Navigation :: Chimea
FAQ :: Rechercher :: Liste des Membres :: Groupes d'utilisateurs :: S'enregistrer :: Profil :: Se connecter pour vérifier ses messages privés :: Connexion

[Quête]Comment s'attirer des ennuis en trois leçons (ou pas)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Chimea Index du Forum -> Rp: Enezis -> Emin'ra
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Jeu Aoû 07, 2008 2:30 pm 
Sujet du message: Comment s'attirer des ennuis en trois leçons (ou pas)
Répondre en citant

Meshach, la nuit est tombée depuis quelques heures sur Enezis. Une soirée calme. Un peu trop calme d'ailleurs. Pas signe de Kheiro depuis un petit moment, pas grand chose de neuf à trafiquer. Cela dit tu viens de recevoir un appel. Rien de bien spécial. Une de tes connaissances travaillant pour l'Eminra vient de te proposer un job urgent qui te prendra au maximum quelques heures sur ton emploi du temps. Une machine neuve qu'il était sur le point d'aller installer lui a glissé des bras et est dorénavant hors service. Comme il n'a pas envie de perdre son boulot pour ce genre de broutilles, il préfère faire appel à tes compétences, quitte à ce que ça lui coûte un méchant bout de son salaire. A toi de voir si tu es d'humeur à bouger tes fesses tes cliques et tes clés jusqu'au casino géant, ou bien si tu préfères le laisser se démerder. Si tu l'as envoyé balader, sache que le téléphone sonne de nouveau, et sonnera encore quelques nombreuses fois, jusqu'à ce que tu daignes répondre ou bien le débrancher. Sinon, un point de rendez-vous a été fixé. Dans un recoin de la grande place, à l'entrée de l'immense centre. La place en demi-cercle est décorée de plusieurs spots, dans le sol, recouverts de dalles en verre, dont la face interne a été conçue de sorte à avoir des allures de kaléidoscope. Sur la gauche, un recoin sombre. Des hommes dans l'ombre, par terre, semblant au minimum ivres... Et à côté des distributeurs de boissons et de confiseries, un homme, que tu reconnaîtras sans problème, puisqu'il s'agit de celui qui t'as fait venir. De taille moyenne, roux aux cheveux courts, aux yeux marrons un peu ternes, le faciès allongé et nerveux, pas vraiment beau, pas vraiment moche... C'est bien lui. Yvann t'attend, et semble s'impatienter.

(Lyraëlle t'inquiète ça arrive pour toi aussi :p Les autres aussi, faut juste le temps que je me débnehise et que je mette en place)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Meshach
Mécanicien taciturne


Inscrit le: 08 Jan 2008
Messages: 109

Phénotype: Diyn
Points: 90

MessagePosté le: Ven Aoû 08, 2008 9:48 am 
Sujet du message:
Répondre en citant

Meshach, depuis quelques temps déjà, ne savait plus trop quoi faire. Kheiro était absent, sa moto aussi et il n'avait pas vu Asako depuis au moins une bonne semaine. Peut-être étaient-ils partis sur une autre île, exécuter une quelconque mission. En tout cas, Meshach s'ennuyait.
Il avait déjà démonté et remonté tout ce qui pouvait l'être, mais n'était pas allé en haut car ils savaient qu'il n'y avait rien d'intéressant chez les filles (à part les filles en elles-même, mais il n'était pas d'humeur).

Certaines d'ailleurs disaient qu'il était rarement d'humeur à leur rendre visite, ce qui semblait les navrer grandement, à l'étonnement de Meshach Isaure, qui se demandait bien ce qu'elles lui trouvaient.
Son portable sonna subitement, ce qui rompit le silence devenu presque pesant du hangar. Il écouta, distrait, un instant sa sonnerie avant de décrocher (après tout il n'avait rien de spécial à faire, alors si l'un de ses contacts lui proposait quelque chose, ce serait tout bénef).

"Ouais?"fit-il en décrochant. Sa voix masculine résonna étrangement dans le vide des lieux. Il regrettait l'ambiance qui régnait d'ordinaire, lorsque la bande était réunit au complet.
S'ensuivit une conversation avec Yvan, l'un des ses anciens contacts. Meshach accepta alors de le rencontrer, puisqu'après tout, il n'avait rien d'autre à faire. Il avait même finit de lire tout les magazines et bouquins qui traînaient, y comprit ceux d'Asako. Il poussa donc un soupir et accepta rapidement. L'homme au téléphone n'eut pas vraiment à faire beaucoup d'efforts pour le convaincre de venir.

Et si ça lui permettait de voir de nouvelles machines (sait-on jamais) Meshach devait saisir cette opportunité. Il doutait cependant que la machine en question soit quelque chose qu'il n'ai jamais vu, mais qui sait?
Pensant à ce que pouvait bien être l'objet de son intérêt, il s'essuya les mains dans un vieux torchon et attrapa d'une main leste tout les outils qui pouvait lui être nécessaire, qu'il rangea avec précautions dans une caisse prévue à cet effet.
Vérifiant qu'il avait bien tout, il attrapa une veste en cuir qu'il enfila. En dessous il ne portait qu'un simple marcel noir et, une fois n'est pas coutume, un pantalon en toile qui rappelait vaguement un jean, mais beaucoup moins serré puisque les extrémités des jambes étaient rentrées dans ses grosses bottes. Celles ci étaient de cuir renforcé par quelques morceaux de métal, et avait le métal de bien tenir la cheville, sans pour autant gêner son mouvement.

Le tout lui donnait une allure un peu martiale, mais pour une fois, il avait abandonné son fidèle bleu de travail. Il ne prit pas la peine de l'emmener, puisqu'il avait l'habitude de se salir. Enfin il ferma la porte du hangar, puis le lieu, gravit les escalier de secours qui menait en haut et salua les filles en passant.
Meshach se rendit donc d'un pas alerte au point de rendez vous, qui se situait sur la grande place, à côté du centre. Parmi cette débauche de couleurs et de lumière, il se dirigea comme à son habitude, vers les distributeurs de bonbons et autres cochonneries.
Meshach ne prêta pas attention aux hommes écroulés par terre, de toute façon, il savait se défendre, et avait emporté une arme au cas où, caché dans l'une des poches intérieure de sa veste.

Le brun s'approcha donc, glissa une pièce dans l'un des distributeurs, appuya sur un bouton puis prit nonchalamment la sucette (à la cerise) qui était apparue dans l'ouverture de la machine. Il se tourna vers son interlocuteur:

"Alors, quoi de neuf?" commença-t-il, tout en déballant la sucette pour enfin la fourrer dans sa bouche.
_________________
*fait tourner une sucette à la pastèque dans sa bouche*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Ven Aoû 08, 2008 3:41 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Yvann semble encore plus nerveux qu'à l'habitude. Il t'observe déballer ta confiserie et la fourrer dans ta bouche, puis renifle un coup sec, avant d'infiltrer les mains dans les poches de sa veste de jean usée. Coup d'oeil à gauche, à droite... a l'observer, on pourrait penser qu'il a peur d'être pris en flagrant délit. Et c'est peut-être bien le cas... Après tout comme il te l'a signifié au téléphone, ce n'est pas Emin'ra qui t'embauche, mais lui, pour lui éviter d'être licencié pour faute grave. Sur Enezis, on va très vite à perdre son job pour des conneries, et comme tout le monde cherche du travail, quand on en a un, on cherche à tout prix à le conserver...

"Tranquille, tranquille, pas grand chose à part cette foutue machine... La caisse était pétée, le couvercle m'a filé entre les doigts, mais même si je leur dis ça ça changera rien..."

Il souffle un coup puis sort ses mains, avant de les frotter l'une contre l'autre. Pourtant il ne fait pas si froid... Il doit vraiment être en train de flipper sec.

"Bon, écoute, on a pas trop le temps de discuter faut que la machine soit installée cette nuit, et bien sûr personne n'est au courant qu'elle est cassée, donc personne n'est au courant qu'on doit la réparer. Tu fais style tu bosses ici, okay? On est tellement nombreux que personne connait personne, les gorilles te laisseront passer..."

Il passe le premier, après t'avoir appliqué une petite tape sur l'épaule, et t'avoir fait un grand sourire, un peu crispé. Il semble avoir peur que tu laisses tomber au dernier moment faute aux risques.

"On va passer par l'ascenseur réservé au personnel ça ira plus vite et ça sera plus discret, vu qu'on va à l'étage -23. Là je t'amène à la salle de stockage, c'est moi qui la gère donc personne viendra te déranger, et je te laisse faire tout ce que tu veux avec ce fichu engin du moment que tu me le répares et qu'il est en état de fonctionnement pour trois heures du mat... Viens."

Tandis qu'il arrive devant l'une des grandes portes vitrées, le capteur de cette dernière détecte sa présence et la paroi de verre glisse en silence, pour dévoiler le hall gigantesque de l'Emin'ra. Un spectacle d'escalators en tous sens et d'indications alléchantes se dévoile à tes yeux, ainsi qu'une foule pas super super souriante, si l'on fait exception des quelques commerciaux bardés de body guard en train de fricoter entre eux., et vraisemblablement de critiquer les éclairages pourtant aussi nombreux que luxueux de la galerie. Yvann pointe du doigt le mur, à gauche. Outre les toilettes, les bars imbriqués dans le mur et autres boutiques attrape-sous, tu remarques deux portes modestes. L'une, caractéristique. L'ascenseur. A l'emplacement du traditionnel bouton, une serrure. Ca tombe bien, Yvann vient de sortir ses clés.

_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Meshach
Mécanicien taciturne


Inscrit le: 08 Jan 2008
Messages: 109

Phénotype: Diyn
Points: 90

MessagePosté le: Lun Aoû 18, 2008 7:56 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Meshach observait Yvan tout en faisan lentement tourner sa sucrerie dans la bouche, l'acidité du bonbon provoquant un agréable picotement.
Apparemment, l'homme était nerveux, il suffisait de le regarder. Meshach s'en fichait de toute façon. Sans doute que le rouquin risquait gros -mais on risquait toujours quelque chose sur Enezis- cependant, ce n'était pas ça qui intéressait notre brun. Tandis qu'Yvan lui expliquait la situation, il jeta un oeil intéressé à la faune locale, puis reporta son attention sur son interlocuteur.

Il n'y avait que quelques commerciaux, ce qui rassura, si l'on peut dire, Meshach. Non pas qu'il les craignent. Il n'avait surtout pas envie de se faire emmerder par l'un de ces sacs à merde, à vrai dire.
D'autant plus si il s'agissait de démonter une nouvelle machine, inconnue de ses mains impatientes.

"Ok" répondit le brun laconiquement aux directives de son contact. Après tout, il ne pouvait pas lui en vouloir de s'inquiéter, sa place était tout de même en jeu.

Il le suivit donc docilement, repérant tel le rapace de nouvelles proies potentielles (c'est-à-dire les autres distributeurs de friandises près des portes vers lesquelles se dirigeait à présent Yvan. Meshach nota aussi la présence d'un bar et d'autres choses plus ou moins utiles (plutôt moins que plus) et écouta avec attention son partenaire.

"On va passer par l'ascenseur réservé au personnel ça ira plus vite et ça sera plus discret, vu qu'on va à l'étage -23. Là je t'amène à la salle de stockage, c'est moi qui la gère donc personne viendra te déranger, et je te laisse faire tout ce que tu veux avec ce fichu engin du moment que tu me le répares et qu'il est en état de fonctionnement pour trois heures du mat... Viens."


"Je te suis. Avec un peu de chance, on en aura finit avant..."fit Mes', tout en réfléchissant à comment il allait s'y prendre. Avait-il emmener assez de matériel avec lui? Au pire Yvan aurait de quoi faire sur place.

Cela ne prendrait sûrement pas autant de temps, songea-t-il, à moins qu'il ne s'agisse réellement d'un nouveau système très complexe auquel il n'aurait pas eu à faire...Avec un peu de chance, ils se barreraient d'ici avant minuit, et Mes' pourrait retourner....Retourner à quoi d'ailleurs?

Il n'y avait personne qui l'attendait au Hangar, et rien de spécial à y faire. Sinon, il n'aurait sûrement pas accepter cette requête, faute de temps pour boucler d'autres livraisons. Les deux hommes arrivèrent enfin à l'ascenseur, ce qui distraya un instant le brun de ses pensées déprimantes.

Regardant Yvan, il en profita pour lui demander si il y avait du matos sur place, au cas où et le suivit jusqu'à l'ascenseur, où le rouquin introduisit sa clef.
_________________
*fait tourner une sucette à la pastèque dans sa bouche*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Aoû 24, 2008 9:00 am 
Sujet du message:
Répondre en citant

Au moment où tu exprimes ton avis au sujet du temps qu'il va te falloir pour réparer la machine, Yvann t'adresse un sourire un peu moins nerveux que les précédents. Il semble un peu rassuré, et tu n'es pas loin d'avoir sa gratitude à l'avance... Vous voilà face à l'ascenseur, lequel s'active et commence à remonter rapidement le long des innombrables étages de la galerie souterraine. durant ce temps, Yvann, après avoir jeté quelques coups d'oeils à gauche à droite, te donne quelques précisions:

"Tout le matos que tu veux! On avait un mécano sur l'étage avant, il s'est fait virer mais ils ont gardé le matos... Je te l'ai amené sur place au cas où. Puis j'ai réussi à dégoter la fiche technique du bidule, j'y pige rien mais tu devrais pas avoir trop de mal à t'y retrouver te connaissant..."

La porte de l'ascenseur s'ouvre dans un "ting" caractéristique, laissant place à un vieux machin grinçant, semblant presque sur le point de se détacher. Peinture écaillée, miroir cassé, sol dégueulasse pavé de vieux chewing gum aplatis... On voit qu'il ne s'agit que d'un ascenseur de service réservé au petit personnel. On dirait que la machin d'Yvann n'est pas la seule à avoir besoin d'être réparée, parce que bordel... L'ascenseur se met en route après quYvann ait appuyé sur la toute petite touche ronde, à la gauche de laquelle le label "-23", la touche grésille avant de s'allumer d'une lumière verte fluo caractéristique, qui vous enveloppe bientôt, rendant l'ambiance quelque peu oppressante et... Le mécanisme toussote comme un vieillard à l'agonie, avant de vous secouer comme des pruniers, puis de commencer sa descente aux enfers dans un grincement très loin d'être rassurant.

"Te fait pas de bile pour les caméras de surveillance. J'ai soudoyé le gars qui s'en occupe cette affaire n'ira pas plus loin que ça!"

Mouais... En attendant, l'ascenseur continue sa descente, relativement lente, pendant quelques minutes, ce avant de s'arrêter, en vous secouant à nouveau comme si la foudre d'Ayndra avait frappé la cabine... La porte s'ouvre, vous révélant un étage au plafond bas, un étage enfumé. Les murs et les colonnes sont à nu, révélant ci et là des coups de craies et des dessins techniques qui n'ont pas été laissés là pour faire joli, mais plutôt parce qu'aucun effort de déco n'a été fait à cet étage. Etage bondé notons, et mal famé... Les mines patibulaires et les flingues à la ceinture font légion, des bandes de requins des rues sont penchés sur les roulettes, les tables de poker et les diverses machines de l'étage... Yvann ne pose pas un regard sur la faune vous entourant, pur réflexe de survie, que tu ferais sans doute bien d'avoir toi aussi. De toutes les manières, il est déjà parti, en flèche, sans doute pressé de rejoindre la salle de stockage:

"Suis-moi, grouille..."

Lyraëlle, tu es quelque part ici, toi aussi. Pas de bol, tu travailles à l'un des étages les plus mal famés ce soir, autant dire que tu risques ta peau chaque minute, d'autant que de te voir gagner là où personne ne gagne risque d'énerver particulièrement la faune locale, pas forcément naïve au point de croire qu'une douce jeune fille comme toi vient arrondir ses fins de mois dans un endroit pareil, et surtout sans perdre le fric qu'elle mise. Notons que tu ne dois pas te sentir très bien... Et même, tu dois te sentir surveillée depuis tout à l'heure, comme si un oeil invisible, un oeil sombre, te reluquait depuis tout à l'heure, tel une menace invisible. quoi qu'il en soit tu as du boulot! Une nouvelle machine truquée qui va te laisser gagner un bon pactole, dont tu ne verras jamais la couleur... Allez hop! Au travail!

_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Lyraëlle



Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 64

Phénotype: irazin
Points: 80

MessagePosté le: Dim Aoû 24, 2008 12:38 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Lyraëlle s'approcha d'une table de roulette, regardant les joueurs, se faisant la plus discrète possible. Bon sang, elle avait fait quoi au ciel pour se retrouver là?! Non parce que ici, il y avait pas tellement d'agents de sécurité dans le coin... Autant dans d'autres étages, elle jouait "normalement", autant ici... Elle y allait vraiment à la prudence. Elle avait laissé sa tenue "en vrac", pour faire la différence Elle avait passé un certain temps aux jeux "simples" du genre roulettes et poker, car il y avait du personnel du casino, qui la connaissait (on présentait toujours les "gagnants", au personnel de l'étage, histoire qu'ils savent QUI faire gagner!). Sauf qu'elle se sentait espionnée. Surveillée. Elle était alors allée au bar, commander une bière (qu'on lui avait servie coupée d'eau d'ailleurs, pas d'alcool pendant le service... Imaginez qu'elle aille révéler, complètement bourrée que les machines sont truquées! Elle, c'est presque sur, elle en prendrait plein la tête, mais le casino... Ce serait une émeute!)

Donc, disais je (Lyra: Toi, visiblement, ta bière elle était pas coupée!) hem. Donc, Lyraëlle but sa bière au comptoir, l'air ailleurs. Pas que l'air, d'ailleurs. Elle se sentait toujours aussi observée. Un léger regard sur les caméras lui indiqua qu'elles tournaient normalement...Donc, c'était pas ça. Elle était vraiment mal à l'aise...

Sa bière finie, n'ayant aucune raison de rester là, la jeune femme se leva et alla vers le coin des machines à sous. Elle avait assez trainé au niveau des roulettes...

Encore une fois, elle restait prudente, jouant peu, gardant son air naïf, ayant l'air de prier... En fait, pas que. Elle priait vraiment pour finir son service tôt...
_________________
Lyraëlle
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Meshach
Mécanicien taciturne


Inscrit le: 08 Jan 2008
Messages: 109

Phénotype: Diyn
Points: 90

MessagePosté le: Dim Aoû 24, 2008 10:28 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Yvan et Meshach s'engouffrèrent dans l'ascenseur à l'état déplorable. Meshach hocha à nouveau la tête aux dire de son contact, appréciateur et quelque peu rassuré, si tant est qu'il eut véritablement été inquiet.
Il en fallait beaucoup pour vraiment plonger notre brun dans un état de stress. Il s'est peut être fait descendre, se fit-il la remarque lorsqu'Yvan lui parla de l'ancien mécano. Meshach songea alors sincèrement qu'il serait content quand il en aurait terminé. Décidément, il n'aimait pas trop aller bricoler chez les commerciaux, mais bon, puisque Yvan disait qu'ils ne risquaient rien.

Meshach décida plutôt de se concentrer sur quelque chose qui avait un don certain pour le distraire, c'est-à dire, les machines. Il cessa de prêter attention au rouquin, et examina avec une attention caractéristique les parois et autres mécanismes de l'ascenseur.

Le rouquin sembla quelque peu rassuré par les paroles du brun, mais celui-ci n'y prêta que peu attention, tout occupé qu'il était à inspecter la machine leur permettant de descendre dans les profondeurs de l'immeuble. Crasseux, mal entretenu, décidément, on ne pouvait pas dire que les commerciaux se souciaient autant de ce qu'ils empruntaient que de ce qu'ils laissaient à leurs employés.

Pour rien au monde Meshach n'aurait refait un tour sans y être forcé dans un ascenseur aussi mal entretenu.
En plus, il avait eu de mauvais expériences avec ces bestioles. Quoique, il aurait bien apprécié de pouvoir jeter un oeil aux câbles qui malgré un grincement peu rassurant, leur évitait une chute sûrement mortelle. Presque plongé dans la pénombre et à peine plus éclairé pour éviter la transformation, Meshach s'accrocha à l'une des barres de métal bien éraflé pour éviter de se faire trop secouer et de tomber malencontreusement par terre.

Pas la peine de s'éclater le nez maintenant, surtout dans les vieux chewing-gums moisis!
Il croisa un instant son reflet démultiplié dans un miroir cassé, qui lui sembla tout aussi dubitatif qu'il devait l'être à présent. Décidément, il n'appréciait guère les ascenseurs. Yvan, apparemment plus rassuré qu'auparavant (à croire que Mes y était pour quelque chose.) lui fit part presque enthousiaste de l'assurance de ne pas avoir de soucis au niveau de la surveillance du site. Le mécano ne comprendrait jamais d'où pouvait venir ce vieux fantasme de baiser comme des bêtes dans un ascenseur, surtout en voyant l'état de celui-ci. Secrètement, il espéra que ce n'était pas cette pensée d'une partie de jambes en l'air dans ce lieu qui réjouissait Yvan.

Il eut un léger sourire, avant de demander très sérieusement:
"Au fait, si jamais y'a besoin de réparer l'ascenseur, un de ces quatre matin...Appelle moi, je me ferais plaisir de démonter ce vieux tas de ferraille." Il eut presque un sourire carnassier en disant cela.

Enfin sortit, Meshach constata avec nonchalance que la propreté ne semblait pas non plus être de mise à l'étage -23. Cela dit, l'endroit semblait être fait pour se divertir, si on aimait perdre de l'argent.
D'ailleurs, cela faisait longtemps que le brun n'était pas aller faire une partie de poker. Bah, peut être que si il finissait tôt...
Quoique l'endroit ne semblait pas des plus indiqués, surtout pour gagner, au vue de la faune locale.
Des caïds semblaient tapisser l'endroit, et vu leurs mines, Meshach aurait pu parier qu'en plus de ça, ils étaient mauvais joueurs. Non, il ne valait sans doute mieux pas s'attarder dans le coin.
Il suivit docilement son commanditaire qui l'emmenait à l'écart sans trop accorder d'attention aux parties et autres jeux d'argents qui se déroulaient presque sous son nez. Heureusement que Mes n'était pas accro aux jeux, car cela n'était assurément pas l'endroit pour une "petite partie entre amis".

Il repéra du coin de l'œil une jeune fille, ce qui lui fit juste hausser un sourcil (le gauche, si vous voulez tout savoir). Elle avait l'air un peu méfiante, mais à nouveau, Meshach s'en désintéressa: pour l'instant, il avait bien mieux à faire que de se soucier du sort d'une gamine dans un lieu pareil.
_________________
*fait tourner une sucette à la pastèque dans sa bouche*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Lun Sep 08, 2008 12:25 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Meshach, au sortir de l'ascenseur, tu notes simplement la remarque qu'Yvann te fait suite à ta proposition, remarque accompagnée d'un sourire à la fois reconnaissant et roublard. Si tu y ajoutes sa nervosité perpétuelle, ça fait un drôle de mélange.

"Ca éviterait à un ou deux employés de finir le jour accidentellement avant qu'ils ne se décident enfin à faire réviser ce truc... Pourtant on peut pas dire que ça soit pas dans leur budget!"

Contrairement au sien, de budget, nettement plus serré. Il ne peut sans doute pas se permettre de payer les réparations d'un ascenseur, et encore moins d'un ascenseur dans un état aussi pitoyable... En tous les cas vous êtes arrivés à destination et passez donc rapidement au travers de l'étage, pas très bien fréquenté... Yvann semble prendre garde à ne heurter personne, et ça se comprend: une simple bousculade pourrait bien mal finir vu la teneur de la foule. Vous arrivez au mur opposé à celui qui porte l'ascenseur. Des gorilles gardent une porte en retrait, armés jusqu'aux dents. Sûrement la salle dont Yvann a la charge. Plus que sûrement même, car ce dernier s'approche, et jette un coup d'oeil entendu aux deux mastodontes en costume.

"Il est avec moi."

Les tas de muscles grincheux posent un regard bref sur toi. L'un des deux vérifie que personne ne vous observe, avant d'acquiescer discrètement. Yvann et eux ont sans doute du se mettre d'accord au préalable, qu'il soit question de ronds de métal sonnant et trébuchant, ou bien juste d'une certaine... complicité, entre collègues. Quoi qu'il en soit vous passez. La salle de réserve, relativement grande, est encore moins décorée que le reste de l'étage: normal, quoi. Les murs cimentés incrustés de crasse sont pour la plupart cachés par des caisses, du matos divers et varié... Des casiers blindés renferment ce qui doit avoir le plus de valeur dans la pièce, soit, sans doute, les recharges de jetons des machines à jouer... Un bureau qui ressemble plus à une planche pourrie portée par des tréteaux croulant qu'à un bureau est en train d'agoniser sous des piles de papiers de compte et d'inventaire que Yvann a du laisser sur les lieux dans la précipitation. Et par terre, une caisse fendue, dans laquelle ce qui ressemble, euh... A une espèce de piano qui n'en est pas un, dans la forme. Un piano qui n'a pas de touches, mais un plateau de jeu. Une multitude de petites fenêtres sur le devant laissent entrevoir ce qui ressemblent aux rouleaux colorés des machines à sous traditionnelle. Les fenêtres sont séparées en deux groupes, chacun visiblement relié à l'une des deux manettes qui ornent les côtés gauche et droit de la bête, qui doit sans doute permettre de s'amuser à jouer à un mix de poker et de jackpot, pour changer. Yvann sort la fiche technique de la caisse, se redresse, et pointe du doigt une grosse caisse métallique rouge, un peu plus loin

"Donc si besoin y a des outils là-bas, la fiche technique est là... C'est un nouveau modèle, mais je te fais confiance."

Un sourire, il te tend les papiers, puis ajoute simplement:

"Y a une deuxième entrée gardée par d'autres mecs mais normalement y a pas de raisons que quiconque entre ici sans mon accord, donc pas de soucis!"

--

Lyraëlle, tu continues d'avancer, de travailler... Tu te sens toujours aussi épiée. Et à raison. Alors que tu te trouves face aux machines à sous, tu sens heurter ton épaule sans aucune délicatesse, et t'envoyer à moitié valdinguer dans la machine que tu sais gagnante, et à laquelle tu étais censée jouer. Si tu te retournes, tu te retrouveras face à une figure fort peu plaisante... entouré d'une bande de voyous tous plus inquiétants les uns que les autres, une espèce de gangster quadragénaire borgne t'observe avec un rictus absolument désagréable. Ses cheveux blondâtres, ou plus précisément entre gris et blond clair, sont sales, peu nombreux, et pendouillent lamentablement contre ses joues aux pommettes saillantes, marquées de plusieurs cicatrices. Ses yeux couleur miel te fixent d'un air mauvais. Ca sent pas bon... Et pas seulement parce que cet individu répugnant ne semble pas connaître la signification du verbe "se laver"...

"A toi poulette... Montre moi si t'as de la chance..."

Dur de comprendre la signification du ton à la fois moqueur et traînant qu'il a pris... C'est comme si il y avait un brin d'ironie, un brin d'insinuations, dans ses paroles... Mais tu es entourée, et partir ne semble pas être une option, à voir la façon dont les hommes te regardent. La sécurité est malheureusement un peu loin, et notons que pour éviter l'émeute et la fusillade de toutes les manières à ce stade personne ne serait venu t'aider...

_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Lyraëlle



Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 64

Phénotype: irazin
Points: 80

MessagePosté le: Sam Sep 13, 2008 5:33 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Lyraëlle massa son épaule en regardant les trois types. Elle le savait! Elle détestait cet endroit... Et en plus ce... lui avait fait mal!

"J'avais juste l'intention de regarder, moi..."

La protestation avait à peine été murmurée, et décrut encore plus. Lyraëlle se sentait souris devant 3 chats. Bon, fuir, pas la peine, la sécurité... C'est mort... Avec une autre, elle aurait pu faire croire qu'elle n'avait pas eu de chance, mais là... Les machines étaient gérées par du personnel, qui, en reconnaissant un "gagnant" (via la caméra dans la machine) appuyait sur le bouton jackpot. En version très simplifiée.

Lyraëlle tira de son sac à main 3 jetons (autant faire mine d'avoir mis toutes ses chances de son coté), et murmura sa "prière". Histoire de respirer et (mais chuuuuut) de gagner du temps. Peine perdue, fallait bien appuyer sur le bouton...

Le levier abaissé, la machine se lança... Dollar... Dollar... Dollar... Jackpot!

*Je hais ce boulôt...*

On peut fuir, maintenant? C'est bon? Allez, quoi!
_________________
Lyraëlle
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Meshach
Mécanicien taciturne


Inscrit le: 08 Jan 2008
Messages: 109

Phénotype: Diyn
Points: 90

MessagePosté le: Mar Sep 16, 2008 12:19 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Meshach hocha la tête, comprenant parfaitement ce que son "coéquipier" voulait dire. C'est vrai que l'ascenseur aurait bien eu besoin d'une bonne révision, et ce n'était sûrement pas le fric qui manquait ici, mais plutôt la motivation. En effet, pourquoi se casser la tête à réparer ce qui était destinés aux employés, et non pas aux gros patrons? C'était au mieux considéré comme une perte de temps.

Meshach suivit à nouveau docilement Yvan, fendant la foule de manière adroite out en prenant garde à ne bousculer personne, ce qui pourrait s'avérer fâcheux, ma foi. Le brun nota les deux gorilles qui encadraient la porte dans un ensemble parfait. Tout deux la même carrure et armés de façon similaire, on aurait presque cru voir un clone. La porte enfin ouverte, Mes' entra dans la salle, visualisant 'ensemble avant de se concentrer, et surtout de s'approcher de ce qui l'intéressait vraiment, c'est-à-dire la machine.

De toute façon, même si la pièce était loin d'être confortable ou agréable, ou quoi que ce soit de ce style, ce n'était pas ça qui chagrinerait notre mécanicien. Il avait en effet l'habitude de travailler dans ce genre d'endroit, quand il ne s'agissait pas carrément de dépôts délabrés dans les docks. Ici, les conditions de travail avait au moins le mérite de ne pas être trop dangereuse, du moins si on faisait attention à ne pas se mêler de ce qui ne nous regarde pas.

Meshach s'approcha donc de son nouveau jouet avec une certaine fébrilité, quittant sa nonchalance habituelle, qui ne se remarqua que dans sa toute nouvelle rapidité. En quelques pas, il se trouva à côté de la bête, et déposa sa caisse à outils sur le sol crasseux, sans plus se soucier de rien. Il s'accroupit et commença à l'examiner avec attention, relevant à peine la tête lorsqu'Yvan lui signala les outils présents sur le site. Il prit tout de même la peine de prendre les papiers qu'il lu tendait. Cela dit, il avait déjà eu l'occasion de travailler sur des machines à sous, et se dit que le fonctionnement devrait être, à peu de choses prêt, similaire.

Toujours silencieux, il lu attentivement la fiche technique, la mémorisant rapidement. Il commençait déjà à comprendre le fonctionnement de la machine, ce qui n'était pas plus mal, ainsi ils perdraient moins de temps.
Se retournant vers l'objet de son intérêt, il sortit enfin ses outils, et commença à démonter l'"emballage" de métal aux couleurs plutôt criardes afin d'accéder aux mécanismes internes.

"J'ai l'impression que ce sont les manettes qui sont bloqués...informa-t-il Yvan.

N'attendant pas vraiment de réponse de sa part, il poursuivit son travail, examinant avec attention les pièces et notant dans un coin de son cerveau la manière dont elles s'emboîtaient entre elles. Il appuya sur une des manettes, tout en regardant comment le système s'enclenchait, et comprit peu à peu ce qui bloquait. Meshach allait s'armer d'une belle clef à molette toute neuve lorsqu'il attendit un peu de bruit à l'extérieur de la pièce. Ce qui lui fit froncer les sourcils, mais il choisit cependant de continuer son travail sans en faire la remarque.

Yvan semblait bien assez nerveux comme ça, inutile d'en rajouter. Meshach alla chercher un peu d'huile dans les fournitures. il enfila ses gants puis huila l mécanisme sur lequel il travaillait présentement, ce qui ne pourrait pas lui faire de mal.
Le mécanicien poursuivait donc son œuvre, très concentré. Un mince sourire venait orner ses lèvres lorsqu'il parvenait à faire ce qu'il voulait.

Il finit par démonter (et remonter) une bonne partie de la machine, rangeant les pièces dans un ordre totalement abscons pour le profane -cela dit, même un initié n'y aurait pas comprit grand chose).
_________________
*fait tourner une sucette à la pastèque dans sa bouche*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Oct 26, 2008 1:41 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Meshach, Yvann est passablement impressionné par la manière dont tu sembles maîtriser ton métier à en juger par l'expression, entre perplexité et abrutissement, qu'il arbore, tandis qu'il te regarde faire. Tu l'informes de l'origine du problème... Il hoche vaguement la tête en signe de compréhension relative. Mais malgré cela tu peux constater qu'il ne comprend pas grand chose à ce que tu fais, ni à la manière dont tu as mené ta déduction. Un peu absent, il se contente d'observer... Jusqu'à ce que le talkie-walkie qu'il porte grésille à sa ceinture, et qu'une voix nasillarde, couverte par le brouhaha d'une salle de jeu bien remplie, s'en élève.

"J'ai besoin du responsable du secteur W, près des tables de black jack, rapidement. Yvann grouille toi."

Le dit Yvann jure, avant de détacher le récepteur de sa ceinture, et de répondre:

"J'arrive dans deux minutes."

Il t''accorde un bref regard, puis s'approche de la porte précipitamment. Travailler ici ne doit pas être de tout repos...

"Je reviens... Désolé je te laisse en tête à tête avec les rouages de ce truc, visiblement c'est une urgence."

Et paf, il sort... Tu n'as plus qu'à continuer ton travail.

--

Lyraëlle, tu es dans les ennuis jusqu'au cou comme tu auras pu le deviner. Les malfrats qui t'ont coincée à la machine à sous doivent sans doute te surveiller depuis un moment, et avoir compris que tu gagnais un peu trop souvent pour que ce soit honnête. Malheureusement pour toi tu connaissais l'emplacement de la machine gagnante, et comme il ne t'ont pas laissé le choix de te rétracter, ça n'a pas manqué... Tu gagnes le jackpot, accompagnée des rires ironiques de la fine équipe. Pas le temps de souffler. Un bras attrape fermement le tien, et tu te retrouves projetée - ou presque , contre la machine à sous, tandis que l'un des gangsters récolte les jetons déversés en trombe dans ton dos. Ceux là, tu n'en verras sans doute plus la couleur...

Un corps puant maintient le tiens. Le visage du blondâtre, souriant vicieusement, s'arrête à quelques centimètres de ton nez, auquel parvient une haleine de phoque, emplie d'alcool, d'usure moisie et de pas mal d'autres consommations plus ou moins recommandées.

"Bravo dis voir... T'as plutôt de la chance toi ce soir, non? Vous êtes beaucoup à vous la péter comme ça, ou bien c'est juste toi? Je prend ce fric en tous les cas... Mais tu sais quoi? Ca suffit pas. Un foutage de gueule pareil vaut bien quelques dommages et intérêts... Tu vas aller me chercher trois fois le nombre de jetons que tu viens de faire dégringoler, et plus vite que ça.. N'essaie même pas de fuir... Je t'ai repérée jolie rousse..."

Il sourit de plus belle, dévoilant des dents noircies, parfois troquées contre leur ersatz doré. Puis il te libère, te laissant la non-possibilité de fuir. Libre à toi de décider de quoi faire... Mais le plus prudent serait d'obéir. Ils ne te lâcheront plus, tu es ciblée... En tant que membre du personnel, aujourd'hui affectée à cet étage, tu as le droit d'entrer dans la salle de stock, gardée par quelques gorilles, un peu plus loin... C'est là que sont stockés les jetons de l'étage qui ne sont pas déjà en cours de transaction dans la salle principale. Bien entendu, si tu fais le choix d'être prudente, tu ne manqueras pas de tomber sur Meshach et ses réparations illicites, et à ta connaissance, il n'a absolument rien à faire là.

_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Lyraëlle



Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 64

Phénotype: irazin
Points: 80

MessagePosté le: Lun Oct 27, 2008 6:57 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Lyraëlle passa la porte du personnel... Et la referma avec un coup de pied magistral. Elle avait mal au bras, mal au pied, maintenant, et elle HAISSAIT ce boulot. En plus des ennuis qu'elle allait déjà avoir pour s'être (encore) fait prendre les jetons... Bref, tout ça pour dire que ce n'était plus une miss mais un gars, qui se dirigeait, des éclairs dans les yeux, vers la salle des stocks... Et encore plus en colère vu qu'elle s'était encore transformée sans prévenir...

Résultat, son "accueil" au mécano ne fut pas (c'est le moins qu'on puisse dire) très chaleureux... Lorsqu'il entendit du bruit provenant d'un couloir, forcément, il alla voir... et tomba sur un type, en train de bricoler... Elle ne savait pas trop quoi... Et pas un mécano habituel, puisqu'ils avaient en général des vestes bien voyantes comme uniforme... Histoire qu'on les confonde pas avec un joueur qui veut voler la machine.

"Je peux savoir ce que vous faites là?! Cette partie du casino est interdite au public!"

Le ton était vraiment pas chaud, et, un peu malgrès lui, parce qu'il SAVAIT que le pauvre gars en face y était pour rien, il déchargeait une part de sa mauvaise humeur sur lui...
_________________
Lyraëlle
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Meshach
Mécanicien taciturne


Inscrit le: 08 Jan 2008
Messages: 109

Phénotype: Diyn
Points: 90

MessagePosté le: Mar Oct 28, 2008 1:26 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Meshach ne prit pas vraiment la peine de répondre à Yvan, qui semblait un peu absent. Il n'avait pas l'air de comprendre ce que le mécano trafiquait, mais Mas' était habitué à ce que personne ne comprenne ce qu'il faisait lorsqu'il démontait une machine. A croire qu'il avait acquis au fil du temps un système de pensée très différent de l'ordinaire, qui se mettait spécialement en marche lorsqu'il s'agissait de mettre au point quelque chose, ou bien d'en réparer une autre.

Le brun entendit le grésillement du talkie, un instrument très rudimentaire selon ses propres critères, mais n'arrêtait pas pour autant son travail. Yvan parlait apparemment avec l'un de ses supérieurs ou un autre type comme lui, allez savoir.

"J'arrive dans deux minutes." répondit ce dernier. Puis il partit précipitment vers, la porte, lançant au passage à Mes', qui continuait sagement son travail:

"Je reviens... Désolé je te laisse en tête à tête avec les rouages de ce truc, visiblement c'est une urgence."

Le mécanicien fit un vague signe de main pour signifier qu'il avait comprit, et se remit au travail. Il enclenchait enfin une des pièces maîtresses lorsque la porte s'ouvrit avec violence, laissant entrer un type, roux lui aussi, mais auquel notre ami n'avait jamais eu à faire auparavant.

"Je peux savoir ce que vous faites là?! Cette partie du casino est interdite au public!"


Meshach ne répondit tout d'abord pas, tout absorbé qu'il était par le bon déroulement des opérations. Puis il se releva, essuya négligemment ses mains pleines de cambouis dans un torchons qui était déjà au delà de la saleté. Autant dire que son geste n'eut pas beaucoup d'effet.
Il rendit son regard au jeune homme, haussant un sourcil, à peine intrigué par ce dérangement impromptu.
Le garçon en face de lui était plutôt mince, habillé un peu bizarrement pour un mec, et avait des cheveux roux assez clairs, en plus d'un air carrément furieux.

"Je croyais que ça se voyait, non? Je répare une machine."rétorqua-t-il simplement, avant de tourner le dos à son invité surprise. Il n'avait pas vraiment le temps de causer e toute façon. Il se saisit à nouveau de sa belle clef à molette bleu métallisé, afin de réajuster un réglage.
_________________
*fait tourner une sucette à la pastèque dans sa bouche*
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Nov 02, 2008 10:49 am 
Sujet du message:
Répondre en citant

Meshach, Lyraëlle, libre à vous de vous "entretenir" un peu longtemps.
Quartier libre pour ce tour, à une contrainte prêt: pas de sortie impromptue

_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Lyraëlle



Inscrit le: 28 Jan 2008
Messages: 64

Phénotype: irazin
Points: 80

MessagePosté le: Mer Nov 05, 2008 8:51 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Lyraëlle regarda l'étalage de pièces avec un sourire mi ironique mi "tu te f*us de ma gu*ule!?" Ok, il reconnaissait vaguement l'enveloppe d'une machine, et même d'un modèle connu (à force d'y jouer)... MAis il était pas sure de la réparation, là...

"C'est bizarre, j'aurais dit "massacrer"..."

Hein? Il était encore de mauvais poil? Naaaaan... A peine! ^^ Le fait que le mécano ne l'écoute pas aidait aussi... Pas que, mais ça lui faisait chier qu'on le remarque quand il fallait pas, et qu'on l'ignore quand il parlait, là!

*Journée de m*rde... Boulôt de me*de...*


Et en plus elle avait toujours la bande de (beeeeeeeep) qui l'attendaient dehors! Pis zut à eux, elle était pas pressée... Le jeune homme fouilla dans son sac, et en sorti un badge du casino. Bah oui, fallait bien qu'elle en ait un pour certains services! Genre entrer dans la salle de stockage. Sur le sien était simplement marqué son nom et sa photo, avec le logo du casino. Sur d'autres étaient parfois des notions plus spécifiques, genre "sécurité"

"Les mécanos du casino, en plus du badge, ont en général une sorte d'uniforme... Donc, vous n'êtes pas du casino... Et vous n'êtes pas entré seul, vu qu'il y a généralement des gardes..."

Bon, a vrai dire, il s'en fichait royalement, il pourrait être le père noël venu planquer des cadeaux dans la machine, ce serait pareil... Le ton n'était ni menaçant... Simplement une sorte de réflexion...

"Elle a quoi cette machine? Un gagnant énervé qu'à tapé trop fort dessus?"

Toujours pas grand chose à faire, mais c'était mieux ici qu'à l'extérieur... On lui avait pas donné de limite de temps, si?
_________________
Lyraëlle
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Chimea Index du Forum -> Rp: Enezis -> Emin'ra Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


MSTrenches war Theme © Matt Sims 2004

Title Images © Medal of Honour - EA Games
Powered by phpBB © 2001, 2004 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com