la moitié de la ville en claquant des doigts que ça n'y changerait rien pour moi, pétasse... Tu sais rien ni de nous, ni d'Enezis, ni des gangs qui y survivent, alors tu ferais bien de pas nous prendre de haut, sinon tu peux être sûr de voir ta sale petite gueule de gamine arrogante sauter avant même que le jour ne se lève..."

Il ne la lâcha pas. Il ne comptait pas la lâcher... En fait, il avait des envies de meurtre. Dans tout autre cas il aurait buté cette espèce de pimbèche depuis bien longtemps, mais là, il ne comprenait pas trop ce qui le retenait...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Dim Fév 11, 2007 3:19 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Elle avait presque senti le coup venir. Presque. Disons qu'elle en avait grandement envisagé la possibilité tout en continuant à faire la forte en gueule. Puis, elle avait l'habitude de s'en prendre une, dans ce genre de situation. Les mâles avaient tendance à être hyper susceptibles. Et puis, une fois que l'on dépassait un certain stade, ils devenaient violents. La jeune femme avait senti sa fureur contenue, alors qu'il defaisait quelques boutons de sa chemise. Il avait un contrôle sur lui-même assez efficace, mais très loin de son propre niveau.

N'empêche qu'il avait une bonne droite. Nayahka vit le coup...et ne fit rien pour l'eviter. Parce qu'elle n'aurait pas pu completement l'eviter, et donc se le serait sûrement pris ailleurs. Hors mieux vaut un poing dans la machoire, qu'à la tempe. Histoire de rester conscient. Ses os craquerent dangereusement, et elle se sentit projetée vers le sol. Ca faisait mal, sans aucun doute possible. Mais comme elle avait aussi une longue experience de ce genre de coup, elle savait qu'elle n'en garderait qu'un bleu. La jeune femme se serait sûrement étalée par terre, si Mr Tifs Rouges, ou plutôt, Mme Tifs Rouges n'avait pas eu l'extreme bonté de la plaquer de nouveau violemment contre le mur. Nayahka songea juste bêtement qu'elle finirait par avoir une bosse à cet endroit là, demain matin.

Enfin, elle pensa que l'autre avait vraiment envie de la tuer. Sa joue lui faisait atrocement mal, et elle sentait un petit filet de sang s'échapper de la commissure de ses lèvres. Elle allait tâcher son haut irrémediablement à cause de cet idiot. Loin de se débattre, elle écouta ses paroles...et surtout, observa son visage, ses yeux dans lesquels baignaient une fureur mal contenue. Et Nayahka aimait beaucoup ce regard, ce sentiment. Celui des gens impulsifs, et susceptibles. Elle sourit, bien consciente que si l'etreinte se prolongeait, elle allait sans nul doute mourir étouffée.

"Tu sais ce que t'es? Une sale petite andouille susceptible."

Et à son tour, elle frappa. Aussi fort, aussi vite qu'elle le pu, mais avec une fourberie plus grande encore qu'un simple coup à la mâchoire. Les ongles rentrés dans la paume de sa peau, les phalanges serrées, elle laissa juste le dos de son majeur, légèrement depasser...et le frappa à la tempe. De l'autre main, elle le repoussa, et glissa hors de l'etreinte, loin du mur. Nayahka savait que c'était stupide, elle ne faisait que davantage le provoquer. Mais c'était lui qui poussait trop loin cette histoire. Il avait voulu la depouiller? Parfait, mais elle n'avait rien. Ils auraient dû se barrer, tous autant qu'ils étaient...mais non, ils restaient parce que leur crétin de chef était susceptible, et ne s'assumait pas. Elle cracha du sang, avant de s'essuyer la bouche du dos de la main.

"Ma sale petite gueule hein? Tu la trouvais pas aussi moche, y'a dix minutes...Tu crois que tu fais honneur à ton gang, là? Tu te comporte comme une gamine hystérique et capricieuse, à qui on refuse un joujou...Tu crois que tu te rend plus crédible à mes yeux? Qu'est ce que t'essaie de prouver?"

Cette fois, Nayahka était prête. Si l'autre voulait encore lui coller un coup, elle était prête à la recevoir. Elle fléchit légèrement les jambes, et contracta ses bras. Et interieurement, elle commençait à se maudire, et à maudire cet imbécile. Il en faisait une affaire personnelle, et elle continuait de repliquer. Si la situation se prolongeait, il allait tout simplement la buter. Il ne restait pas trente six choix à Nayahka: se la fermer, fuir, ou bien continuer dans cette voie. Inutile d'être devin pour savoir ce qu'elle avait choisi...elle fit toutefois une dernière tentative.

"Ca te dirait pas qu'on en reste là? Ca t'evitera de te faire encore humilier. Moi, j'en ai ras le bol de tes conneries. J'ai mieux à faire que de rester jouer là avec toi."
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Lun Fév 12, 2007 9:26 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Et elle reprit la parole, bien entendu, puisqu'il semblait que c'était ce qu'elle savait faire de mieux... Une sale petite andouille susceptible? Ha! Alors là... Eden ne put s'empêcher de laisser un éclat de rire tout aussi franc que sarcastique quitter sa gorge. Andouille, mais quelle insulte tonitruante... Il devait bien se la payer 10 ou 15 fois par jours, et de la part de ses amis. En temps normal, ça aurait pu l'énerver, mais là la barre avait été placée un peu trop haute pour qu'il pête un nouveau câble pour si peu. Et suceptible? Nooon, sans blague... elle l'avait trouvée toute seule celle là? Oui, il était suceptible. Extrèmement susceptible. Oui c'était un de ses défauts majeurs surtout dans ce genre de situations, il l'assumait parfaitement, et les autres y étaient habitués... D'ailleurs il suffisait de voir leur tête pour comprendre que pour eux, la situation n'avait rien de sérieux. L'air blasé, petit sourire en coin, ils attendaient juste la conclusion de l'affaire. Sérieuse, la scène avait cessé de l'être du moment où leur ennemie avait lâché son arme. Maintenant, c'était juste une affaire entre elle et Eden. Eden qui en effet n'assumait pas franchement son rôle à ce moment donné. Mais ça ça arrivait souvent, et c'était pas bien grave, du moment qu'il gérait quand il y avait besoin, hein... Avant de se faire frapper, il eut le temps de répliquer, mordant au possible:

"Nooon, sérieux? Sauf que ça je le savais déjà ma vieille."

Et paf, le coup partit. Eden n'était pas en position de l'éviter, malheureusement... Et le fait était qu'il n'avait pas prévu une contre-attaque aussi vicieuse. Dans la tempe... Déjà c'était dangereux. Déjà c'était douloureux, et tout ce qu'on voulait... Mais EN PLUS la rousse avait bien fait gaffe à transformer le simple coup en coup critique, en lui enfonçant bien comme il faut l'articulation d'un doigt dans la partie fragile frappée. Il vit soudainement rouge et ne s'entendit même pas crier. Soudain vertige, puis il lâcha son ennemie, au moment où cette dernière le repoussait. Jambes flageolantes... il parvint à ne pas tomber à la renverse. Cela dit, il dut s'agenouiller. Il se sentait sur le point de s'évanouir, tout le côté de sa tête semblait comme sur le point d'exploser ou de se détacher, et c'était déjà une chance qu'il soit resté conscient, et que les conséquences d'une telle attaque ne soient pas plus graves que cela. Il serra les dents, posa une main sur son crâne torturé, l'autre sur son genou, et força sur ses muscles pour éviter de s'effondrer. Un hoquet de douleur lui échappa, bien qu'il aurait préferé parvenir à le retenir. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il ne se paierait pas une hémorragie interne ou tout autre connerie de ce type. Pas parce qu'il avait des médecins à sa disposition qu'il avait envie d'en "profiter"... Eh bien demain, son ennemie ne serait pas la seule à être couverte de bleus. Les quatres autres quant à eux ne s'étaient pas attendu à cela. Soudainement ils avaient l'air beaucoup plus tendus, et plutôt que de continuer à attendre patiemment dans leur coin, ils se rapprochèrent du lieu du "combat", de un pour encercler la jeune femme encore debout, tout en la mettant en joux, de deux pour voir si Eden était toujours en état...

"Essaie de te sauver, et ton cerveau se retrouve collé au mur, pigé?"

L'un s'approcha de lui, pour l'aider à se relever. Des mains se posèrent sur son corps, trop promeneuses d'ailleurs... De telle manière qu'Eden soupçonna son "sauveur" de ne pas avoir décidé de faire ça gratuitement... Les sûl étaient comme ça. Même dans les pires situations, ils arrivaient encore à gérer totu en se permettant ce genre d'écart à la con. Sauf que là, Eden n'avait même pas envie de s'énerver. Il avait d'autres chats à fouetter. Chancelant et nauséeux, il s'appuya sur l'épaule de Joz, qui ne semblait pas vouloir le lâcher. Quelques secondes encore difficiles à passer, puis il leva une main, avant de la baisser nonchalamment, signe que pour lui ça allait. C'était pas tout à fait vrai mais bon. On faisait ce qu'on pouvait.

"C'est bon, t'as pris ton pied? Bon maintenant tu peux me lâcher, je tiens encore debout tout seul..."

Et Joz s'exécuta, sourire aux lèvres. Eden, lui, ne souriait plus, mais alors plus du tout. Il faisait même sacrément la gueule, quand il se tourna v ers son ennemie. Il ne lui laisserait plus l'occasion de le frapper, tiens. Prendre un pain ça ne lui faisait rien, mais là cette fille était trop dangereuse, fallait pas déconner. Dans tous les cas, le coup avait du lui remettre quelques neurones en place: son taux d'adrénaline avait baissé, et il avait à peu près regagné son sang froid. Cool. C'est exasperé au possible qu'il exprima une dernière fois tout son amour envers sa nouvelle grande amie Langue de vipère:

"Crois-ce que tu veux, en fin de compte je m'en tape, en effet j'ai rien à te prouver, ça ne changerait absolument rien ni à nos résultats, ni à ta position..."

Le plus important en bref. Du moins selon Eden. Un vil sourire apparut au coin de ses lèvres, mais alors version sombre et sadique. Il allait lui faire comprendre sa douleur.

"Attrappez-la."

Et les quatre de s'exécuter. Ils se trouvaient tous sous forme masculine, d'où un très certain avantage physique. Ils lui agrippèrent les bras, lui bloquèrent les jambes, de manière à empêcher tout mouvement de libération, tel le classique croche patte. Un bras vint même bloquer sa nuque, histoire qu'elle ne soit pas tentée de tester le très efficace coup de boule. Une fois sûr de son coup, Eden s'approcha. Premier coup de poing, toujours aussi vif et sans crier gare, du haut vers le bas... dans l'estomac. Il eut l'air satisfait... Il allait la frapper, sans relâche jusqu'à ce qu'elle perde connaissance. Sans comprendre pourquoi, il ne voulait pas la voir mourir. La faire souffrir, oui... mais c'est tout. Un truc étrange le retenait, comme un préssentiment. Il la laisserait ensuite pour compte par terre, au risque qu'elle tombe le temps de son évanouissement, vulnérable, sur quelqu'un de moins clément que lui. Sans un mot, il s'approcha du sûl qui lui avait gardé son flingue, histoire de le récupérer. Plus besoin de parler maintenant, il suffisait de frapper... Ce qu'il fit. L'engin métallique dans sa main s'abbattit violemment dans l'articulation de la machoire de la fille, du même côté que précédemment. Un rire subtil lui échappa, tandis qu'il s'appretait à continuer. Aurait-elle le courage de continuer à ouvrir sa grande gueule, maintenant? C'était à voir, mais en l'occurrence, Eden avait la certitude que la jeune femme ferait VERITABLEMENT mieux de la boucler, car il était dans une humeur telle qu'on aurait eu du mal à trouver plus exécrable.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Mar Fév 13, 2007 12:15 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Ben non. Il n'avait apparemment pas envie qu'ils en restent là. L'entêtement était vraiment un putain de défaut, de même que la susceptibilité. Certes, Nayahka était du genre têtu, mais il n'en faisait pas une montagne chaque fois qu'on l'insultait, ou qu'on essayait de l'écraser. Elle se surprit à penser que son vis à vis devait vraiment être mal dans sa peau, et se faire vanner à longueur de journées, vu qu'il était si receptif à la provocation...

Bref, pour le moment, il y avait plus interessant que ce genre de considération. Comme voir Mme Tifs Rouges à moitié éclatée au sol. Il ne manquait plus que le "DING DING" qu'on entend dans les match de boxe, lorsqu'un des deux adversaires remportait la manche, une foule en délire, et le tableau aurait été parfait. Sauf que le seul public était constitué de quatre gus armés, et qui n'allaient sûrement pas l'applaudir. Le point positif était qu'elle n'avait pas tué son petit voyou en herbe. Elle ne l'aurait certes pas pu sous cette forme là. Mais nul doute que le super crochet qu'elle venait de lui mettre lui aurait ratatiné la cervelle, si Nayahka s'était trouvé sous forme masculine. Mais cela n'aurait pas été franchement amusant. Se faire buter par les quatre autres juste ensuite non plus.

Un bon instinct de survie lui permit de ne pas esquisser un geste lorsque les charmants loubards décidèrent de la braquer de nouveau, avec un commentaire si aimable qu'elle se permit un ricanement. Comme si elle avait eu l'intention de se barrer...Elle resterait jusqu'au bout. Bien qu'elle ignorât l'issue de cette situation, il n'était pas trop dur de l'imaginer, tout de même...Sans prononcer un mot de plus (ce qui était en soi un exploit), Nayahka regarda l'autre se relever, toutefois grâce à l'aide généreuse d'une main exterieure. Alala. Elle l'avait pas mal amoché quand même. Elle allait sans doute le regretter. Bah...elle ne regrettait rien. Cette situation, elle l'avait cherchée, provoquée, et elle la savourait désormais entièrement. La jeune femme se sentait d'humeur téméraire. Et téméraire, elle l'avait été...trop? Sûrement pas. La provoc', c'était juste trippant. De même que se prendre quelques pains. Rien de tel pour se reveiller, s'amuser...

Et pour sûr, elle allait s'amuser. Nayahka comprit ses intentions environ une demi-seconde avant qu'il ne donne l'ordre. Elle l'avait vu au fond de ses yeux, et dans son sourire. Elle sut immédiatement qu'il était bien trop tard pour faire quoi que ce soit. Oho. Elle allait prendre une sacrée dérouillée. Elle ne se débattit pas lorsqu'ils l'attrapèrent. Cela aurait été une perte de temps, futile, inutile. Elle n'arriverait pas à se degager. Ensuite, l'autre n'attendait que ça: pouvoir savourer un semblant de victoire sur elle. La faire regretter. Sauf que Nayahka regrettait rarement ce qu'elle disait, et ce qu'elle faisait. Elle allait pleinement assumer ses paroles, et prendre une petite correction.

Qui commença immédiatement, et par un superbe coup de poing dans l'estomac, parfaitement orchestré, maitrisé. Qui lui coupa joyeusement le souffle, et manqua de la faire tomber. Heureusement, quatre gentlemans étaient la pour empecher ce genre de désagrément. Cette pensée la fit pouffer, et elle reprit son souffle. C'était étrange de remarquer qu'on avait souvent des idées bizarres dans ce genre de situation...Elle restait toutefois très lucide. Incroyablement lucide, lorsqu'elle le vit reprendre son arme. Elle allait VRAIMENT en prendre plein la tête. Dans le sens littéral du terme, vu que la crosse de l'arme vint heurter avec violence sa machoire, dans un craquement franchement inquietant. Bon, il faut etre sincère: elle eut très mal, sentit le monde s'inverser, vit des étoiles, sa bouche se remplit de sang...mais elle ne cria pas. Parce que Nayahka ne criait pas. Jamais. Sauf si on s'employait à lui arracher les doigts un par un, par exemple. Ce genre de douleur est plus dur à surmonter...

N'empêche qu'elle était à deux doigts de s'evanouir. Le lendemain, elle aurait un putain de bleu qui l'empecherait de sortir pendant au moins trois jours. Le point positif était qu'elle n'avait apparemment rien de casser. Elle cracha un peu de sang, qui alla se diluer dans l'eau de pluie, avant de se redresser fierement. Elle n'allait pas lui faire le plaisir de se debattre, de crier, de le supplier. Cela ne durerait même pas plus longtemps. Si vraiment, elle l'avait voulu, elle aurait tenu. Elle serait restée consciente tout du long, encore un long moment. Mais il pouvait aller se faire foutre. Elle planta son regard vert dans le sien.

"Tu me fais pitié..."

Elle bloqua sa respiration. Le monde continua de tourner autour d'elle, et la douleur la taraudait violemment. Le nouveau manque d'air suffit à son corps pour lâcher prise. Elle perdit connaissance, en pensant qu'elle allait prendre plaisir à détruire sa vie, morceau par morceau.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mer Fév 14, 2007 9:45 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Il fallait bien l'avouer, la jeune femme qu'Eden frappait avait du cran, et un self-control impressionnant. Il eut beau la cogner en beauté qu'elle n'émit aucun son, preuve de la douleur que ses coups pouvaient bien lui provoquer. Bon on notera que pour Eden, cela n'était qu'une simple constatation... Son plaisir, il le prenait dans le geste en lui même, dans la sensation physique à l'impact du corps de la rousse... Il la faisait souffrir, et il le sentait. Nul besoin de l'entendre gueuler pour le savoir, même si ça aurait pu rendre encore plus trippant son petit moment de vengeance personnelle... Ah non sans blague. Elle ouvrait la bouche... Elle allait oser? Bah au moins c'était une personnalité intéressante. Chiante, mais intéressante. Ca changeait des coups habituels que les sûls pouvaient faire, et des victimes qu'habituellement ils "croisaient". Il lui faisait pitié... Bien qu'il ne sut ni pourquoi ni rien, cette simple phrase suffit à lui faire remonter la moutarde au nez. Il détestait; il détestait vraiment qu'on le sous-estime, ou bien qu'on le rabaisse; qu'on le casse de la sorte. C'était viscéral, souvent irrationnel. Dans tous les cas il serra les poings, et parvint à retenir ses pulsions. Un sourire acide se fondit sur ses lèvres, tandis qu'il sifflait, sur un ton mordant d'ironie:

"Ah ouais, vraiment? Merde alors quel dommage..."

Et... Et elle s'évanouit. A la salope. Elle aurait pu tenir un peu plus longtemps tout de même non? Mais non, au deuxième coup, elle tombait, telle la potiche de base qu'elle n'était pas, à croire qu'elle l'avait fait exprès! Eden siffla rageusement entre ses dents, puis baissa les yeux sur le corps inerte de sa langue de vipère préferée... Il n'était pas calmé... Mais alors pas du tout. Ses nerfs étaient dans un tel état à vrai dire qu'il se sentait prêt à pêter un câble à tout moment et à faire n'importe quoi... Il alla jusqu'à s'enfoncer les ongles dans les paumes, puis il leva un pied, qu'il abattit violemment dans le ventre de l'autre, avec l'espoir secret de lui casser une ou deux côtes au passage... Elle dut sans doute rouler un peu, mais cela, il ne le vit pas. La tension retombant, il sentit une vive douleur revenir à sa tempe, comme retardataire... Il grimaça et... soudain le tournis, sa vision qui se brouillait... Rah putain. Elle ne l'avait pas raté. Un rire nerveux quitta sa gorge, puis il faillit de tomber en arrière; se rattrappa au dernier moment, chancelant. Sa voix faiblissante ne put que traduire son malaise, lorsqu'il s'exprima:

"Ca, c'est fait... Pas contre les gars, je crois que vous allez devoir continuer les recherches sans moi..."

Il n'en dit pas plus, déjà, une vague noir et rubis le submergeait; il sombrait. Un hoquet rauque, puis l'inconscience. Il tomba en arrière, mais l'un des autres s'étant rapproché au préalable en le voyant sur le point de s'écrouler le rattrappa. Quelques instants de battement puis il happa ses jambes, sous les genoux, histoire de le prendre intégralement dans ses bras.

"Il s'est bien fait avoir ce coup-ci...
- Remarque qu' il a pas encore atteint les records de Leios
- Vu où Leios en est encore heureux pour lui..."


Quelques rires discrets. Il pencha la tête d'Eden sur le côté, puis retira une mèche de cheveux pour inspecter sa tempe. Lentement, elle commençait à se colorer, mais elle ne gonflait pas. Pas forcément bon signe. Lésions internes? Possibles. Dans tous les cas il allait lui falloir des soins.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Chimea Index du Forum -> Rp: Enezis -> Quartier résidentiel Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


MSTrenches war Theme © Matt Sims 2004

Title Images © Medal of Honour - EA Games
Powered by phpBB © 2001, 2004 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com