Navigation :: Chimea
FAQ :: Rechercher :: Liste des Membres :: Groupes d'utilisateurs :: S'enregistrer :: Profil :: Se connecter pour vérifier ses messages privés :: Connexion

Mesures radicales

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Chimea Index du Forum -> Rp: Enezis -> Centre d'affaires
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Sam Juin 23, 2007 3:43 pm 
Sujet du message: Mesures radicales
Répondre en citant

3 semaines après le début de "Un air de désolation..."

Aleksiz avait fini par quitter le centre politique, dans lequel la Cinquième Colonne avait fait son QG. Etrangement, il n'avait rencontré personne... Pas âme qui vive, alors qu'habituellement à cette heure de la nuit, ces quartiers-ci étaient les plus mal famés... Et les plus dangereux pour lui, tant en tant qu'ancien chef de gang qu'héritier déchu, et mis à nu par les médias. Il continuait de marcher... Et il ressemblait plus à un zombie qu'à autre chose, ça... Mains dans les poches, visage à peine tourné vers l'horizon, ayant tendance à pencher cruellement vers le sol, regard noir et... toujours éteint, bien entendu. Peu de personnes auraient pu alors reconnaître en lui celui qu'il avait été, et n'avait cessé d'être qu'il n'y avait que trop peu. Le centre d'affaire lui semblait bien trop calme, lui qui pourtant priait souvent, en le traversant, pour qu'aucune mauvaise rencontre n'y soit faite. Par prudence il aurait du dégainer, mais la prudence... Qu'en avait-il à faire, franchement? Après tout si il était sorti dehors, ce n'était pas pour aller cueillir un bouquet de fleurs à Nathan sur la place aquatique, et le lui ramener histoire de le remercier de tous les soins qu'il lui avait prodigué, non... Ses intentions étaient claires. Il ne comptait pas voir à nouveau de ses yeux de vivant le soleil se lever... sauf que voilà. Ses agresseurs ne faisaient pas grand foule...

L'air du soir n'était pas sans lui faire du bien, à vrai dire, et l'idée d'avoir échapper à la Cinquième Colonne, qui le pouponnait un peu - beaucoup - trop à son goût n'était pas sans lui faire un certain plaisir... acide et avarié. Et il continua d'avancer, lentement, à pas mesuré... sans rencontrer personne. A croire que le destin était contre lui, et que l'heure de sa mort ne voulait pas venir ce soir... Tiens d'ailleurs. Il n'avait même pas verifié que le chargeur de l'arme qu'il avait volé était bien rempli. Il s'arrêta soudain de marcher, et dégaina, pour vérifier ses munitions... Pleines. Bien... C'était déjà ça. Et c'est alors... Que le déclic lui vint. Il n'y avait pas concrètement pensé jusqu'à maintenant, et à cette idée, ses yeux s'écarquillèrent. Pourquoi attendre une mort incertaine alors qu'il avait de quoi s'envoyer sauter la tête comme un feu d'artifice, n'est-ce pas? Il pouvait en effet faire ça... Agir. Se tuer de lui-même... Se suicider. Et il se demanda alors comment cela se faisait qu'il ne l'ait pas encore envisagé. C'était pourtant si simple, si clair... C'était ce qu'il devait faire. Et maintenant; tant qu'il en avait encore l'occasion.

Oui... Il était bien décidé. Il voyait mal ce qu'il pourrait regretter à quitter cette existence pourrie, et dénuée de sens à présent. Il s'appuya dos au mur de la rue, qu'il longeait alors, et leva son arme... Retira la protection, avec l'intime conviction qu'il ne pouvait dorénavant plus faire marche arrière. Il prit une ample respiration, puis d'un geste vif, leva un peu la tête, et vint plaquer le canon de l'arme sous son menton, tandis qu'il happait la gâchette de l'index, et se préparait à appuyer sur cette dernière. Et il y arriverait... Tel qu'il se connaissait, il y arriverait très rapidement, soit dès qu'il aurait trouvé la détermination nécessaire à ce geste habituel, mais aujourd'hui décisif. Il ferma les yeux, serra les dents, et crispa son doigt contre l'arme, se donnant trois secondes pour s'exécuter... dans tous les sens du terme. Plus rien ne pourrait l'empêcher de rejoindre ses aieux et ses hommes, à présent...
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Sam Juin 23, 2007 6:10 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Ca faisait trois semaines. Autant dire, des siècles, depuis tout ça. Pourtant, il n'avait pas oublié. Il était même très loin de le faire, d'ailleurs. Son humeur ne s'arrangeait pas. Cela ne changeait pas trop de d'habitude, certes...mais même pour lui, ce n'était pas terriblement agréable. Il avait largué la Cinquième Colonne, et personne n'avait cherché à le ramener. Ils s'étaient contentés de le mettre sous surveillance, en pensant être discrets. Les abrutis. C'était, selon Rivëndal, plus une bande de clowns qu'un groupe de terroristes. Faire sauter des bombes, c'était à la portée de tout le monde. Malgré son temperament actuel execrable, il s'était retenu de coller une balle entre les yeux des supers espions première catégorie qui le suivaient. L'idée fort ennuyeuse que s'il n'obtemperait pas, la Cinquième Colonne pourrait bien le ramener de force, lui était venu. Et c'était hors de question, quoi. Depuis, il avait prit l'habitude d'être régulièrement suivi. Pas systématiquement, certes, mais souvent. Mais pas ce soir. Une véritable chance...

Puis, bon. Ce qui c'était passé ces derniers jours n'avait franchement rien eu pour lui remonter le moral. Déjà, ses bleus avaient mis trois siècles à guérir, et étaient passés avec plaisir par toutes les couleurs de l'arc en ciel avant de disparaitre. Une véritable oeuvre d'art moderne, sans l'ombre d'un doute, de quoi faire tomber d'emerveillement les plus grands artistes d'Enezis! Ensuite, les côtes. Il avait cru mourir de rage pendant de longues, longues nuits...passées sur le dos, faute de mieux. Et des jours à devoir rester droit, l'air passablement coincé, carrément idiot. Et si Rivëndal devait detester une unique chose dans ce monde, ca aurait été d'avoir l'air idiot. Mais, heureusement, il s'était rétabli. Rapidement, même. Il avait donc pu retourner gambader dans les rues gaiement, escroquer les gens, en tabasser d'autres.

Sauf que voilà. Il avait fallu que ces enfoirés de medias s'en mêlent. Et qu'ils annoncent que les deux heritiers Në'Minre étaient en vie, aha. De quoi leur gacher la vie pour les trois siècles à venir. Lui et Aleksiz allaient être recherchés par les flics, et la moitié du peuple pendant...hm. Très longtemps. Si cela l'emmerdait, l'autre nouvelle avait été la pire. L'anéantissement des Sûls. Par un autre gang, minable? Ahaha. Qui au monde avait pu croire à cette excuse, franchement? Les commerciaux n'étaient tous que des salopards abrutis...N'empêche qu'Aleksiz devait avoir pris un sacré coup de massue sur la tête. Et ça, ca l'inquietait. Pourtant...il n'était pas retourné là-bas. Il n'avait pas pris de ses nouvelles. S'il était arrivé quelque chose de grave à son frère...on l'aurait prevenu. Entre les mains de la Cinquième Colonne, il était en securité, n'est ce pas? Il l'esperait. Ils n'allaient pas le lâcher de toutes les manières, ils avaient trop besoin de lui...

Donc Rivëndal avait partagé son temps entre un comatage intempestif dans les différents appartements qu'il avait loué tour à tour, et une érrance certaine dans les rues d'Enezis, capuche relevée sur la tête. Quand on est roux aux yeux verts, allez passer inaperçu...Les derniers jours avaient été identiques les uns aux autres, longs, mornes...Il s'ennuyait, commençait à se sentir prisonnier de cette vie...et à s'ennuyer de Nayahka aussi. Son existence insouciante, les arnaques, les coups d'un soir...tout ça, c'était terminé. Définitivement. Il allait falloir passer à autre chose...A Rivëndal Në'Minre, prince de Lyann. Ce n'était pas une idée très joyeuse. Pour l'heure, il errait comme il aimait à le faire, dans les rues, de nuit. Les gens ne le reconnaissaient ainsi pas...et lorsqu'on l'emmerdait, il flinguait. Le sang avait toujours eu le merite de le reconforter. De le consoler. Pour une fois que ce n'était pas le sien, ou celui des siens que l'on versait...

Alors il était tombé sur cet étrange spectacle. D'abord, il n'y avait pas cru. Cela lui avait paru impossible. Aleksiz était avec la Cinquième Colonne, n'est ce pas? Et pourtant...Il l'aurait reconnu entre mille, maintenant qu'il lui avait été donné de le revoir. Il était là, appuyé contre ce mur, pâle mais gardant toujours la silhouette fière et majestueuse de l'aîné, le grand frère qu'il était à ses yeux...sauf qu'il tenait une arme sous son cou. Et qu'il semblait prêt à tirer. Rivëndal s'approcha donc vivement, se sentant étrangement blanchir, sans se preoccuper de l'incongru de la situation...Aleksiz, se tuer? Il n'y croyait pas. Il ne voulait pas y croire.

"Qu'est ce que tu fais là?"
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Sam Juin 23, 2007 6:44 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Une seconde, deux secondes, l'ultime moment approchait, et Aleksiz commença à sentir son coeur battre fort, face à l'idée de sa mort imminente, si imminente... à une seconde près. Et... Et non. La seconde passa, et il était toujours vivant. Il n'avait pas appuyé, ce pour l'unique raison que... quelqu'un avait parlé. Et pas n'importe qui, puisqu'il s'agissait là de la voix de Rivëndal. Une coincidence pareille... Etait-elle possible? Surpris, Aleksiz sursauta presque, et surtout rouvrit les yeux soudain, pour les tourner sur... Et oui, en effet. Rivëndal qui s'était approché de lui, et qui pâle venait de lui demander... Ce qu'il faisait là. Quand bien même c'était tout à fait évident. Aleksiz aurait bien été incapable de s'amuser de cette question incongrue. Seuls les faits étaient là... Rivëndal était ici, devant lui et... Pouvait-il vraiment commettre cet acte, face à son cadet? L'étonnement s'était très vite en allé, ne laissant plus que son lui ravagé, mort, éteint, solitaire, et bien trop visible au travers de ce regard constant, douloureux à soutenir... Il ne pouvait rien répondre, et n'y pensait même pas. Il se contentait d'hésiter. Il était si près du but...

Et pourtant. Pourtant maintenant quelque chose l'empêchait de continuer. Il ne voulait pas que Rivëndal assiste à sa mort, même si ce dernier avait vu pire, soit sa déchéance. Mais il pouvait le faire, maintenant, et peut-être plus tard cela ne serait-il plus possible... devait-il tirer, avant qu'on ne l'en empêche? Devait-il tenter sa chance, essayer de le semer? Devait-il attendre un moment plus opportun, et qui n'existerait peut-être jamais? Aleksiz ne savait pas, ne savait plus... Et doucement sa main se mit à trembler, elle qui jusqu'à présent était restée si ferme, décidée. Il entrouvrit la bouche, perdu entre souffrance et doutes, les yeux, théatre de ses interrogation, toujours fixés plus ou moins sur son frère, quoi qu'on aurait facilement pu les croir aveugles, tant ils semblaient vides, lointains.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Sam Juin 23, 2007 7:24 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Bon. C'était la question la plus stupide qu'il ait posé de toute sa vie, tellement la réponse était évidente. Mais parfois, il était un peu long à la détente. Ou un peu aveugle. La deuxième solution était ici la plus pertinente. Quelle était l'unique raison qui pouvait poussé Aleksiz à venir ici, en pleine nuit, un flingue sous la gorge? Il se suicidait, se flinguait, mettait fin à ses jours, bref. Il n'avait pas besoin d'un dessin. Mais cela lui paraissait toujours aussi incroyable...Il ne voulait pas croire l'evidence qu'il avait devant les yeux. Et pourtant...Aleksiz avait toutes les raisons du monde de vouloir mourir, n'est ce pas? Son identité était foutue...Son gang avait été exterminé...il avait été violé, des terroristes se servaient de lui...Et son propre frère l'avait abandonné.

Un douloureux élan de culpabilité le saisit soudain. Il n'avait pas été là pour lui, lorsque les choses avaient été au plus mal. Et pour sûr elles l'étaient désormais. A cause de cela...la mort semblait pour Aleksiz être la seule solution. Pourtant sa main tremblait. Rivëndal lui aussi tremblait, il s'en rendit enfin compte. Il ne voulait pas. Il le refusait, tout simplement. Il ne pouvait PAS lui faire cela...Il était toute sa famille, tout ce qu'il lui restait...et malgré toutes leurs différences, pour la premiere fois, il s'en aperçut. Il l'aimait, sincèrement, profondément. Comme lorsqu'ils s'étaient quittés, qu'il avait eu si peur au fond de ce sac, qu'il avait crié si fort le nom de son frère pour qu'il vienne l'aider...

Il se rapprocha, vivement. Il detestait pleurer, vraiment. Encore une de ses nombreuses faiblesses. Pour l'heure, il ne s'en souciait pas vraiment. Peut-être ne s'en rendait-il même pas compte...en tout cas, les larmes roulaient sur ses joues, et sa voix était bizarrement enrouée. Ca non plus, il n'aimait pas. Mais pour l'heure, il ne pensait qu'à Aleksiz. Qu'il ne supporterait pas d'être seul, de nouveau. Que cette fois-ci, il mourrait de cette perte.

"Aleksiz...Ne...ne fais pas ça...Je n'ai plus que toi, tu es tout ce qu'il me reste...Alors si tu t'en vas...que restera-t-il de cette vie? Je t'en prie,...tu ne peux pas...tu ne dois pas..."

Il pleurait, vraiment. Enfin, il s'en rendit compte, et sa main se leva jusqu'à son visage, pour venir barrer sa bouche, le coeur cognant soudain d'une peur atroce, et justifiée...
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Sam Juin 23, 2007 8:11 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Voir les larmes de son frère rouler contre ses joues, et entendre sa voix, enrouée... Tout ça fit un choc conséquent à Aleksiz, car quelque part... Il ne s'y était vraiment pas attendu. Il avait vraiment l'impression que tout pour lui était foutu... sauf que là quelque part on lui démontrait le contraire. Rivëndal pleurait de sa faute, parce qu'il était sur le point de se flinguer... Il n'en parut que doublement troublé. Mais là n'était pas le clou du spectacle, non, ce dernier vint tandis que Rivëndal le suppliait d'arrêter. Il n'avait plus que lui, disait-il? Il était tout ce qu'il lui restait? Ce fut comme... Si on lui enfonçait un poignard dans le coeur, mais la douleur était alors tout aussi douloureuse que soulageante, pour lui... Comme si tout une cloque de désespoir en lui avait enfin été percée, pour déverser son contenu putride ailleurs, et hors de lui. Etait-ce bien vrai? Rivëndal était-il sérieux? Le temps et Liadon ne les avait-il pas séparés autant qu'Aleksiz le pensait? Il avait du mal à y croire, et pourtant... Pourtant comment ne pas croire à ces paroles, ces larmes, versées en toute sincèrité... Il n'était plus qu'une masse de sentiments à vif, à nouveau, mais ceux-ci étaient alors bien différents de tous ceux qu'il avait broyé pendant des semaines, dans son coin. Ses yeux s'écarquillèrent, et les larmes y montèrent, tandis qu'il ne pouvait s'empêcher une inspiration étranglée, prémice possible de sanglots effrenés, et qui ne l'avaient pas secoués depuis bien trop longtemps. Depuis ceux versés dans le QG des sûl, en fait, après le massacre...

Si sa main tremblait un peu, avant, maintenant c'était à peine si il arrivait à tenir le revolver, à ne pas tout simplement le lâcher par terre. Tout ce qu'il restait à Rivëndal? Etait-il assez désesperé... Pour ne plus avoir rien d'autre, lui aussi? Aleksiz se rendit compte, plus violemment que jamais, qu'il ne connaissait rien du parcours de son frère, et que c'était fort possible. Lui avait eu le gang, jusqu'à peu... Mais Rivëndal? Il aurait tant voulu savoir, encore maintenant.

Et il se rendit compte que peut-être jusqu'à présent, peut-être avait-il tout vu de travers. N'avait-il... véritablement plus rien? Un amour impossible, et sans doute éphémère... sans doute rien, certes, mais... Son frère... Son frère était bien vivant, et se souciait de lui, chose à laquelle il ne croyait plus... Il lui disait de ne pas le faire... Il lui disait qu'il ne fallait pas le faire... Et sans même qu'il s'en rende compte, son doigt se désserrait de la gâchette, le canon descendait, progressivement... Et il continuait de le fixer, hébeté, complètement paumé... Quelles que soient leurs relations, il lui restait Rivëndal, oui... n'était-il pas non plus pour lui la dernière chose qui lui restait? N'était-il pas celui pour lequel il avait tant sacrifié, et même leur possible entente? Il aurait voulu tout lâcher mais... Commençait à voir autre chose que la mort. Il avait cru cela impossible pendant si longtemps... Il n'arrivait encore que mal à croire qu'au delà du néant, quelque chose pouvait réellement l'attendre d'autre que des opportunistes, qui n'en avaient rien à faire de lui, au delà de son rang.

"Riv... R... j'en peux plus..."

Il était au bout du rouleau, oui, et avait le cruel besoin de le faire savoir... En avait marre de tout interioriser, de souffrir en ne laissant voir qu'une coquille vide, brisée... Au fond restait une étincelle, plus vibrante qu'il ne l'imaginait, et qui était maintenant en train de se réveiller... sensation brutale. Progressivement ses bras se baissaient; le revolver avec. Ses yeux étaient de plus en plus humides, et si les larmes ne coulaient pas encore, elles ne tarderaient plus longtemps. Déjà il laissait sa tête s'appuyer contre le mur derrière lui et... et quoi donc? Il ne savait vraiment plus où il en était, et ses mains n'étaient plus les seules à trembler.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Dim Juin 24, 2007 8:27 am 
Sujet du message:
Répondre en citant

Tiens. Une autre chose à accrocher sur l'immense tableau où se regroupaient toutes les choses que Rivëndal detestait: Avoir peur. Et là, il avait même très peur. Mais étrangement, sa crainte n'était pas tournée vers lui-même, comme cela avait toujours été par le passé. Ce n'était pas sa vie qui l'inquietait, mais celle d'Aleksiz. Une heure avant, il aurait affirmé, et en y croyant, qu'il n'était rien pour lui, qu'il ne lui pardonnerait pas pour ce qu'il avait fait, et qu'il pouvait bien crever, il s'en moquait. Mais maintenant...il ne voulait pas le perdre, c'était hors de question. Pourquoi donc? Parce que c'était son frère, qu'il l'aimait. Malgré le temps et les crasses qui les separaient, cela ne changeait pas. Rivëndal en avait marre. Il ne voulait plus être seul, rester ronchon, dans son coin. Son ancienne vie était fichue, il devait en changer. Il voulait en changer. Il était prêt à le faire, à joindre la Cinquième Colonne, s'il le fallait...Si Aleksiz était là pour le soutenir. Et lui aussi, le soutiendrait.

Il sanglotait encore. Il ne savait pas bien quoi dire, que faire. Il aurait voulu convaincre Aleksiz de ne pas faire cela...et il sentait qu'il y arrivait. Son regard perdu le lui prouvait bien, au travers de ses propres larmes. Et il ne cessait de penser...Si je n'avais pas été là. Il se serait tué. Comme quoi, la vie était faite de très bons hasards. Assez ironique de s'en rendre compte maintenant...Sa gorge se noua, à ses paroles. Bien sûr, qu'il n'en pouvait plus...Il le savait, il n'en était que trop conscient. Et par dessus tout, c'était ça qu'il l'effrayait. Mais...mais lui, il était là. Il devait le lui faire comprendre, à tout prix. Il n'allait pas le laisser...Et son bras qui se baissait, maintenant. Rivëndal n'attendit pas une seconde de plus. Le garçon alla se jeter contre son frère, le désarmant d'une main fébrile, laissant le flingue tomber à terre avec fracas, et agrippa ses bras autour de son cou, pour continuer aussitôt à sangloter.

"Tu ne peux pas...Je vais rester avec toi, je te jure que je vais t'aider...Et tout va s'arranger Aleksiz..."

C'était...c'était étrangement soulageant de maintenant pouvoir lui dire tout ça, comme si, pour la première fois depuis bien longtemps, il était enfin sincère avec lui-même...Et c'était sûrement le cas. Il serrait convulsivement Aleksiz, le gardant entre lui, et le mur, comme s'il avait peur qu'il lui echappe, qu'il s'evapore entre ses doigts...et il le craignait vraiment. Si à son tour, son frère l'abandonnait...cette fois, il ne le supporterait pas.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Juin 24, 2007 9:13 am 
Sujet du message:
Répondre en citant

Un gargouillement léger lui échappa, tandis que le revolver qu'il ne tenait plus qu'à moitié lui échappait définitivement des mains, signant ainsi la fin de toute possibilité pour lui de se tuer... Ses bras tombèrent d'un coup, lourdement, et sans attendre les larmes retenues jusqu'à là commencèrent à rouler contre ses joues. Il avait l'impression d'halluciner, et pourtant... Pourtant c'était bien Rivëndal qui s'accrochait alors à son cou, manquant de le faire tomber à la renverse, alors qu'il n'était plus qu'une masse tenue debout par un minimum d'activité musculaire. Cette étreinte... quelqu'un en ce monde avait-il vraiment encore besoin de lui pour ce qu'il était, et non pour ce qu'on voyait en lui? Etait-ce... la réalité? Et pourtant les faits étaient là, et les paroles de Rivëndal le soulagèrent doublement. Il allait rester avec lui, il allait l'aider? Il n'allait pas l'abandonner? C'était vrai? Pouvait-il se permettre de croire, décemment, qu'il n'était pas seul? C'était dur à assimiler mais... Peu à peu l'évidence l'absorbait, et surtout, un soulagement intense le gagnait, lui donnant envie de pleurer de toutes ses forces. Il voulait croire son frère, lui donner toute sa confiance et tout ce qu'il restait de lui, car c'était la dernière chose qu'il lui restait à faire... Ainsi les sanglots, enfin, montèrent, et ce tandis qu'il répondait à l'étreinte de Rivëndal, convulsivement lui aussi. Il avait peur que tout cela ne soit qu'un rêve, qu'une apparence, qu'une illusion, et il ne voulait pas perdre ce moment, premier depuis des semaines ou quelque chose perçait de sous le désespoir.

Et si les premiers sanglots furent doux... il devinrent bientôt violents, alors qu'il se serrait de plus en plus contre son frère, et chancelant un peu venait poser son front contre son épaule; abattait sa silhouette d'être brisé sur lui, et sans qu'il ne puisse s'en empêcher... Il était en train de s'effondrer. Ses jambes ne voulaient plus le soutenir, et tremblaient... Seule raison au fait qu'il reste debout, Rivëndal, si il le soutenait. Il se serait laissé tomber au sol qu'il l'aurait suivi sans se soucier des détails. Il avait mal, et il en avait marre, et pourtant maintenant... Une lueur d'espoir faible avait réussi à poindre, à le gagner, à le réveiller. Il passa deux bras tremblants autour du cou de Rivëndal, qui vinrent s'y ceindre... Il ne voulait plus le lâcher; le laisser partir... C'était hors de question. Il voulait réparer au possible ce qui pouvait être à réparer, maintenant qu'il lui apparaissait qu'il devait vivre... Du moins pour lui. Oui... Ils étaient deux à porter ce maudit nom, et si il s'en était pris le double ces derniers temps, ils n'en étaient pas moins dans la même galère... A travers ses pleurs, sa voix tentait de faire sa place, mais il ne savait même plus ce qu'il disait... C'était son âme criante qui parlait, non plus sa raison, ni même les apparences qu'il s'était si longtemps plu à sauvegarder:

"Me laisse pas... Je t'en supplie... Je tiendrai pas sinon... J'avais qu'eux... Ca fait 12 ans que j'ai plus qu'eux... C'est ma faute si ils sont... J'ai rien pu faire... Comme la première fois... Je suis désolé... Je savais pas où tu étais... Je t'ai cherché partout... Mais ils m'ont eu avant..."

Ses sanglots redoublèrent, tandis qu'il changeait de forme sans même s'en rendre compte... C'était redondant, spécialement chiant, et c'était le lot des personnes ayant la chance de tomber sur un phénotype irazyn. Mais qu'est-ce qu'il pouvait s'en foutre... Il ne pouvait que mieux s'en resserrer contre Rivëndal, étant maintenant plus petit que lui, et à ce moment, c'était vraiment la seule chose qui pouvait bien lui procurer un peu de réconfort...
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Dim Juin 24, 2007 10:21 am 
Sujet du message:
Répondre en citant

Rien n'était plus soulageant au monde que de sentir Aleksiz répondre à son étreinte, fondant en larmes, lui aussi. Le garçon se sentait soudain infiniment plus rassuré, enfin. Il n'allait pas se tuer. C'était trop tard, il n'allait plus le faire...Rivëndal ne le permettrait pas. Il ne le supporterait pas. Maintenant, il allait s'occuper de son frère, prendre soin de lui...Il l'aiderait, autant que possible, à remonter la pente. Pour la première fois depuis longtemps, il avait une vraie raison de continuer tout ça. Parce qu'Aleksiz avait besoin de lui. Parce que chacun d'eux était capable de soutenir l'autre...Il le sentait faiblir contre lui, ses jambes trembler, flageoller. Mais il ne le lachait pas. Pas cette fois-ci, il refusait de le laisser tomber. Il le poussa donc encore un peu contre le mur, et resserra sa prise sur son corps pour qu'il ne lui echappe pas. Qu'il ne lui echappe plus. C'était hors de question.

Les larmes continuaient de rouler sur ses joues, mais ce n'était plus de la terreur, de la souffrance. C'était du soulagement. Pour la deuxième fois en quelques semaines, il retrouvait une famille, et ce n'était pas qu'une impression...C'était la meilleure sensation, le meilleur reconfort qu'on pouvait lui offrir. Et il refusait qu'on lui retire, qu'un desespoir mal venu gâche tout. Parce que tout allait changer maintenant. Au travers de ses pleurs qui se calmaient, et des sanglots d'Aleksiz qui eux, semblaient ne pas se tarir, il s'efforca d'ecouter sa voix...Et sentit son coeur se serrer, encore. Il n'allait pas le laisser, il n'en avait pas l'intention. Il savait tout ce que les Libhe Sûl avaient representé pour Aleksiz...Lui n'avait eu que son père adoptif. Son frère avait eu le gang. Et ces pourritures lui avaient tout pris...Ils allaient le payer, très cher. Rivëndal l'avait déjà juré. Il le fit encore. Et pour ça, il aiderait la Cinquième Colonne. Il sentit son changement de forme, mais c'était bien pour l'heure la dernière chose qui l'importait. Cela lui permettait de le soutenir plus encore, de pouvoir appuyer avec plaisir sa tete contre la sienne, et de le reconforter plus encore...

"Je ne te laisse pas...Il ne faut pas que tu t'en veuilles pour tout cela...Maintenant, tout va mieux aller, je te le jure...Tout ce qui va venir, on l'affrontera ensemble...d'accord?"

Il se calmait, et bientôt, sentit qu'il ne pleurait même plus. Il avait de nouvelles resolutions, maintenant. Telle que s'occuper d'Aleksiz, de son bien être. Lui n'avait pas besoin d'être consolé. Maintenant, il était soulagé de se rendre compte que tout n'était pas perdu. Il laissa courir sa main, ses levres, dans les cheveux de son frère, et sans quitter l'etreinte de ses bras, commença à le bercer, doucement.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Juin 24, 2007 3:20 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Aleksiz tremblait de tous les bouts, et avait la nette impression de n'être plus fait de chair, mais de papier, de préférence de grammage extrèmement fin. Ses nerfs semblaient comme être sous tension, et il ne comprenait plus bien lui-même ce qu'il ressentait. Soulagement? Joie? Douleur? Un étrange mélange des trois peut-être, oui... Peut-être fut-ce la première fois de sa vie qu'il fut heureux de passer sous forme féminine, car l'étreinte de Rivëndal, renforcée, et sa tête contre la sienne, étaient le meilleur des réconforts qu'il aurait jamais pu imaginer, à supposer qu'il fut capable d'en imaginer d'autres, à l'heure actuelle. Il n'arrêtait plus de sangloter, et resserra lui-même l'étreinte de ses bras autour du corps de son frère, tandis qu'il plongeait plus profondément son visage contre lui. Si ses premières larmes lui avaient été inutiles et désagréables... Celles là le libéraient, vraiment. C'était une sensation presque divine, ajoutée à celle de l'étreinte de Rivëndal; Sensation qu'il n'avait bien failli jamais connaître.

Il n'avait plus envie de mourir. D'autres étaient partis avant lui, mais il avait retrouvé un sens à sa vie, et qui le motivait à réussir à continuer. Non pas vivre pour les desseins de la Cinquième Colonne, auxquels il n'aspirait pas, faute d'espoir... Mais vivre pour vivre. Vivre pour Rivëndal... Et aussi, l'idée lui en venait maintenant et tandis que son esprit se débloquait, et se remettait à respirer: vivre pour en foutre plein la gueule à ceux qui lui avaient fait tout ce mal. Qui LEUR avaient fait tout ce mal, il y a si longtemps, puis maintenant. Oui... Finalement, peut-être arriverait-il à se constituer la motivation nécessaire à faire ce qu'on attendait de lui, si il n'était pas seul, si son frère était là, le comprenait, l'aidait à se sortir de cette situation qu'il avait pourtant cru désesperée...

A nouveau, ses paroles l'apaisèrent. Il ne le laissait pas, non... Il lui disait de ne pas culpabiliser, même si il aurait bien du mal à arrêter de le faire, si l'on ne se leurrait pas... Et surtout ce mot. Ensemble... Affronter la suite ensemble, pas tout seul, pas laissé à son triste sort. Contre toute attente, peut-être, il releva un peu la tête, la reposa, mais de côté. Et il acquièsça vivement, même si il avait encore bien du mal à se sentir à la hauteur, et même à s'autoconvaincre de la réalité de ses propres espoirs, neufs, encore extrèmement fragiles...

"J... Je..."

Une inspiration spasmodique barra son début de phrase, dont il ne connaissait de toute façon pas la suite. Il ne voyait plus que dire, car ses pensées étaient confuses. Il aurait voulu promettre, remercier... Il aurait voulu dire tant de choses, mais n'y arrivait pas... Alors il se contenta de pleurer, toujours, mais moins fort progressivement, et tandis qu'un baume venait recouvrir son coeur, que de douces vagues de chaleur et de confort le gagnaient; que bercé dans les bras de son frère, il s'en serait presque endormi... Et au bout de plusieurs minutes, ses pleurs finirent par réellement s'estomper, s'échangeant contre un silence agréable... Yeux fermés, il avait fini par se détendre, et les émotions trop fortes par le quitter. Il était toujours déchiré, mais se sentait maintenant... Presque paisible. Le cycle du malheur avait été brisé à son paroxysme, et maintenant... autre chose l'attendait.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Dim Juin 24, 2007 6:18 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Il se sentait étrangement bien. Mieux que durant toutes les longues semaines qui avaient passé, où il s'était trouvé seul, lâché sur cette île hostile, sans pouvoir rien faire d'autre que ruminer son malheur...Des jours à errer sans but, à broyer du noir, à parfois toucher le fond en se demandant si tout cela en valait bien la peine. Mais maintenant...tout ça était terminé. Tout allait s'arranger, avec Aleksiz. Ils allaient reprendre une vie qui, a défaut d'être normale, serait guidée par quelque chose de concrêt. Ils allaient se venger, pour sûr...et tous ces enfoirés allaient morfler. Rivëndal se sentait prêt, plus que jamais. Il était prince de Lyann, et s'il devait mourir en laissant derrière lui une nuée de cadavres de commerciaux, il en serait heureux. Pour son frère, les choses s'arrangeraient aussi. Il fallait...du temps, oui. Du soutiens, également. Et un bon bain de sang, mais de l'autre côté de la barrière, cette fois...

D'ailleurs...Aleksiz semblait s'être calmé, ne pleurait plus. Un silence paisible était retombé, simplement troublé par leurs respirations. D'habitude, il detestait ça, le silence, dans les rues du centre d'affaire, la nuit. Ca n'était jamais bon signe...Mais là, il sentait qu'ils ne craignaient rien. Mieux valait, d'ailleurs. Des assassins en seraient tombés des arbres qu'il se serait laissé pigeonner, dans l'état où il se trouvait..Mais cette idée était ridicule, pas vrai? Mieux valait ne pas provoquer de facheuses circonstances, tout de même. Il embrassa encore les cheveux d'Aleksiz, tendrement, puis posant ses mains sur ses épaules, recula son visage, pour voir ses yeux, et lui adressa un demi-sourire, rassurant. Ils ne pouvaient pas rester ici, ce n'était plus le moment de se faire flinguer gratuitement...Tiens, d'ailleurs...Il porta une main à la poche de sa veste, et en tira...la photo. Il ne s'en était pas separé. Elle était trop importante à ses yeux. Et surtout, elle était à Aleksiz. Lui rendre était un peu...le gage de tout ce qu'il avait retrouvé. Il lui tendit donc, la main encore un peu tremblante, les yeux toujours rouges.

"Tiens...c'est à toi je crois. Nous devrions rentrer, maintenant..."
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Juin 24, 2007 7:14 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Il ne voulait pas que cela soit déjà fini, il aurait pu rester indéfiniment ainsi, et bercé dans les bras de son frère, consolé, protegé... Habituellement, ce n'était pas là le genre de sensations qu'il recherchait, mais là... il en avait immensément besoin. Il se sentit contrarié, et tout de suite un peu moins bien, alors que Rivëndal s'éloignait. Il leva cependant la tête, pour cueillir ses yeux des siens, rouges, encore marqués par les semaines de dépression qu'il avait laissé derrière lui. En silence, il décrocha l'une de ses mains du dos de son frère, et vint la passer contre ses joues, humides des quelques larmes qui n'en étaient pas encore tombées. Il devait se faire une raison, oui... Ils ne pouvaient pas décemment rester ici et exposés trop longtemps. Pourtant, il lui était encore dur d'être ne serait-ce qu'un peu raisonnable, lui qui avait abandonné la réalité depuis des jours et des jours... Ce qui déjà lui semblait être une éternité. Il avait l'air encore bien à côté de la plaque, mais au moins, il ressemblait un peu à autre chose qu'à un mort-vivant, dorénavant. Quant à Rivëndal... L'expression qu'il arborait alors était comme le fantôme de son étreinte, et rien n'aurait pu l'empêcher à ce moment de le fixer, de mémoriser son image actuelle, pour ensuite l'encadrer joliment dans son esprit, et la garder parmi ses souvenirs agréables à repasser en boucle, lorsque les choses n'allaient pas au mieux.

Il fut un peu étonné cependant de le voir sortir quelque chose de sa veste... Il tourna les yeux vers sa main tandis qu'il s'exécutait et... Ouvrit un peu les yeux et la bouche, de surprise, en voyant de quoi il s'agissait. La photo... Comment s'était-elle retrouvée en sa possession? Aleksiz, dans son état, n'avait même pas remarqué sa disparition... Il l'avait laissée sur ce bureau et... Rivëndal était-il entré dans sa chambre? L'y avait-il vue, et prise? Aleksiz aurait pensé à cette époque qu'elle ne devait plus avoir grande valeur à ses yeux... Il état bien heureux maintenant de ne pas s'être allé à ses élans destructeurs, et de ne pas l'avoir déchirée. Ca aurait été... Une énorme erreur. Et cela l'émouvait de la voir maintenant dans cette main, de telle sorte à ce que de nouvelle larmes lui remontent aux yeux, sans pour autant couler cette fois. Détail qui était moins plaisant cela dit: la proposition de Rivëndal. Rentrer... au QG? Aleksiz... Ne s'y sentait pas encore prêt. Ses sourcils tréssaillèrent imperceptiblement, mais chaque chose en son temps. Il commença d'abord par approcher une main hésitante du cliché, et de venir le prendre entre ses doigts, sans pour autant le retirer à Rivëndal, pour l'instant. Il plongea à nouveau ses yeux dans les siens, avant de s'adresser à lui d'une voix encore sourde, brisée:

"Elle t'appartient tout autant qu'à moi..."

Aleksiz méritait-il vraiment de la retrouver, après l'avoir rejetée ainsi qu'il l'avait fait, à cause d'une mésentente dont les souvenirs n'étaient coupables?... Sans doute se posait-il trop de questions... Le doute en tous cas l'assaillait, visiblement. Puis... Une lueur anxieuse passa dans ses yeux, alors qu'il continuait, un peu moins vaillamment encore:

"... et je veux pas y retourner... Pas maintenant... Y a trop de saloperies dans l'air qui y trainent..."

Façon rhétorique de dire qu'il ne supporterait pas de retrouver si tôt cet environnement, déprimant, car marqué des jours affreux qu'il y avait passé. Il baissa la tête, et ferma les yeux, tandis qu'un frisson désagréable le secouait intégralement. En effet... retourner en ce lieu, dans lequel il s'était trouvé si désesperé, tout ce temps durant... Son soudain regain de moral était trop récent, trop faible, trop fragile... Il avait peur de faire une rechute en retournant là-bas. Puis les gens qui l'y attendaient... le voyaient d'un oeil qu'il avait bien du mal à supporter tourné sur sa personne. Non, il irait partout ailleurs si il le fallait, mais cette nuit, pas ici.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Rivëndal
Escroc


Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 193

Phénotype: Diyn
Points: 455

MessagePosté le: Lun Juin 25, 2007 3:40 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Un instant, il craignit de faire pleurer Aleksiz de nouveau, à cause de la photo. Il avait d'ailleurs l'air sincèrement surpris de la revoir...L'avait-il oublié? Ou bien perdu? Il n'aurait su le dire, et ce n'était pas vraiment le moment idéal pour poser ce genre de question...Ca n'avait en fait pas grande importance...Il avait l'air...heureux de la retrouver? Emu, surtout. C'était bien tout ce qui comptait, et tout ce qu'il avait esperé en la lui montrant, en la lui rendant. Mais pas qu'il pleure, ça non...Il sentit encore, bizarrement, son coeur se serrer, à l'entente de sa voix encore brisée...Tout ce qu'il avait vécu...et il n'avait pas été là, lorsque cela avait été au plus mal, lorsque l'idée que la mort était préférable à cette vie lui était venue...Rivëndal allait s'en vouloir pour cela. Peut-être longtemps...Mais il avait l'intention de se racheter immediatement en le soutenant, autant qu'il le pourrait. Avec douceur alors, il lui sourit encore, et s'assurant qu'il tenait bien le cliché, lacha la photo, pour venir porter ses deux mains sur la sienne, et lui remonter contre le torse, gentiment.

"Garde là...Elle ne nous echappera plus maintenant, et je vais tout faire pour recuperer tout ce qui nous a été volé depuis ce temps...Et venger tout ce qu'on a perdu..."

Son air se fit un peu plus dur, ses mains un peu plus fermes. Tout ce qu'il venait de dire...il allait le faire, il en était convaincu. Même si cela devait être la dernière chose qu'il ferait de sa vie...Il ne laisserait pas cette bande de saloperies impunie.Ce qui était par contre un peu plus ennuyeux...C'était qu'Aleksiz ne souhaitait apparemment pas retourner au QG de la Cinquième Colonne. Plutôt compréhensible...Ces types ne désiraient que son nom, mais ils étaient hélas les plus à même de le proteger. De les proteger...Enfin. Il n'allait pas le forcer, surtout pas. Ce qu'il venait de traverser...il pouvait facilement y replonger. Trop facilement, même. Ils auraient de toutes les manières tôt fait de les retrouver..si l'un d'eux était assez malin, il se douterait bien qu'Aleksiz pouvait être chez son frère. Il n'y avait pas grand risque à l'emmener chez lui passer la nuit...et puis, cela leur offrirait une solitude, une intimité dont ils avaient sûrement tous les deux besoin. Oui, c'était le mieux à faire pour l'heure...Se rapprochant, il alla remonter une main jusque dans ses cheveux, pour balayer une mèche qui venait sur son visage, et essuyer ses yeux encore un peu humide. Puis, il glissa son bras derrière son cou, pour l'inviter à se mettre en marche, doucement.

"On va aller chez moi alors, ce n'est rien, d'accord?"
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Lun Juin 25, 2007 5:05 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Aleksiz laissa Rivëndal faire, tandis qu'il lâchait la photo, pour ramener sa main contre sa poitrine, en un geste dont la symbolique était claire... Il pouvait la garder, donc. Bien... Si ça ne posait pas problème à Rivëndal, il allait donc la garder. Quant au reste... Son coeur n'était pas encore assez réparé pour qu'il arrive véritablement à croire ce que disait son frère. Récupérer ce qui leur avait-été volé? Venger tout ce qu'ils avaient perdu? Venger, oui, à la limite, il pouvait s'en sentir capable... Récupérer, c'était autre chose. Il semblait être plus doué pour détruire que pour construire. Cela dit, quelque chose, dans l'étreinte des mains de Rivëndal, dans son regard, son expression... semblait comme l'influencer positivement, semblait comme résonner en choeur avec une partie de son être qu'il avait cru morte, et qui pourtant renaissait maintenant de ses cendres, doucement, mais sûrement, ainsi qu'en témoignait la lueur de détermination fantomatique et encore flageolante qui naquit dans ses yeux. Le temps de l'anonymat était fini, oui, il le savait sans se l'avouer depuis avant qu'on ne le prive de tout ce qui lui était cher dans sa seconde vie. Il était temps... de passer à autre chose. Et avec le soutien de Rivëndal, c'était devenu possible. Il arriverait à assumer sa véritable identité, et à se sortir de là, tant qu'il n'était pas seul. Il avait de nouveau trouvé des raisons de continuer... et celles-ci se multipliaient progressivement, et tandis que son moteur de motivation commençait à remplir ses reservoirs à secs. Se venger... Oui. Il avait de très bonnes raisons de vouloir se venger, et elles n'en étaient que plus ravivées par les évenements récents. Et même si ses ambitions ne le poussaient pas à réclamer ce qui devrait lui être du, cela n'aurait été que justice, et... Il arriverait progressivement à vraiment y croire. Il fallait qu'il essaie. Il devait se reprendre, pour son frère, et pour ne pas laisser Liadon et tous les commerciaux triomphants... Ils devaient au minimum regretter.

Il rangea donc la photo dans la poche interne du manteau qu'il avait pris au QG, pour être sur de ne pas la perdre, et avec la ferme intention de ne pas l'y oublier. Bref. Il n'empêchait que toutes ces pensées nouvelles et rafraichissantes tenaient encore plus du château de carte que d'autre chose, et qu'il ne voulait pas rentrer, ainsi qu'il le signifia à Rivëndal. Un second frisson le secoua, tout à fait différent cette fois, tandis que Rivëndal approchait sa main de lui, pour lui apporter des soins dont il avait besoin, pour pallier à l'horreur et à la solitude qui l'avaient jusqu'à là torturé. Puis il passa son bras autour de son cou, et Aleksiz se laissa faire, pour la raison qu'il ne se sentait pas capable de résister, et qu'il n'en avait pas envie, après tout ça... quand bien même la destination ne lui plairait pas. Ce qui ne fut même pas le cas, puisque Rivëndal lui annonça peu après qu'il l'emmenait chez lui. Soulagé, il acquièsça... et s'en trouvait même plutôt satisfait, même si son visage ne le montra pas plus que cela. Aller chez Rivëndal, comme si cela validait ce qu'il avait fait pour lui cette nuit... Il se contenta pourtant d'une réponse simple, faiblarde encore... car il n'avait plus d'énergie.

"D'accord... Merci."

Il se mit donc à avancer, aux côtés de Rivëndal, et bien forcé de s'appuyer considérablement sur lui, ses jambes ne le portant plus qu'à moitié, et sa tête semblant vouloir tourner vicieusement, manquant à plusieurs reprises de le faire marcher de travers, comme si il avait été saoul... ce qui avait peut-être été le cas, mais de douleur seulement. Et vu qu'il était obligé de faire supporter son poids à son frère, il lui sembla plus décent de rester sous forme féminine le restant du trajet, histoire de ne pas créer de difficultés inutiles. Il changerait en arrivant... Demain, quelqu'un sans doute viendrait les trouver. Il ferait en sorte d'être prêt à y retourner, et il commencerait alors à faire des efforts pour véritablement retrouver sa volonté de vivre, et pour rendre solide tout ce qu'il avait entrevu à l'instant. Avec ça... Avec Rivëndal, il y arriverait. Puis... Il repensait à Nathan, maintenant, et à sa façon d'agir avec lui... Il ne l'avait alors remarqué que très superficiellement, mais il s'était impliqué bien plus que nécessaire à son égard... Pas vrai? Par égard pour sa soeur? Juste par desseins? Ou bien... Cela aussi, il le saurait. Mais il était loin d'être d'humeur à y penser maintenant. Ce temps à venir n'était qu'à lui, et qu'à Rivëndal, et cette fois, personne ne viendrait le leur voler.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Chimea Index du Forum -> Rp: Enezis -> Centre d'affaires Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


MSTrenches war Theme © Matt Sims 2004

Title Images © Medal of Honour - EA Games
Powered by phpBB © 2001, 2004 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com