Navigation :: Chimea
FAQ :: Rechercher :: Liste des Membres :: Groupes d'utilisateurs :: S'enregistrer :: Profil :: Se connecter pour vérifier ses messages privés :: Connexion

Mémoire vierge
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Chimea Index du Forum -> Rp: Chiméa -> Ville de Raish
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Ven Oct 31, 2008 1:19 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

[j'ai eu des problèmes de concentration du fait du contexte irl là XD j'espère que ça ira]

Ah ouais... Quand même. Alexya venait de réussir un coup mémorable. On aurait pu penser que Nathanaël serait encore coincé dans la douche, à marmonner du fait de l'absence de serviette... Ou bien qu'il serait de dos, ou... nan. Paf, elle ouvrit la porte, et entra. Et paf, elle se retrouva pile en face d'un beau gosse nu comme un vers, qui non content de sa tenue très déshabillée, avait oublié de récupérer son cerveau. Il y eut quelques secondes de latence. Pour lui seulement, parce qu'Alexya... voilà quoi. C'était pas la première fois qu'elle voyait un homme nu dans cette salle de bain. ce genre de situations, ces quelques derniers mois, avait été pour elle pas chose courante, mais pas loin. Alors elle lui dévoila un sourire radieux, cachant tant bien que mal son amusement, légèrement sarcastique hein, mais dans le cas de ce cher Nath', c'était pas méchant. Elle l'aimait bien. Quelque chose faisait qu'elle... avait tendance à lui accorder sa confiance, malgré tout ce qu'il y avait de bizarre à son sujet. Malgré le fait qu'elle venait à peine de le rencontrer.

Elle baissa les yeux, doublement amusée tandis que le jeune homme faisait preuve d'une pudeur qui n'était pas nécessaire. Et plus encore, tandis qu'il lui semblait qu'il réagissait à sa présence... De façon plutôt encourageante. Elle retint un ricanement mutin, préférant éviter de poser son regard trop longtemps là où il fallait pas, vu que ça avait jamais été très classe. Il n'en est pas moins qu'elle ne se gênait pas pour observer le damoiseau... Son visage n'était pas le seul à être charmant... elle remarqua quelques blessures, bleus, et resta un instant perplexe. Avant d'en conclure qu'il devait avoir une vie plutôt mouvementée. Il venait de le démontrer à la manière dont il s'était battu. Pas une seconde, l'idée plus glauque d'une quelconque maltraitance ne lui vint. Parfois, Alexya n'était pas tout à fait en phase avec les réalités de ce monde... Ou bien était-ce qu'elle avait d'autres préoccupations?

Qui sait. En tous cas, il était clair que ses autres préoccupations présentaient pas mal d'intéret. Séduisante de tout temps, voire... encore plus dans ce genre de situations, elle leva un sourcil, puis commenta simplement:

"Un problème? Entre grands enfants y a pas de secrets à se faire..."

Ironie du sort... Maintenant, c'était Aleksiz qui signalait à Nathanaël l'inutilité de sa pudeur. On aurait tout vu. Maligne, elle attrapa la serviette qui était au dessus du tas de vêtements... Puis elle la lui envoya dessus, en pleine tronche. Mince alors, ses mains allaient devoir ambitionner un autre rôle que celui d'une feuille de vigne.

Comme elle était pas vache à ce point tout de même, plutôt que de rester plantée connement dans le passage, elle alla poser les vêtements à l'endroit précédemment indiqué. Elle se retourna, et s'éloignant passa la porte pour le laisser en tête à tête avec lui-même.

"A tout de suite..."

Ton chantant. Il était marrant, tout de même, ce gars... tout d'abord tellement timide qu'il semblait à peine oser lui parler... Ensuite il faisait preuve d'un courage plutôt rare tandis qu'il se débarassait des survivants de la bande de cons qui les avait attaqués... Il allait jusqu'à lui proposer sans transition de l'accompagner sur Enezis... Et maintenant, il faisait une rechute, et se changeait en tomate rien que parce qu'elle avait pu poser les yeux sur son corps plus qu'agréable à regarder. Moins cool pour lui, elle avait pu constater son enthousiasme, mais hein, qu'il n'aille pas dire qu'il n'avait pas envie qu'elle constate avec un peu plus de proximité. Elle alla s'étaler sur le flanc, sur le large lit appartenant toujours au même, le fils de Teranss. Lascive, elle appuya son visage sur sa main, et laissa l'amusement prendre le pas sur le reste...Bon c'était pas tout. Par quoi allait-elle commencer l'interrogatoire, lorsque son pauvre bougre reviendrait?
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Nathanaël
Rock Star


Inscrit le: 11 Mar 2007
Messages: 407

Phénotype: Abyn
Points: 1465

MessagePosté le: Sam Nov 01, 2008 6:39 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Gnééé ! Le temps lui semblait désagréablement long là. Il ne souhaitait qu’une seule chose, c’était qu’elle se barre de la salle de bain dans la seconde suivant cette pensée. Bien entendu, ça ne risquait pas d’être le cas, hélas. Elle avait l’air trop contente de la situation dans laquelle elle venait de le foutre. Tu m’étonnes ! D’ailleurs…d’ailleurs Nathanaël nourrissait quelques craintes tout à fait raisonnables. Tout à l’heure…Alexya avait paru très contente de le chauffer, et pas du tout ennuyée à l’idée de mettre la main à la pâte pour obtenir ce qu’elle voulait. Or, qu’avait-elle à la vue ? Un jeune homme totalement désarmé, démuni, bref, une complète victime pour ces tout nouveaux –selon lui- penchants de succube. Oh, Aleksiz n’avait jamais été un timide, il s’en était aperçu, mais ça, c’était exclusivement sous forme masculine…Là la donne avait changé d’une manière assez inquiétante. Et si elle lui sautait dessus ? Elle était en peignoir, il était nu, son cerveau faisait des prouesses d’imagination assez inquiétant tout à coup, et c’était sûrement dû à la dose d’hormones que son corps bombardait face à la vision enchanteresse qui s’imposait à lui. Ouais, si elle faisait ça, il ne répondait plus de rien. Mauvais. Très mauvais. C’était très loin de ce qu’il désirait, tout ça. Oh, elle ne risquait pas de le violer hein…justement. S’il couchait avec Alexya, dans l’état actuel dans lequel elle se trouvait, comment cela se passerait-il, une fois sa mémoire retrouvée ? Peut-être serait-il terriblement en colère. Lui-même ne se le pardonnerait pas. Pas une faiblesse, un manque de volonté pareil. Alors non. Sa détermination se renforça, diminuant la rougeur dont il était peu fier. Il prit cette résolution en écoutant ses paroles, et pria pour être capable de la tenir. Quoi qu’il se passe…Il n’y aurait strictement rien entre eux deux. Aussi désirable qu’elle pouvait être, Alexya n’était pas complète aux yeux de Nathanaël. Il lui manquait encore ces souvenirs, cette partie d’elle-même qui lui avait fait découvrir sa fragilité, ses doutes, son tourment. Il l’aurait tout entier, ou bien, il ne l’aurait pas du tout.

Dire qu’il y a quelques mois, c’était lui qui se moquait d’Aleksiz pour toutes ces choses là…Peut-être qu’une fois ces souvenirs retrouvés, cette pudeur et ce dégoût de sa forme féminine se seraient définitivement envolés. Un bon point pour lui. Vu ce qu’il avait vécu sous cet aspect…Tous les moyens pour oublier les traumatismes étaient bienvenus. Sur cette pensée, il dû lever les mains, attrapant la serviette et dévoilant de nouveau, bien malgré lui encore, sa nudité. Tant pis, se faisant, il se tourna sur le côté pour que la chose soit moins pire, et s’empressa de nouer la serviette autour de ses hanches.

« Ouais…merci. »

Avec un soulagement non feint, il l’observa déposer les affaires, et reprendre le chemin de la sortie, sans jamais s’approcher de lui. Il lui en fut reconnaissant, mais se garda bien de le dire, histoire de ne pas inverser la bonne fortune dont il faisait les frais à cet instant. Il marmonna également un quelque chose ressemblant à un « a toute » alors qu’elle franchissait la porte, qu’il s’empressa de refermer ensuite. Ses yeux cherchèrent un moyen de la bloquer dans la pièce, un bref instant…et ne trouvèrent rien. Tant pis, elle resterait non verrouillée. Il était bientôt habillé de toutes manières, et ne comptait pas se resservir de cette salle de bain. Reniflant, il revint devant le lavabo, dénoua la serviette, et se sécha en vitesse, puis se pencha devant l’évier pour se frictionner les cheveux. Une fois ceux-ci essorés, il étendit la serviette sur le battant de la douche, pensif. La jeune femme n’avait toujours pas donné de réponse, et son air n’avait rien exprimé de particulier, donc il ne savait toujours pas quoi penser. Elle avait sûrement des choses à demander. Il devrait trouver quoi répondre, sans mentir. Sans trop mentir. Nathanaël ne savait toujours pas si l’endroit était adéquat pour en parler. Il préférait d’abord s’assurer de sa coopération, et ensuite tout lui déballer. Mais avec Aleksiz…On ne savait jamais à quoi s’attendre. Peut-être allait-il avoir de désagréables surprises quant à ses futurs plans et prévisions. Il verrait. Il verrait bien. Bon, c’est pas tout ça, mais fallait encore s’habiller maintenant hein. Enfilage de sous-vêtements, puis il passa le jean, un peu trop grand, qui lui tomba sur les hanches. Marf, il devrait le porter comme ça, ou bien faire l’acquisition d’une ceinture…Tant pis. Rattrapant ses papiers, il les enfonça dans sa poche arrière, puis mis la chemise, un peu trop large elle aussi. Ramassant ses holsters, il finit de s’habiller en les passant par-dessus ses vêtements. S’observant une seconde dans la glace, il se coiffa avec ses doigts histoire de faire retomber ses cheveux sur les côtés de son visage, pour les laisser sécher correctement et librement. Bon…et bien voilà. Il n’avait plus rien à faire pour rallonger le temps qui le séparait de la confrontation qui allait venir. Avec de la chance, cela allait bien se passer. La chance n’était pourtant pas quelque chose qui le caractérisait très souvent. Sortant, il suivit le couloir jusqu’à la pièce indiquée, et s’y arrêta, constatant la présence d’Alexya. Il appuya son épaule contre le chambranle de la porte, puis croisa les bras.

« Voilà voilà… »
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Nov 02, 2008 10:44 am 
Sujet du message:
Répondre en citant

Ses jambes jouaient l'une sur l'autre, doucement, alors qu'une agréable langueur la prenait, picotait son corps d'une chaleur douce et enveloppante qui lui donnait presque l'impression d'avoir pris sa douche, elle aussi. Puis, il y eut le bruit d'une porte qui s'ouvrait. Son cerveau refusait de réfléchir à l'avance, préférant se mettre en mode "carpe diem" incontrôlé. Du coup, elle ne savait trop ce qu'elle allait lui demander en premier encore... Il était dans tous les cas certain qu'il lui manquait une chose: des explications. Elles s'imposaient. Bientôt, une silhouette loin d'être désagréable s'appuya sur le chambranle d'une porte. Comme ça, c'était certain, il faisait moins sophistiqué... Mais le concept simpliste du "pantalon chemise" en version trop grand, fallait pas croire, ça avait son côté sexy aussi. Les cheveux mouillés c'était encore autre chose. Maintenant qu'elle savait ce qui se cachait sous les diverses étoffes, elle pouvait imaginer ce qu'elle ne voyait pas, ce qu'elle ne manqua pas de faire durant un bref regard d'inspection, peu innocent, qui précéda de peu son initiative pour rompre le silence qui venait de s'instaurer.

Bien beau tout ça... Lui sans doute encore sous l'effet d'une cuisante gêne, appuyé plus loin... Elle sur le lit, allongée non sans lascivité, un demi-sourire et l'air mutin... Mais notons qu'à rester éternellement dans cette configuration, on allait pas aller bien loin.

"Bon ben... Reste pas planté là. Viens t'asseoir, y a la place..."

Quant à elle, elle se redressa, resserrant contre elle ses cuisses, non sans garder ses airs de sirène posée sur un rocher. Passant une main dans ses cheveux, elle continua ensuite, certainement pas d'avis à en rester là côté blabla. Quoi qu'elle ne fut pas d'avis à en rester là tout court, en fait:

"T'es vraiment sérieux alors, quant à cette histoire de départ prématuré...? Je sais pas si tu te rends compte à quel point ça peut paraître bizarre. Tu te pointes d'ici avec tes clics et tes clacs, tu fais des prouesses face à feu cette bande de connards, ce qui de la part d'un enezien m'étonne pas trop encore... Et maintenant tu veux m'emmener, alors qu'on se connait pas depuis plus d'un quart d'heure. Qui es-tu pour avoir les moyens de te permettre un caprice pareil? Et pourquoi exactement?"

C'est vrai quoi... ça avait presque des allures de rapt! Quoi qu'elle n'eut que peu de craintes à ce sujet, pour une raison ou pour une autre. Mais fallait bien avouer que c'était pas clair, cette histoire... Pas clair du tout. Elle n'accepterait pas de partir tant qu'elle ne comprendrait pas le pourquoi du comment, et tant que ce dernier ne serait, à ses yeux, pas limpide.

"Je te préviens, répond moi sans mentir, parce que les mensonges, y a rien de pire pour me foutre en rogne, surtout quand je joue cartes sur tables comme maintenant. Je veux voir ce que tu caches dans ton crâne aussi bien... que j'ai eu l'occasion de voir le reste. Hm? Si j'ai des doutes je te promet que tu risques pas de me voir faire mes valises d'ici peu."

Purement vrai. Elle supportait pas les mensonges, et ce sans distinction de "bons" et de "mauvais". Rien n'était plus vexant à son goût que d'être roulée, à bon ou à mauvais escient... Alors soit on se la jouait franco, qu'importe ce qui en ressortait... Soit c'était juste non. Elle n'était pas désespérée au point de se jeter dans les bras du premier inconnu voulant l'emporter venu, quoi. Tout de même pas. Et elle savait que la naïveté dans ce monde pouvait être mortelle, et pire que ça.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Nathanaël
Rock Star


Inscrit le: 11 Mar 2007
Messages: 407

Phénotype: Abyn
Points: 1465

MessagePosté le: Dim Nov 02, 2008 1:06 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Hmbllblblb…A peine arrivé, il se sentait déjà un peu…regardé, et cela le mettait encoooore, un peu mal à l’aise. C’était vraiment bizarre, et stupide. Il était Eve ! Qui l’eut cru capable de tant de pudeur, finalement ? Là, Nathanaël se rendait bien compte de la différence entre être, et paraître. Toute sa vie, il avait été une créature du paraître, et ainsi, tous les regards, les mots, les actes, avaient glissé sur lui, sans entamer la surface. Ou, pas beaucoup. Mais maintenant…c’était comme sauter sans parachute. Etre sincère et honnête, strictement lui-même, allait se révéler plus difficile que ce qu’il avait imaginé. Mais rien n’était jamais simple, jamais. Il était enfin temps qu’il se fasse à l’idée. Et puis physiquement, il n’avait aucune honte à avoir. Mère Nature l’avait gâté d’un corps très correctement proportionné, et d’une figure pas vraiment repoussante. Il s’en servait pour faire l’acteur, comme un atout dans sa manche. Alors il fallait aussi qu’il apprenne à s’en accommoder en toutes occasions. Nathanaël n’avait jamais eu l’occasion d’être ainsi aguiché ainsi, il y avait un début à tout. Une leçon à en retirer. Ca aussi, il pouvait le faire. De nouveau, il se sentit mieux. Appelez ça l’auto-persuasion, ou bien, se voiler d’illusions, mais l’important était le résultat : moins de gêne, plus d’assurance. Bon. L’épreuve du feu bientôt. Opinant légèrement, il alla en effet s’asseoir sur le lit, près d’elle. Est-ce qu’il aurait préféré rester debout ? Peut-être, peut-être. Mais à la moindre contrariété, il se serait mis à gesticuler, ou à faire les cents pas. Déjà qu’il se sentait stressé…c’était inutile de le rendre encore plus visible. Croisant les jambes, il attrapa sa cheville posée sur son genou, et l’entoura de ses mains, pensif.

Pas de répit pour les braves, Alexya le bombarda immédiatement de questions. Des questions auxquelles il était assez compliqué de répondre d’ailleurs…Pour sûr, qu’il était sérieux, quant à la ramener sur Enezis. Et pour sûr…ca faisait bizarre. Mais impossible d’attendre dix plombs qu’elle ait enfin amassé tout l’argent. Il se serait fait des cheveux blancs à la savoir servir dans un bar, en compagnie d’hommes aux mœurs douteux, exposée à la vue de tous, et surtout à celle de gens qui ne devaient à aucun prix la retrouver. Impossible de l’emmener par la force également. Ne restait que la ruse, et lui demander sa permission. Bon déjà pour le côté rusé du truc, c’était mort. Il était assez doué dans ce domaine, mais les circonstances étaient très défavorables. Donc du coup, on entrait très vite dans le domaine des interrogations ennuyeuses. Qui était-il. Pourquoi ferait-il ça. Selon son plan, les révélations ne devaient pas encore venir. Et Nathanaël pensait n’être plus à deux trois mensonges près, porté par la conviction que bientôt, il lui dirait la vérité, toute la vérité. Un ou deux tous petits mensonges, c’était pas cher payé non ? Auto-persuasion, auto-persuasion, pendant que son cerveau fumait à la recherche de l’explication la plus plausible, la plus crédible. Il ouvrit la bouche, pour commencer un topo…puis la referma, l’entendant enchaîner. Jusqu’ici, il la regardait. Là, il dût détourner les yeux, pour fixer le vide, devant lui. Ahem. Répond moi sans mentir avait-elle dit. Ca, c’était pas pratique. Il aurait pu lui mentir si elle n’avait rien précisé. Mais maintenant qu’elle lui ordonnait très explicitement d’être franc…Ne pas l’être serait lui manquer de respect, et ca n’était surtout pas ce qu’il désirait. Nathanaël voulait qu’elle ait confiance en lui, qu’elle sente qu’elle pouvait se reposer sur lui. S’il la roulait maintenant, et qu’elle s’en rendait compte, tout serait fichu. Il ne pourrait la ramener. Et même si elle retrouvait la mémoire…Aleksiz serait au moins sûr d’une chose : qu’il ne pouvait pas compter sur lui, pour être franc, et honnête. Mais par quoi commencer ? Comment vider son sac ? C’était assez dur à déballer, il devait peser soigneusement ses mots…Fixant le mur, il entama, précautionneusement, pensivement…

« Ah…je m’étais aussi juré il y a quelques temps qu’il fallait absolument que je sois franc avec toi…Mais j’avoue que là c’était un peu plus tôt que ce que je prévoyais en réalité. »

Cela voulait tout dire, et en même temps, rien. Le jeune homme marqua une légère pause. Qui était-il. Que voulait-il. Il y avait tellement de choses à lui expliquer ! Il ignorait quoi dire en premier. Comment être le plus convainquant, s’il devait enfin tout dire, tout révéler. En commençant par répondre à ses questions, peut-être. Il tourna son visage vers elle, de nouveau, l’air neutre, au possible, calme, réfléchi.

« Comme je te l’ai dit…Je m’appelle Nathanaël Aëldrëd, et même si c’est ma véritable identité, je ne l’utilise que rarement, parce que… »

Rire bref. Etrange...Il avait dû mal à prononcer les mots. Se convaincre de dire la vérité, c’est une chose mais…elle faisait la difficile quant à se laisser exprimer à l’air libre, après être tant restée enfouie. La plus simple manière était sûrement la meilleure.

« Parce que je suis le chef de la Cinquième Colonne. Et en cette qualité, je sais qui tu es. »

Il n’aurait su être plus clair, selon sa propre définition du terme…Restait à voir ses réactions à elle. Il y avait de la dose de scoop, dans ce qu’il venait de dévoiler. Ces choses qu’il n’avait jamais révélé à personne, depuis la création de cet univers, de ce projet. Avec étonnement, il sentit un poids se soulever de sa poitrine. Peut-être y aurait-il finalement du bon, à toutes ces révélations…
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Dim Nov 02, 2008 8:04 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

C'est dingue comme parfois on savait être pertinent sans s'en rendre compte... En voulant être sûre qu'elle s'impliquait pas dans une arnaque mémorable, Alexya était parvenue à déclencher un truc totalement pas prévu... Et qui, peut-être, allait soudain tout simplifier de manière considérable. Nom d'un chien... C'était assez violent pour lui en faire oublier ses pensées grivoises. Et de façon assez soudaine, hein...

Tout d'abord, elle ne comprit pas. Qu'est-ce qu'il lui inventait, là...? Qu'il y avait "quelques temps", il s'était juré d'être franc avec elle? Mais que là c'était un peu plus tôt que prévu...? Euh... Ca sonnait bizarre. De la part de quelqu'un qu'elle ne connaissait que depuis quelques minutes seulement, c'était même dans le genre obscur, abscons, ou bien alors aussi illogique que mal employé. Elle était tellement ancrée dans sa vision des choses... Elle, inconnue aux yeux d'un inconnu, que ça n'allait pas tilter tout de suite. Non... A défaut, elle resta perplexe. Complètement perplexe. Bon, certes. Perplexe option "absorbée dans des considérations aussi surprenantes qu'incrédibles", car il y avait ce léger sentiment en elle qu'elle ne comprenait pas, malgré le fait qu'il soit en train de lui crier que cette histoire réferait à quelque chose... Fronçant les sourcils face à l'incompréhension, son visage se tourna légèrement sur la gauche, emprunt d'incrédulité, et sans pour autant qu'elle ne lâche de son regard scrutateur, celui qui tentait de lui échapper. Un filet de voix peu assuré lui échappa, plutôt éloquent quand à ce qu'elle pensait de tout ça... soit pas grand chose de clair:

"Pardon..?"

Il n'avait pas fini. La suite arriva bientôt, ainsi que la compréhension progressive, trèèès progressive, voire très lente de la jeune femme, laquelle commençait doucement à tourner son esprit vers la prise de conscience qui allait s'imposer à elle, d'ici très peu. Et ce fut brutal tiens... Elle avait la personnalité pour tenir le choc de ces révélations, ce qui ne les empêcha pas de lui faire un effet considérable. Le chef de la Cinquième Colonne. En cette qualité... Qui savait qui elle était. .. ... .... bug. Son cerveau s'était-il éteint, ou bien était-ce qu'elle avait manqué le coche? Bouche entrouverte sous l'effet d'une stupeur tout à fait justifiée, elle eut presque envie de rire. Nerveusement. Mais elle se retint.

Au début, il n'y cru clairement pas. Le chef de la Cinquième Colonne qui venait la visiter dans un petit bar paumé d'Ayndra?... ... Genre. Il aurait pu trouver mieux quand même comme mensonge... Parce que là c'était tellement pas crédible que.. Que ça avait pas une gueule de mensonge. On pouvait pas mentir pour dire un truc énorme, comme ça... et soudain... Tout s'éclairait de façon fichtrement violente, en plus, en considérant que... Que... Holà. Holàlà... bouleversement. Sa peau vira couleur aspirine, et ses yeux s'écarquillèrent, tandis qu'une bouffée d'adrénaline élargissait leur pupille et la forçait à une forte inspiration. Heureusement qu'elle était assise, hein... Parce que dans le cas contraire, il aurait fallu qu'elle le fasse d'urgence. C'était tout juste dingue... En fait, c'était tellement dingue qu'elle arrivait pas tellement à y croire. Le chef de la Cinquième Colonne...? Cet homme jeune et un peu maladroit? Et elle, qui aurait intéressé une personne pareille..? Le coup de l'attaque... Cette personne qu'il cherchait sur le continent, et qui depuis peu ne semblait plus être le franc objet de ses préoccupations... Ce sentiment qu'elle nourrissait depuis le début, comme un déjà-vu qui la poussait à faire confiance déraisonnablement... Et son empressement pour la rabattre sur Enezis, île qui la fascinait hautement. Tout était trop parfait, vu sous cette angle... Tout allait trop bien ensemble... trop pour que ce ne soit qu'un mensonge éhonté, trop énorme pour être cru...

"J... T... C'est... une blague..?"

Wow. Allez, encore un effort, et elle faisait une phrase syntaxiquement presque correcte de plus de cinq mots. Stupéfaite, elle ne parvenait plus même à bouger. Tic, tac, tic, tac... Elle y croyait maintenant. Mais d'un côté elle trouvait ça complètement dingue et naïf d'y croire alors que c'était si soudain et si.. n'importe quoi. Mais d'un autre côté encore... Son regard s'enflamma le premier, avant qu'elle ne bondisse littéralement. La seconde suivante, elle se retrouvait dans une position légèrement beaucoup ambiguë quoi qu'elle ne pensât à strictement plus rien qui le fut... A cheval sur Nathanaël, elle embarqua son col dans ses charmantes et délicates mains, dans un geste d'une violence insoupçonnée, et d'une féminité relativement discutable... Geste qui lui revenait d'outre-tombe, sans doute. Il savait... Il savait....... Il savait! Lui, il savait qui elle était, si il disait vrai! Il possédait ce secret qu'il lui était vital de partager... Hagarde, elle n'attendit pas une seconde de plus pour poser LA question de la soirée, laquelle serait à même de tout faire basculer d'un coup, pour le meilleur et pour le pire:

"Dis le moi... Dis moi qui je suis si c'est vrai, si tu le sais vraiment...! Pourquoi la Cinquième Colonne s'intéresserait à moi en plus hein...? Pourquoi si tu es leur chef... Non. Commence par mon nom! Je veux savoir, qu'importe ce qu'il y a à en dire...!"

Grillage de fusible critique. Mais ça faisait tellement longtemps qu'elle voulait savoir... c'était une frustration si fortement ancrée en elle... que quand ça perçait forcément, c'était explosif, soudain. N'empêche que plus elle réfléchissait, plus elle était troublée... Elle connaissait le chef de la Cinquième Colonne personnellement? Il lui faisait assez confiance pour le lui dévoiler...? Faire preuve de cette... vulnérabilité? C'est son statut qui lui permettait de savoir qui elle était..? C'était quoi ce trip? Mais qu'importe ce que ça pouvait cacher... Si elle était pas en train de rêver, si tout cela était vrai... elle voulait savoir. Sans peur, sans doutes, sans risque de regrets. Elle était prête à tout.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Nathanaël
Rock Star


Inscrit le: 11 Mar 2007
Messages: 407

Phénotype: Abyn
Points: 1465

MessagePosté le: Mar Nov 04, 2008 5:30 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Voilà voilà…c’était dit. Elle avait demandé la stricte vérité, et elle l’avait obtenue, aussi invraisemblable pouvait-elle paraître. Parce que oui, quand même…c’était d’habitude ce qu’on sort pour rigoler. Pas encore aussi courant que « c’était le Pape, abruti » mais presque. Fallait dire que l’identité du chef de la Cinquième Colonne n’avait jamais été éventé alors…Nathanaël avait même eu l’occasion d’entendre des rumeurs assez hilarantes, des suppositions farfelues, sur son identité. Qu’on le prenne pour un des Seigneurs, ayant survécu au massacre d’ailleurs, était revenu assez souvent, à une époque. De quoi faire faire des cheveux blancs à l’énorme majorité des commerciaux. S’ils avaient eu un Libérateur sur les bras, débarqué pour revendiquer des terres, soulevant les foules contre l’oppression…Là, peut-être qu’ils auraient un problème. Mais Nathanaël n’était pas un Libérateur. Cela ne voulait toutefois pas dire qu’ils n’avaient pas de problèmes, certes. La Cinquième Colonne n’avait pas une côte aussi gigantesque que ça parmi la population : elle tuait des civils, à l’occasion, des innocents, lorsque le jeu en valait la chandelle, et tant pis pour les dommages collatéraux. Nath’ n’était pas spécialement friand de ça, mais ses adversaires étaient trop inhumains pour que lui-même se permette pitié et faiblesse. Donc, il frappait fort, et là où ça faisait mal. Mais bon, il s’agissait là d’autres considérations sans trop rapport. Oui, s’auto-proclamer cash comme ça, chef de la Cinquième Colonne, c’était assez énorme. Trop énorme pour être un mensonge, c’était vraiment pas l’heure de plaisanter. Quoique il aurait vraiment eu l’air débile, si elle s’était mise à rire, en le gratifiant d’une grande claque dans le dos, agrémenté d’un petit « bon aller, sans rire ? ». Heureusement, ça n’arrivait pas.

Alexya était devenue aussi blanche qu’un linge, c’était « bon » signe. Le signe qu’elle le croyait, ou du moins, qu’elle envisageait de le croire…Si elle avait pu savoir à quel point tout cela le désolait…Lui infliger tout cela, ce choc des révélations pas vraiment attendues, pas vraiment préparées. Mais elle ne lui avait pas laissé le choix, elle avait été très claire là-dessus : la vérité, toute la vérité. Donc elle l’avait obtenu, en partie du moins. Tôt ou tard, les annonces auraient dû être faites…toutefois les circonstances n’étaient pas ici optimales, hélas. Et la mémoire ne lui revenait pas en un claquement de doigts…Instants de battement…Elle semblait tétanisée. Qui ne l’aurait pas été, hein ? Il essayait tant bien que mal de se mettre à sa place mais bon, ça n’était déjà pas facile d’être à la sienne alors…Après tout ce qu’Aleksiz avait vécu, la coupe continuait de se remplir. Plusieurs fois par le passé, elle avait déjà débordé, alors, ça risquait encore d’arriver.

Sa réaction suivante…ne l’étonna pas non plus, à dire vrai. Il était assez fin psychologue pour certains comportements logiques, surtout quand il connaissait la personne, mais bon après, ça n’allait pas plus loin. Il conserva son calme, alors qu’elle lui bondissait dessus et l’agrippait par le col. Cette fois-ci, la situation n’avait plus rien de sensuel, et le jeune homme ne ressentait aucun désir malvenu, trop atterré par ce qu’il était en train de faire, les choses irréversibles qu’il déclenchait. Il ne la toucha pas, et ne fit surtout pas mine de se débattre, pour pas empirer les choses…au contraire, il planta son regard vert dans le sien, et l’observa, l’écouta, encore. Tout ça non plus, il n’était pas sûr de vouloir lui révéler. Combien il lui avait menti, combien il s’était joué d’elle. Pour une mise en bouche…c’était un peu violent. Tu me faisais confiance, et je t’ai trahi. Par ma faute, tu as presque tout perdu, à défaut d’avoir retrouvé un frère. Rivëndal. Il faudrait qu’il parle de Rivëndal, à un moment où à un autre…Mais pas du reste, pas déjà. Ses paroles ne sonneraient que comme une justification de ses actes déplorables et très contestables. Son nom par contre, il pouvait le lui donner. Ca non plus ça ne serait pas facile. Ca allait même être le plus difficile sûrement. Il n’y avait pas de fioritures à faire la dessus, ça n’avancerait vraiment à rien, et rien n’aurait d’ailleurs su masquer un tant soit peu la gravité de la réalité. Alors il répondit simplement, d’une voix calme, vide de tout sentiment. La clé de tout.

« Aleksiz Në’Minre. »
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Aleksiz
Ex-chef de gang / MJ


Inscrit le: 27 Sep 2006
Messages: 870

Phénotype: Irazyn
Points: 1915

MessagePosté le: Mer Nov 05, 2008 8:25 pm 
Sujet du message:
Répondre en citant

Depuis quand ce voile de sérieux était-il tombé sur la conversation? Qui sait. Déjà pas Alexya, laquelle venait à la vitesse de l'éclair, d'acquérir des œillères qui lui faisaient oublier à peu près tout, à défaut de cette conversation. Ses meurtres avaient disparu. L'affrontement, le sang, le show et le caractère enflammé qu'elle avait donné à cette rencontre... de même. Ne restait plus que la certitude de se trouver face à quelqu'un qui la connaissait... Qui pouvait lui dire qui elle était! Qui pouvait éclairer cette lanterne qui pleurait qu'on la rallume, et apaiser ses craintes de n'être rien qu'un de ces nombreux anonymes qui parcouraient les mers, et vivaient dans l'ombre des îles. Parce que ça, CA, ça l'aurait vraiment déprimée. Ce qu'elle allait entendre allait à coup sûr la rassurer, en ce sens. Et l'inquiéter en un autre, parce que ces deux mots, et surtout le second, ne lui préparaient pas des jours faciles.

Elle en était tout d'abord tombée des nues. Ou presque... Il avait fallu le temps à son avidité de se calmer, et à son idée, de se frayer un chemin dans son esprit jusqu'à se planter dans la case à 60 points de sa compréhension. Comme une eau fraîche dans son gosier asséché, elle avait bu les paroles de Nathanaël, ignorant ce calme, cette froideur nouvelle, qu'il arborait pour des raisons qui à l'instant même ne lui importaient pas. Son nom! Son VRAI nom! C'était tellement agréable, d'être enfin sortie de l'erreur, et de l'ignorance. Aleksiz. Elle se nommait donc Aleksiz... Quelque part, le souvenir de ce prénom avait du rester actif, dans son inconscient. Raison pour laquelle elle s'était elle-même nommée Alexya, pour ces sept derniers mois... Le début était le même, mais la sonorité, et le ressenti, différents. C'était très étrange, en fait... Ce nom, auquel elle devrait se ré-habituer, alors que le faux lui était devenu si familier... Pourtant, elle l'acceptait avec un plaisir, un délice, et une facilité qui même à elle lui semblait déconcertants... Abasourdie, elle gardait ses yeux grand ouverts, miroirs d'une âme contrastée qu'elle ne prenait plus même la peine de masquer pour le moment. Elle s'était assise avec lenteur. Enfin... Par assise, entendons laissée reposée, car assise concrètement elle l'était déjà plus ou moins. Relâchant sa pression sur le col de Nathanaël, elle répéta, avec un ahurissement certain:

"A... leksiz? N... .. Hein?."

Elle venait tout juste de percuter. Le nom de famille n'était pas anodin, loin de là, et soudain tout lui semblait compromis. Elle fronça les sourcils, prête à se récrier. Mais pas longtemps... Car bien vite des détails qu'elle n'avait pas pris en compte lui vinrent. Son expression se défit une fois de plus, tandis qu'elle pâlissait de plus belle, prise d'une sensation de froid qui n'avait rien avoir avec son peu de vêtements. Un gong venait de résonner dans sa poitrine, approximativement à l'endroit où elle avait eu un coeur, peu avant... Bon sang...!?

Il avait dit Në'Minre. Sauf si ses oreilles la trompait, ce nom évoquait en elle des événements sanglants qu'aucun ne pouvait ignorer. Une petite dizaine de noms avaient malencontreusement disparu il y a un peu plus d'une décennie, entachés depuis lors d'un sang tenace... Et comme l'équivalent commun, Neminre, n'existait pas... Elle était à peu près sûre de ne pas faire erreur. D'autant que ça expliquait bien des choses... Entre autre, pourquoi le chef de la Cinquième Colonne lui courait en personne après. Cette info aurait pu, ou aurait du lui paraître stupide, impensable... A l'inverse, elle rendait tout plus crédible. Tout prenait un sens, du même temps que des fourmis gagnaient ses mains, ses jambes...

"Nom d'un chien..."

Non, pas d'un chien, mais d'une famille décimée... Elle baissa la tête, dans un frisson violent. Le choc de ces révélations n'était certes pas anodin. Ainsi... Elle aurait été l'une des dernières... et qui sait. Peut-être LA dernière survivante du massacre au cours duquel le sang bleu avait coulé hors de toutes ses veines? Tout ce temps, sans le savoir, elle aurait pu être recherchée... peut-être même en danger? Car si tout cela était vrai... ce qu'elle peinait certes à croire, ça voulait dire bien des choses fort peu rassurantes... C'était dingue, pourtant. Ce n'était même pas une vraie peur qui commençait à lui nouer les entrailles... Du moins, pas une peur panique. Plutôt, une angoisse des temps à venir, mêlée à un fort sentiment de résignation... non. De détermination, qui lui permit d'ailleurs de rapidement se remettre. Ca faisait des lustres qu'elle voulait se souvenir... Maintenant que cette chance inouïe lui tendait les bras, elle ne rejetterait certes pas ni ce qu'elle était, ni ce passé perdu qu'elle devait à tout prix retrouver. Il fallait que... Que quoi..? Elle était un peu paumée, n'empêche.

Elle releva la tête, calme. Posée. Les turquoises se posèrent avec fermeté sur son interlocuteur. Elle comprenait nettement mieux, maintenant, son empressement. Elle trouvait que ça allait un peu vite, et hallucinait devant sa propre crédibilité... Mais ce sentiment de confiance qu'elle lui avait accordé dès le début... ce sentiment continuait de la transcender, l'empêchant de trop se méfier. Qu'importe ce qu'il devait advenir... Elle obtempérait.

"... Qu'est-ce que ça implique?"

Clair net et précis... Elle n'était pas naïve. Elle comprenait bien que les jours à se la couler douce au bar, étaient terminés. Un quelque chose d'un peu hagard perçait dans ses prunelles malgré toute l'évidente force et volonté dont elle s'était emplie. Aleksiz Në'Minre... Voilà une identité à laquelle elle peinait encore à croire. Tout était si irréel... Et paradoxalement, pourtant, elle savait que tout ceci n'était rien de moins que la stricte vérité.
_________________


Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Chimea Index du Forum -> Rp: Chiméa -> Ville de Raish Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


MSTrenches war Theme © Matt Sims 2004

Title Images © Medal of Honour - EA Games
Powered by phpBB © 2001, 2004 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com