Navigation :: Chimea
FAQ :: Rechercher :: Liste des Membres :: Groupes d'utilisateurs :: S'enregistrer :: Profil :: Se connecter pour vérifier ses messages privés :: Connexion

[CJ]Retrouvailles au Pandémonium
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Chimea Index du Forum -> Rp: Enezis -> Lynra, dite 'Ile du plaisir'
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Belial
Barman


Inscrit le: 25 Juin 2007
Messages: 236

Phénotype: Irazyn
Points: 350

MessagePosté le: Lun Juil 02, 2007 12:28 pm 
Sujet du message: Retrouvailles au Pandémonium
Répondre en citant

Cinq semaines après "Mesures radicales"...

Belial était débordée. Elle ne savait pas pourquoi, mais ce soir-là, elle recevait énormément de clients. Il y en avait de toutes sortes : des trentenaires ivrognes, des jeunes hommes fringants, des jeunes femmes de mauvais genre, etc. Heureusement que le bar était grand, suffisamment pour contenir une vingtaine de tables et cent cinquante chaises. Quand Belial avait acheté tout ce mobilier, elle avait peur d’être trop ambitieuse. Mais pour cette soirée, il ne restait presque plus de place. Elle ne pensait pas recevoir autant de clients en aussi peu de temps. Et la chaleur n’aidait pas, au contraire. Le ventilateur de plafond fonctionnait, mais il était tout de même peu utile. Bref, on pouvait à peine respirer à l’intérieur de ce bar. Par ailleurs, un nuage de fumée avait rapidement envahi les lieux, avec l’arrivé de tous les dépendants de la cigarette.

Heureusement, elle avait cinq serveurs aujourd’hui. Sans quoi, elle n’aurait jamais tenu le rythme. Une bière par ici, un rhum par là, et une vodka pour le dernier. Elle avait tout juste le temps de souffler quelques secondes entre deux commandes. Par moments, il n’y avait plus personne au comptoir, et ça se calmait quelques minutes. Mais elle pouvait tout juste en profiter pour compter la monnaie, et rincer quelques verres vides qu’on lui a ramenés. Même quand ils venaient de boire leur cinquième verre, certains clients en commandaient un nouveau. Du moment qu’ils payaient et qu’ils ne se battaient pas, la barman n’y voyait pas d’inconvénients. Et jusque là, il n’y avait pas encore eu de bagarre. Ceux qui jouaient aux cartes en arrivaient parfois à se disputer pour savoir qui avait triché, mais en dehors de ça, il n’y avait pas de problème. Et tout le monde avait l’air de beaucoup apprécier les musiques jouées par le juke-box, principalement du rock. Bref, l’ambiance était plutôt chaleureuse.

Belial avait enfin fini de nettoyer les derniers verres que ses serveurs lui avaient ramenés. Puis, elle releva la tête, et constata que depuis un certain moment, tout le monde était occupé à discuter, à jouer, ou à flirter. Les alcooliques notoires, quand ils n’étaient pas en train de dormir, étaient encore à train de boire leurs verres. Apparemment, personne n’allait passer de commandes pour l’instant. Belial soupira tout en essuyant la sueur qui coulait sur son front. Puis, elle se retourna pour vérifier, tant qu’elle le pouvait, que tout était bien rangé. Derrière elle, il y avait un grand miroir, comme dans un traditionnel saloon du western – même si la décoration des lieux faisait plus grunge que country. Sur un coin du miroir, une affiche avec la liste des boissons et leurs tarifs. Sur les côtés, des étagères contenant différentes bouteilles. Les dernières liqueurs et tous les verres de l’établissement qui n’étaient pas rangés sur ces étagères se trouvaient en bas du comptoir, dans un placard. Elle décida de profiter de la pause pour remettre les verres qu’elle venait de rincer à leur place.

Son félin, Baal, était allongé nonchalamment sur le comptoir, à regarder toute la clientèle du moment. Un bâillement. C’était sûrement le seul ici à trouver encore le moyen de dormir un peu, le seul à ne rien faire. Mais il avait envie de se dégourdir les pattes. Il se releva, s’étira le long du corps en bâillant à nouveau, puis descendit du comptoir pour se diriger vers sa maîtresse et lui caresser les jambes en ronronnant. Belial, de son côté, fit de son mieux pour ne pas se déconcentrer, malgré la charmante attention de son chat. Elle s’adressa gentiment à lui, avant de terminer le rangement.

"Pas maintenant Baal. Pas maintenant."

Elle pensait qu’il devait avoir faim. Mais elle n’avait pas le temps de lui donner à manger en ce moment. Cela faisait des heures qu’elle travaillait, avec ses serveurs. L’un de ces derniers eut enfin le temps de souffler auprès du comptoir. Zeyl, un adolescent de dix-sept ans qui travaillait à temps partiel au bar. Il reposa son plateau sur le comptoir et s’adressa à Belial avec le sourire, malgré la fatigue qui se lisait clairement sur son visage.

"Ben mam’zelle Belial, je crois qu’on a battu notre record !"

La barman jeta un coup d’oeil vers lui, puis lui répondit d’un petit rire. Et c’était reparti. A sa gauche, un jeune qui lui demanda une bière bien fraîche. A sa droite, une dame lui commanda un lagon bleu, l’un de ses fameux cocktails. Belial attrapa une des quelques chopes qui lui restaient pour la remplir de bière via la pompe qui se trouvait au comptoir. D’un geste rapide, elle posa le tout sur le plateau de Zeyl, veillant tout de même à ne rien renverser, et s’adressa à lui.

"Avant de compter les clients, il faut veiller à ce qu’ils restent. Au travail !"

Avant de lui montrer vaguement du doigt le jeune homme qui levait la main pour avoir sa bière. Le serveur acquiesça de la tête, souriant d’un air confiant, et alla apporter la boisson. Belial ne fit pas plus attention à lui pour pouvoir se concentrer sur le cocktail. Elle attrapa cette fois un shaker qu’elle ne tarda pas à remplir de glaçons. Puis, toujours aussi rapidement, elle alla chercher parmi ses bouteilles les trois ingrédients pour son cocktail : du jus de citron, du curaçao et du vodka. Elle versa les trois boissons une après l’autre, dosant approximativement le tout, et referma le shaker avant de commencer à frapper. Elle constata que la jeune femme qui avait commandé le lagon bleu semblait s’impatienter. Tout en agitant le shaker pendant quelques secondes, elle s’adressa à sa cliente comme elle le pouvait encore, avec tout ce tintamarre.

"UNE MINUTE, CA VIENT !"

Après quoi, elle chercha un verre pour verser le mélange, et une rondelle de citron pour compléter le tout. Mais en même temps, elle cherchait un serveur pour apporter le cocktail à la cliente qui avait eu le chic de s’installer à une table au lieu d’attendre qu’on la serve au comptoir. Elle n’aperçut que deux de ses serveurs, tous deux occupés. Et Baal, qui était revenu sur le comptoir, en voyant que sa maîtresse était toujours occupée. Belial eut un sourire à la simple pensée de retrouver sa chambre. Mais en attendant, elle avait encore du travail. Un nouveau client pouvait surgir, d’une minute à l’autre...
_________________

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Lun Juil 02, 2007 12:32 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

C'était la première fois depuis des semaines et des semaines qu'Aleksiz sortait seul dehors... Depuis sa tentative de suicide, à vrai dire. Comme il devait maintenant être recherché par tous les commerciaux du coin, et par d'autres, il avait joué le jeu de la prudence, et évité soigneusement de se mettre en danger inutilement. Mais là... Il en avait marre, voilà tout. Peu à peu, il avait réussi à remonter la pente, et si il n'était pas encore tout en haut, il n'en était pas moins en train de se retrouver. Une chose était sûre... Il était bien trop habitué à vivre dans la rue pour abandonner cette dernière si facilement. L'air du soir lui faisait énormément de bien, et consolait toute la partie de son être qui était encore brisée. Même avec de la bonne volonté à revendre, on ne répare pas si facilement le genre de blessures qu'il avait subi en masse, quoi... Mais il sentait que d'aller là où il allait l'aiderait considérablement à retrouver le moral. Il y avait encore des choses qu'il n'avait pas perdues, contrairement à ce qu'il avait cru durant de longues heures, et de longues journées de dépression. Il allait en avoir d'ici peu la preuve... très concrète. Il était déjà en train de traverser le pont du plaisir, laissant sa main distraitement glisser sur la bordure de pierre froide de ce dernier...

Il pencha un peu la tête, et rabattit de deux doigts le bord du chapeau qu'il avait enfilé avant de sortir. Il y avait bien été obligé, tiens... Connu en tant que chef de gang dans tout Enezis, le scandale qui avait éclaté le lendemain de la charmante nuit passée avec Liadon le forçait à se cacher. Il serait bien vite reconnu, sinon... Et tant que cette affaire était encore chaude, il était en danger. Les commerciaux lui couraient après certes... Et les gangs. Il ne fallait pas l'oublier... Il avait plein d'ennemis, et devait maintenant en avoir le double. Ceux qui le vendraient, quitte à le trahir, pour récupérer un pactole conséquent... Ceux qui lui en voulaient de toutes les manières, et en profiteraient doublement... Il avait croisé le long du chemin pas mal de connaissances, et s'était félicité d'avoir pensé à masquer un minimum sa présence. Qui savait ce qui lui serait déjà arrivé, sinon... Il avait donc noué ses cheveux rapidement, pour les enfoncer dans le chapeau dont les bords masquaient un minimum son visage. Leur longueur et leur couleur auraient eu tôt fait de le faire reconnaître. Il avait aussi fermé son manteau, histoire que son look ne dise rien à personne... C'était bien le genre de détails qui pouvaient vous trahir, dans ce genre de situation. Il continua d'avancer, et à la sortie du pont... eut la frayeur de sa vie, il fallait bien l'avouer. Une grosse voiture, un cortège de gardes du corps ahurissant... Hem. Pourquoi EXACTEMENT fallait-il qu'il croise Liadon à ce moment? Ca n'avait rien d'étonnant, dans le sens où Lynra était fréquentée tant par les gens d'en dessous que par les commerciaux, qui appréciaient de se payer des putes de luxe dans le coin... mais franchement c'était malvenu. Très malvenu. Il en vint à repenser à tout ce qu'il lui avait fait subir, à tout ce qu'il avait fait... et s'en mis presque à trembler de rage, comme d'effroi. Il baissa la tête, pour mieux se cacher, et mis les mains dans ses poches, pour éviter de trahir son émoi. Son coeur battait à tout rompre, il blêmit, et son souffle se coupa, tandis qu'il passait à côté, à quelques paires de mètres près. Il aurait tant voulu lui faire sa fête, là, tout de suite, maintenant... Mais d'un autre côté... Si il se tournait vers lui? Si il arrivait à voir son visage, et le reconnaissait? Il était cuit. Autant ne pas y penser, il passa sans encombres, et se força à ne pas presser le pas plus que cela une fois fait. Il ne fallait surtout pas attirer l'attention par quelque comportement suspect.

Il put enfin respirer alors qu'il tournait au premier croisement... Puis encore deux rues plus loin. Ici, Liadon ne viendrait plus le trouver. La route ne serait plus bien longue jusqu'au Pandemonium, où il comptait bien rencontrer Belial, tiens... Avec tout ce qu'il s'était passé, soit la destruction du gang, et sa véritable identité révelée au grand jour, elle avait dut en tomber des nues... Et depuis des semaines qu'il avait disparu, et était devenu injoignable, son téléphone portable ayant rendu l'âme, ou plutôt s'étant vu couper sa ligne, elle devait aussi se demander quoi. Il était normal qu'il vienne lui donner des nouvelles, tout de même, puis bon. Discuter avec elle serait son doute une bonne chose, même pour lui, en espérant que sa bonne humeur serait contagieuse, et saurait éteindre ses derniers fantômes de dépression... Il arriva enfin en vue du bar, et entra donc... pour rester soufflé, sur le pas de la porte, en vue du monde immonde qui le peuplait. Merde... C'était franchement pas de bol, là. Pour se la jouer discretos, il y avait mieux que d'entrer dans un bar bondé de connaissances en tout genre, quoi... Et bien sûr, des connaissances, il y en avait. Comment aurait-il pu en être autrement? Le bar de Belial avait-il jamais été aussi rempli, par le passé? Un peu étonné, Aleksiz leva un sourcil, puis baissa consciencieusement la tête l'air exasperé, quoiqu'en prenant garde à ne pas paraître trop suspect... Il s'avança jusqu'au comptoir, et s'y assit. Belial était la, bien sûr... Et du moins ici, à part la fréquentation, rien ne semblait avoir changé. Pensée consolante qui le fit avoir l'ombre d'un sourire vague, et peut-être déjà nostalgique... Redevenant sérieux d'un coup il posa ses coudes sur le comptoir, et y croisa les bras, plongeant ses yeux sur Belial, mais préférant rester silencieux. Elle avait l'air bien occupée, mais elle aurait tôt fait de le reconnaître malgré tout... Ne restait plus qu'à espérer qu'elle saurait rester discrète. Hem. Elle devait bien se douter qu'il lui fallait rester incognito... Du moins pouvait-on l'espérer.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Belial
Barman


Inscrit le: 25 Juin 2007
Messages: 236

Phénotype: Irazyn
Points: 350

MessagePosté le: Lun Juil 02, 2007 1:46 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Et voilà ! Un nouveau client ! Belial ne prêta pas attention à lui au début, trop occupée avec sa cliente actuelle. Elle avait toujours le lagon bleu à lui préparer. Au bout d’une dizaine de secondes, le mélange devait être prêt. Elle posa le shaker sur le comptoir, gardant tout de même une main dessus, et attrapa de sa main libre un verre triangulaire. Pendant ce temps-là, le nouveau venu était en train de s’asseoir au comptoir. Le regard fixé sur son cocktail, histoire de ne pas se déconcentrer, Belial s’adressa tout de même à lui sur un ton chaleureux.

"Je suis à vous dans une minute !"

Ensuite, elle versa le mélange dans le verre, avant de rajouter une rondelle de citron. C’était prêt. Et c’est justement à ce moment-là qu’est arrivée Jade, une autre serveuse. Superbe synchronisation ! La jeune fille de dix-neuf ans ramenait de nouveaux verres vides, tandis que la barman lui donna le cocktail qu’elle venait de terminer.

"Et un lagon bleu pour la dame au fond à droite !"

Elle ne montra pas la cliente qui de toutes évidences, à force d’agiter les bras pour se faire servir, était impossible à rater. Jade lui lança un petit sourire, posa le cocktail sur son plateau, et se dirigea doucement vers l’impatiente femme. Belial profita du fait qu’elle n’avait plus de commandes sur le moment pour attraper un des verres sales, une chope, et commencer à le rincer pour le laver. Mais, elle n’avait pas oublié pour autant le nouveau client. Ca lui faisait du travail en plus, mais elle n’allait tout de même pas s’en plaindre. Tout en essuyant le verre avec son chiffon, elle se tourna vers lui pour le regarder, un grand sourire sur les lèvres, et s’adressa enfin à lui.

"Vous désirez quoi ? Une bière ou un cockt... ?"

Elle s’interrompit. Dès le moment où ses yeux croisèrent ceux du client, elle se tut. Il n’y avait pas de doute possible. Elle aurait reconnu ce regard entre mille. C’était Eden ! Ou plutôt Aleksiz. L’ancien dirigeant des Libhe Sûl, ce gang dont elle avait appris la récente destruction. Cet ami dont elle était sans nouvelles depuis des semaines, sans jamais réussir à le contacter. Le temps s’arrêta. Ses yeux s’ouvrirent, ses sourcils bondirent, et son sourire s’effaça d’un seul coup. Elle n’aurait jamais cru le retrouver là. Ca oui, elle était surprise. Mais c’était une sacré bonne surprise pour elle. Car si elle ne se transforma pas malgré tout, c’est surtout parce qu’elle était réellement contente de le voir. Au bas mot. Seulement, elle oublia un détail. Il n’était pas que deux dans le Pandémonium. Ils étaient beaucoup, beaucoup plus nombreux. Or, comme si son esprit s’était momentanément déconnecté, Belial avait lâché le verre qu’elle était en train de nettoyer. Et il se brisa bruyamment en retombant au sol.

Ce fut entendu dans tout le Pandémonium. Baal, qui se trouvait à côté, s’est relevé d’un coup sec, le poil hérissé. Les différents serveurs se sont arrêtés par réflexe, de peur qu’ils aient fait tomber quelque chose. Mais surtout, tous les clients encore éveillés de ce bar, avaient bel et bien entendu un verre se casser. Les dragueurs, les joueurs, les bavards, les grincheux, tous avaient arrêté de discuter à cet instant. On n'entendait plus que la musique du juke-box. Et parmi tout ce petit monde, nombreux sont ceux qui, au même moment, se sont retournés vers le comptoir. Où il y avait encore un ivrogne endormi par terre, un client plus présentable qui était assis, le chat qui se trouvait dessus, quelques verres vides, et la barman, paralysée. Comme si elle avait oublié ce qu’elle faisait ici, comme si elle n’avait pas remarqué que des dizaines de regards étaient tournés vers elle, elle fixa Aleksiz dans les yeux. Et ses lèvres, tremblantes, se décidèrent enfin à remuer.

"Ed... ?"
_________________

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Lun Juil 02, 2007 2:50 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Aleksiz resta immobile un instant... le temps que Belial s'adresse à lui. Enfin, si l'on pouvait dire... Elle ne l'avait pas franchement remarqué. Elle le prenait pour un simple client, et lui demandait de patienter. Ca l'arrangeait, en fait. Ainsi, personne ne le reconnaîtrait, à moins de poser les yeux sur lui, et de le dévisager. Il acquièsça donc rapidement, et sans bouger d'un poil; tourna un regard hésitant sur les alentours... Gauche... Droite... Bon. Personne ne semblait s'intéresser à lui. Tant mieux. Il n'empêchait qu'il se sentait oppressé, mis à découvert, en danger... Il passa une même contre son visage, soupira, et revint sur Belial, ses nerfs commençant à lui jouer de vilains tours, là... Les secondes passèrent, jusqu'à ce que Belial se tourne enfin vers lui. Ce n'était pas vraiment de l'impatience... N'empêche qu'il remua légèrement à l'arrivée de l'évenement tant attendu, se pencha en avant, et s'apprêta à prendre la parole... ce qu'il aurait fait si la réaction de son amie ne l'avait alors pas arrêté, mais alors dans le genre figé...

Stupéfaite, elle avait laissé son visage se décomposer, ce qui faillit le faire jurer, avant que lui-même ne perde contenance. Pourquoi perdre contenance? Eh bien... Tout simplement parce que Belial avait lâché le verre qu'elle tenait; verre qui était alors gentiment se briser par terre, amenant tous les regards... Sur eux deux. Exactement ce qu'il cherchait à éviter, quoi. Déjà qu'en ce moment il était et restait pâle, là il devint plus blanc qu'un cachet d'aspirine... Il rentra légèrement la tête dans ses épaules, et la nuque comme soudée, passa un nouveau regard hagard en direction du bar, et des innombrables yeux malheureusement posés sur Belial et lui-même. Il baissa encore plus la tête, histoire de masquer son visage au possible, puis lança un regard furieux à Belial, qui continuait de le fixer comme si la Vierge elle-même lui était apparue... comparaison ironique, notons. Bordel... D'accord, ça la surprenait de le voir ici et maintenant... D'accord, ça faisait des semaines qu'il avait disparu de la circulation, mais tout de même, et justement! Elle aurait pu prendre un peu plus de précautions! Tous les clients allaient finir par trouver louche la manière dont elle le regardait, si ce n'était pas déjà fait. Au moment où il allait s'en plaindre d'un murmure rageur, ce fut-elle qui pris la parole, pour... l'appeller par le diminutif de son faux prénom. Deuxième fois en moins d'une minute que son visage se décomposait... Il laissa ses yeux s'écarquiller, sa machoire tomber un peu... Et perdant lui-même son sang-froid, ne réfléchit pas bien longtemps.

Il se redressa un peu sur sa chaise, et s'élança, pour plaquer une main ferme contre la bouche de la jeune femme, acte définitivement suspect, notons. Plaquant son visage à quelques centimètres seulement du sien, il parvint à continuer de masquer la face de ce dernier, et du même temps à créer une proximité suffisante entre lui et la jeune femme pour pouvoir se permettre de lui parler; de chuchoter à son oreille, sans que cela soit entendu par quiconque d'autre, à côté:

"Bon sang Belial, tu veux ma mort ou quoi? J'ai tous les commerciaux au cul je te rappelle, et sûrement pas qu'eux..."

Sans bouger, il continua de la foudroyer du regard, la défiant d'oser ajouter ne serait-ce qu'un seul détail compromettant en public... Disons qu'il était très loin d'avoir besoin d'ennuis supplémentaires, quoi.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Belial
Barman


Inscrit le: 25 Juin 2007
Messages: 236

Phénotype: Irazyn
Points: 350

MessagePosté le: Lun Juil 02, 2007 3:48 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Aleksiz était bel et bien dans une situation peu enviable. De peur que Belial ne prononce son nom, il lui avait coupé la parole en plaquant sa main sur ses lèvres. Mais le regard foudroyant qu’il lui lança aurait largement suffi à lui faire garder le silence. Heureusement que Belial était assez forte pour ne pas céder facilement aux larmes. Sinon on l’aurait vue pleurer de joie comme de peur. Car oui, elle avait peur qu’il ne lui arrive quelque chose. Elle ne s’était pas doutée une seule seconde qu’il viendrait ici de son plein gré, en incognito. Maintenant, toute la clientèle de la soirée avait les yeux fixés sur eux. C’était réussi. Mais Belial retrouva bien vite ses esprits. La jeune femme ferma à moitié les yeux, et remarqua qu’elle tenait encore son chiffon d’une main. Comme il lui en restait une de libre, elle en profita pour attraper le poignet d’Aleksiz, doucement. Elle le regarda dans les yeux, et lui demanda, par ce simple regard, de lui faire confiance. Elle tira délicatement le poignet de son ami pour éloigner sa main de ses lèvres. Ces dernières dessinaient un petit sourire, gêné. Puis, elle relâcha son poignet, ferma le poing, et du dos de sa main... elle essuya le bas de son visage, comme s’il était trempé ou tâché. Elle hocha la tête, comme pour remercier Aleksiz, avant de s’essuyer les deux mains avec le chiffon qu’elle tenait encore. Après quoi, elle releva la tête, se tourna vers les autres personnes du bar, et leur adressa la parole d’une voix embarrassée.

"Excusez-moi ! Je suis d’une maladresse..."

Et elle se mit à rire bêtement. Parmi les clients qui s’étaient retournés pour savoir d’où venait le bruit qu’ils avaient entendu, certains sont retournés à leurs occupations en voyant que ce n’était pas bien grave. D’autres continuaient de regarder Belial du coin de l’oeil, mais ils discutaient à nouveau avec leur voisin. C’était plutôt rassurant pour la barman. Oh bien sûr, l’un pouvait dire à l’autre "Hé, vous pensez pas que c’est ce type, là, Aleksiz ?". Mais elle préférait penser qu’ils se demandaient juste "De quoi on parlait déjà ?". Elle avait peur d’avoir éveillé les soupçons de ses hôtes. Elle se doutait bien qu’en ce moment, beaucoup de personnes devaient être après Aleksiz, pour une raison ou pour une autre. Mais si elle perdait son sang froid, c’est comme si son ami était déjà mort. Et peut-être elle aussi, par la même occasion. Elle prit son balai et se baissa pour ramasser les morceaux de verre éparpillés à ses pieds. Baal, descendu à nouveau du comptoir, la regarda faire en remuant simplement la queue. Belial le repoussa d’une main, doucement, de peur qu’il n’ait l’idée d’aller se tailler les pattes.

" 'tention Baal, ça coupe."

Elle ramassa tous les morceaux à l’aide de son chiffon, prenant le soin de ne pas se couper elle-même, avant de les jeter dans une poubelle à côté d’elle. Puis, elle reposa le chiffon près de l’évier, et releva la tête pour voir si Aleksiz était encore là. Elle reprit un air plus naturel, avant de s’adresser à lui, les bras croisés sur le comptoir.

"Ben dis donc, je ne t’attendais plus, Keren ! J’ai rangé ton argent dans ma chambre."

Oh, bien sûr, elle jouait la comédie. Elle avait improvisé un nom et un prétexte pour qu’il vienne dans sa chambre. Là au moins, ils seraient à l’abri des yeux et des oreilles des clients curieux. Elle espérait quand même qu’Aleksiz avait compris sa mise en scène. Mais si elle était entrée dans la chambre avec lui, sans un mot, alors que le bar était bien rempli, ça aurait été plutôt louche. Il valait mieux prendre ses précautions. D’une main, elle chercha la clé de sa chambre dans la poche de son jean. De l’autre, elle fit signe à Aleksiz de la suivre. Le problème, c’est qu’elle ne savait pas combien de temps ça allait lui prendre. Mais à peine avait-elle fait deux pas qu'un des clients commanda deux bières. Belial n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. Elle avait l’habitude de se faire remplacer quand elle avait besoin de s’absenter un moment. Mais combien de temps cela allait-il durer ? Elle fronça légèrement les sourcils, quand Jade revint lui apporter de nouveaux verres vides. La barman en profita pour s’adresser à elle.

"Jade, tu peux me remplacer un instant ?"

La servante ne dit pas un mot, mais on pouvait facilement deviner qu’elle était angoissée à l’idée de devoir prendre la place de Belial. Tout d’un coup, elle se mit à rougir, reposa délicatement le plateau sur le comptoir, et acquiesça timidement de la tête. La barman sentit qu’elle risquait d’avoir des difficultés, et, dans la minute suivante, pointa de l’index Zeyl tout en s’adressant à lui.

"Zeyl ! Va aider Jade !"

Le jeune homme, plus confiant, se dirigea à son tour au comptoir après avoir reposé les verres à son tour. Il n’était pas là depuis bien longtemps, mais il savait un peu en quoi consistait le travail du barman, alors il était plus à l'aise que sa collègue. Belial hocha la tête tout en leur affichant un petit sourire, comme pour leur souhaiter bon courage. Après quoi, elle se dirigea vers la porte de sa chambre, faisant attention à Aleksiz, de peur qu’il ne lui arrive quelque chose en chemin. Elle se prépara à lui ouvrir la porte, tandis que Baal se glissait avec complicité entre les jambes de la jeune femme. C'était sûrement le seul à avoir l’audace de les suivre, Belial et Aleksiz.
_________________

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Lun Juil 02, 2007 4:51 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Bon, il fallait bien avouer qu'il avait fait n'importe quoi, là, il commençait à s'en rendre compte... Se relever soudain, pour plaquer une main sur la bouche de Belial, alors que toutes les attentions étaient tournées sur eux... C'était suicidaire. Il n'en avait pas eu conscience sur l'instant. Mais là, maintenant... Il serrait les dents, et sentait des sueurs froides le gagner, tandis que de nouveau ses yeux hagards divergeaient en direction des clients. Pas le temps de finir leur trajet cependant. Déjà Belial happait sa main et sa pleine attention. Elle avait une idée? Eh bah tant mieux, parce que lui, sur le coup, non. Un peu étonné du jeu qu'elle lui fit jouer, il entra dedans malgré tout... Disons que même si ça restait un peu bancal, il n'avait pas trop le choix, là... Il se rassit calmement, et cala ses mains bien au fond de ses poches, au cas où l'on n'ait pas encore remarqué ses ongles noirs, signe d'un phénotype peu courant, et pour lequel il était connu... Mieux valait ne pas accumuler les indices, quoi. Il y avait pas mal d'ennemis à lui dans la pièce, et rien ne disait qu'ils ne pouvaient pas rapidement appeller du renfort. Il pouvait bien se débrouiller contre quelques gars, mais contre un groupe entier, d'un coup... Pas sûr. Et il n'avait pas, ou plutôt plus envie de crever.

Les clients se désintéressaient enfin d'eux, pour retourner à leurs activités premières... Aleksiz espérait que tout le monde avait été dupe, même si il doutait un peu... Soulagé malgré tout, il laissa ses épaules retomber, et s'accoudant de nouveau au comptoir laissa Belial ramasser les débris de verre cassé, tandis qu'il plongeait son visage dans ses mains et soupirait.

Retour de Belial à l'attaque. Circonspect il tira le haut de son visage de ses mains, et lui adressa un regard interrogatif, tandis qu'elle s'adressait à lui, ouvertement... Habitué à ce genres de pratiques, il ne lui fallut pas bien longtemps pour comprendre qu'elle continuait de jouer la comédie, et lui offrait une opportunité de se laver de pas mal de soupçons. C'est donc tout naturellement qu'il laissa ses mains retomber et lui adressa son habituel sourire roublard, tout à fait de circonstance:

"Parce que tu pensais que j'allais te le laisser peut-être? Non, je t'aime bien, mais ma bonté va pas jusqu'à là..."

Il se releva donc, sur signe de Belial, et cachant au possible son visage sur le chemin, en l'occurrence en attrappant le bord de son chapeau d'une main, il contourna le comptoir, pour la rejoindre. Faisant face à la porte, comme impatient - il cherchait surtout à ce qu'on ne puisse le regarder - il attendit qu'elle donne ses instructions à ses serveurs, puis la laissa passer, pour qu'elle ouvre la porte, porte par laquelle il s'engouffra sans attendre... et fiou. Enfin seuls. La porte se referma, et il se sentit enfin liberé, et plus ou moins en sécurité. Adoptant un sourire de circonstance, il se retourna, et enleva ce foutu chapeau qui commençait à lui tenir chaud, pour libérer sa chevelure, qui y était coincée.

"Aaaah... Bordel. J'ai bien cru que j'allais être grillé, sur le coup. Depuis quand est-ce que tu accueilles un monde pareil chez toi, dis moi?"

Il passa une main dans sa nuque, et l'air las ou fatigué la regarda un instant, avant de retirer l'élastique qui retenait ses cheveux, et de secouer la tête brièvement, pour regagner sa coiffure habituelle. Ouais... Rien à dire, ça allait nettement mieux comme ça. Avançant de quelques pas dans la pièce, il plongea à nouveau sa main libre dans la poche de son manteau, et inspectant brièvement les environs acheva:

"Désolé de ne pas être passé plus tôt, j'étais pas franchement en état..."

Ce qui se devinait encore, à son teint anormalement pâle, et peut-être à son allure, un peu moins fière et confiante qu'à l'habitude...
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Belial
Barman


Inscrit le: 25 Juin 2007
Messages: 236

Phénotype: Irazyn
Points: 350

MessagePosté le: Lun Juil 02, 2007 9:10 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Et les voilà dans la chambre de la jeune femme. Aleksiz était déjà venu dans cette pièce dans le passé, et ça n'avait pas beaucoup changé depuis. Près du coin, se trouvait un lit plutôt grand. Sur le côté, une petite table de nuit, où se trouvait une petite lampe de chevet. De l’autre côté, un canapé qui longeait le mur. Au coin, un petit bar, pour préparer des boissons sans avoir besoin de revenir à l’entrée de l’établissement. Après, si ce n’est la présence d’un placard et d’un coffre contenant ses affaires, il n’y avait pas grand chose à rajouter sur cette chambre plutôt spacieuse. Au moins, tous les deux seraient tranquilles ici.

Aleksiz entra le premier, puis ce fut au tour du félin, Baal, et enfin de Belial. Par précaution, cette dernière prit le soin de bien fermer la porte de l’intérieur. Après quoi, elle retira la clé de la serrure pour la poser sur la table de nuit. Pendant ce temps-là, Baal s'était allongé sur le lit, pour observer tantôt sa maîtresse, tantôt son ami. Ce dernier s'adressa ensuite à Belial, à propos du fait qu'il avait failli être repéré. Ce à quoi la jeune femme ne répondit pas, se sentant assez responsable de leur précédente indiscrétion. Elle avait le visage tourné légèrement sur le côté, tandis qu’Aleksiz lui fit une remarque à propos de l’importante fréquentation de son bar, lui demandant depuis quand elle recevait autant de monde. Belial fit mine de réfléchir, sans tourner la tête en sa direction. Puis elle lui répondit calmement.

"Va savoir. Avant, c’était tranquille. Maintenant, tout le monde bouge..."

Puis, lentement, elle se retourna vers Aleksiz pour mieux le regarder, maintenant qu’il avait libéré sa chevelure. Son sourire s’était effacé, et son regard était devenu triste. Elle s’approcha doucement de son ami. Enfin. De ce qu’il était devenu. Il avait précisé qu’il n’était pas en bon état, mais un simple coup d’oeil aurait suffi pour le deviner. Une fois qu’elle était suffisamment près de lui, elle posa délicatement ses mains sur ses joues. Elle ne portait pas de gants en ce moment, mais si ça avait été le cas, elle les aurait sûrement enlevés. La jeune femme caressa doucement le visage meurtri de son ami. Il avait l’air si mal. Belial l’avait connu plus dynamique, plus fier.

Ses émotions étaient partagées. Elle était triste pour lui, mais elle était vraiment contente de le savoir en vie. Un petit sourire, aussi triste que son regard, se dessina sur son visage. D’un mouvement de la main, elle repoussa une mèche de cheveux d’Aleksiz pour la mettre derrière son oreille, afin de mieux l’observer. Elle s’approcha un peu plus. Ils étaient si près que leurs nez pouvaient presque se toucher. Les yeux de la jeune femme se plongèrent dans ceux du jeune homme. Et après un court silence, Belial trouva enfin le courage de prononcer quelques mots.

"Mon pauvre Eddy... je..."

Décidément, elle ne trouvait pas les bons mots. Elle savait que les membres de son gang avaient été massacrés, que son véritable nom avait été révélé en public, et que de nombreuses personnes lui en voulaient énormément. Même Belial n’avait pas suffisamment d’enthousiasme pour s’exprimer comme si tout allait bien. Elle était parfaitement consciente que tout allait mal. Elle ne savait même pas par où commencer. Elle voulait lui demander si ça allait, comme pour se rassurer, mais elle voyait très bien que ça n’allait pas du tout. Elle voulait savoir si son gang avait vraiment été tué, mais elle préféra faire preuve d’un peu plus de délicatesse. Elle voulait lui reprocher de s’être éclipsé du jour au lendemain, mais elle savait pertinemment qu’à sa place, elle n’aurait pas fait mieux.

En réalité, elle avait peur qu’il disparaisse à nouveau. Les Libhe Sûl étaient parmi ses plus fidèles clients. Mais surtout, il y avait toujours eu une grande complicité entre elle et Aleksiz. Enfin. Elle n’allait tout de même pas restée là, à le regarder dans les yeux, jusqu’à ce que l’un ou l’autre ne se décide à parler. Baal les observait simplement, remuant la queue comme à son habitude, se demandant sûrement ce qu'il allait se passer. La jeune femme aperçut alors le bar de sa chambre du coin de l’oeil. Son sourire se fit plus large, tandis que ses mains glissèrent de ses joues à ses épaules.

"Tu... tu veux boire quelque chose ?"

Elle attendit une réponse de la part du jeune homme. Mais elle ne voulait pas le lâcher de sitôt. Deux mois. Il s’était passé deux mois sans qu’elle n’eut de nouvelles d’Aleksiz, sans qu’elle n’eut l’occasion de lui parler. Décidément, elle tenait beaucoup à lui. C’était un véritable ami, l’une des rares personnes en qui elle avait entièrement confiance. Elle venait à peine de le retrouver. Elle ne voulait pas le perdre de vue à nouveau.
_________________

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mar Juil 03, 2007 8:45 am 
Sujet du message:
Répondre en citant

Il y avait... Quelque chose qui n'allait pas, dans l'ambiance qui règnait à l'instant. Belial avait répondu brièvement, calmement qui plus est, et maintenant, c'était un peu trop silencieux... Presque étonné, l'air de se demander quoi, il se tourna vers elle, avant de s'arrêter d'une traite, et de laisser son expression s'écrouler pour redevenir... Un peu trop sinistre. Il laissa s'approcher Belial, et ne fut qu'à peine surpris tandis qu'elle posait ses mains sur son visage. En temps normal, il l'aurait sans doute repoussée sans attendre, l'air de se demander ce qui lui arrivait, à moins que ses intentions ne soient plus hmm... Poussées et claires. Mais là... Ca n'était pas pareil. Il la regarda dans les yeux et laissa le silence s'étirer. Bien entendu, elle savait pour lui, n'est-ce pas? Ce n'était aps comme si les informations n'avait pas rabaché sans cesse ce qu'il s'était passé... Ce n'était pas comme si ils n'avaient pas répeté une centaine de fois à l'antenne que deux Në'Minre avaient survécu à la révolution, et qu'ils n'avaient pas autant de fois révelé leur identité... Il laissa ses épaules retomber, et se contenta d'observer tristement Belial, Belial qui faisait de même. Y avait-il eu pareille scène entre eux deux par le passé? Il n'en avait pas souvenir... Il fallait dire, jamais de telles catastrophes n'étaient arrivées dans la vie d'aucun depuis le temps qu'ils se connaissaient. Rien n'était plus pareil, finalement... Même ça. Même Belial en arrivait à s'apitoyer sur son sort, ainsi que le montrait bien son expression, et les quelques mots qu'elle prononça à son égard, qui lui donnèrent d'ailleurs une étrange impression... Depuis deux mois environ que sa vie s'était écroulé sous lui, plus personne ne l'appellait par son pseudonyme, tout le monde ne jurait plus que par son véritable nom. A l'époque, il y avait eu là dedans un certain soulagement. Mais là... Ca lui avait fait du bien d'entendre Belial l'appeller ainsi. C'était la preuve que les douze années passées avaient bien existées. Qu'elles n'étaient pas qu'une illusion brisée... Bref. Il aurait voulu la voir plus dynamique, égale à elle même, et son sourire revenant progressivement était peut-être bon signe... Elle changea de sujet, si l'on peut dire, et Aleksiz en profita bien évidemment pour faire remonter l'ambiance de quelques crans. Ce qu'il s'était passé n'était pas un sujet tabou, mais du moins préférait-il l'aborder comme il l'aurait fait pour tout autre problème. Si il n'allait pas encore tout à fait bien, il devait faire comme si c'était le cas... Et peu à peu il arriverait véritablement à ce résultat. Il resta immobile encore un instant durant... Puis fit un effort, et regagna un sourire sympathique, sans pouvoir tout à fait taire la lueur de douleur au fond de ses yeux. Une tape sur l'épaule de Belial, un ricanement, puis presque enjoué il lui répondit:

"Tu en fait une tête... On dirait que tu as vu un revenant. Oui... Je veux bien prendre quelque chose si ça te dérange pas. Ce que tu veux... Ca fait longtemps que j'en ai pas eu l'occasion."

Il élargit son sourire, puis baissa les yeux, presque nostalgique... La nostalgie. C'était un sentiment qui valait mieux que les autres, et qui peu à peu venait remplacer ces derniers. Il n'allait rien faire contre, ça, c'était certain... Un peu lointain, en ressentant le besoin, il continua:

"Tu as du apprendre que mon véritable nom n'était pas Eden, mais Aleksiz... Pour ça aussi, je suis désolé. C'est quelque chose dont je ne pouvais pas parler, mais maintenant si par hasard tu as des questions n'hésite pas. Enfin..."

Dès qu'il le put, il s'éloigna d'un pas distrait, et partit rejoindre le canapé un peu plus loin, avant de s'asseoir dessus. Il ne lui fallut que quelques secondes pour comprendre que certaines choses étaient véritablement éternelles... Un peu comme son allergie aux poils de chats, par exemple. Et bien sûr dans une maison où chat il y avait, le canapé et les lits étaient les endroits les plus redoutables pour quiconque était dans son cas. Avant même de comprendre le pourquoi du comment il porta une main à son visage, et éternua violemment; trois fois de suite, tandis que les larmes lui montaient aux yeux. Exasperé, il posa son coude... sur l'accoudoir; puis son front dans sa main. Il siffla entre ses dents, avant de commenter, avec mécontentement:

"Et voilà, ça recommence, je te promet qu'un jour pour l'anniversaire de ton chat je t'offre une tondeuse..."

Si il recommençait à faire la tronche à longueur de journée, c'était bon signe, tout de même... Après tout chez Aleksiz, le plus inquiètant était quand il s'arrêtait de râler.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Belial
Barman


Inscrit le: 25 Juin 2007
Messages: 236

Phénotype: Irazyn
Points: 350

MessagePosté le: Mar Juil 03, 2007 1:55 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Aleksiz avait encore la tête à plaisanter. Il avait répondu à son amie sur un ton enthousiaste. C’était bon signe. Le sourire de Belial, rassurée, se fit plus large. Elle était consciente que les choses n’allaient vraiment pas très bien pour lui, mais il n’avait pas l’air d’être au bout du rouleau pour autant. Et même si c’était le cas, continuer de le plaindre ainsi ne lui permettrait pas de remonter la pente. Elle l’imita, et répondit sur un ton tout aussi enthousiaste.

"Pas de problème ! J'te fais un T.N.T."

Elle se décida enfin à le lâcher pour ensuite se diriger vers son bar. Elle trouva facilement un shaker et un verre de cocktail. Elle prit quelques glaçons, et commença à chercher les différents ingrédients à mélanger. A peine avait-elle trouvé le curaçao orange qu’Aleksiz continua de lui parler. Mais il ne lui apprenait rien. Belial avait bel et bien appris la vérité au sujet du véritable nom de son ami. Ce n’était pas par désinformation qu’elle ne l’avait pas appelé par son vrai nom, simplement par habitude. Mais elle se doutait bien qu’Aleksiz l’avait compris. Enfin, ce dernier lui précisa qu’elle pouvait lui poser toutes les questions qu’elle désirait. Belial en avait tant qu’elle ne savait pas par où commencer. Mais elle préféra rebondir sur sa précédente réplique, plutôt que de passer tout de suite à l’interrogatoire. Elle attrapa du rhum blanc, puis du jus d’orange. Et avant de chercher les deux autres ingrédients, elle se retourna vers Aleksiz. Toujours le sourire aux lèvres, pour essayer de le rassurer lui aussi, elle prit à nouveau la parole.

"En effet. Je suis au courant. Mais que tu sois ou non un Në'Minre, pour moi, tu es toujours la personne que j’avais l’habitude de fréquenter, il y a encore quelques mois."

C’était un peu une façon de lui dire qu’il pouvait lui faire confiance. Elle ne lui en voulait pas de ne pas être venu plus tôt. Elle lui fit son sourire le plus amical possible, puis se retourna pour chercher du Grand-Marnier. Pendant ce temps-là, Aleksiz était allé s’asseoir sur le canapé de sa chambre, ce que Belial lui aurait proposé de faire s’il ne l’aurait pas encore fait. Enfin, elle trouva le Cointreau. Elle s’occupa de remplir le shaker de glace, puis des cinq ingrédients, avant de commencer à l’agiter. Tout en faisant cela, elle observa Aleksiz du coin de l’oeil, et lui parla à nouveau.

"Quant aux questions..."

Mais elle n’eut pas le temps de finir sa phrase. Elle avait oublié que son ami était allergique aux poils de chat. Et il éternua ! Trois fois ! La jeune femme afficha un sourire amusé, naturel, et s’exclama au bout de la troisième fois :

"A tes souhaits !"

Et Aleksiz lui annonça qu’il avait l’intention d’acheter une tondeuse pour l’anniversaire de son chat. Cette dernière réplique amusa beaucoup la jeune femme qui se mit à rire amicalement, tandis que le dit chat, Baal, déplia les oreilles avant de se glisser en dessous du lit. Sans doute tenait-il à conserver son pelage. Belial, elle, reconnaissait bien là son ami. Elle le préférait râleur que misérable. Sur ce point, il n’avait pas changé, et cela ne manqua pas de la rassurer davantage. Elle arrêta enfin de rire pour verser le mélange dans le verre qu’elle avait pris. Puis, elle attrapa une serviette propre, le cocktail destiné à Aleksiz, pour ensuite se diriger vers lui, toujours le sourire aux lèvres.

"Désolée. Je vais essayer de nettoyer."

Après lui avoir donné son coktail, elle essaya d’essuyer le canapé pour enlever les poils que Baal avait laissés, à l’aide de sa serviette. Si besoin est, elle lui demandait d’un geste de se pousser, pour qu’elle puisse en enlever un maximum. Elle fit de même ensuite avec le manteau d’Aleksiz, au cas où certains poils seraient restés dessus. Après quoi, elle reposa la serviette, et lui afficha un large sourire. Elle alla s’asseoir à côté de lui, souriant de plus belle, et lui parla à nouveau.

"N’empêche... je suis drôlement contente de te voir."

Et sur un ton un peu moins enthousiaste :

"J’étais vraiment inquiète à ton sujet... j’avais peur que tu... tu tiens quand même le coup ?"

Parmi toutes les questions qu’elle aurait aimées lui poser, elle avait préféré commencer par celle-ci. Elle avait un peu trop tendance à materner Aleksiz, alors qu’ils n’avaient que deux ans de différence. Mais avec tous les problèmes qu’il y avait en ce moment, il lui était impossible de ne pas s’inquiéter à son sujet.
_________________

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mar Juil 03, 2007 3:24 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Ca faisait plaisir d'entendre de la bouche d'une tierce personne qu'il était toujours lui-même; vu que c'était un point qui lui avait beaucoup posé problème ces derniers temps, même si ce n'était pas pour les raisons que Belial avait invoquées, mais plutôt à cause de Liadon. Signe qu'il n'était pas encore tout à fait remis, il ne répondit rien à ça, préférant sourire à moitié, reconnaissant. Dire qu'il pensait vraiment avoir tout perdu, au moment où il avait tenté de se suicider... Dire qu'il n'avait pas même pensé à Belial, dans tout ça, alors qu'il pouvait vraiment compter sur elle... Qu'elle était vraiment son amie. Il s'était ensuite enfermé dans cette relation qui s'était créée entre son frère et lui, ce dernier soir de désespoir, et avait comme oublié le reste... Même si Rivëndal restait à ses yeux la personne la plus importante qui était; la plus à même de le comprendre malgré leurs différences, il voyait maintenant plus clair. Il s'ouvrait réellement sur tout ce que le choc lui avait fait oublier... signe encore une fois qu'il se remettait.

Bref. N'empêche que les poils de chat, c'était franchement pas la joie, ainsi qu'il le constata à l'approche de Belial, au moment même où il allait prendre le verre qu'elle lui tendait... Il éternua pour la quatrième fois. Se renfrognant un peu il grogna un instant, puis attrappa le cocktail, pour remercier la jeune femme d'un merci double emploi... De un pour le verre, de deux pour bien vouloir s'occuper des poils qui l'empêchaient de bien respirer. Il se redressa l'espace d'un instant à sa demande, puis se rassit sans attendre, pour porter le verre à ses lèvres et commencer à en boire le contenu. Vu la nature du cocktail que Belial lui avait concocté il allait vite partir, tiens... Même sous sa forme masculine, il n'était pas un champion pour ce qui était de tenir l'alcool... La descente, ça allait, mais le reste suivait pas toujours, quoi. Avalant une première gorgée d'alcool, il commença à vraiment se sentir bien... Pas parce qu'il commençait déjà à être saoul non n'exagérons rien... Plutôt parce que d'être le bienvenu quelque part lui était plutôt agréable, surtout après tout ce qu'il s'était passé, surtout utilisé comme il l'était quotidiennement par la Cinquième Colonne... Enfin. Hem. Il avait fini par constater que dans le cas de Nathan, c'était un peu différent. Il y avait quelque chose en plus... Même si c'était le meurtrier d'un des membres de son gang, il commençait à bien l'aimer. Il s'était passé des choses bizarres entre eux au moment où Aleksiz allait vraiment très mal et... Hem. En fait, il préférait ne pas y penser. Il ne comprenait pas tout à fait ce qu'il se passait, et avait un peu peur de ce que l'on pouvait supposer... Souriant doublement il commença à boire... Jusqu'à ce que Belial l'arrête, lui posant enfin une question, et pas des moindres. Si il tenait le coup?

Il baissa la main qui tenait la boisson, et joignant l'autre à la première posa ses coudes sur ses genoux, tout en se mettant à fixer vaguement le sol. Il souriait nettement moins là, certes... Voire il ne souriait plus du tout. Il n'avait pas tenu le coup, non... Il tentait de tout rebâtir, maintenant, mais le terrain sur lequel il s'acharnait alors n'était plus que ruines. Qu'aurait-il du dire à Belial? Lui mentir? Non... Elle était assez solide pour savoir ce qu'il en était réellement, et il ne voulait pas avoir à lui raconter des cracks. Ca, jamais... Le silence s'étira sur quelques longues secondes, avant qu'il ne se décide enfin à parler, sur un ton nettement plus sérieux et mature qu'à l'habitude:

"Il s'est passé beaucoup de choses... Plus que ce que les médias en ont dit. Je ne vais pas te mentir, j'ai fait une tentative de suicide il y a un peu plus d'un mois. Si mon frère ne m'avait pas arrêté, je ne serais déjà plus de ce monde..."

Puis il se mit à sourire, doucement. Il espérait juste que Belial n'allait pas lui sauter dessus et l'étrangler à moitié pour lui dire de ne surtout pas recommencer avant qu'il n'ait le temps de finir. Un peu plus léger, il porta de nouveau le verre à ses lèvres, puis après en avoir pris une gorgée acheva sur un ton léger:

"Depuis, j'essaie de me reprendre... La Cinquième Colonne s'assure de notre protection... J'ai de nouveaux projets, même si j'ai un peu de mal à m'y faire... Bref."

La vie reprenait... Il commençait à vraiment y croire. Il arriverait à s'en sortir, et d'aller voir Belial avait en effet un très bon effet sur lui... Il sentait ses convictions progressivement s'endurcir. Sa vie avait changée, mais il pouvait tout à fait s'y adapter, à condition de le vouloir... Et le passé ne devait être que passé. C'était peut-être la première fois de sa vie qu'il réussissait sincèrement à penser ainsi... Sauf que bien sûr, même quand il avait des pensées philosophiques, la nature n'arrêtait pas son manège, quoi. Il entendit le tonnerre avant même de sentir le problème survenir, soudain sa tête se mit à tourner et... Bah oui voilà quoi. Un orage totalement imprévu, que le temps n'avait véritablement pas annoncé. Surpris, il se redressa, et posa un regard réflexe sur la porte d'entrée... avant de lever les yeux au ciel, et dans un soupir éléphantesque de s'enfoncer bien au fond du sofa; de se renfrogner clairement cette fois, et de se remettre à grogner:

"Alleluia... C'est clair, les choses n'ont pas tellement changé en deux mois sur cette foutue île, il y a toujours autant d'abrutis pour bidouiller les synthés..."

Il amena son verre encore pas mal rempli jusqu'à ses lèvres et... Contre toute attente le finit cul sec. Avec ça, il allait être rond d'ici très peu... Sous sa forme féminine il ne tenait REELLEMENT pas l'alcool. En plus, en ce moment, il s'y sentait nettement moins bien que sous l'autre, elle le faisait déprimer beaucoup plus sec... Mais il s'en foutait. Peut-être même avait-il l'envie de dériver un peu, de s'oublier juste un instant dans l'alcool, dans ce lieu où il se sentait en sécurité, et en bonne compagnie... De toutes façons, il était trop reconnaissable sous l'orage, il n'aurait pas pu quitter Belial de si tôt.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Belial
Barman


Inscrit le: 25 Juin 2007
Messages: 236

Phénotype: Irazyn
Points: 350

MessagePosté le: Mar Juil 03, 2007 8:19 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

C’était mauvais signe. Le sourire d’Aleksiz s’était effacé. Et il demeurait tout d’abord silencieux. Progressivement, le visage de Belial devint moins rayonnant. Elle en était sûre. Son ami n’était pas en train de lui faire une mauvaise plaisanterie. Il n’avait pas tenu le coup, c’était évident. Cela se lisait sur son visage. En réalité, si Belial lui avait posé la question, c’était surtout pour se rassurer. Parce qu’elle voulait qu’il lui réponde "Ne t’en fais pas, ça va". Mais maintenant, elle savait à quel genre de réponse elle devait s’attendre. Elle s’éloigna légèrement d’Aleksiz. Elle se prépara à lui dire qu’il n’avait pas à répondre s’il n’en avait pas envie. Elle aurait pu en profiter pour se faire un remontant, pour elle. Mais il répondit. Alors elle l’écouta. Et elle ouvrit les yeux, d’un seul coup. Ce qu’elle avait craint pendant un bon moment était arrivé : Aleksiz avait tenté de se suicider.

A peine avait-il fini sa phrase que Belial changea subitement de forme. Non seulement elle avait failli perdre cet ami qui lui était si cher, mais en plus, c'était lui qui allait se donner la mort. S’il ne l’avait pas dit de lui-même, peut-être que la jeune femme ne l’aurait jamais cru. Mais pourtant, c’était vrai. Ce n’était pas une blague. Belial se doutait bien qu’il avait dû lui en arriver, des bricoles, à tel point de vouloir tout décrocher. Mais avait-il pensé aux personnes qui tenaient encore à lui ? Avait-il pensé à elle ? Qu’aurait-elle fait en apprenant la nouvelle ? Les plus sceptiques diront qu’elle aurait continué sa vie, à gérer son bar tout en rigolant avec ses copains. Et ce serait peut-être vrai. Mais sans Aleksiz, ça n’aurait pas été pareil. Elle avait toujours été là pour lui. N’y avait-il pas pensé ? Peut-être, peut-être pas. Elle savait très bien que si elle avait été là, face à lui, sa propre arme pointée sous son menton... elle en serait sûrement devenu folle.

Dire qu’il devait son salut à son frère. Avant que les médias ne s’en mêlent, Belial ignorait jusqu’au fait qu’il avait un frère. Au moins, ça prouvait qu’Aleksiz pouvait compter sur quelqu’un d’autre que sur elle. Enfin. C’était dit. En temps normal, la jeune femme se serait sûrement agrippé au cou de son ami pour lui demander ce qui avait bien pu lui passer par la tête quand il avait tenté de se suicider. Mais elle n’en avait pas la force, ni l’envie. Et puis, elle se doutait un peu de la réponse qu’il lui aurait donné. Il avait perdu ses hommes, les Libhe Sûl, ainsi que sa famille, les Në'Minre. Cette révolution n’aura décidément rien apporté de bien. A part pour ces fichus commerciaux. Et d’ailleurs, depuis deux mois, elle n’avait envie que de deux choses : revoir Aleksiz, et venger son gang. Elle n’était pas de taille face aux commerciaux, malgré tous les attentats qu’elle a pu causer pendant ces dernières années. Mais c’était au-dessus de ses forces. Elle ne pouvait pas supporter tout le mal qu’ils avaient fait à son ami. Elle ne le pouvait pas.

Enfin. Elle ne voulait plus y penser. A ce moment-là, elle espérait surtout qu’Aleksiz ne la regarde pas en face. Et surtout pas sous sa forme masculine. Elle ne l’avait montrée à personne jusque là, pas même à Aleksiz. Elle en avait honte. Pourtant, elle représentait à merveilles son état d’esprit du moment. Toute sa force s’était envolée dès le moment où elle a appris la tentative de suicide de son ami. Mais même sans ça, elle n’était pas aussi dynamique à son habitude. Elle n’était pas sur le point de fondre en larmes, loin de là, mais elle n’était pas dans son assiette pour autant. Quand bien même, elle préféra ne pas s’en préoccuper davantage. Savoir Aleksiz en vie, c’est déjà un soulagement pour elle. Et puis, il lui précisa que la Cinquième Colonne s’assurait de leur protection. Bien. Elle avait confiance en ce groupe. Belial releva la tête, et un petit sourire revint sur son visage. En attendant, ses vêtements étaient devenus un peu grands pour elle. En particulièrement le bustier qu’elle portait durant cette soirée : il avait glissé dès le moment où elle avait changé de forme. Doucement, elle essaya de remonter le vêtement, se préparant à redevenir une femme .

Et puis, l’orage éclata. Et sans s’en rendre compte, elle changea aussitôt de forme. Aleksiz aussi. Après tout, comme elle, il était irazyn. Belial retrouva son ami sous un autre jour : le fait de devoir conserver sa forme féminine le fit râler. Son amie retrouva subitement le sourire, se retenant de le taquiner à ce sujet, comme elle l’aurait fait en temps normal. Elle était consciente qu’Aleksiz risquait de ne pas partir de sitôt avec l’orage. Mais d’un autre côté, ça lui donnait une bonne excuse pour l’avoir encore un peu à ses côtés. Elle voulait vraiment rattraper le temps perdu. Aussi, après que son ami eut fini –cul sec !– son verre, elle s’approcha de lui pour le lui récupérer.

"Malheureusement oui ! Allez, je te sers autre chose ? Une vodka ?"

Et sans attendre sa réponse, elle reprit son verre pour le ramener au bar de la chambre. Elle jeta un vague coup d’oeil sous le lit, où se trouvait encore Baal, en train de dormir tranquillement. Après quoi, elle sortit la bouteille de vodka pour remplir deux verres avec : un pour Aleksiz, un pour elle. Belial aussi, elle ressentait le besoin de boire. Après avoir attrapé les deux verres, un dans chaque main, elle se tourna vers Aleksiz pour revenir à lui. Mais en un instant, son sourire s’effaça. Malgré tout, elle repensait à ce qu’il avait essayé de faire. Elle s’efforçait de ne pas y penser, mais c’était sans succès. Aussi, arrivé devant le canapé, elle s’adressa à son ami. Elle avait aussi besoin de se libérer.

"Mais... Eden... au sujet de ta tentative de..."

Elle s’interrompit à nouveau avant de pouvoir finir sa phrase. Elle regarda son ami pendant quelques secondes, sans oser prononcer un mot. Elle se trouvait bête sur le moment. Aleksiz avait peut-être essayé d’en finir, il y a plus d’un mois, il était quand même là, dans sa chambre, à discuter avec elle. Ses lèvres dessinèrent un sourire sincère, tandis qu’elle se baissa doucement pour s’asseoir à nouveau à côté de lui. Pour ne pas dire se coller à lui. Elle se positionna le plus près possible de lui, passant sa jambe au-dessus de la cuisse de son ami. Et tout en lui tendant son verre, se rapprochant davantage de lui, elle lui fit une demande.

"Promets-moi de ne jamais recommencer."

En prononçant ces mots, elle le regarda droit dans les yeux. Il y avait un peu de tristesse et de sévérité dans son regard, comme si elle voulait lui faire un reproche. Mais son sourire faisait plus parler d'elle. Belial voulait simplement une garantie de la part d’Aleksiz. Un seul mot de la part de ce dernier pourrait la libérer d’un énorme poids.
_________________

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mar Juil 03, 2007 10:53 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Bon... Vu comme c'était parti, il allait rouler sous la table, ou plutôt sous le canapé, avant la fin de la soirée... Aleksiz sentait déjà l'agréable et caractéristique brûlure envahir sa cage thoracique, la douce chaleur de l'ébrieté lui monter aux joues, et sa vision commencer à se faire tanguante, pour ne pas dire latente... Il n'avait même plus envie de râler, là. Même plus envie de se plaindre du fait qu'il soit obligé de rester sous cette forme. Depuis quelques temps, si ça le déprimait... Ca le dérangeait moins qu'avant. Oh bien sûr ça le dérangeait toujours, mais rien n'était plus pareil... Il semblait bien en tout cas que ce soir, il avait l'alcool heureux. Heureux oui... Il commençait à se sentir heureux, pour de vrai, et pour la première fois pleinement depuis des lustres. Comme si tous ses soucis disparaissaient, coupés de ses souvenirs par un grand coup de ciseaux... Ou bien comme si ils n'avaient plus d'importance. Les joies de l'alcool, quoi... Un sourire montrant bien qu'il commençait à s'imbiber naquit sur ses lèvres lorsque Belial lui proposa autre chose, et lui récupéra son verre... Après le cocktail T.N.T., une vodka?? Youhouu... Il allait vraiment finir plein là, mais enfin... Lui, ça ne le dérangeait pas. Se faire ce genre de souvenirs était bien quelque chose dont il avait en ce moment besoin... Si quelqu'un s'inquiètait? Il commençait déjà à être trop pompette pour y penser... Il laissa donc Belial se relever, pour s'étendre avec grand aise dans son coin du canapé, et répondre d'une voix qui commençait peut-être déjà à devenir plus forte qu'à la normale:

"Avec joie oui! Par contre je peux pas t'assurer que je tiendrai debout bien longtemps, à ce rythme..."

Un ricanement bref lui échappa, puis d'un ample geste il s'étira, pour ensuite porter ses mains à son manteau, l'ouvrir, et le retirer; le poser contre le dossier du canapé. Il commençait à avoir chaud, à force de porter ce truc en intérieur... Il s'étala une nouvelle fois dans le canapé, et y croisa les bras. Belial revenant, il l'observa et... non. Continua de sourire malgré le fait qu'elle soit elle redevenue sérieuse. Au sujet de sa tentative de suicide? Oui? Quoi donc...? Il pouvait lui dire ce qu'elle voulait, la rassurer autant de fois que nécéssaire... Tout ça, c'était fini. Il passait à autre chose maintenant... Belial ne termina pas sa phrase, finalement, et Aleksiz n'eut pas la présence d'esprit de la reprendre. Il la laissa plutôt s'asseoir à c^té de lui... voire contre lui. Genre de chose qui l'aurait fait doublement râler en temps normal, lui qui ne supportait pas qu'on le colle durant les orages... mais plus maintenant. C'étaient là des choses qu'il avait dépassées... Qu'on l'avait forcé à dépasser. Il la laissa donc faire, si sous l'effet montant de l'alcool il ne se colla pas de lui-même plus encore contre elle. Seule sa jambe passant au dessus de sa cuisse lui fit un peu d'effet... Le temps de faire frémir les muscles du membre concerné, quoi. La promesse qu'elle lui demanda alors de faire n'était pas bien dure à tenir... Elle le fit sourire jusqu'aux oreilles, tandis qu'il attrappait son second verre de la soirée, et le portait à sa bouche... Pour un second cul sec. Eh bien... Ca y allait. Une fois cet acte terminé, Aleksiz plongea de nouveau les yeux dans ceux de Belial... Un regard insistant, plus sérieux que la lueur qui les animait aurait pu le faire croire. Et verre vide en main, il vint nouer ses deux mains autour de son cou. Il partait vite, quand il s'y mettait... Il alla jusqu'à poser son front contre celui de Belial, tandis qu'il répondait finalement:

"Je te le promet sans problème... J'en ai plus envie... J'en ai l'air? De toutes façons je peux pas laisser mon frère... On est plus que nous deux... Tu sais ce qu'il m'a dit ce soir là? Il m'a dit qu'il n'avait plus que moi... Ca, je l'oublierai jamais, même si on se fait la gueule plus tard."

Ses joues commençaient à rosir... Il allait vite à assimiler l'alcool, tiens. Nouveau gloussement qui lui échappa... Avant l'orage, et même si il n'avait vu ça que de travers, qu'il n'avait pas eu le temps de bien l'assimiler... Il avait vu quelque chose d'étrange, dans son champ de vision. Comme si la tâhe qui correspondait alors à Belial devenait... Plus petite? Changeait, tout du moins... Il n'était pas bien sûr de ce qu'il avait vu, ni de ce qu'il devait en conclure, mais à présent... il se rendait compte en partie de ce que cela pouvait dire. Il avait bien l'impression que Belial avait changé de forme, sous le choc de ses révélations, et ça, ça l'intéressait... Entre irazyns, on se comprenait, hm? Résultat, c'était un sourire malin, voire inquiétant, qui s'étirait maintenant tout du long de ses lèvres... Assez parlé de lui, non? Il avait envie de changer de sujet, et sâchant qu'il n'avait jamais eu l'occasion de voir l'autre forme de Belial, c'était là une opportunité à ne pas rater:

"Hey tout à l'heure avant l'orage... T'as changé de forme, hm?? J'ai pas bien vu, mais tu l'as fait?!"

Il gloussa encore, un instant, étalé bien comme il le fallait contre son amie... Il était déjà dans un bel état.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Belial
Barman


Inscrit le: 25 Juin 2007
Messages: 236

Phénotype: Irazyn
Points: 350

MessagePosté le: Mer Juil 04, 2007 12:59 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Hé bien. Belial ne savait pas si c’était l’effet de l’alcool, ou si les deux mois d’absence avaient changé quelque chose en lui, mais Aleksiz était plutôt entreprenant en ce moment. A peine avait-il récupéré son second verre qu’il le vida d’un trait. Et il posa ses mots contre son cou, rapprochant davantage leurs deux visages. Belial se laissa faire sans problèmes, cela ne la dérangeait pas. Enfin. Son ami lui fit la promesse de ne jamais recommencer, comme elle voulait l’entendre. Elle était plus que soulagée de l’entendre dire qu’il n’en avait plus envie. Et il lui parla de son frère, qui n’avait plus que lui, visiblement. C’était une bonne raison pour qu’il ne tente pas à nouveau de faire le grand saut. Belial l’écoutait avec attention, tandis que son sourire se fit à nouveau plus large, et son regard plus doux. Elle était curieuse de rencontrer son frère, un jour. Mais entendre Aleksiz lui parler ainsi, avec tout ce qu’il a dû endurer, ça lui faisait énormément plaisir. Elle se rapprocha un peu plus de lui, passa sa main libre dans le dos de son ami, et prit à nouveau la parole.

"Je te retrouve bien là, Eden."

C’était un peu sa façon de le remercier. Elle avait eu la réponse qu’elle voulait, elle pourrait maintenant changer de sujet. Malgré les deux verres qu’il venait de boire, Aleksiz était sincère, elle le voyait bien. Enfin. Elle avait encore son verre en main, il était temps qu’elle se mette à boire aussi. Sur le coup, son ami l’avait bien devancé. Et elle n’avait pas l’intention de le laisser prendre trop d’avance sur elle. Ce n’était pas très prudent, mais tant pis : depuis le temps qu’elle n’avait pas eu une soirée arrosée avec son ami, elle voulait en profiter. De toutes manières, si l’orage allait durer toute la nuit, Aleksiz ne partirait pas avant le lendemain. Elle jeta un coup d’oeil à son verre, le porta à ses lèvres, et elle imita son invité : cul sec. Elle soupira de béatitude, tandis que la chaleur envahissait son corps. Petit à petit, tous ses soucis s’envolaient. La jeune femme désirait vraiment rattraper le temps perdu. Oh, bien sûr, Aleksiz était poursuivi par les commerciaux, et par bien d’autres malhonnêtes personnes. Bien sûr, Belial devait s’occuper de tous ses clients, plutôt que de confier cette tâche à ses serveurs. Le moment était mal choisi. Mais son ami était là, après deux mois d’absence, et elle ne comptait pas laisser passer cette occasion.

Ils étaient tous deux dans un drôle d’état, collés l’un sur l’autre, alors qu’ils n’avaient pas bu plus de deux verres. Mais Belial n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. Elle passa le bras qui portait son verre autour du cou de son ami, tandis que l’autre resserra légèrement son étreinte. Et elle se colla un peu plus à lui, souriant avec sérénité. Elle allait reprendre la parole, pour aborder un sujet moins... inquiétant. Mais Aleksiz le fit à sa place. Il lui demanda si elle avait changé de forme avant l’orage. Hé bien... oui. Malheureusement. Son sourire s’effaça légèrement, au moment où elle attendit la question du jeune homme. Elle ne voulait pas lui montrer cette forme, de peur qu’elle soit encrée dans la mémoire de son ami. Aleksiz n’était pas à l’aise sous sa forme féminine, mais Belial l’appréciait sous cette forme, comme avec l’autre. Mais pour elle, ce n’était pas pareil. Elle ne voulait pas qu’on la voit comme une personne chétive et fragile. Il lui était facile de lui répondre qu’il avait mal vu, qu’elle avait juste bougé. Mais... c’était un peu l’heure des révélations, non ? Lui mentir serait une très mauvaise idée. Il y avait une confiance mutuelle entre ces deux-là, et elle devait le respecter. En plus... Aleksiz étant lui-même irazyn, il était très bien placé pour la comprendre. Et de toutes évidences, elle ne pourrait rien lui montrer avant l’orage. Alors autant lui dire la vérité. Ainsi, le sourire de Belial revint à la charge, imitant celui d’Aleksiz. Et elle lui répondit sur un ton amusé, sans doute sous l’effet de l’alcool.

"Comme qui dirait... Mais ne compte pas sur moi pour t’en montrer plus !"

Son sourire se fit soudain plus malicieux. Ca faisait trop longtemps qu’elle n’avait pas eu l’occasion de le taquiner. Elle n’avait encore jamais montré sa forme masculine. Entre l’alcool et le plaisir de revoir son ami, elle se disait qu’elle pouvait faire une exception. Mais est-ce que cela allait-il être gratuit ? Tout dépendait d’Aleksiz. Belial était au moins avantagée sur le fait que sa forme forcée, lors des orages, était celle qu’elle avait plus l’habitude de prendre. En temps normal, elle aurait sûrement détourné la question, mais là, elle avait vraiment envie de s’amuser avec lui. Du moins, tant que ça ne l’embêterait pas trop. Tandis que sa main tenait le verre vide de deux doigts, les autres caressèrent doucement le cou d’Aleksiz. Elle se colla davantage à lui, relevant sa jambe pour l’étaler, non plus sur une cuisse, mais sur les deux. Son sourire s’étira davantage quand elle reprit la parole, sur un ton assez suggestif.

"A moins que tu n’aies quelque chose en échange..."

Dire qu’elle n’avait bu qu’un verre...
_________________

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mer Juil 04, 2007 1:55 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Ah! Il avait bien vu alors! Belial avait véritablement changé de forme, tandis qu'il regardait ailleurs! Mince... Pourquoi avoir tourné les yeux, franchement, alors qu'il n'avait pas été loin de savoir quelque chose... Que vraiment peu de monde savait. Et qui l'intéressait beaucoup, Belial étant une amie depuis pas mal d'années déjà, et qu'il n'avait jamais vu malgré ça que sous sa forme de prédilection... Son sourire se fit triomphant, et il se laissa choir un peu plus encore contre la jeune femme. Ne pas compter sur elle pour lui en montrer plus, hm? Rooh... Même pas drôle. Alors que lui n'avait... hem. Aucun secret pour elle, dans une certaine mesure. Bon, d'accord, ça n'était pas par choix. Mais quand même. Il se mit à minauder avant même de se rendre compte du type de comportement qu'il était en train d'avoir...

"Bah, pourquoi?? Tu me connais bien sous mes deux formes moi, c'est pas drôle..."

Mais déjà Belial souriait de plus belle... Et que gardait-elle en réserve, hein? Vu qu'elle aussi avait bu son verre cul sec, ça allait peut-être être drôle... Quoi qu'elle tenait nettement mieux l'alcool que lui, certes. Mais bon. Il frissonna tandis qu'elle passait ses doigts contre son cou, et se tendit presque au moment où sa jambe passa sur les deux siennes, pour de bon. Cela ne serait certainement pas allé plus loin si Belial n'avait pas alors choisi de le taquiner... Sur un sujet un peu sensible ces derniers temps. Un peu trop sensible même. Même saoul, c'était pareil... Pour la enième fois de la soirée, son sourire disparut. Sauf que cette fois, il se crispa en bloc, alors que ses bras quittaient le cou de Belial, pour convulsivement revenir à lui. Un hoquet lui échappa. Des sensations lui revenaient, des souvenirs... Attaché, et à la merci de ce salaud... Des souvenirs de son viol, encore bien trop présent. Il ramena ses mains à sa tête dans un gémissement, et fermant les yeux la secoua de droite à gauche, tandis que ses jambes se resserraient. L'humiliation totale, la déchéance... Ca ne servait à rien, ça ne voulait pas partir. Son ivresse agréable avait tourné au vinaigre, de façon tout à fait imprévue, et on pouvait l'espérer provisoire. Il avait presque l'impression d'y être à nouveau, juste parce que Belial l'avait taquiné de façon un peu trop ciblée... Liadon devait vraiment l'avoir traumatisé. Tss... Comme si il avait besoin d'un problème psychologique supplémentaire, tiens... Soudainement, et vivement, il plongea son visage dans le cou de Belial, et serra ses bras autour de sa taille... Il voulait se cacher, échapper à ce récent passé, et dans son ébrieté il voyait en ce geste une porte de secours, un réconfort qui pourtant avait bien du mal à le pénetrer...

"En... Enlève ta jambe s'il te plait..."

Sa voix s'était faite à nouveau sérieuse, voire austère. A tel point même que cela pouvait sembler anormal, et l'était. Tout autant que son corps encore tendu à souhait, que ses épaules contractées, ses bras serrés bien fort contre le corps de son amie... Bref. Il se mit à parler tout seul, soudainement... Une amertume sourde le gagnait.

"Quelque chose en échange, hm?"

Et d'échapper un ricanement désabusé, plein d'un dégout suintant... A ce niveau on lui avait déjà tout volé. Mais... Il devait vraiment tenter de l'oublier, de passer à autre chose... Il le fallait. Alors il tenta de se remettre à sourire, difficilement, et affichant un air presque joyeux, qui gardait un petit quelque chose de bravache, releva la tête, et décrocha sa main armée du verre vide du corps de Belial, pour lui présenter le dit objet sous le nez... voire tellement sous le nez qu'il en heurta ce dernier:

"T'en aurais pas encore un petit pour moi?..."

Il commençait à se détendre... doucement. Tout ça était encore bien trop vif, en lui. Il fallait s'attendre à ce que ce genre de crises éphémères vienne souvent l'ennuyer.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Belial
Barman


Inscrit le: 25 Juin 2007
Messages: 236

Phénotype: Irazyn
Points: 350

MessagePosté le: Mer Juil 04, 2007 3:16 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

La jeune femme ne s’était pas du tout attendu à ce genre de réaction. A trop le taquiner, il lui arrivait de le vexer ou de le mettre en colère sans le vouloir. Et il est vrai que cette fois, entre une chose et l’autre, elle était allée un peu trop loin. Mais elle n’aurait jamais cru que son ami s’agripperait à son cou. Belial ouvra les yeux de surprise, son sourire s’effaçant une nouvelle fois. Elle pencha la tête pour observer, sans bouger, Aleksiz se serrer contre elle. Elle ne l’avait jamais vu dans un tel état. C’est comme si quelque chose... le terrorisait. Mais quoi ? Il devait être habitué à ce genre de taquinerie de la part de son amie. Et... à ce sujet, jamais Belial ne lui avait fait de mal. Elle n’a jamais voulu lui forcer la main. Peut-être le fait de revoir son ami depuis tout ce temps... était-elle pressée de revivre tout ce qu’ils ont pu vivre ? Toujours est-il que si Belial se sentait à l’aise aux côtés d’Aleksiz, ce n’était pas réciproque. Il était là, les membres tendus, blotti contre elle. Et sur un ton sévère, lui demanda d’enlever sa jambe. La jeune femme en fut blessée. Ce n’est pas tant la réplique qui lui fut douloureuse, mais la manière dont elle avait été dite. Belial ne comprenait pas. Mais elle obéit. Doucement, elle retira sa jambe pour la poser à côté de l’autre. Elle ne quittait pas Aleksiz des yeux. Il se serrait si fort contre elle, il ne pouvait pas avoir peur d’elle. Pourquoi aurait-il peur ? Et de quoi aurait-il peur ? Elle l’avait toujours vu comme quelqu’un de fort, de courageux, et de persévérant. Mais là... non, ce n’était pas normal. Il se passait quelque chose.

A le voir dans cet état, Belial hésitait longuement. Elle ne savait pas quoi dire, pas plus qu’elle ne savait quoi faire. Elle voulait vraiment l’aider. Mais elle ne savait pas où était le problème. Pourtant... elle se décida tout de même à le prendre dans ses bras, pour l’enlacer, et lui demander ce qu’il ne va pas. Mais elle n’eut pas le temps de bouger les bras qu’Aleksiz reprit la parole, répétant les derniers mots de son amie. Puis un ricanement, écoeuré. Un second coup de poignard, plus profond que le premier. Elle n’avait pourtant pas pensé à mal, en se montrant aussi familière avec lui. Elle avait toujours veillé à ce qu’il y prenne autant de plaisir qu’elle. Pourtant... on dirait qu’il était blasé de la taquinerie de son amie. Cette dernière en était affectée. Elle se sentait responsable, alors qu’elle ne savait pas où elle avait dit ou fait quelque chose de mal. Peut-être aurait-elle dû faire preuve de plus de délicatesse à son égard ? Elle se sentait vicieuse et égoïste pour s’être exprimée de la sorte, auprès d’un ami qui venait de tout perdre. Elle n’osait plus parler, de peur d’envenimer la situation. Elle regardait dans le vide, d’un air triste. Mais elle fut bien vite réveillée par Aleksiz, qui lui tendit son verre vide, jusqu’à lui heurter le nez. Belial se frotta doucement le dit nez, en regardant ce que son ami venait de lui présenter. Pas de plainte, pas d’interjection. Elle attrapa simplement le verre en prononçant difficilement quelques mots.

"Je... Oui. Désolée..."

Elle fit de son mieux pour ne faire tomber aucun des deux verres. Délicatement, elle se servit de ses coudes pour repousser doucement les deux bras d’Aleksiz, afin qu’elle puisse se dégager de son étreinte. Après quoi, elle se releva pour aller chercher la bouteille de vodka. Elle reposa les deux verres sur le bar, et commença à les remplir. Elle demeurait silencieuse, et n’osait même pas jeter un coup d’oeil en direction de son invité. Elle craignait de la tournure des choses. Son ami était là, dans sa chambre, alors qu’elle l’avait attendu pendant deux mois. Et sans qu’elle ne s’en rende compte, elle l’avait blessé. Enfin. Elle essaya tout de même de garder le sourire, sinon Aleksiz regretterait vraiment d’être venu la voir. Elle essaya de retrouver le sourire. Un bref coup d’oeil en dessous du lit pour voir si Baal y était toujours. Il y dormait encore. Bien. Maintenant qu’elle avait à nouveau rempli les deux récipients, Belial se tourna ensuite vers Aleksiz. Sans y porter une grande attention, elle attrapa le verre dans lequel elle avait bu. Elle était à mille lieux de se demander de qui avait bu dans quoi. Elle avait bien d’autres soucis. Elle s’approcha donc de son ami pour lui tendre le verre dans lequel elle venait de boire.

"Voilà."

Elle avait prononcé ce simple mot d’une voix calme, douce. Le sourire sur ses lèvres était presque invisible. Après qu’Aleksiz eut récupéré son verre, elle se dirigea à nouveau vers le bar. Il restait encore un verre, celui qu’elle s’était réservé. Elle prit le récipient, et le porta à ses lèvres pour le vider d’un coup. Elle était bien partie ce soir-là. Une chaleur agréable envahissait progressivement son corps. Mais dans son état, c’en était presque douloureux pour elle. Elle baissa le regard pour se retourner vers le jeune homme. Elle ne voulait pas le quitter du regard, décidément. Elle avait beau essayé de ne pas y penser, elle se sentait toujours responsable de sa réaction, il y a un instant. Elle fronça légèrement les sourcils tout en prenant une nouvelle bouteille de vodka, la précédente étant quasiment vide. Elle attrapa son verre d’une main, la bouteille de l’autre, et elle se dirigea une nouvelle fois vers le canapé. En posant la bouteille à côté, elle n’aurait plus besoin de faire des aller-retour incessants, elle n’aurait qu’à se servir à côté. Elle se baissa donc pour poser son verre et la bouteille au sol, près du canapé. Après quoi, elle releva la tête pour regarder Aleksiz, et lui adresser une nouvelle fois la parole.

"Tu sais Eden... s'il y a quelque chose qui ne va pas, tu peux m’en parler."

Elle hésita à se rasseoir à ses côtés, ou même à se relever. Elle resta là, accroupie, attendant sa réponse. Après tout, elle n’était peut-être pas la simple cause à sa précédente réaction. Quelque chose l’avait effrayé, et il avait cherché à se réfugier auprès de son amie. Mais elle ne savait pas de quoi elle devait le protéger. En temps normal, même si quelque chose le dérangeait, il n’aurait jamais réagi comme ça. Mais comme il l’avait si bien dit, il s’est passé beaucoup de choses durant ces deux mois. Plus que ce que les médias en ont dit.
_________________

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Chimea Index du Forum -> Rp: Enezis -> Lynra, dite 'Ile du plaisir' Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


MSTrenches war Theme © Matt Sims 2004

Title Images © Medal of Honour - EA Games
Powered by phpBB © 2001, 2004 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com